16.11.17

 

1. A la une des Quotidiens

 

« Flaw enforcement »

La police de Chicago, critiquée par Donald Trump pour son incapacité à lutter contre la violence et qui y a envoyé les fédéraux cet été – est une nouvelle fois au centre des toutes les attentions pour toutes les mauvaises raisons: José Maysonet, 49 ans, dont 27 passés dans la prison de Cook County pour un double meurtre qu’il a toujours nié, a été relâché mercredi, après que les cinq policiers, aujourd’hui à la retraite, responsables de son arrestation et de sa condamnation aient refusé de répondre aux questions du juge qui au détenu un nouveau procès.

Maysonet affirme avoir été forcé d’avouer les crimes pour lesquels il a été condamné à la peine maximale.

La veille, un autre détenu de 66 ans, dont 29 ans passés derrière les barreaux de la même prison, a été libéré par un le juge devant le manque de preuve évidentes de sa culpabilité. – Chicago Tribune

 

 

Moore and Moore

Des nouvelles accusations ont été lancées contre le candidat républicain au poste de sénateur de l’Alabama qui refuse de démissionner de la course malgré la pression du parti. Washington Post

Il a toujours des chances de gagner grâce notamment au soutien de Steve Bannon et de Breitbart qui croient aux démentis de l’intéressé. Une position une fois de plus en opposition avec l’establishment du GOP qui devrait renforcer les rivalités entre les deux clans – Axios

Sean Hannity a décidé de ne pas se mouiller et demande aux électeurs de choisir.

 

 

Au tour d’Al Franken

Le sénateur démocrate est accusé ce matin par Leeann Tweeden, une journaliste de la chaîne KABC, de l’avoir embrassé sans son consentement lorsqu’il était comédien en 2006 lors d’une répétition pour un sketch, où ils étaient censés s’embrasser. Une photo du comédien faisant semblant d’attraper ses seins fait la une du Drudge Report ce matin.

La « victime » se « violée, embarrassée, rabaissée et humiliée » mais « elle n’a plus peur de parler. » Al Franken s’est excusé aujourd’hui.

Pour New York magazine, la carrière de Al Franken est terminée: Sa collègue sénatrice du Minnesota a demandé la mise en place d’une enquête, et les appels à sa démission devraient suivre. S’il devait laisser partir, il serait remplacé par le gouverneur actuel de l’Etat, le démocrate Mark Dayton, jusqu’aux élections de novembre 2018.

Le président, qui s’est lui-même vanté d’attraper les femmes par l’entrejambe, qui est resté silencieux sur les accusations qui accablent Roy Moore, ne s’est pas gêné ce soir pour attaquer Al Franken.

 

 

2. Trumplandia

« In ordre mondial différent »

David Ignatius résume ce matin « le concert de louanges » qu’a été la tournée de Donald Trump en Asie en ces termes

Alors que le président Trump conclut son séjour en Asie, il pourrait résumer ses douze jours de la même manière que Jules Cesar, à la différence près, Veni, vidi, blandivi: Je suis venu, j’ai vu, je me suis tu.
La tournée de Trump ressemblait davantage à un pèlerinage qu’à une démonstration de force. Le président a rarement expliqué les détails de la politique américaine. Au contraire, il a demandé de l’aide des autres leaders, loué leurs vertus et soutenu leur vision du monde

Il s’agit d’un séjour triomphal et historique mais pas de la façon dont Trump l’envisage: ce sont les prémices de l’acceptation par les Etats-Unis de la puissance chinoise dans le Pacifique, leur désir de détente avec la Russie, et peu de gains pour l’Amérique en matière de sécurité.

 

The Water bottle Gate

Le roi de la moquerie s’est fait prendre à son propre jeu hier en conférence de presse sur son séjour en Asie lorsqu’il a cherché une bouteille,  la bouche visiblement asséchée. Il s’était moqué pendant la campagne présidentielle de son adversaire Marco Rubio qui avait fait la même chose quelques années auparavant.

C’est tellement mesquin et risible que je poste la vidéo

 

 

3. L’actu des médias

 

Dirty Vice

On sait depuis longtemps que Vice utilise sa coolitude et quelques bons reportages de terrain pour appâter ses jeunes stagiaires et les rémunérer des clopinettes.
Aujourd’hui on apprend dans le Daily Beast, qui s’est entretenu avec des douzaines d’anciennes et actuelles employées, que ces jeunes journalistes travaillent en plus dans un environnement « dangereux et glauque »: « Elles ont parlé de harcèlement et de l’indifférence de la rédaction. »

Vice affirme enquêter sur les accusations.

Une clause de confidentialité doit être signée par tous les nouveaux venus ainsi qu’un « Accord sur un lieu de travail non traditionnel », un document interne qui oblige les nouvelles recrues si elles veulent être engagées à « ne pas être offensées par tout ce qui passe là bas ».

 

 

Time magazine, bientôt conservateur?

Les frères Koch, les deux milliardaires conservateurs et généreux donateurs du Parti Républicain, sont prêts à investir 500 millions de dollars dans Meredith Corp., propriétaire de Family Circle, Better Homes and Gardens,  pour l’aider à acheter Time Inc, qui publie les fameux Time magazine, People, Fortune, Sports Illustrated, …

C’est la troisième tentative de Meredith Corp. et peut être la bonne étant donné les ressources financières quasi-inépuisables des frères Koch – dont la fortune familiale est estimée à 80 milliards de dollars.
On ne sait pas trop l’influence qu’exerceraient les nouveaux partenaires si la transaction réussit. – New York Times

 

 

La guéguerre entre Buzzfeed et CNN a du bon

La compétition entre la chaîne d’info 24/7 qui investit massivement dans le numérique et le site de vidéos virales reconverti en enquêtes sérieuses, notamment auprès des jeunes, bat son plein et c’est tout bénef pour le journalisme, nous explique le Columbia Journalism Review:

Cette rivalité survient à un moment où l’industrie est attaquée par le président, les insurgés de droite veulent réduire toute l’institution en miettes et une large partie du public ne fait pas confiance aux médias. En réponse à ces attaques, la profession fait bloc et on assiste à une période de bonhomie professionnelle au cours de laquelle des journalistes de rédactions rivales célèbrent le travail de leurs concurrents.

 

 

 

4. Must Reads

 

#MeToo au Congrès Américain

Des accusations de harcèlement et agressions sexuelles ont été lancées cette semaine contre des parlementaires toujours en exercice à Washington, mais dont les identités n’ont pas été dévoilées.

« Non seulement le harcèlement est rampant mais les membres du Congrès n’ont aucune idée de l’ampleur du phénomène » rapporte CNN: 15 millions de dollars de dommages et intérêts ont été payés par l’Office of Compliance pour les 260 plaintes déposées entre 1997 et 2016, pour harcèlement et d’autres formes de discrimination

 

Le parcours d’une arme à feu

C’est l’histoire d’un Glock 17, l’une des armes à feu les plus populaires aux Etats-Unis, vendue le 4 août 2014 pour 325 dollars dans un mall de Virginie à un homme qui a juré par écrit sur un registre fédéral qu’il serait le seul à s’en servir. C’est faux.

En l’espace de trois mois, l’arme, cachée et à la portée de plusieurs individus, aura servi dans une fusillade qui a fait six blessés, a touché deux policiers en civil, et a été utilisée dans une douzaine d’actes criminels avant que la police ne mette la main sur l’arme.

« Suivre sa trajectoire c’est comprendre les dégâts et la souffrance qu’un seul révolver peut cause »

* « One illegal gun. 12 weeks. A dozen of criminal Acts. The rapid cycle of violence. » The Washington Post 

 

 

 

5. On vit une époque formidable

 

  • Oh boys … 
    L’administration Trump a annoncé hier qu’elle revenait sur l’interdiction d’importer des trophées d’éléphant, mise en place sous Obama parce que:
    1. L’administration Trump détruit tout ce qu’a fait Obama.
    2. Qui en 2017 s’amuse à se photographier avec un léopard mort ou une queue d’éléphant … on se demande …

 

  • Les cartes pour Trump
    Le site pro-Trump, World Net Daily, adepte des théories du complot et autres fake news offre à ses lecteurs la possibilité d’envoyer numériquement des cartes de remerciements au président un an après sa victoire. Je suis sûre qu’il appréciera celle qui reprend la couverture de l’ouvrage de Hillary Clinton, « What Happened »  – Cover/Line

 

 

6. La Couverture du Jour

« Ce n’était l’acte de Dieu, mais bien celui de l’homme »

Avec Time magazine, le New York Times magazine et New York magazine, Bloomberg Businessweek publie des couvertures chocs et engagées à l’instar de celle de cette semaine consacrée à la décision de l’Army Corps of Engineers d’inonder l’un des quartiers les plus riches de Houston pour sauver le reste de la ville, pendant l’ouragan Harvey.
Les plaintes lancées par des dizaines de résidents des quartiers ravagés pourraient aujourd’hui changer la façon dont le gouvernement gère les situations de catastrophes naturelles.

A la Nouvelle Orléans, les communautés économiquement défavorisées, certaines d’entre elles historiquement noires, ont été les plus touchées avec des centaines voire des milliers de morts. Certaines victimes de l’Ouest de Houston sont blanches, aisées, des cadres dynamiques républicains … Dans leurs débris, on trouve des refroidisseurs à vin, des livres d’art sur Renoir et commodes chinoises importées.

* « The US Flooded One of the Houston’s Richest Neighborhood to Save Everyone Else » – Businessweek

 

15.11.17

 

Bon mercredi à tous.
Donald Trump est rentré de son séjour de douze jours en Asie visiblement Jet Lag puisqu’il a envoyé ses condoléances à Sutherland Springs – où 26 personnes ont été tuées le 5 novembre dernier –  plutôt que Tehama County en Californie, où 4 personnes ont été tuées hier matin. Le tweet a été depuis retiré.

 

1. A la une des quotidiens

 

 

– Une autre tuerie en Californie

 

La tuerie a éclaté à 8 heures du matin près de la réserve de Rancho Tahoma à cent kilomètres au nord de Sacramento, un homme a ouvert le feu au hasard à bord de deux véhicules et finit sa course près d’une école élémentaire où deux enfants ont été blessés. La fusillade aurait pu faire un au carnage si la police n’était pas rapidement intervenu en abattant le meurtrier.
Ce genre d’incidents est devenu tellement ordinaire que seuls les quotidiens californiens en ont fait leur une.

