Le kiosque du 18.07.17

 

1. R.I.P « Repeal and Replace »

 

La page d’accueil du site internet ce matin

 

  • Deux sénateurs Républicains (Mike Lee d’Utah et Jerry Moran du Kansas) ont annoncé hier leur refus de voter contre le troisième projet de réforme de l’assurance santé, « Better Care Reconciliation Act », proposé par leur parti la semaine dernière. 
    Avec quatre sénateurs de leur majorité (Susan Collins du Maine et Rand Paul du Kentucky) opposés au « Repeal and Replace » , les Républicains n’ont pas la majorité simple de 51 voix (sur les cent que compte le Sénat) pour voter la proposition.
     
  • C’est un échec cuisant pour le parti républicain obsédé par l’abrogation d’Obamacare depuis son passage il y a sept ans et l’une des mesures phares du programme de Donald Trump
  •  

  • Mitch McConnell, chef de la majorité républicaine au Sénat, propose désormais un « plan C » qui consiste à abroger complètement Obamacare puis travailler durant « une transition « de deux ans sur une nouvelle réforme – une stratégie à laquelle sont déjà opposés trois sénateurs républicains qui refusent l’abrogation sans une solution de rechange.

 

  • Jennifer Steinhauer dans le New York Times ce matin: 
     

    Au bout du compte, les Républicains réapprennent une leçon qu’il ont du mal à digérer depuis le New Deal: une fois établi, une loi a peu de chances d’être abolie (…)
    Depuis le vote de l’Affordable Care Act, les Républicains veulent l’abolir. Au début, ils avaient le soutien de beaucoup d’électeurs qui leur en ont donné les moyens: Perte de la majorité démocrate à la Chambre des Représentants en 2010 – contre l’ingérence du gouvernement – et puis celle du Sénat en 2014.
    Mais depuis, des millions d’Américains sont assurés grâce à cette loi qui porte le nom d’Obama, le programme de santé est devenu de plus en plus populaire, même chez certains gouverneurs républicains.

 


2. Trump n’a toujours rien compris à Washington

 

  • Selon Politico, « Trump était choqué hier devant l’implosion de la proposition de réforme du GOP ».
    Hier soir il discutait encore de l’importance de l’abrogation et du remplacement d’Obamacare avec des sénateurs républicains lorsqu’il a appris la défection de M. Lee et M. Moran.

 

 

  • C’est catastrophique pour les Républicains, qui contrôlent les deux chambres et trente des cinquante Etats du pays mais incapables de se mettre d’accord autour d’une législation et tout aussi inquiétant pour le président qui n’arrive pas à fédérer sa majorité – qu’il a menacé si elle ne votait pour le « Repeal et Replace » tout en qualifiant la proposition de loi de « méchante ».

 

  • Eugene Robinson dans le Washington Post ce matin:
     

    On a un président dont la seule ambition est son propre intérêt, pas celui du pays. Trump aime sa famille, son entreprises et pas grand chose d’autre. Il déshonore la position qu’il tient et passe chaque jour des heures à s’énerver contre les chaînes câblées qui, selon lui, lui manquent de respect.
    Son ego est une sorte trou noir psychique qui dévore tous ceux qui sont dans son orbite.

    (…)
    Son administration est un désastre. Les membres de sa garde rapprochée se tirent dans les pattes à coups d’informations anonymes données aux reporters. Ils essayent de remporter les faveurs du président non pas en faisant leur travail mais en essayant de défendre tout ce qu’il dit et ce qu’il fait jusqu’au ridicule.
    En l’espace d’une semaine, ses conseillers sont passés de « la campagne n’a eu aucun contact avec les Russes » à « Il y a eu contact mas pas de collusion » pour finir avec « La collusion n’est pas un crime ».

     

  • La mise en garde du conservateur Wall Street Journal envers le président ce matin:
     

    La meilleure défense contre de nouvelles révélations c’est de jouer la transparence: Si l’opinion favorable de Trump reste en dessous de 40% l’année prochaine, les Républicains vont commencer à se distancer d’un président impopulaire pour essayer de sauver leur majorité au Congrès.
    Si les Démocrates remportent la Chambre des Représentants, les enquêtes vont se multiplier sur tous les aspects des affaires de Trump, de la campagne de 2016 et de son administration.
    La destitution sera latente, si elle ne devient une réelle menace. Ses supporters seront démoralisés.

 


3. « Il pleut des seringues »

 

  • La crise sanitaire liée à l’épidémie d’opioïdes et d’héroïne qui ravage les Etats-Unis avec un record de 50 000 morts par overdoses en 2016 a également des conséquences sur l’environnement: L’accumulation des seringues utilisées pour se shooter.
     

    Elle se cachent dans les mauvaises herbes le long des chemins de randonnée et dans le gazon des terrains de jeux. Elles sont jetées dans les rivières et s’accumulent le long des plages. On les retrouve dans les abris des terrains de basket, sur les trottoirs et dans les rues. En pleine période d’épidémie d’héroïne, les seringues laissées par les toxicomanes sont partout.
    A Portland, dans le Maine, la mairie en a ramassé plus de 700 cette année, un chiffre qui devrait dépasser les 900 récoltées l’année dernière. En mars seulement, San Francisco a ramassé 13 000 seringues, contre 2 900 en mars 2016.