 

– Le tueur de Seminole Heights a encore frappé

 

 

Le serial killer de Seminole Heights, un quartier résidentiel de Tampa Bay en Floride, a fait une nouvelle victime cette semaine, un volontaire de la banque alimentaire locale âgé de 60 ans, la quatrième en un mois et un demi.
C’est le même modus operandi: une personne choisie au hasard tuée d’une ou plusieurs balles à bout partout. Cette fois-ci pourtant, la police a obtenu la description d’un suspect après que des témoins aient vu un homme s’enfuir en courant

 

 

2. Alabama is no brainer

Voici le email reçu ce matin du DSCC, le Comité de Campagne des Sénateurs Démocrates qui résume simplement en quelques images l’élection du prochain sénateur de l’Alabama qui aura lieu le 12 décembre prochaine entre Roy Moore, le candidat républicain accusé d’agressions sexuelles sur mineurs, toujours favori dans les sondages, et qui refuse de démissionner malgré la pression du parti républicain et le démocrate Doug Jones.
Le démocrate n’avait aucune chance avant les révélations du Washington Post sur les agissements de Moore qui remonte à la fin des années 70 et début des années 80

 

 

 

 

 

3. Trumplandia: Quand les fake news deviennent des news

 

 

Vous vous souvenez du slogan « Lock Her Up » chanté par les supporters de Trump durant la campagne électorale?

Jeff Sessions, publiquement critiqué par le président pour ne pas enquêter sur la théorie du complot sur « l’Uranium de Clinton », lancée par l’extrême droite américaine selon laquelle l’administration Obama et la Secrétaire d’Etat de l’époque, Hillary Clinton, auraient laissé une compagnie russe racheter 20% des capacités d’exploitation de l’uranium américain en échange de centaines de millions de dollars de dons à la fondation Clinton en 2013 – Des faits qui n’ont jamais été vérifiés – a pris note et demandé à des procureurs d’évaluer si oui ou non une commission d’enquête devait être mise en place.

Mais ce dernier jure ne pas avoir été influencé par le tweet du président. The New York Times

Le lancement d’une nouvelle enquête pourrait remettre en cause la jurisprudence instaurée depuis le Watergate qui vise à éviter aux présidents en exercice d’utiliser la justice contre ses adversaires politiques et prédecesseurs.

 

Même Shepard Smith, l’un des rares « journalistes » de Fox News a dénoncé une théorie « grossière » car l’accord a été décidé à l’unanimité par un comité de responsables de neufs départements du gouvernement, dont celui de l’Etat, présidé par Clinton. – Daily News

 

 

 

 

4. L’homme le plus dangereux des médias américains

 

Ou comment une fake news devient une réalité sous la présidence de Trump, qui a mis en place une commission contre une fraude électorale qui n’a toujours pas été prouvée qui serait responsable de la défaite de Trump dans le vote populaire des élections présidentielles face à Clinton.

Ces fake news et autres théories du complot n’auraient pas autant d’influence dans le paysage médiatique et politique américain sans le zèle de l’un de ses principaux promoteurs, Sean Hannity, le présentateur star de Fox News, qui nourrit depuis des années ses téléspectateurs de théories du complot, très souvent liées aux Clintons, comme le PizzaGate, l’accord sur l’uranium, le Deep State, Wikileaks, … et qui a trouvé une plateforme et un allié sans précédent dans la présidence de son ami, Donald Trump,
qui préfère s’informer et tweeter en écoutant son show plutôt que les briefings quotidiens du conseil national de sécurité. – Vox

 

 

 

5. Generation out

 

Liz Smith, la chroniqueuse mondaine du New York Daily News, reine des gossips de NYC pendant des décennies – qui a notamment révélé le divorce entre Donald Trump et sa deuxième femme, Marla Maples – décédée dimanche soir à l’âge de 94 ans, appartient à cette génération d’homosexuels qui ont passé leur vie dans le placard par peur d’être rejeté socialement et professionnellement.

Mais Liz Smith, qui n’a admis qu’une relation homosexuelle dans sa biographie « Natural Blonde » sortie en 2000, a aussi soutenu dans ses tribunes, en pleine épidémie du SIDA au milieu des années, des personnalités très hostiles envers les séropositifs et malades du SIDA, qui lui a valu d’être « outé » à l’époque par le magazine gay, « OutWeek ».

Si ce outing n’a pas ruiné sa carrière, beaucoup d’autres lesbiennes et gays n’ont pas osé emprunter des carrières publiques par peur de subir le même sort: « Coming out reste très dur pour les anciennes générations » pour qui « rester dans le placard » était le « seul moyen de survivre » surtout lorsqu’on est né dans une famille religieuse du Fort Worth au Texas comme l’a été Liz Smith.
Dans une interview au Times à l’âge de 85, elle déclarait:

Je ne dois aucune explication à la communauté gay. Personne n’est gagnant lorsqu’on aborde la part la plus intime de sa vie.

Pourtant en juillet dernier, elle regrettait d’avoir attendu si longtemps pour faite son « coming out »

* « Liz Smith’s Complicated Relationship With the Closet » – The New York Times
Son portrait haut en couleur dans New York magazine (« Yep, I’m … Game »)

 

 

6. La guerre culturelle du « Sexiest Man Alive »


Blake Shelton, chanteur country, juge de l’émission The Voice depuis six ans, qui a acquis une certaine coolitude depuis qu’il sort avec Gwen Stefani vient d’être élu par le magazine People, le #SexiestManAlive, dans la lignée de Brad Pitt, George Clooney, Chris Hemworth, …


Le choix a suscité une vive émotion sur les réseaux sociaux car non seulement Blake Shelton n’arrive pas soi-disant pas à la cheville de ses prédécesseurs, lui-même d’ailleurs le reconnait mais Shelton, originaire d’Oklahoma est, comme l’extrême majorité des chanteurs country du pays, un républicain assumé, qui n’a jamais critiqué Donald Trump, qu’il soit candidat ou président.


Beaucoup d’internautes accusent le magazine de faire le jeu de la présidence Trump et un titre aussi stupide que « sexiest Man Alive » est devenu en quelques heures un nouvel enjeu de la guerre culturelle entre Démocrates et Républicains, entre les raffinées des villes et les beaufs des campagnes.

* « Blake Shelton? What? Twitter is unsure about ‘People’s Sexiest Man Alive' » – USA Today

 

Le tweet de Susie Meister qui fait référence à Snooky, la starlette du show le plus beauf de la télé américaine, « The Jersey Shore » est hilarant:

 

 

 

7. On vit une époque formidable

 

  • 15 minutes avant sa diffusion, le président a annoncé que #FoxAndFriends diffuserait un reportage sur son séjour triomphal en Asie. #FoxNews est devenu la chaîne de propagande officielle de l’administration.
    Ca ne choque plus personne. Hallucinant.

 

 

8. Couverture du Jour

 

Je ne la connaissais, c’est une rapeuse et star de télé-réalité, originaire du Bronx, qui fait la une de New York magazine, Canon!

 

14.11.17

Bon mardi après midi. Roy Moore est presque out, Donald Jr. a fait copain avec Julian Assange,

 

1. Les Quotidiens

 

– « Negative Partisanship »

Le quotidien de Gadsden, Alabama, mardi 14 novembre 2017

Roy Moore, candidat au siège de sénateur de l’Alabama, laissé vacant par le départ de Jeff Sessions au ministère de la Justice, qui vient de battre le candidat officiel des Républicains aux Primaires grâce à un programme ultra-conservateur, a été accusé par le Washington Post d’avoir couché avec une mineure de 14 ans lorsqu’il en avait 32.
Tout le week-end, l’actuel président de la Cour Suprême d’Alabama, a nié les faits, crié au complot, soutenu par le site alt-right Breitbart qui a essayé de discréditer le quotidien (« fake news » libérales) et ses victimes. –
Axios

 

 

La plupart des électeurs de l’Alabama et les journaux ont défendu bec et ongle Moore à l’exception de l’Anniston Star, qui a publié samedi une tribune soutenant le travail des journalistes contre le « tribalisme » de certains lecteurs. CNN

Le « negative partisanship » [l’esprit de parti] explique la réaction de certains Républicains face au scandale Moore. Les gens sont davantage motivés par la haine l’autre parti que le soutien du leur. « Il hait les mêmes gens que moi! »
C’est la glue qui relie cette coalition si fragile [des partisans de Moore] – Reliable Sources

 

Lundi, Mitch McConnell, chef de la majorité républicaine au Sénat de demandé la démission de Moore. Le témoignage d’une cinquième victime, agressée sexuellement par Moore à l’âge de 16 ans, a poussé les plus conservateurs comme Laura Ingraham de Fox News à faire de même.
Roy Moore refuse toujours de démissionner.

 

 

– Liberté de discriminer

 

 

La Cour Suprême des Etats-Unis doit décider aujourd’hui si la Californie peut imposer à des centaines de cliniques anti-avortement, appelées « Crisis Pregnacy Centers » d’informer leur patientes que l’Etat offre des avortements et autres soins de santé à très bas prix, voire gratuits.
Les cliniques affirment que cette loi enfreint leur liberté d’expression: « forcer quiconque à faire la publicité gratuite pour l’industrie de l’avortement est impensable – surtout quand il s’agit du gouvernement ». – San Francisco Chronicle

Sauf qu’il s’agit ici d’un problème de santé et de droit de la femme plutôt que de la liberté d’expression. Notons encore une fois comment est-ce que la sacro-sainte défense du « free speech »  est utilisée à des fins politiques, celle de la lutte contre l’avortement tout comme la liberté de religion est utilisée pour discriminer les homosexuels.

 

 

– Opioid Nation

 

 

Le NYPD a saisi en août dernier, dans l’appartement d’un couple de cinquantenaires mexicains dans le Queens à New York, 64 kilos de fentanyl, un opiacé de synthèse extrêmement dangereux, cinquante fois plus puissant que l’héroïne, la drogue la plus mortelle du pays – la plus importante saisie de fentanyl dans l’histoire des Etats-Unis susceptible de tuer 32 millions de personnes selon la DEA

Le couple travaillait pour un cartel de drogue mexicain, et était venu vendre la drogue estimée à plusieurs millions de dollars. Ils voyagent comme des VRP de luxe, séjournent dans des appartements et quartiers aisés pour ne pas éveiller les soupçons et vendent en gros à des détaillants triés sur le volet. – Washington Post

 

 

2. Trumplandia

 

Reproduit de Pew Research Political Polarization report; Graphique: Axios Visuals

 

– L’extrême polarisation de la vie politique américaine ces vingt dernières années entre les Démocrates et les Républicains est marquée selon Jim VandeHei de Axios par six évènements importants:

1. Newt Gringich au début des années 90 qui a commencé à utiliser langage très belliqueux et antagoniste dans la politique à travers notamment l’idée du bien et du mal entre Démocrates et Républicains.