    * « It’s raining needles: Drug crisis creates pollution threats » – AP

 


4. Elle appelle la police et c’est elle qu’on tue

 

 

 

  • Fais divers dans le Minnesota:
     

    Peu avant minuit samedi, un officier de police de Minneapolis a tiré et tué une femme qui avait appelé 911 pour rapporter une agression dans une allée derrière sa maison.
    On ne sait pas encore pourquoi l’officier a ouvert le feu.
    (…)
    L’année dernière, le Minneapolis Police Department (MPD) a obligé les officiers à activer la caméra fixée à leur uniforme quand ils ont à faire à ce gendre d’incidents.
    Mais dans un communiqué de presse, le Département de la sécurité publique du Minnesota a affirmé « que les policiers n’avaient pas activé leur caméra qui n’ont rien filmé de l’incident » 
    (…)
    Plus de 520 personnes ont été tuées par la police aux Etats-Unis cette année, selon le Washington Post, comparé à 963 sur toute l’année 2016.

     

  • Le policier qui a tiré est le premier officier d’origine somalienne à avoir intégré en 2015 le Département de Police de la ville, qui a une importante communauté originaire Afrique de l’Ouest.
    La maire de la ville, choquée, a promis de faire toute la lumière sur cette tragédie.

    * « With Body Cameras off, Minneapolis cop shoots end kills woman who called to report assault »Think Progress

 


5. Cleveland et son hôpital

 

  • Reportage de Politico à Cleveland, qui possède l’un des hôpitaux les plus renommés du pays mais reste incapable de soigner sa population.
     

    « La Clinic », le deuxième employeur de l’Ohio et l’un des plus grands hôpitaux du monde, entretient une relation difficile avec la communauté qui l’entoure.
    Certes, l’hôpital est la fierté de Cleveland et ses représentants insistent sur le fait qu’il engrange des milliards de dollars de revenus à l’Etat (…)
    Mais c’est aussi un établissement exonéré d’impôts qui, comme beaucoup d’hôpitaux, se bat pour préserver son statut d’organisme « à but non lucratif » qui lui a permis sous Obamacare de ne pas payer des dizaines de millions de dollars d’impôts qu’il est censé réinvestir dans sa communauté. 

    Cette communauté est pauvre, en mauvaise santé, « difficilement vivable ». (…)
    C’est le paradoxe au coeur de cet hôpital de Cleveland. Sa mission est de sauver des vies mais il est incapable de sauver le quartier qui continue à se désintégrer tout autour.

    * « How the Cleveland Clinic grows healthier while its neighbors stay sick » – Politico

 


6. Scandale à l’University of South Carolina

 

  • Une enquête à l’ancienne, en une du Los Angeles Times hier: un coup de fil anonyme au quotidien pour dénoncer une overdose accidentelle dans un hôtel cossu de Los Angeles et dont l’un des protagonistes est le directeur d’une des plus prestigieuses écoles de Médecine du pays.
    L’université et la police seraient volontairement restées discrets?

     

    Dans les salles d’amphi, laboratoires jusqu’au bureau du directeur, le Dr. Carmen Puliafito était une figure imposante.
    Le directeur de la Keck School of Medecine était un chirurgien renommé aussi doué pour rapporter de l’argent et que des talents au sein de l’université [of Southern California].
    Le chirurgien de Harvard avait aussi vie cachée.
    Pendant son mandat, il fréquentait criminels et toxicomanes qui affirment qu’il prenait avec eux de la methamphetamine et autres drogues dures. Puliafito, 66 ans, et ses jeunes amis ont filmé et photographié leurs exploits (…)
    Puliafito a démissionné de son poste à 1,1 millions de dollars par an en mars 2016, en plein milieu d’année, expliquant qu’il cherchait de nouvelles opportunités.

    * « An overdose, a young companion, drug-fueled parties: The Secret life of USC med school dean » – The Los Angeles Times

 


7. Le culte de R Kelly

 

  • La carrière de la légende du R&B est parsemée de scandales impliquant de très jeunes filles, dont la fameuse chanteuse Aaliyah, qu’il a épousé illégalement à l’âge de 15 ans (il en avait 27), des vidéos pornographiques avec des mineures et de nombreux procès sans jamais avoir été condamné.
  •  

  • Les parents d’une jeune fille de 21 ans affirment que leur fille est retenue contre son gré par le chanteur dans une « sorte de culte » dont ferait partie au moins six jeunes filles, désormais complètement coupées de leur famille rapportait hier Buzzfeed News
     

    Trois anciens membres du cercle rapproché de Kelly – Cheryl Mack, Kitti Jones, et Asante McGee – ont fourni des détails qui viennent confirmer les pires cauchemars des parents. Ils affirment que six femmes vivent dans des propriétés louées par Kelly à Chicago et dans la banlieue d’Atlanta et il contrôle tous les aspects de leur vie, ce qu’elles mangent, comment elles s’habillent, quand elles se lavent, quand elles dorment, et quand ils décident d’avoir des rapports sexuels filmés.