2.Fox News à partir de 1996, qui joué sur cette politique de plus en plus en agressive et partisane, reprise à gauche par MSNBC, le tout arrosé d’infos en continu sur CNN qui a transformé la gouvernance en un reality show

3. Facebook puis Twitter qui ont « socialisé et démocratisé » les arguments mais aussi la rage des internautes.

4. John McCain, aujourd’hui un anti-Trump, qui choisit Sarah Palin comme VP – défendue à l’époque par Bannon – précurseur d’une rhétorique populiste reprise par le Tea Party.

5. Facebook a « algorithmé » cette rage auprès de ses utilisateurs en leur donnant exclusivement ce qu’il veulent pour engranger des clics, des commentaires, des partages et faire du profit à travers les fils d’information.

6. Trump qui utilise Twitter qui normalise et radicalise la rage, aussi bien que les réactions des politiciens, la joie de ses électeurs et la haine de ses adversaires.

La politique devient plus personnelle, polarisée et pugnace, surtout à droite. Ca va s’empirer avant de retomber car ces tendances gagnent encore du terrain.

 

 

3. Même le café est politique

Sean Hannity, présentateur de Fox News, et ami de Donald Trump, boycotté par des annonceurs dont les cafés Keurig, après avoir défendu Roy Moore, le pervers sexuel de l’Alabama, a appelé au boycott de la marque de café – enfin à la destruction violente de ses machines, si possible filmée et postée sur Twitter – et soutient officiellement la Black Rifle Coffee Company – avec pour slogan intelligent « les Hipsters n’ont pas inventé le café – également soutenue par Donald Trump Jr. Business insider
Aujourd’hui même boire du café est devenu politique.

 

 

 

 

 

 

4. Must Reads

 

La Correspondance secrète entre Donald Trump Jr et Wikileaks

The Atlantic a publié hier une enquête révélant la communication entre Wikileaks et Donald Trump Jr entre septembre 2016 et jusqu’en juillet 2017; une communication que les deux partis ont toujours rejeté, et qui renforce un peu plus les soupçons de collusion entre le candidat républicain et les Russes.

En effet, Wikileaks, certain de la victoire de Clinton, a souvent pris le parti de Donald Trump (« J’aime Wikileaks« ) contre la candidate démocrate durant les élections, en publiant à des moments clés de sa campagne – les emails du comité national démocrate peu avant la convention du parti en juillet 2016 puis ceux du directeur de campagne de Clinton tout au long du mois d’octobre jusqu’au jour du scrutin; des documents piratés par des hackers russes au service du Kremlin selon les agences de renseignement américaines.

C’est Wikileaks qui contacte presque à chaque fois le fils du candidat, pour que son père parle de l’organisation, qu’il lui fournisse ses fameuses déclarations d’impôts, qu’il conteste le résultat des élections en cas de défaite, ou encore que Julian Assange devienne ambassadeur d’Australie.
Les emails publiés par The Atlantic appartiennent à des milliers de documents fournis par l’avocat de Donald Jr aux commissions du Renseignement du Sénat et de l’a Chambre des Représentants dans le cadre de l’enquête sur d’éventuelles collusions entre les Russes et l’équipe de campagne de Trump.

Donald Jr affirme que les emails publiés ont été pris hors de leur contexte. Wikileaks n’a pas voulu commenter. L’organisation soit disant neutre et transparente prise en flagrant de soutien à un candidat raciste et misogyne parce que son fondateur hait Hillary Clinton.

 

– « L’Etat le plus secret des Etats-Unis »

 

 

L’enquête du Kansas City Star menée sur plusieurs mois par onze journalistes de la rédaction a été saluée par l’ensemble de la profession comme la preuve de la nécessité du journalisme local, s’intéresse à l’un « des gouvernements les plus secrets de la nation, où la confidentialité est de rigueur. »

Du bureau du gouverneur aux agences de l’Etat, des services de police aux relations d’affaires en passant par les soins de santé, aux étages de la Chambre et du Sénat, un voile est tombé ces dernières années sur l’administration quel que soit le parti politique.

Que ce soit l’agence de protection de l’enfance qui tente de dissimuler des erreurs professionnelles, l’anonymat entourant les auteurs des lois votées au parlement, où encore la police autorisée à ne rien divulguer dans des affaires de bavure policière, le gouvernement fonctionne sous une chape de plomb qui l’empêche d’être redevable aux près de ses concitoyens.

* « One of the most secretive, dark states: What is Kansas trying to hide? »Kansas City Star 

 

 

 

On vit une époque formidable

  • Les crimes racistes en hausse
    Les statistiques de FBI montrent une recrudescence des violences contre les Afro-Américains, les Juifs, les Musulmans, la communauté LGBT – AP

 

  • The Skimm, la newsletter matinale devenu une marque multi-produits pour six millions de lecteurs, surtout des lectrices, va introduire de l’audio et de la vidéo dans ses missives. Nieman Lab

 

  • Tinder et Grindr refusent d’évoquer le rôle de leur plateforme dans la prolifération récente des maladies sexuellement transmissibles – Vox

 

  • Amazon vient d’acheter les droits de diffusion télévisés mondiaux de « The Lord of The Rings », basé sur le roman de J.R.R.Tolkien pour 250 millions de dollars et réaliser la série télé, en plusieurs saisons, du blockbuster. Deadline

 

 

 

La Couverture du Jour

 

 

C’est la couverture dont tout le monde parle cette semaine, celle du mensuel masculin qui sacre Colin Kaepernick, ancien quarterback des 49ers, viré l’année et incapable de retrouver une équipe, “citoyen de l’année” avec pour intitulé “Colin Kaepernick ne sera pas réduit au silence”.

C’est un choix bien entendu symbolique étant donné la polémique suscité par le mouvement « Take A Knee » qu’il a débuté l’année dernière, repris en début de saison par d’autres joueurs de la NFL, que Trump a utilisé au nom d’une guerre culturelle pour satisfaire sa base.

Ce n’est pas un choix polémique puisque GQ est un magazine libéral qui s’adresse des lecteurs à tendance libérale qui n’a aucune espèce d’influence de l’autre côté de l’échiquier politique. En tout cas, tout le monde en parle. C’était le but.

13.11.17

 

Bon début de semaine à tous.
Il y a deux ans avaient lieu les attentats du 13 novembre à Paris, revendiqués par Daech, qui ont fait 130 morts et 413 blessés dont 99 grièvement.
C’est aussi le dernier jour du président Trump en déplacement en Asie.

 

1. Dans les quotidiens

 

Le Monde en Danger 

 

Le New York Times consacre sa une à une « importante faille du système de sécurité qui paralyse la NSA ». selon le quotidien, « un mystérieux groupe a volé d’importants outils de piratage, et mis le monde en danger … Une série de fuites sur les cyber-armes a ruiné le moral, ralentit les opérations d’espionnage et entraîné des attaques informatiques sur des entreprises et des civils dans le monde entier. Selon Mike Allen, on avait rarement vu quotidien tirer la sonnette d’alarme de cette manière

 

 

La prière et l’amour à Sutherland Spring

Dimanche a eu lieu à Sutherland Springs le premier sermon depuis la tragédie du 5 novembre au cours de laquelle un ancien membre de l’Air Force a tué 26 personnes dans une église de la petite communauté de plusieurs centaines d’habitants.
Le pasteur, dont la fille de 14 ans est morte lors de la tuerie, a appelé au pouvoir de l’amour et de la foi contre la barbarie.

 

 

« Opioid Nation »

 

« Plus de 4 000 nouveau nés sont dépendants aux opiacés en Floride l’année dernière, une augmentation de 1000% depuis dix ans. L’abus de substances a joué un rôle dans deux tiers des cas où les enfants ont été retirés à leurs parents dans les trente qui sont suivi leur naissance. On a observé une augmentation de 38% des enfants en dessous de l’âge de cinq ans placés en foyer parce que leurs parents avaient des problèmes de drogue.

 

 

2. Une révolution en marche

Les accusations ne cessent de s’accumuler contre les hommes d’influence dans le cinéma, le théâtre, la politique, la Silicon Valley, le monde des entreprises. Depuis l’impensable revers de Hillary Clinton contre un candidat misogyne et outrancier, qui s’est vanté d’attraper les femmes par l’entre-jambes, on a assisté à une prise de conscience extraordinaire des femmes sur leurs conditions et sur l’émergence de nouvelles revendications, que ce soit avec la Women’s March mondiale du 21 janvier, le post de blog de Susan Fowler sur la culture sexiste de Uber et l’industrie des Hautes Technologies et qui après les révélations du New York Times et New Yorker sur Harvey Weinstein, culmine avec le mouvement #MeToo.

Les victoires électorales démocrates de la semaine dernière, y compris de nombreuses femmes appartenant à des minorités, transgenres, afro-américaines, est le signe que la révolution peut avoir des répercussions politiques majeures. Boston Globe 

Trump a gagné d’une toute petite marge grâce à une coalition sans précédent qui comprenait des femmes des zones périurbaines qui ne supportaient pas Hillary Clinton. Si ces femmes là se tournent vers les Démocrates en 2020, les Républicains vont avoir des problèmes – Axios

 

 

3. Le Trumpisme est loin d’être fini

 

Attention à ne pas conclure trop vite sur ces victoires démocrates prévient Frank Rich dans New York magazine, le trumpisme est fait pour durer, même après le départ de Trump

La colère toxique qui définit le Trumpisme – la haine des élites culturelles et économiques des deux partis, des minorités et des immigrés – va s’intensifier quand son chef quittera le pouvoir. Si Trump est forcé de partir, ses partisans en feront un martyr, la victime d’un coup perpétré par les fakes news et le « swamp » de Washington. S’il part après un ou deux mandats, ses partisans rejetteront le manques de résultats de leur leader sur le « swamp », ou le complexe industriel McConnell dénoncé par Breitbart et Steve Bannon.

L’idée que le parti républicain pre-Trump va faire son comeback est risible. Les représentants de l’establishment républicain du Sénat et de la Chambre des Représentants, même les conservateurs comme Flake [très critiques envers Trump] se retirent de la compétition plutôt que d’aller affronter le peloton d’exécution [de la droite dure pro-Trump] aux primaires.

Ta-Nehisi Coates a raison quand il dit que « si tous les électeurs de Trump ne sont pas des suprémacistes blancs, aucun de ses électeurs n’a de problème à donner le futur du pays à l’un d’entre eux.

 

* MUST READ: « After Trump »- New York magazine.

 

 

4. Trumplandia

 

Matt Drudge, fondateur du très influent blog conservateur américain, Drudge Report anticipe la réaction alarmée de la grande majorité du pays à l’annonce d’une légère remontée dans les sondages de Trump

 

 

Le président était de passage aux Philippines ce week-end, à l’occasion du sommet de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASANE) où il s’est visiblement bien entendu avec le président Rodrigo Duterte, responsable de l’opération anti-drogues qui a fait des milliers de morts depuis juin 2016. La porte parole de la Maison Blanche, Sarah Sanders affirme que Trump a évoqué le problème des droits de l’homme, ce que les proches de Duterte démentent.

Trump tombe dans le piège de tous ceux qui le flattent aux dépens de la sécurité et de l’intégrité de son pays s’alarme John Brennan, ancien directeur de la CIA sous Barack Obama: La semaine dernière, il a à nouveau pris le parti de Poutine qui dément toute ingérence du Kremlin lors des élections présidentielles contre les conclusions des agences de renseignement américaines et s’est fait chanter la sérénade par Duterte qui avait traité Obama de fils de pute l’année dernière. Businessweek

Pire encore, il a traité Kim Jong-un de « petit et gros » après que ce dernier l’ait traité de « vieux »

 

 

Less is Moore
Ce matin, le leader de la majorité républicaine au Sénat a demandé la démission de Roy Moore, le candidat aux élections sénatoriales d’Alabama le 12 décembre prochain, accusé par le Washington Post d’avoir couché avec une fille de 14 ans lorsqu’il avait 32 ans, lorsqu’il était assistant du District Attorney et avant de devenir le président de la Cour Suprême de l’Etat .
Si la très sérieuse National Review a pris le parti des victimes comme RedState, Breitbart s’est lancé dans une croisade pour défendre le politicien, discréditer l’enquête du quotidien et le témoignage de ses victimes.

Il est toujours soutenu par des proches de Trump, notamment ses supporters de Fox News, Ann Coulter, Sean Hannity, ou encore Laura Ingraham, qui prend l’exemple de Jerry Seinfeld, qui est sorti à l’âge de 38 ans avec une fille de 18ans, pour disculper Moore.

 

Qui est Amarosa?
Typique de l’entourage trash de Trump: Elle s’est fait connaître il y a 13 ans en jouant la peste dans la première saison de « The Apprentice », l’émission de télé-réalité qui offert la gloire au milliardaire new yorkais puis « Celebrity Apprentice » qu’il a présenté par la suite.
Elle a été la caution « anti-raciste » du candidat républicain durant la campagne et dûment récompensée en devenant la directrice de la communication de l’Office of Public Liaison de la Maison Blanche, une fonction importante et bien rémunérée qui reste un mystère pour tout le monde, « même pour Omarosa » The Daily Beast

 

 

5. Obamacare persiste

« Comme je le dis depuis le début, laissons Obamacare imploser, puis on verra. Vous allez voir » avait prédit Donald Trump devant l’impossibilité des Républicains à trouver un accord pour remplacer l’Affordable Care Act.

Les inscriptions pour l’année 2018 sont ouvertes entre le 1er novembre et le 15 décembre et elles n’ont jamais été aussi nombreuses depuis leur mise en place en 2013. Six cent mille personnes s’étaient inscrites en dix jours et un quart d’entre elles étaient de nouveaux adhérents. CNN

Malgré les efforts de l’administration pour saper le plan – annuler les subventions pour les plus pauvres, limiter la période d’inscription (de 90 à 45 jours) et le financement des aides visant à promouvoir ce système de santé, Obamacare n’a pas encore implosé.
Les raisons: Les cotisations ne sont pas aussi chères que prévu, au contraire certaines ont même baissé, tout le grabuge autour d’Obamacare a rappelé à certains que le programme existait toujours et enfin, le « endowment effect » a poussé certains à s’incrire par conviction politique, pour soutenir la grande réforme d’Obama. Daily IO – Businessweek

 

 

6. On vit une époque formidable

 

  • Il est désormais possible de prendre son breakfast chez Tiffany’s – AP

 

  • Une semaine après avoir annoncé l’annulation du remboursement des moyens de contraception pour les étudiants et employés autorisés depuis peu par Trump, l’Université catholique de Notre Dame est revenue sur sa décision – NPR

 

  • La nouvelle rédactrice en chef de Vanity Fair est Radhika Jones, 44 ans, actuellement rédactrice de la section « Livres » du New York Times, qui vit actuellement à Brooklyn. The New York Times

 

 

7. La couverture du Jour

 

 

La belle couverture de Malika Favre dans le « Tech Issue » du @NewYorker, cette semaine, intitulée « 101 code »: « Si les filles veulent avoir davantage de pouvoir dans cette industrie, il faut commencer tôt par l’enseignement et les jeux. »

11.11.17

 

1. De nouvelles accusations

 

 

Le Washington Post a révélé jeudi que Roy Moore, le candidat républicain aux prochaines élections sénatoriales d’Alabama, serait sorti avec des adolescentes à la fin des années 70, début des années 80, alors âgé d’une trentaine d’années. Les témoignages de quatre femmes corroborés par plusieurs témoins et une trentaine de sources laissent peu de place au doute.
Le chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell ainsi que le National Review ont demandé sa démission:

Les allégations contre Roy Moore sont dégueulasses – et si vous n’arrivez pas à admettre cela à cause de votre appartenance politique, vous êtes aussi dégueu – National Review

Ce dernier a démenti toute conduite inappropriée et assuré avoir toujours demandé la permission aux mères des jeunes filles avant de les fréquenter. Gross.
Il refuse d’abandonner sa candidature malgré les pressions du parti républicain, et fort du soutien sans failles de Steve Bannon, il pourrait se maintenir jusqu’aux aux élections, dont il était jusqu’ici le favori, du 12 décembre prochain en Alabama.

 

Le New York Times publiait en une hier  les témoignages de cinq femmes qui accusent le comédien Louis C.K. de harcèlement sexuel, confirmés par l’intéressé dans un communiqué dans l’après midi, qui en a choqué plus d’un.

« Je pense que la ligne rouge a été franchie quand tu te déshabilles et que tu commences à te masturber. J’ai appris plus tard, trop tard, que quand tu as du pouvoir sur une autre personne, leur demander de regarder ta bite n’est pas une question, c’est une situation embarrassante pour elles. Le pouvoir que j’ai eu sur ces femmes est qu’elles m’admiraient. J’ai utilisé ce pouvoir de manière irresponsable (…) J’ai passé ma longue et belle carrière à dire et parler de ce que je voulais. Je vais prendre du recul et prendre beaucoup de temps pour écouter. Merci.

Certes, le comédien admet les faits, l’abus de pouvoir mais il a attendu les révélations d’un quotidien national pour avouer. L’année dernière, interrogé sur les accusations formulées par la comédienne Roseanne Barr à son encontre, Louis C.K., avait changé de sujet au nom de la protection de sa vie privée.

Depuis, Netflix a annulé les deux shows prévus avec l’artiste, tout comme HBO qui devait diffuser une émission spéciale avec le comique ce mois-ci et la compagnie The Orchard qui devait distribuer son film « I love you Daddy » et il fait la une du New York Post ce matin

 

 

2. Une affaire Murdoch?

 

Comme je l’écrivais hier, le Département de Justice américain est prêt à donner son feu vert à la mégafusion de 85,4 milliards de dollars prévue de longue date entre le géant des télécommunications, AT&T et le géant du divertissement et des médias, Time Warner, à la condition, annoncée cette semaine, qu’ils se séparent soit de Turner Broadcasting, propriétaire de CNN, soit de DirecTV, son bouquet satellite, acquis en 2015. Une suggestion refusée catégoriquement hier par le président de AT&T alors que les médias et de nombreux cadres des deux géants sont persuadés que Donald Trump, qui hait la chaîne d’infos, est derrière cette requête du DoJ, le Department of Justice. Vanity Fair

Une autre théorie a émergé vendredi, celle que Rupert Murdoch, un ami du président, soit derrière la tentative de faire vaciller la fusion:

Selon les cadres avec qui j’ai parlé, la théorie est que Murdoch aurait encouragé Trump à saper le deal pour venger l’offre d’achat de 80 milliards de dollars faite par Murdoch à Time Warner en 2014. « Un concurrent direct, qui n’a pas pu nous acheter, serait en train d’influencer un processus juridique? C’est de la corruption sur de la corruption. » affirme un cadre de Time Warner. « On en a déjà assez du président. » Un porte parole de Murdoch a qualifié les allégations de « risibles et complètement fausses ».
Même s’il n’existe aucune preuve, Murdoch a toujours critiqué l’idée de cette fusion et l’idée d’une alliance entre Trump et le patron de Fox News, qui est devenu la chaîne de propagande officielle de l’administration, est bien plausible. Vanity Fair

Si le DoJ s’oppose à la fusion, le président de AT&T, Randall Stephenson, défendra le projet devant les tribunaux.

 

 

3. Cambridge Analytica

 

La société anglaise de communication stratégique, Cambridge Analytica, a contacté Julian Assange au cours de l’été 2016 pour obtenir les emails piratés de Hillary Clinton, au moment même où elle a commencé à travailler pour la campagne de Donald Trump a révèle hier le Wall Street Journal.
Julian Assange aurait refusé et les contacts en seraient restés là.

Les services secrets américains affirment que des hackers russes ont piraté en 2016 le Comité National Démocrate et la boite de messagerie de John Podesta, le directeur de campagne de Hillary Clinton, et ont transmis ces documents à Wikileaks qui les a diffusés à des moments clés de la campagne présidentielle (juste avant la Convention démocrate en juillet puis tout au long du mois d’octobre précédent le scrutin).
Le président de Cambridge Analytica dément toute collusion avec la Russie.
Plus croustillant encore, Cambridge Analytica est détenu en partie par la richissime famille Mercer, généreuse donatrice de la campagne de Trump, qui finance Breitbart depuis 2014, les activités de Steve Bannon et même Milo Yannopoulos. Le patriarche, Robert Mercer, président du fond d’investissement le plus rentable au monde, Renaissance, a du quitter ses fonctions à cause de la mauvaise publicité qu’il reçoit depuis les élections et le statut de « financier de l’alt-right » dont l’ont affublé les médias

 

 

4. « It’s MAGA Day’s »

Steve Bannon a donné jeudi une interview télévisée au New York Times, un an jour pour jour après la victoire historique de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis. Une journée qu’il a rebaptisé « MAGA Day » pour Make America Great Again, et qu’il compte célébrer avec la même ferveur que les Français célèbrent Bastille Day.