     

  • L’intéressée, Jocelyn Savage, a démenti les accusations de ses parents et affirmé qu’elle « est très heureuse avec le chanteur »* « Inside the Pied Piper of R&B’s ‘cult' »Buzzfeed

Le kiosque du 14.07.17

 

 

1. Trumplandia: La pire épreuve 

 

  • L’actualité brûlante de la semaine, c’est encore et toujours Trump et la Russie mais cette fois-ci, le « smoking gun » est venu du fils, Donald Jr qui a apporté la preuve que l’équipe de campagne de son père était au courant des tentatives du gouvernement russe d’influencer les élections présidentielles en faveur du candidat républicain, et surtout qu’elle était prête à recevoir des documents compromettants sur Hillary Clinton de la part du Kremlin.

 

  • Mardi matin, il posté sur son compte Twitter un échange d’emails dans lesquels il accepte de rencontrer une avocate russe proche du gouvernement – ce qu’il a fait dans la Trump Tower le 9 juin 2016 en compagnie de Jared Kushner et Paul Manafort.
    Il a devancé les révélations du New York Times qui avait connaissance du contenu de la correspondance.
    A savoir qui, du FBI, des Commissions du Renseignement qui enquêtent sur l’ingérence russe ou de la campagne de Trump a balancé Trump Jr? Imaginez l’ambiance à la Maison Blanche.

    David Brooks dans le New York Times:

    Le Donald Trump Jr qu’on observe dans le scandale russe n’est pas malveillant: Il est incapable de réaliser que les problèmes éthiques ont leur importance dans la vie quotidienne (…) Don Jr est incapable d’envisager la possibilité d’avoir fait quelque chose de mal

 

  • Dans une interview accordée à Reuters, le président affirme ne jamais avoir été au courant de ce meeting et défend la décision de son fils de l’avoir accepté car « tout le monde l’aurait fait » à sa place. 

 

  • On a appris cet après midi la présence d’une cinquième personne lors de ce fameux meeting avec l’avocate russe, Natalia Veselnitskaya: Un lobbyiste américano-russe et vétéran de l’armée soviétique, Rinat Akhmetshinqui affirme selon le Daily Mail, avoir donné des informations compromettantes sur les Démocrates – ce que Trump Jr a formellement démenti sur la plateau de Sean Hannity, mardi soir sur Fox News.

 

  • Très bon podcast de The Intercept sur la question:

     Le vieil adage selon lequel la dissimulation est pire que le crime semble avoir été taillé sur mesure pour Donald Trump et sa joyeuse bande d’imbéciles, de zélés – et membres de la famille.

 

  • Le Time s’est lui régalé dans sa nouvelle édition hebdomadaire

 

 


2. Relations délétères entre CNN et Sebastian Gorka

 

  • Mercredi soir, le journaliste de CNN Anderson Cooper a interviewé Sebastian Gorka, ancien de Breitbart, aujourd’hui conseiller de Trump à la Maison Blanche, qui a littéralement insulté la chaîne d’info en dénonçant sa « couverture salace et sensationnelle » de l’administration pour « faire de l’audience et de l’argent » et affirmé, contre tous les rapports des médias, que tout allait pour le mieux dans l’entourage du président.

 

  • Trump a qualifié la prestation de Gorka « d’extraordinaire »: le conseiller est désormais l’un de ses représentant préférés à la télévision et devenu « une rock star ces derniers jours » auprès des 40% d’irréductibles électeurs qui soutiennent toujours le président.

 

 


3. Assurance Santé, Troisième version

 

 

  • La troisième proposition de la réforme de l’assurance santé présentée hier par les sénateurs républicains n’a pas convaincu grand monde au sein de leur majorité: deux sénateurs sont prêts à voter contre et huit ne sont pas encore convaincus.
    Avec une majorité de 52 sénateurs seulement, et la voix du vice-président Mike Pence en cas d’égalité, la loi échoue si trois sénateurs républicains s’y opposent.
    Voir le très bon recap du Washington Post

 

 

 


4. Une nouvelle approche efficace dans la crise des opioïdes?

 

  • Reportage du New York Times dans le New Hampshire, deuxième Etat le plus touché par l’épidémie d’opioïdes et d’héroïne aux Etats-Unis. Le département de police de la petit ville de Laconia, 16 000 habitants, a assigné l’un de ses officiers à une seule et unique tâche: limiter le nombre d’overdoses.

    Il semble y avoir trois approches différentes au problème de la drogue: La prévention, le maintien de l’ordre et le traitement.
    Pour réussir les trois, il ne faut pas considérer les toxicomanes comme des criminels. Ce sont aussi des consommateurs qui sont la cible des revendeurs, ce sont aussi des victimes qui ont besoin d’être soignés.
    Coordonner ces trois approches requiert un certain type d’officier (…) En septembre 2014, Eric Adams est devenu la première personne de Nouvelle Angleterre – à sa connaissance, la seule du pays – à coordonner la prévention, la répression et le traitement contre la toxicomanie.

 

  • Une solution qui semble avoir porté ses fruits

    Depuis trois ans, le taux d’overdoses a augmenté partout dans le New Hampshire, mais celui de Laconia a baissé.
    L’année où Adams a commencé, la ville a recensé 10 décès par overdoses. En 2016, il y en avait cinq (…) Le comté a recensé moins d’urgences liés aux opioïdes qu’aucun autre du New Hampshire, à l’exception d’un.
    Sur les 204 toxicomanes que Adams a rencontré, 123 soit 60% ont bien voulu rester en contact avec lui. Adams les appelle au moins une fois par semaine. 84, soit 40% d’entre eux, sont restés sobres pendant deux mois ou plus et aucun n’est mort.

    * « A small Town police officer’s war on drugs »The New York Times magazine

 


5. Les financiers de l’alt-right

 

  • La puissante et richissime famille Mercer a été l’un des plus importants donateurs de la campagne de Trump et finance Breitbart depuis 2012.
    Selon Buzzfeed News:

    Des fuites, dont une lettre de change et des emails, des conversations avec plusieurs personnes au courant de l’affaire, affirment que les Mercer financent Yiannopoulos depuis sa démission de Breitbart – à la suite de la diffusion d’une vidéo dans laquelle il est accusé de promouvoir la pédophilie.
    Selon eux, les promoteurs et financiers de la « new conservative politics » n’ont pas seulement intérêt à protéger leur argent mais veulent gagner la nouvelle guerre culturelle qui se joue principalement en ligne.

     

  • Selon de sources, « Les Mercer veulent faire tout pour promouvoir un nouveau style de conservatisme auprès de la jeune génération. Milo a réussi cela avec l’argent de Breitbart avec leur argent donc il n’y a aucune raison pour que ça change. » 

    « Leaked Documents Suggest Secretive Billionnaire Trump Donors are Milo’s Patrons » – Buzzfeed.

 


6. C’est déjà la rentrée

 

  • Les grandes chaînes de distribution américaines enchaînent les opérations commerciales tout au long de l’année et toujours plus tôt.

    Les soldes de fin d’année qui commençaient traditionnellement Black Friday, au lendemain de Thanksgiving [dernière semaine de novembre] sont désormais avancées au début du mois d’octobre. Les décors de Halloween apparaissent au mois de septembre.

     

  • Résultat: Deux semaines après la fin de l’année scolaire, les promotions pour la rentrée ont déjà envahi les rayons des grandes surfaces comme Target, Staples ou Walmart qui veulent s’accaparer les 27 milliards de dollars que les parents vont dépenser à la rentrée pour leur enfants.* « It’s July and Retailers want you to think ‘Back to School' » – USA today

7. Les Emmys Awards

 

 

  • Les trois compagnies de vidéo en ligne sont nominées 162 fois, soit un tiers de l’ensembleAxios

    Ces compagnies investissent des milliards de dollars dans du contenu et ca paye. Cette année, Amazon et Netflix ont remporté leur premier Oscar, une première pour des entreprises de haute technologie.
    Leurs finances et leur audience est immense et marque un changement important entre chaînes de télé traditionnelles et des entreprises de vidéo en ligne.

  • Ce sont les « Late Night Shows » anti-Trump qui dominent également cette année avec l’incontournable « Saturday Night Live », qui fêtait sa 42ème saison, mais aussi “Full Frontal With Samantha Bee” (TBS), “Last Week Tonight With John Oliver” (HBO), “The Late Show with Stephen Colbert” (CBS).

 

 


8. Le reste de l’actualité

 

  • Kid Rock, le chanteur de rock & roll s’est inspiré de son idole, Donald Trump et annoncé qu’il allait se présenter au poste de sénateur du Michigan en 2018 avec le soutien quasi-assuré du président. – Fox News

 

  • Cosmo DiNardo, 20ans, originaire de Pennsylvanie a avoué le meurtre de quatre jeunes hommes, dont un ancien camarade de lycée, disparus la semaine dernière et retrouvés enterrés dans la propriété familiale. Le procureur n’a pas indiqué les motifs de ces meurtres. Time

 

  • Donald Trump a déclaré aux journalistes que le fameux mur qui doit protéger les Etats-Unis des « bad humbres » mexicains, ne serait construit que là où c’est nécessaire – pas là où les rivières « vicieuses et violentes: et montagnes servent de barrière naturelle – sur environ 700 à 900 des 2000 miles de la frontière. – Arizona Daily News

 

  • Il a également précisé qu’il voulait un mur transparent pour éviter que les garde frontières soient blessés par le poids des sacs de drogue lancés à travers le mur. Il y a peu de chances pour qu’un sac rempli drogue de 25 kgs soit balancé de l’autre côté d’un barrière haute de 15 m. – Washington Post 

 

  • C’est Naruto, il vit dans la réserve sauvage de Sulawesi en Indonésie et c’est lui l’auteur de ce parfait selfie réalisé en 2011. PETA (People for the Ethical Treatment of Animals)​ a intenté un procès au photographe et propriétaire de l’appareil en affirmant que le copyright et toutes les recettes de la photo devaient revenir au macaque plutôt qu’à lui.
    La cour d’appel de San Francisco doit rendre prochainement une décision.