C’est étonnant de voir Bannon dans les locaux du Times, son ennemi juré juste après … Mitch MCConnell, le chef de la majorité républicaine au Sénat, qu’il veut voir démissionner le plus tôt possible – après le passage de la réforme fiscale, et très certainement avant les élections de mi-mandat en 2018.

Selon lui, la résurgence du « nationalisme blanc » est un non-sens, une fabrication de la gauche, « du New York Times et MSNBC » et n’a rien à voir avec la rhétorique parfois outrancière du président, « la personne la moins raciste qu’il connaisse ».

 

 

5. Un empire en danger?

 

 

La nouvelle couverture de The Economist est pour le moins explicite: Un tour présidentiel de l’Asie ne peut occulter le fait que l’Amérique s’est repliée sur elle même, s’affaiblit elle et le reste du monde. »

Jusqu’ici, la politique étrangère du président a été moins pire que promis (…) Le séjour de douze jours du président en Asie montre que le président américain n’est pas totalement désengagé du monde. (…) Ses instincts sont atroces. Il pense ne rien avoir à apprendre de l’histoire. Il aime les hommes forts comme Poutine ou Xi Jinping. Son affection pour les généraux est aussi fort que son dédain pour les diplomates (…) Mais le pire coup que Trump a infligé est au « soft power » américain. Il méprise l’idée que les Etats-Unis doivent défendre les valeurs universelles que sont la démocratie et les droits de l’homme. Non seulement il admire les dictateurs, mais il salue leur violence, comme les meurtres en séries de suspects aux Philippines. Il ne le fait même pas par diplomatie mais par conviction.

Non ce n’est pas Ronald Reagan

 

09.11.17

 

1. Les Républicains face à Trump: Fuir ou soutenir?

Les victoires démocrates de mardi, tantôt décisives comme les deux sièges de gouverneurs en Virginie – et 14 sièges au parlement – et dans le New Jersey, tantôt historiques, première transgenre élue contre un conservateur partisan de la « bathroom bill », première femme afro-américaine à la mairie de Charlotte, première femme à la mairie de Manchester dans le New Hampshire ont donné de l’espoir aux Démocrates en prévision des élections de mi-mandat qui auront lieu l’année prochaine.
Hier les médias de droite tiraient la sonnette d’alarme sans trop savoir qui blamer: Trump? Les Républicains? les Démocrates?
Les « Trump-friendly » affirment que les défaites n’ont rien à voir avec le bilan du président tandis que « not-so-Trump-friendly » accusent son comportement belliqueux et irrespectueux d’être responsable de ce désastre.
Les deux courants vont devoir s’entendre sur une stratégie commune s’ils veulent garder leur emprise sur le Congrès, les postes de gouverneurs et parlements (législatures) des Etats – The Washington Post

Comme l’a bien résumé Joe Scarborough de Morning Joe
Les Républicains ne peuvent remporter des Primaires nationales sans Trump. Ils ne peuvent remporter les élections générales avec lui
Mais relativisons le retour des DémocratesThe New York Times
Si une insurrection suburbaine peut aider les Démocrates à reprendre la Chambre des Représentants [comme en Virginie], les sièges de sénateurs en jeu l’année prochaine sont pour la plupart dans des zones conservatrices et rurales, où les sentiments envers Trump oscillent entre ambivalent et positifs. Jusqu’ici, seuls deux sièges sont vraiment disputés, celui de Jeff Flake en Arizona et Dean Heller dans le Nevada.

2. Trump v. CNN

Le ministère de la justice américain a autorisé la méga-fusion de 85,4 milliards de dollars, en pourparlers depuis plus d’un an, entre le géant de la téléphonie mobile, AT&T, et celui des médias et du divertissement, Time Warner, à une seule condition: Que Time Warner se sépare de Turner Broadcasting, un groupe de chaînes qui inclut CNN, la chaîne d’info en continu et bête noire de Trump ou DirecTV, son service de télévision par satellite acquis en 2015. – NYT
La fusion, pourtant imminente, a soudainement éveillé les soupçons de la justice qui craint que AT&T n’utilise des méthodes anti-concurrentielles après l’acquisition de Time Warner pour favoriser ses chaînes, CNN et HBO notamment. NYPost
Une inquiétude partagée par les Démocrates qui voient d’un mauvais oeil le monopole de ces méga-entreprises qui « augmentent les prix, limite les choix et appauvrit la qualité des services offerts aux Américains » – WaPo
En octobre 2016, le candidat républicain, déjà très remonté contre la chaîne qu’il accusait de ruiner ses chances de victoire à cause d’une couverture médiatique au vitriol, avait annoncé son refus de voir fusionner les deux géants.

Pour les acteurs de cette fusion, des sources anonymes rapportés par le Financial Times et la plupart des journalistes, l’ingérence du président ne fait aucun doute: Trump utilise le département de Justice pour se venger des attaques répétées de CNN.
La semaine dernière, le Wall Street Journal, propriété de Rupert Murdoch, un proche de Trump, a même révélé que le DOJ (Department of Justice) serait même prêt à porter plainte si elle ne trouvait un accord sur la fusion des deux géants venaient à s’unir.

Aller plus loin: « This is political: CNN sees Trump’s hand in Justice Department’s merger crackdown » – Vanity Fair

 

 

 

3. Betsy DeVos détruit l’Education

 

Betsy DeVos, milliardaire et ministre de l’éducation est en train de réduire drastiquement les effectifs et les prérogatives de son Département, comme le font à peu près tous les Secrétaires et ministres de l’administration Trump avec leur agence.

Le 7ème étage du siège du Département de l’Education, situé à côté du Mall [de Washington] était connu pour son activité grouillante. Une douzaine de bureaux sont désormais vides et silencieux. La main d’oeuvre du Département a diminué sous la Secrétaire de l’Education Betsy DeVos, qui a déclaré vouloir réduire le rôle du gouvernement dans l’éducation, y compris les enquêtes et l’application des droits civils dans les écoles. En tout le Département a perdu 350 employés depuis décembre – 8% de son effectif. Avec des ruptures de contrat offertes à 255 employés ces derniers jours, DeVos espère mettre encore plus de mon à la porte.

 

 

4. Les échos conservateurs

 

Ce qu’il se passe du côté des médias conservateurs.

 

 

  • Le Washington Post lance un « Counterpoint » dans sa rubrique Opinion qui offre en ligne une perspective différente de la tribune que le lecteur lit pour faire valoir les différents points de vue sur un même sujet. Le New York Times (« Right and Left ») et The Guardian (« Burst Your Bubble ») font déjà la même chose

 

  • Les médias républicains accusent leurs confrères libéraux de cacher le fait que Stephen Willeford, le bon samaritain qui a confronté Devin Kelley, le tueur de Sutherland Spring, possédait un fusil semi-automatique, le genre d’armes qu’ils cherchent à interdire. Parce que comme il a réussi à empêcher la mort d’autres innocents, les armes d’assauts sont utiles. RedState

 

  • La soirée du 8 novembre 2016 racontée par les journalistes de Breitbart. – Breitbart

 

 

 

5. On vit une époque formidable

 

  • Facebook voudrait recevoir les photos dénudées de ses utilisateurs avant qu’elles ne soient utilisées sur sa plateforme en forme de revenge porn: « En téléchargeant les images et vidéos que vous ne préférez pas voir diffusées sur Facebook, le réseau enregistre la photo et capable de la faire disparaitre si elle réapparait un jour sur un fil d’information.  – The Verge

 

 

 

6. Must read, watch or listen

 

  • « Et si Hillary avait gagné? » se demande le Washington Post qui revisite les douze derniers mois sous une présidence démocrate: Du serment de Hillary Clinton, à la « Men’s March » sur Washington le lendemain à la défaite des Patriots au Superbowl et la création de TrumpTv, nouvelle concurrente de Fox News. WaPo

 

  • Politico est retourné en Pennsylvanie interroger les électeurs de Trump un an après sa victoire. Parmi eux, Joey Del Signore: « Trump est sans doute le président le plus appliqué et travailleur que j’ai jamais vu. Ce n’est pas comme si il se levait tous les jours à midi et allait jouer au golf tous les week-ends » – Politico

 

  • C’est la vidéo que Donald Trump a montré au président chinois lors de la visite de la cité interdite hier, celle de sa petite fille Arabella qui chante un chanson en mandarin. Douée la petite.

 

  • C’est la bande annonce du dernier Spielberg, « The Post », sur la publication des « Pentagone Papers », une étude secrète du Département de la défense sur la conduite de la guerre du Vietnam. Même s’ils ont été révélés par le New York Times, le film suit la bataille qu’ont livré Ben Bradlee et Katharine Graham, respectivement rédacteur en chef et directrice du Washington Post à l’époque, contre le gouvernement pour la diffusion de ces documents.

 

    7. La Couv du Jour: Clinton redac chef de Teen Vogue

 

Ca a bien fait rire RedState qui, sous prétexte qu’elle a perdu a deux reprises, lors des primaires démocrates en 2008 contre Obama et l’année dernière aux élections présidentielles contre Donald Trump, ne devrait recevoir un tel hommage, ne devrait pas être un exemple pour les millions de jeunes du pays … parce que le lourdeau mysogyne devrait l’être … 

L’explication de la rédactrice en chef est plus convaincante:

Ce numéro explore tout ce que nous pouvons retenir de son impact, de son style, et de sa grâce. Certains diront que nous sommes trop partisans, trop politiques, trop nostalgique, et qu’ont fait trop écho à l’opinion de nos lecteurs. Si c’est le cas, ce numéro n’est pas pour vous. Il est destiné aux millions qui savent que jusqu’à ce que les femmes, les filles, les gens de couleur, les membres de la communauté LGBTQ, les immigrés, et ceux défavorisés économiquement sont au même niveau, on doit continuer à consacrer du temps à cette conservation

08.11.17

 

Il y a un an, Donald Trump battait Hillary Clinton aux élections présidentielles américaines.

 

1. « Tsunami Election »

 

 

Bill de Blasio, le maire démocrate de New York a été réélu facilement pour quatre ans hier avec 66% des voix contre Nicole Malliotakis, la candidate républicaine malgré une mobilisation très faible de 22%. Daily News

« Ce soir, New York a envoyé le message à la Maison Blanche. C’est le suivant: On ne peut pas s’en prendre aux valeurs de New York et gagner Mr le président. Si vous vous retournez contre les valeurs de votre ville natale, votre ville se défendra.

Le New York Post qui déteste de Blasio partageait son dépit ce matin.

 

 

En Virginie, la démocrate Danica Roem, 33 ans, est devenue la première transgenre à remporter un siège dans un parlement américain en battant Bob Marshall, réélu depuis 1992 et défenseur de la « bathroom bill » qui aurait interdit aux personnes comme Roem d’utiliser les toilettes de son choix. Washington Post

Un an après la pire défaite de leur histoire les Démocrates avaient le sourire aux lèvres hier après la large victoire de Ralph Northam au siège de gouverneur de Virginie contre le républicain Ed Gillespie, pourtant soutenu par le président.
Dans le New Jersey, c’est le démocrate Phil Murphy qui succédera au gouverneur républicain Chris Christie, détesté de tous – National Review

Dans ce scrutin qui a ouvert la voie aux élections de mi-mandat de 2018, les électeurs ont rejeté le président Trump et offert aux Démocrates une grande victoire dans un « swing state » qui leur donne l’espoir de regagner le pouvoir à Washington.

 

 

En Caroline du Nord, la ville de Charlotte vient d’élire la première maire démocrate afro-américaine Vi Lyles

 

 

A Manchester, dans le New Hampshire, la démocrate Joyce Craig sera la première femme de l’histoire de la ville à occuper le siège de maire. Elle a battu le maire sortant, Ted Gatsas.

 

 

2. Great Gun Divide

 

A chaque nouvelle tuerie, les Démocrates et médias libéraux du pays appellent à un renforcement du contrôle des armes, mais pour Jonah Goldberg de National Review, ces appels répétés n’aboutissent à rien car « les pro-armes veulent en faire une lutte au nom de la guerre culturelle alors que les anti prétendent que ça n’a rien à voir ».

Mais la principale raison pour laquelle rien ne change, c’est parce que la défense du Second Amendement est un enjeu politique majeur pour les Américains, et que la capacité de mobilisation, au niveau électoral notamment, des détenteurs d’armes à feu est bien plus importante que celle des partisans d’une régulation des armes à feu, pour qui ce thème n’est pas central dans leur choix de vote.

Selon Gallup, 76% des Américains sont contre l’interdiction de la possession d’armes à feu.

C’est une expérience intéressante  de se demander à quoi ressemblerait l’Amérique si les partisans du contrôle des armes à feu commençaient à confisquer les armes de propriétaires respectueux de la loi. A part des retombées financières catastrophiques pour la NRA, des millions d’Américains verraient leurs pires soupçons se confirmer, et le profond ressentiment ancré dans l’Amérique « rouge » ne ferait qu’empirer et au delà de tout ce qu’on a déjà vu. Peut être qu’il y aurait moins de tueries et moins de morts bien que je sois sceptique la dessus. Mais Je suis sûr que notre politique serait pire qu’elle ne l’est déjà aujourd’hui.

« The Great Gun Divide »National Review

 

 

 

3. Conflits d’intérêts

 

 

Le New York Times a publiquement rompu les liens hier avec son cabinet d’avocat, « Boies Schiller and Flexner » après la publication de la seconde enquête de Ronan Farrow dans le New Yorker cette semaine sur « les espions de Weinstein » qui décrit comment cette firme a essayé de cout-circuiter leurs recherches en engageant une agence spécialisée dans l’espionnage pour enquêter sur ses propres journalistes.

David Boies, un partenaire de la firme, affirme que le quotidien savait qu’il pouvait travailler avec des clients dont les intérêts sont contraires à ceux du Times.

David Boies est le deuxième grand avocat américain à voir sa carrière endommagée après avoir défendu Harvey Weinstein. La première, Lisa Bloom, a elle aussi du abandonner son client après l’accumulation et l’aggravation des accusations portés contre lui – Associated Press

 

 

4. Si vous avez le temps de lire:

 

 

 

  • Un reporter de Businessweek a dîné avec Al-Walid une semaine avant son arrestation par les autorités saoudiennes dans le cadre d’une « campagne contre la corruption ». Le journaliste revient sur sa relation avec l’homme d’affaires, qui comme le prince héritier Mohammed ben Salmane, qui a ordonné son arrestation, est favorable à une réforme des institutions du pays.
    * « I dined with Alwaleed in the Desert Days Before His Arrest »Businessweek

 

  • Pour les amoureux de New York et de presse magazine, New York magazine publie un livre de 482 pages pour ses cinquante ans, et ça à l’air génial. Vous pouvez y jeter un coup d’oeil ici ou

 

 

 

 

5. A Ecouter

 

« 2016: What I should have done differently ». Dernier épisode de la série de podcasts de Politico intitulée « Women Rule » qui interrogent cinq femmes ayant participé aux campagnes de Clinton, Cruz, Rubio, Sanders et Trump l’année dernière et « ce qu’elles ont appris, ce qu’elles auraient fait différemment, et quand est-ce qu’elles voient une femme à la Maison Blanche

 

 

 

6. On vit une époque formidable

 

  • La compagnie de divertissement Walt Disney Co. a refusé d’inviter le Los Angeles Times aux avant premières de ses films à cause d’une enquête polémique du quotidien californien sur Anaheim, la ville du comte de Orange, dans la grande banlieue de L.A. qui accueille Disneyland Park (« Is Disney paying its share in Anaheim? »).
    Devant la pression et le boycott de quotidiens (The New York Times), journalistes (WaPo) et associations de critiques, Walt Disney est revenu sur sa décisionThe Wrap
  • L’ironie de l’histoire, c’est que Disney, le premier groupe de divertissement au monde, est très présent dans l’industrie des médias (ABC News, ESPN, ESPN Magazine): En gros, c’est groupe de médias qui en a directement un autre. – Politico

 

  • Nike dans l’embarras: La compagnie américaine qui a remporté en 2015 un contrat de un milliard de dollars pour devenir l’équipementier officiel de la NBA pendant huit ans, à compter de cette année, doit revoir le design de ses maillots, trop légers et près du corps, qui n’arrêtent pas de déchirer sur les courtsESPN
    Par ailleurs, les grandes stars de basket qui ne sont pas sous contrat avec Nike, qui a été autorisé à mettre son logo sur les uniformes, font tout pour le cacher.  Business Insider

 

  • Barack Obama est en train de récolter des centaines de millions de dollars pour la construction du Barack Obama Presidential Center, un complexe de 80 000 m2 qui doit ouvrir dans le « South Side » de Chicago en 2021 qui ne fait pas que des heureux: Les habitants de ce quartier populaire de la « Wind City » craignent que « Obamaland », censé abrité un musée et une bibliothèque, ne fasse augmenter les prix de l’immobilier et les poussent éventuellement à partir.

 

  • La suppression du « home button » du dernier Iphone X est un cauchemar pour de nombreux utilisateurs de Apple. Des tutoriaux ont été créé pour leur venir en aide – Co.Design

 

 

7. Couv’ du Jour: Femmes et Marines, au delà de l’uniforme

 

 

  • Le Washington Post magazine consacre sa « cover story » à huit femmes actives ou retraités de l’unité d’élite de l’armée américaine, les Marines dont la réputation a été entachée au début de l’année par les révélations de l’existence d’une page Facebook, Marines United, forte de trente mille membres, où étaient partagées des photos explicites de leurs collègues féminines.
    Elles racontent leur expérience au sein des Marines (où elles ne représentent que 7% des effectifs) et la vie quotidienne en dehors, pourquoi elles ont choisi d’y entrer et dans quelles circonstances, elles l’ont quitté.
    « The Few, The Proud »Washington Post magazine

07.11.17

 

1. Un problème de santé

 

 

  • Pour le président Trump, l’auteur de la tuerie de Sutherland Springs avait « un très grave problème de santé mentale » qui n’a rien à voir avec les armes: Devin P. Kelley est passé devant une cour martiale pour avoir brisé le crâne de son enfant et tapé sa femme, et a été exclu de l’armée américaine à cause de problèmes de comportement. C’est parce que l’Air Force a oublié d’enregistrer cette condamnation dans son casier judiciaire qu’il a pu légalement se procurer une arme semi-automatique au Texas, avec laquelle il a tué 26 personnes et blessé une vingtaine lors de la messe dominicale.
    Au contraire, si deux riverains n’étaient pas intervenus avec leurs propres armes pour arrêter le suspect, « ça aurait pu être pire ». – NBC News

 

 

 

  • Comme à chaque nouvelle tuerie et pour insister sur l’absurdité de la réponse des politiques au problème de la violence des armes à feu, The Onion a publié le même article intitulé « La seule nation où cela arrive régulièrement affirme n’avoir aucun moyen de prévenir cela ».

 

  • Coup de bol: Stephen Willeford, qui a confronté, pourchassé et fini par neutraliser le tueur, travaille pour la NRA et est devenu en quelques heures le bon samaritain du pays et le meilleur argument de l’Association et des médias de droite pour discréditer les attaques de la gauche contre le Second Amendement. RedState

 

  • « Face au mal, la prière est la réponse la plus efficace et rationnelle » nous explique David French, chroniqueur de la conservatrice National Review. « S’il y a une chose qui ressort clairement de la vague des massacres aux Etats-Unis, c’est que nous avons besoin de Dieu pour avancer ».

 

 

2. Jour d’élections

 

  • C’est « Election Day » dans plusieurs Etats américains, dont celle des gouverneurs de Virginie et du New Jersey. Les enjeux sont particulièrement importants en Virginie où le suppléant du gouverneur démocrate sortant, Ralph Northam, est au coude à coude avec Ed Gillespie, un membre de l’establishment américain qui a adopté la rhétorique sécuritaire de Trump et qui pourrait bien crée la surprise avec le soutien du président.
    Une victoire à l’arrachée de Gillespie pourrait pousser d’autres candidats républicains à se ranger derrière le président et « America First ».
    Dans le New Jersey, le départ du gouverneur républicain Chris Christie, le plus détesté de l’histoire de l’Etat, pourrait désavantager le candidat de son parti, Kim Guadagno opposé à Phil Murphy, en tête des sondages.