 

 


9. La couverture du Jour

 

  • La énième couverture du caricaturiste en chef de Donald Trump pour le New Yorker, Barry Blitt, qui nous offre cette semaine « Grounded »

 

Le Kiosque du 11.07.17

 

 

1. Trumplandia: « The Smoking Gun »

 

La page d’accueil du Drudge Report lundi après midi

 

  • Donald Jr, aussi menteur que son père
    La dernière révélation du New York Times concernant le fils aîné de Trump – prêt à recevoir en juin 2016 des informations compromettantes sur Hillary Clinton de la part du gouvernement russe qui affirme vouloir influencer le résultat des élections en faveur de son père – est la preuve de l’existence d’un contact entre l’entourage du candidat et les Russes pendant la campagne présidentielle.
    C’est un fait.

    Comme le résume parfaitement Mike Allen dans sa newsletter ce matin:

    Aucun démenti de la West Wing concernant les révélations de ces derniers jours sur la rencontre de Don Jr avec des Russes en pleine campagne présidentielle, pourrait avoir des conséquences politiques et légales énormes. Si le New York Times est au courant, imaginez ce que Bob Mueller, [le procureur indépendant en charge de l’enquête du FBI sur les collusions potentielles entre l’équipe de Trump et le Kremlin], doit savoir.

 

  • Aucun démenti car Donald Jr a décidé de prendre les devants en publiant l’email incriminé dans son intégralité sur Twitter ce midi, comme si de rien n’était.
    On y apprend que Don Jr est ravie de recevoir l’aide d’un pays étranger pour faire gagner son père, et c’est dans cette optique qu’il rencontre avec
     Jared Kushner et Paul Manafort la fameuse avocate russe, Natalia Veselnitskaya, dans la Trump Tower, le 9 juin 2016.
    A cette date, les Russes étaient déjà en possession des serveurs démocrates piratés – celui du comité national démocrate et de John Podesta, président de la campagne de Clinton – mais n’avaient encore rien révélé. 

    * « Russian Dirt on Clinton? ‘I Love it’, Donald Trump Jr Said »The New York Times

 


2. Pourquoi tant de mensonges?

 

  • Donald Trump Jr est la cinquième personne dans l’entourage direct de Trump à avoir menti sur ses relations avec des représentants russes liés au Kremlin – alors que trois enquêtes sont actuellement en cours (du FBI, de la Commission du Renseignement du Sénat et des Représentants) pour déterminer si des collusions ont eu lieu pendant la campagne présidentielle entre les proches du candidat républicain et les Russes pour influencer le résultat des élections.

 

  • Comme le résume Jack Tapper, journaliste de CNN hier
     

    [Ces cinq personnes] ont menti, changé leur version ou n’ont pas voulu divulguer certaines informations concernant leurs contacts avec les Russes … Si ces contacts et conversations étaient innocents, comme ils l’affirment, pourquoi ont-ils menti la-dessus?

 

Morning Joe / MSNBC

 


3. Le monde à l’envers des médias pro-Trump

 

  • Si on observe un semblant de clairvoyance de la part de la conservatrice National Review:
     

    Ce que je ne comprends pas, c’est comment est-ce que les conservateurs peuvent moquer et sourire à l’idée qu’il existe une vérité à cette histoire dans laquelle Donald Trump fait tout pour que l’on pense qu’il y a effectivement quelque chose.
    Il a viré le directeur du FBI. Il a dit à l’ambassadeur russe qu’il voulait se débarrasser de l’enquête sur la Russie. Il a dit à lester Holt [journaliste de NBC] la même chose. Donald Trump est visiblement obsédé par cette enquête sur la Russie et sur cette « bromance » qu’il a avec Vladimir Poutine.
    Son fils et son gendre ont des liens avec la Russie et continuent de se rétracter, en faisant passer ceux qui les défendaient pour des pitres.
    Pourquoi ne pas attendre [les résultats de l’enquête du FBI] et voir?

     
    * « Trust Nothing, Defend nothing »National Review

 

  • D’autres commentateurs respectés dénoncent la chasse aux sorcières des médias qui n’ont d’autres recours que la « collusion russe » pour affaiblir Trump et la Maison Blanche. Washington Post

 

  • Les autres médias pro-Trump vivent dans une autre dimension, le « New Media Upside Down » en référence au célèbre show de Netflix, « Stranger Things », et continuent de défendre l’indéfendable:
    Pour Mike Cernovitch, Don Jr a diffusé son propres email parce qu’il ne veut pas « soutenir la théorie conspirationniste du Times » alors que toutes les révélations du quotidien ces trois derniers jours ont été reconnues par l’intéressé.
     
    Pour Breitbart, aucun intérêt sur le contenu du email diffusé par Donald Jr mais sur les mauvaises intentions du New York Times:

    Le Times a rapporté l’existence d’un email lundi soir, alors qu’ils n’ont jamais vu cet email, ne sont pas en possession de cet email, et s’appuient sur une description de « trois personnes ayant eu connaissance de l’émail », probablement de la communauté du Renseignement ou des Commissions du Renseignement du Congrès.