 

  • Les autres élections doivent élire les maires de New York – la réélection de de Blasio est quasi-certaine – de Atlanta, Boston, Minneapolis, la Nouvelle Orleans, Pittsburgh, Seattle et Charlotte en Caroline du Nord – des villes qui sont toutes démocrates et qui devraient le rester

 

 

3. Le 8 novembre 2016 de l’intérieur

 

 

  • Un MUST READ – âmes sensibles s’abstenir – de Esquire sur la journée du 8 novembre 2016 racontée heure par heure par des personnalités du monde politique et médiatique (Tim Kaine, Steve Bannon, Maggie Haberman, Roger Stone) mais aussi des anonymes des deux bords.

 

  • C’est la victoire de Trump en Floride qui a fait basculer la soirée électorale en faveur de Trump et brisé tout le scénario élaboré par les médias et journalistes sur une large victoire de Clinton.
    Le seul à avoir toujours cru à la victoire de Trump, c’est Steve Bannon, qui n’aurait jamais douté de son candidat même après le scandale de la vidéo d’Access Hollywood. Maggie Haberman, qui intervenait hier soir à The Wing dans le cadre d’une discussion autour de la présidence de Trump a confirmé que personne dans le clan Trump ne s’attendait à une victoire.
  • Pas seulement dans le camp républicain: Les journalistes et rédactions, entre effroi, surprise et inquiétude, ont du revoir leur une et réécrire leurs éditos préparés depuis longue date censés  célébrer la première femme présidente.* « The Untold Stories of Election Day 2016. » Esquire

 

 

 

4. Les médias et Trump: Y’a encore du boulot

  • Les médias, journalistes et autres experts de la politique ont été vivement critiqués l’année dernière pour avoir donné Clinton gagnante et ignoré tous les « déplorables » qui ont choisi Trump pour président. Un an après, Margaret Sullivan, la chroniqueuse médias du Washington Post, dresse un bilan en demi-teinte du travail des journalistes, qui avaient pourtant promis de ne refaire les mêmes erreurs.

    Depuis les dernières élections, les médias nationaux se sont félicités d’un nouvel âge d’or de la responsabilité journalistique. Et ce n’est pas faux. Les scoops n’ont pas cessé, les recherches ont été intenses, et les résultats importants. Mais de l’autre côté, la presse est un peu passé à côté de la réalité. Trop souvent elle a succombé au chaos du président Trump, à ses mensonges, à ses menaces et à ses distractions quotidiennes.

    Au bout du compte, c’est Trump qui décide de ce que les médias parleront, « toute la journée et tous les jours, un flot constant de tweets hyperboliques, d’insultes, de simplifications et de vantardise ».
    Les journalistes restent obsédés par les faits et gestes du président et moins sur la politique de l’administration et de Washington qui, discrètement mais sûrement, est en train de changer le visage du pays.
    Comme le note Jay Rosen, un professeur de NYU, « Si on ne peux pas faire confiance à ce que dit le président, rapporter tout ce que dit le président est absurde ». Pourtant c’est ce que les médias continuent de faire chaque jour.

    * « Trump message of mistrust is sinking in, even in journalism’s new ‘golden age »The Washington Post

 

 

 

5. « Promethea Libre »

 

  • C’est l’histoire d’une jeune enfant extrêmement précoce qui a grandi dans la pauvreté, protégée par l’amour et l’attention d’une mère dévouée à l’avenir et au bien être de sa fille. Très isolée socialement, Jasmine est repérée lorsqu’elle participe à une émission consacrée aux petits génies et commence un programme universitaire qu’elle achève à l’âge de 13 ans à l’Université d’Etat du Montana, où elle va accumuler les diplômes sous un nouveau nom: Promethea Olympia Kyrene Pythaitha.

 

  • La jeune fille n’a jamais cherché l’attention, ni la célébrité – elle a refusé d’entrer dans les plus prestigieuses universités du pays – mais fascine beaucoup de gens, notamment dans la communauté grecque qui l’aide financièrement, à travers des dons, à poursuivre ses études. L’un d’entre eux, un retraité d’origine grecque septuagénaire va développer une obsession pour la jeune fille …
  • Une histoire dramatique, inspirante et humaine qui se termine par une rencontre entre le journaliste et Prométhea après un épisode dramatique.* « Prométhée Unbound »The Atavist

 

 

6. Harvey Weinstein, la suite

 

  • Le New Yorker publie cette semaine la deuxième partie de la longue et excellente enquête de Ronan Farrow sur l’armée d’espions engagée par Weinstein pour museler et intimider ses victimes.

    Au cours de l’été 2016, Harvey Weinstein a voulu mettre fin aux allégations de harcèlement et d’agressions sexuelles dont il faisait l’objet de la part de plusieurs femmes. Il a commencé à engager des agences spécialisées dans la sécurité privée pour collecter des informations sur les femmes et les journalistes susceptibles de dévoiler les accusations. (…) L’objectif des enquêtes, écrit noir sur blanc dans le contrat avec [l’une d’entre elles] Black Cube, signé en juillet, était d’empêcher le New Yorker et le New York Times de publier ces accusations contre Weinstein.

  • Deux enquêteurs utilisant une fausse identité [l’un d’entre eux s’est même fait passer un militant des droits des femmes] auraient rencontré Rose McGowan, l’une des victimes, pour lui soutirer des informations.* « Harvey Weinstein’s Army of Spies »The New Yorker

 

  • Weinstein était conscient de la gravité de ses actes et des menaces qui pesaient sur lui et a utilisé une fois de plus son pouvoir et son argent pour intimider ses victimes. Il est sous le coup d’une enquête de la police de New York et pourrait bien terminer en prison, ce qu’il mérite.

 

 

7. On vit une époque formidable

 

  • Donna Brazile, présidente par intérim du Comité National Démocrate entre juillet 2016 et février 2017 a sorti un livre « Hacks » dans lequel elle affirme que Clinton aurait influencé le parti lors des Primaires démocrates grâce à l’argent récolté lors des collectes de fond de la candidate, contre ses adversaires, Elizabeth Warren et Bernie Sanders. Mais il n’existe aucune preuve de trucage comme beaucoup de médias de droite et le président l’ont avancé.

 

  • « Paradise Papers »: Robert Mercer, le milliardaire américain financier de l’alt-right (Steve Bannon, Breitbart, Milo Yiannopoulos), devenu en quelques années l’une des personnalités les plus influentes de la droite conservatrice « a construit une caisse occulte de 60 millions de dollars pour servir la cause conservatrice dans la fondation familiale en utilisant un investissement offshore pour échapper au fisc américain ». The Guardian

 

 

8. A Voir

 

  • « Inside the Paradise Papers Investigation ». « Vice News Tonight » a suivi pendant un an le travail des reporters du Guardian, du New York Times et du Süddeutsche Zeitung, sur les « Paradise Papers », en référence au bureau d’avocat situé dans les Bermudes d’où parviennent ces fuites.
    13,4 millions de documents détaillant les activités offshore des personnalités et entreprises les plus riches du monde » ont été diffusés par le Consortium international pour le journalisme d’investigation, basé à Washington, qui avait déjà travaillé sur les « Panama Papers » et qui les a reçu du Süddeutsche Zeitung.
    380 journalistes sur six continents différents ont collaboré sur ce projet. 
    Tout ce qu’il faut savoir dessus sur CNN

 

  • « Rolling Stone. A Story from the edge. » A l’occasion des cinquante ans du magazine, qui vient d’être vendu, HBO à consacré un documentaire en deux parties sur son histoire et son impact sur la culture – et contre-culture – américaine

 

 

 

9. Couverture du Jour

 

 

  • La dernière couverture du New Yorker, réalisée par Jenny Kroik, est un hommage aux bookstores de New York City, et le plus fameux d’entre, Strand, situé Downtown Manhattan.

05.11.17

 

1. LES PRIERES N’Y FERONT RIEN

 

 

  • Devin Patrick Kelley, ancien soldat exclu de l’armée américaine après une condamnation pour violences domestiques, féru d’armes à feu, a tué, dans une église baptiste de Sutherland Springs, une communauté de quatre cent habitants de la banlieue de San Antonio au Texas, 26 personnes, âgées de 5 à 72 ans, et blessé une vingtaine d’autres avec une arme automatique avant d’être abattu par des voisins armés. New York Post.
    C’est la pire tuerie que le Texas ait connu, un mois seulement après celle de Las Vegas, la « pire des pires » qui avait 59 morts. Deux des pires tueries de l’histoire moderne américaine ont eu lieu ces 35 derniers jours. CNN

 

 

  • Comme d’habitude, on a eu le droit aux pensées et « prières » des politiciens américains, qui n’oseront jamais dénoncé le problème du contrôle des armes à feu – et dans le cas de Mr. Kelley, être capable de se procurer une arme avec un casier judiciaire pareil – sous la pression de la puissante National Rifle Association, elle-même financée par les fabricants d’armes. Le gouverneur du Texas, Greg Abbott implorait ce soir « l’aide, la direction et la guérison de dieu pour tous ceux qui souffrent »The New York Times
    Le meurtrier avait posté la semaine dernière sur Twitter une photo de son arme semi-automatique avec la mention « Bad bitch ».
  • Aucune idée encore des intentions du meurtrier qui a décimé 4% de la population de cette petite communauté très soudée.

 

2. La Réforme fiscale

 

 

  • The Tax Cuts and Jobs Act, c’est le nom de la réforme fiscale proposée par les parlementaires républicains jeudi avec pour slogan: « Plus d’emplois, des impôts plus justes et des salaires plus élevés. »
    Sans officiellement la soutenir, Trump y est favorable. Pour ceux que cela intéresse, Politico explique les grandes lignes de cette loi qui doit absolument passer pour la majorité après la débâcle de la réforme de la santé

 

 

 

3. GILLESPIE V. NORTHAM

 

  • Mardi aura lieu en Virginie l’élection très serrée du prochain gouverneur de l’Etat qui oppose le démocrate Ralph Northam au républicain Ed Gillespie. Les enjeux sont importants car l’Etat est voisin de D.C., la capitale du pays, car la Virginie a joué un rôle clé dans l’élection de Donald Trump aux dernières élections présidentielles, et que le favori, Northam, s’est fait rattrapé dans les sondages ces dernières semaines.

 

  • Quant au candidat républicain, Ed Gillespie, il représente l’évolution du parti républicain depuis l’élection de Trump: Ancien conseiller de George W. Bush, il représentait l’establishment républicain avant d’embrasser la rhétorique anti-immigration et America First de Donald Trump.