    * « Here’s how the Pro-Trump Media is Handling The Don Jr Emails » – Buzzfeed

 


4. La vie sans Walmart

 

  • La première chaîne de distribution américaine Walmart, est l’un des plus importants employeurs du pays avec 1,4 millions de salariés répartis dans 4 600 magasins, supermarchés et hypermarchés aux Etats-Unis, notamment dans les centres commerciaux des zones périphériques et rurales.
  •  

  • The Guardian est allé enquêter dans une petite ville du comté de McDowell en Virginie Occidentale, pour comprendre « ce qu’il se passe une fois que Walmart a disparu ».
     

    La question est urgente car la méga-entreprise est en train de repenser sa stratégie commerciale. Les zones rurales comme le comté de McDowell, où Walmart a concentré ses projets d’expansion dans les années 90, se dépeuplent rapidement et remettent en question les ambitions de l’entreprise
    (…)
    Quand tu combines le malaise économique du comté et la bataille toujours plus féroce de Walmart avec Amazon pour la domination du commerce en ligne, ces immenses centres paraissent inutiles. 

     

  • Nicole Banks, jeune étudiante qui vit dans le comté de McDowell avec sa mère malade:
     

    C’est ridicule, les gens d’ici ne peuvent pas souscrire une assurance santé, ils n’ont pas de travail et maintenant c’est la nourriture qui manque. Les gens meurent jeunes ici.

     

  • La perte d’un hypermarché a des retombées qui vont bien au delà du manque à gagner économique:

    Il y a quelque chose d’intangible, de moins matériel et de plus glaçant sur cette perte qui est provoquée par la dépendance des habitants de McDowell au géant de la distribution et incarné dans cette immense boite.

     

  • * « What Happened when Walmart Left » The Guardian

 


5. Uber adapté aux seniors

 

  • Comment aider les personnes âgées avec le tout technologique?
     

    Bob Carr jure qu’il ne voulait pas pirater Uber.
    Cet Atlantien de 67 ans voulait juste élargir l’utilisation de l’application de réservation de voiture à des centaines de personnes âgées pas très à l’aide avec les smartphones. Il a créé en 2014 Common Courtesy Inc., une petite entreprises à but non lucratif propriétaire de nombreux comptes Uber qui réserve des trajets pour les autres.

     

  • Une fois n’est pas coutume, Uber s’est adapté:

    Uber Technologies inc. a noté et plutôt que d’obliger Carr a arrêté ses activités, la compagnie a envoyé l’année dernière cinq ingénieurs pour étudier Common Courtesy et d’autres projets similaires. Ils ont créé une nouvelle option au sein de l’application, appelée Uber Central, qui permet de gérer plusieurs trajets d’un seul et même appareil, qui permet le fonctionnement de 30 « Chapitres » de Common Courtesy à travers le pays et permis à Uber d’atteindre de nouveaux territoires.

     

  • Les Carr ont réservé 2 400 trajets en juin, un chiffre en constante augmentation de 15/20% par mois. Ils prennent trois dollars par trajet qu’ils réservent et un dollar pour ceux arrangés par les autres chapitres de Common Courtesy. 

    * « The Retired Couple That Made Uber more Senior-Friendly » – Bloomberg Businessweek

 


6. Le reste de l’actualité

 

  • Un adolescent de 13 ans meurt à Chicago:

    Les témoins pensaient qu’il avait eu une attaque et ont immédiatement appelé une ambulance, mais à l’hôpital, ils ont appris que Noah [Inman] avait reçu une balle qui avait été tirée dans le ciel par un habitant du quartier voisin »  Chicago Tribune

 

  • Dress Code imposé aux femmes journalistes de Capitol Hill:

    Selon de nombreux journalistes, des femmes se sont vues refuser l’entrée du Speaker lobby pour avoir porté des robes et chemises sans manches. CBS rapporte qu’une « jeune femme reporter » n’a pas été autorisée à entrer dans le Speaker lobby – une salle à côté de la Chambre des Représentants [dans le Capitole de Washington D.C] parce qu’elle portait une robe sans manches « considérée comme inappropriée car ses épaules étaient découvertes – The Slot

 

  • The « Human Right Campaign » a prévu d’investir 26 millions de dollars pour les élections de 2018 avec l’embauche de 20 salariés pour une campagne intitulée « HRC Rising » qui organisera des évènements politiques, de terrain avec des bénévoles et du personnel dédié au numérique et à la communication avec des efforts concentrés sur l’Ohio, la Pennsylvanie, le Michigan, le Wisconsin, l’Arizona et le Nevada. – Politico

 

  • Selon Buzzfeed, une suite de la série lesbienne « L Word » serait discutée entre Showtime et au moins trois des personnages originaux, Jennifer Beals, Kate Moennig, and Leisha Hailey, qui seraient acteurs et producteurs aux côtés de la créatrice du show, Ilene Chaiken. Buzzfeed

 


7. La Couverture du Jour

 

Une couverture géniale qui résume les premiers de la présidence de Donald Trump.