 

 

3. CLINTON ENCORE ET TOUJOURS

 

  • L’anniversaire du drame des élections présidentielles 2016 approche, et Hillary Clinton, l’impossible perdante continue de faire les gros titres et d’occuper la vie politique pour toutes les mauvaises raisons: D’abord sa « tournée des regrets et du ressentiments » puis le bouquin « What Happened » début septembre, le dossier Steele, financé en partie par le Comité National Démocrate (DNC) durant la campagne présidentielle pour récolter des informations incriminantes sur Donald Trump et dernière pierre à l’édifice: le livre de Donna Bazile, « Hacks », présidente par interim du DNC, qui accuse Clinton d’avoir pris en otage le parti pour s’approprier la nomination aux dépens de Bernie Sanders et Elizabeth Warren.

 

  • A part déstabiliser le camp démocrate et donner des arguments à Donald Trump pour que le Département de Justice enquête sur la « corruption » des primaires démocrates, on ne voit pas trop l’intérêt de ce témoignage. Si les Démocrates veulent remporter la Chambre des Représentants ou le Sénat l’année, c’est « en regardant vers l’avant et non pas vers l’arrière ».

 

 

 

4. HB 1523

  • Le Mississippi, l’un des Etats les plus pauvres du pays, est aussi devenu l’un des plus intolérants depuis la mise en place début octobre de la « House Bill 1523 » – une loi votée par le Parlement (« House ») – qui au nom de la liberté de religion autorise les commerçants à discriminer leurs clients sur des critères sexuels, interdisant à ces derniers tous recours juridiques.
    La législation protège trois croyances spécifiques complètement réactionnaires: Le mariage ne peut être qu’hétérosexuel, les genres ne peuvent être modifiés ou le sexe avant le mariage est immoral.

    C’est plus qu’une autorisation de discriminer, c’est une invitation spécifique à faire cela

  • Contrairement à l’Indiana, où une loi similaire avait provoqué un émoi national et obligé Mike Pence, alors gouverneur de l’Etat à la retirer, ou la « bathroom bill » de Caroline du Nord qui a été annulée après le boycott très coûteux des championnats sportifs universitaires et nationaux, la HB1523 du Mississippi, même relayée les grands médias du pays, n’a pas suscité davantage de débats et est retombeé dans l’oubli.
    La raison:

    Le Mississippi est le parfait exemple de la façon dont les forces anti-LGBT de la Droite Religieuse contrôlent un Etat et essayent de débarrasser la communauté Queer de la vie publique – alors que toute l’attention est sur D.C.

    * « The Muted Fight Against HB 1523, the Most Anti-LGBT Law in America »Daily Beast

 

 

 

6. Oooops

  • Twitter voulait que RT – le réseau d’information officiel russe – dépense beaucoup d’argent durant les élections présidentielles américaines et lui a offert 15% de son inventaire publicitaire sur la campagne en échange de 3 millions de dollars. RT a décliné l’offre – Buzzfeed News

 

  • Décidément une sale semaine pour les médias de la Big Apple: Teen Vogue​, le mensuel féminin engagé destinées aux adolescentes américaines va cesser de paraître et continuera exclusivement en ligne.  – WWD

 

  • Rien ne va plus au Wall Street Journal: l’institution new yorkaise rachetée par Murdoch en 2007, « qui a toujours eu sa place dans l’éco-système conservateur » a demandé la semaine dernière à la démission du procureur indépendant Robert Mueller et encouragé le président à pardonner tous ceux qui seraient inculpés dans son enquête, y compris lui, le président – un choix éditorial surprenant, même si le comité agit indépendamment de la rédaction, qui a choqué beaucoup de journalistes. On parle de guerre civile à l’intérieur du quotidien qui rejoint de plus en plus les positions de Fox News et du New York Post en soutenant Trump contre la justice. The Hive/Vanity Fair

 

  • Selon Pew Research, un quart des adultes utiliserait plusieurs médias sociaux LinkedIn, Instagram, Snapchat et WhatsApp) pour s’informer – ils n’étaient que 15% en 2013 – alors 45% utilisent uniquement Facebook à cet effet.

 

  • Robert Mercer, le richissime investisseur qui finance Breitbart, Milo Yiannopoulos, devenu l’un des plus puissants donateurs de la droite américaine, a annoncé qu’il quittait son poste de co-directeur de Renaissance, un fond d’investissement de 45 milliards de dollars à partir de janvier prochain et décidé de se distancer de Steve Bannon dans une déclaration officielle. Axios
    La famille Mercer a été l’objet de nombreuses enquêtes dans les médias depuis la victoire de Trump, notamment ce portrait du New Yorker

 

02.11.17

1. LA HAINE EN LIGNE

 

  • En unes du Washington Post et du New York Times, la photo du groupe de touristes argentins prise samedi à l’aéroport de Rosario en Argentine avant leur départ vers New York, où cinq d’entre eux ont trouvé la mort mardi.

 

  • Selon les autorités, le meurtrier, Sayfullo Saipov, 29 ans, s’est radicalisé en regardant des vidéos de propagande de l’Etat Islamique sur internet, affirme avoir planifié l’attaque depuis un an et choisi Halloween pour faire le plus de victimes possibles.
    Il a été inculpé par un tribunal d’instance et non pas une cour martiale comme c’est normalement le cas pour les terroristes étrangers – provoquant la fureur du président qui a qualifié le système de justice pénal américain de « blague » et de « risée ».The New York Times
    Sur Twitter, Donald Trump a souhaité que le suspect soit enfermé à Guantanamo et a réclamé à deux reprises la peine de mort – interdite dans l’Etat de New York.

 

  • Il a également demandé au Congrès d’annuler la loterie de carte verte, le programme qui, depuis 1990, offre cinquante mille étrangers une carte de résident permanent pour dix ans. Twitter
  • Donald Trump n’a jamais eu de problèmes avec cette loterie de carte verte avant que ses médias conservateurs préférés, Fox News et Breitbart, le dénoncent, dès mardi après midi avoir appris que le suspect était entré aux Etats-Unis à travers ce programme quelques années plus tôt – CNN

 

 

2. ASTROS!

 

 

  • Félicitations aux Astros de Houston qui viennent de remporter leur premier « World Series », le championnat américain de baseball depuis les débuts de la franchise en ligue nationale en 1962.
  • Cette finale en sept rencontres qui l’opposait aux Dodgers de Los Angeles restera dans les annales avec deux matchs historiques qui se sont joués à la dernière minute: les deux équipes étaient les meilleures de leur ligue avec plus de cent victoires chacun au compteur – une première depuis 1931.
    La situation était d’autant plus dramatique que Houston a été à moitié détruite par le passage de l’ouragan Harvey il y a deux mois.

 

3. LE GOTHAMIST ET DNAINFO NE SONT PLUS

 

 

  • Joe Ricketts, le milliardaire propriétaire du Gothamist et de DNA Info, deux sites internet d’informations locales sur New York ont brusquement cessé de paraître cet après midi, sans crier gare.
    La raison officielle: Pas assez d’argent pour financer les immenses efforts et dépenses que nécessitent ce type de journalisme – c’est de l’info locale.
    La raison officieuse: Il y a une semaine, les journalistes des deux services ont décidé de rejoindre le syndicat qui représente tous les auteurs divertissement et de l’information de la côte Est, le Writers Guild of America, East (WGAE). Selon un porte parole de DNA, « la décision de la rédaction de se syndiquer est devenu un obstacle supplémentaire pour rentabiliser l’affaire. – The New York Times

 

 

4. LES GEANTS TECH: ROI DE LA CENSURE?

 

 

  • Facebook, Google et Twitter ont témoigné cette semaine devant trois commissions du Congrès sur la façon dont des opérateurs russes avaient utilisé leurs plateformes pour véhiculer des idées incendiaires pendant la campagne présidentielle et ont promis de faire de tout faire pour éviter que une nouvelle manipulation de masse lors des prochaines élections de mi-mandat en novembre 2018.
  • Les trois compagnies font également face aux critiques des médias conservateurs qui les accusent de censurer leurs propos et idées grâce à une clause votée en 1996 – lorsque internet en était a ses balbutiements – qui protégeaient ces compagnies contre d’eventuelles poursuites concernant les propos véhiculés sur leurs plateformes.
    La section 230 du Communication Decency Act autorise les entreprises de services technologiques, dont internet, à retirer les contenus qu’elle juge « choquant » même « si ce contenu est protégé par la Constitution ». Pour les conservateurs, c’est un moyen de censurer tout ce qui ne rentre pas dans la logique libérale.
    « Tech Giants are Biggest Threat Facing Trump Supporters » – AmericanGreatness

 

 

 

5. N’IMPORTE QUOI

 

 

  • Le tweet de Donald Trump Jr le soir d’Halloween, qui a voulu politiser cette fête pieuse préférée des enfants, en essayant d’expliquer ce qu’était le « socialisme » a suscité nombres de critiques et moqueries sur internet pour la seule et bonne raison qu’il a raconté n’importe quoi.
    En dessous d’une photo de sa fille avec un seau rempli de bonbons, l’aîné des enfants Trump explique: « Je vais prendre la moitié des bonbons de Chloé et les donner à un enfant resté à la maison. Il n’est pas trop tard pour apprendre aux enfants le socialisme »
    Non seulement il utilise sa petite fille comme cobaye de sa bêtise, mais les leçons à retenir laissent perplexe: Ne pas partager avec d’autres enfants des bonbons reçus gratuitement par d’autres parents? Considérer la récolte de Halloween comme un labeur, récompensé dans le cas de « Chloé »  mais pas pour tout le monde, car il existe des enfants trop feignants pour vouloir se déguiser le soir d’Halloween pour aller récolter des bonbons. Le parallèle n’aurait pas pu être plus bête, plus grossier, plus ignorant et méprisant et je parie que ce retour de bâton a renforcé la  conviction de Donald Jr plutôt de l’avoir fait réfléchir.

 

 

 

6. CA VA FAIRE COULER DE L’ENCRE

 

  • Le voilà, le livre de l’ancien directeur du FBI qui sortira en mai prochain, et dont le titre « A Higher Loyalty. Truth, Lies and Leadership », est une référence à la discussion qu’il a eu avec le président dans le bureau ovale à propos de l’enquête sur d’éventuelles collusions de son équipe de campagne avec les Russes pendant les élections de 2016 (« J’ai besoin de votre loyauté, J’attends votre loyauté »).
  • Donald Trump a viré James Comey en mai dernier, la plus grosse bourde politique de l’histoire moderne du pays selon son conseiller Steve Bannon, et obligé le Département de Justice à nommer un procureur indépendant pour continuer l’enquête, Robert Mueller, qui vient justement d’inculper trois associés de campagne de Trump lundi dernier.
    Karma.

 

 

7. LA COUV DU JOUR