 

 

Tout y est. Saurez vous reconnaître:

1. « Drain the Swamp » –
2. La marche des femmes sur Washington –
3. les services secrets turcs qui tabassent les militants anti-Erdogan –
4. les tweets du président –
5. Ted Nugent, Sarah Palin et Kid Rock à la Maison Blanche –
6. Fox News, Breitbart et Info Wars –
7. Pepe the frog –
8. Sergeï Kyslyak, l’ambassadeur russe à Washington –
9. Steve Bannon et Kellyanne Conway –
10. Maggie Haberman, journaliste du NYTimes –
11. Katy Tur, journaliste de NBC (?) –
12. Sean Spicer derrière les buissons –
13. Les saoudiens 

 

 

Le Kiosque du 28.06.17: La débâcle CNN; Faux Time; Sean Heller & « The Last Shot »

1. Du pain béni pour la Maison Blanche

    • Trois journalistes de CNN ont démissionné lundi après la publication d’un article qui affirmait, selon une source anonyme qui n’a pu être confirmée, que des sénateurs enquêtaient sur des liens entre un associé de Trump, Anthony Scaramucci et un fond d’investissement russe.

 

    • Publié jeudi dernier, l’article a été retiré vendredi avec les excuses de la chaîne d’info, acceptées par Scaramucci.
      Twitter

      La plupart des journalistes de gauche comme de droite, ont salué cette décision, « impressionnante et décisive » pour la crédibilité du médium, affirme John Podoretz du New York Post et « Crier aux fake news », en reprenant les propos du président est « injuste ».

 

 

    • Hier en conférence de presse télévisée, la porte parole de la Maison Blanche a réitéré les accusations du président sur les informations erronées d’une presse « malhonnête », qui utilise des sources « anonymes » invérifiables, et provoqué la frustration du journaliste Brian Karem qui dénoncé des propos « incendiaires » visant à saper l’influence et le travail des journalistes « qui ne font que leur boulot ».

 

    • Sarah Sanders a également encouragé « tous les Américains à travers le pays » à regarder la vidéo, « peut-être vraie ou non, je ne sais pas », filmée en caméra cachée, d’un producteur de CNN qui affirme n’avoir aucune preuve de la collusion entre Trump et la Russie.

 

  • Il s’agit d’une « stratégie préméditée » de la Maison Blanche qui vise à discréditer le quatrième pouvoir auprès de ses supporters et qui a plutôt bien réussi jusqu’ici.

 

 


2. Aucun droit à l’erreur

 

Twitter / Graphique retwetté par Donald Trump

 

    • Comme l’explique Paul Fahri du Washington Post, « la débâcle de CNN arrive au pire moment pour la chaîne » qui a dû virer la comédienne Kathy Griffin il y a un mois après avoir posé avec la « fausse » tête coupée de Trump, qui s’est trompé sur le témoignage de James Comey devant le Sénat, …

 

    • Plus que jamais les médias accusés de répandre des « fake news » par le président n’ont aucun droit à l’erreur.

 

  • Ces erreurs sont aussi le symptôme d’une chasse au scoop qui oblige les rédactions à agir toujours plus vite et plus fort, parfois aux dépens de l’information:

    Comme tous les organes de presse, CNN doit produire des scoops qui rapportent de l’audience et du trafic sur internet, et rester en concurrence avec le New York Times et le Washington Post, qui dominent sur le thème de Trump et de la Russie

 

    • Trump ne s’est jamais attaqué à Fox News lorsque la chaîne a relayé des théories conspirationnistes comme celle de Seth Rich, ce jeune démocrate assassiné à Washington l’année dernière, qui a pris une telle ampleur que les parents du jeune homme ont demandé publiquement ce que la chaîne arrête d’utiliser la mort de leur fils à des fins politiques. – Think Progress

 

  • Fox News a mis une semaine à retirer l’article largement partagé sur internet et les réseaux sociaux, sans s’excuser, sans démission de journalistes, et son présentateur star, Sean Hannity, continue de promouvoir cette histoire dans son émission. – Red State
Twitter

 

 


3. Trump et sa fausse couverture du Time

 

  • David Fahrenthold, journaliste de Washington Post et récent lauréat du Pulitzer pour ses recherches sur la « générosité de Donald Trump envers les oeuvres de charité », a révélé qu’une « vraie » fake news, était accrochée dans plusieurs clubs de golf du président: Une couverture bidon de Time magazine datée de mars 2009 qui salue le succès du milliardaire « sur tous les fronts », notamment à la télévision.

    Comment est-ce que Trump – qui a passé toute sa campagne et la plupart de sa présidence à accuser les médias mainstream de produire des fake news – a fini par décorer ses propriétés avec un exemple parfait de journalisme bidon?

Vrai et fausse couverture de Time magazine

 


4. Un sénateur républicain attaqué par des pro-Trump

 

 

    • Le chef de la majorité républicaine du Sénat, Mitch McConnell, a décidé hier de retarder le vote de la réforme d’Obamacare, faute d’une majorité suffisante – cinq sénateurs républicains se sont prononcés contre, dont Dean Heller, du Nevada.

 

    • American First Policies, une organisation d’anciens conseillers de Trump dévoués à promouvoir et défendre son programme présidentiel, a lancé mardi une campagne radio et télé dans l’Etat du Nevada pour dénoncer les positions de Mr Heller sur la réforme de l’assurance santé. – Politico

      Des représailles incroyables contre un membre du parti du président et politiquement vulnérable (…) Une attaque destinée à prévenir tous ceux qui refuseraient de s’aligner sur l’agenda du président.

 

    • L’organisation avait menacé ce week-end le sénateur s’il ne retirait pas ses propos et malgré les demandes répétées de plusieurs sénateurs républicains dont leur leader, Mitch McConnell, d’arrêter ce chantage, American First Policies s’est exécutée hier après midi: Preuves des frustrations grandissantes entre le président et le parti républicain.

 

  • Devant les critiques de l’ensemble du parti, le groupe a finalement décidé de suspendre la campagne

 

 


5. « The Last Shot »

 

Propublica

 

    • Enquête de Propublica sur un nouveau traitement de substitution aux opiacés, appelé Vivitriol, révolutionnaire car administré une seule fois par mois par injection, qui est censé arrêter immédiatement les effets de la dépendance: un médicament miracle pour un pays qui fait face à la pire épidémie de drogues de son histoire.

 

    • Snobé par les médecins et patients, le médicament produit par Alkermes a trouvé un marché plus restreint mais en pleine croissance, « où les consommateurs n’ont pas forcément le choix », celui des tribunaux de traitement de la toxicomanie (« drug courts ») qui proposent aux détenus le traitement ou la prison. 

 

    • Créés durant la « guerre contre la drogue » pour désengorger les prisons, il existe aujourd’hui trois mille tribunaux de la sorte répartis dans la moitié des comtés du pays.

      Grace à ces juges et une épidémie qui s’accélère, 30 000 personnes reçoivent aujourd’hui des piqûres de Vivitriol. Les ventes du médicament ont atteint 58 millions de dollars durant le premier trimestre 2017 et pourraient atteindre 800 millions de dollars d’ici à 2020.

 

    • Mais pour remporter le marché des « drug courts », Alkermes doit convaincre juges, médecins et politiques de la plus grande efficacité de leur produit face à la compétition et ils n’ont pour le moment aucune preuve scientifique pour soutenir cet argument.

 

 

 


6. Couverture du Jour

  • Couverture impressionnante de Vanity Fair avec Serena Williams, photographiée nue et enceinte, par Annie Leibovitz, mais qui n’est pas du goût de Robin Givhan, qui s’alarme dans le Washington Post qu’aucune célébrité ne peut échapper aujourd’hui à ce rituel de poser nue et enceinte, qui est devenu un « moment instagrammable » et un autre moyen de faire de l’argent: Au lieu de promouvoir un film ou un album ou une ligne de vêtements, ils font de la pub pour la grossesse » – Washington Post

Le kiosque du 23.06.17: « Pire erreur politique »; Communication toxique; Black Lives Matter; Facebook change de mission

 

1. « La pire erreur politique »

    • Le renvoi du directeur du FBI le 14 mai dernier, décidé par le président contre l’avis de son entourage – à l’exception de son genre Jared Kushner – aura miné ce début de présidence et la bonne marche de l’enquête du FBI qui aurait pu prouver son innocence dans les soupçons de collusions avec les Russes durant la campagne présidentielle américaine:

      Cela restera la plus grosse erreur politique de l’ère moderne. Pour l’un des conseillers du président, il s’agit de la pire erreur depuis que Richard Nixon a refusé de s’excuser auprès du peuple américain pour le Watergate et décidé d’étouffer l’affaire.

       

    • Le président est encore une fois responsable de cette situation: S’il avait condamné dès le départ l’ingérence russe en soutenant les conclusions des agences de renseignement, s’il était resté silencieux sur l’enquête du FBI en laissant James Comey faire son travail et s’il avait évité de l’intimider publiquement sur l’existence d’éventuels enregistrements juste après son limogeage, cette affaire n’aurait pas pris de telles proportions.

 

  • La crise permanente autour de la Maison Blanche, relayée 24h/24 par l’ensemble de la presse, a finalement peu d’influence sur les 38% d’Américains qui continuent de soutenir coûte que coûte le président et pensent que le « Deep State » veut sa peau.

 

  • Pour David Brooks, éditorialiste au New York Times, les médias doivent garder la tête froide et se rendre qu’aucune preuve de la culpabilité du président et de sa campagne n’a encore été mise en évidence:

    C’est inquiétant lorsqu’on commence à remplacer la politique de la démocratie par la politique du scandale. En démocratie, les problèmes comptent et vous gagnez en persuadant les citoyens. Vous reconnaissez la légitimité de vos adversaires comme un compromis inévitable. Dans le scandale, depuis le Watergate, inutile de persuader. Les victoires politiques se remportent uniquement en détruisant vos adversaires politiques accusés d’avoir mal agi. La politique devient alors une question de supériorité morale et de destruction personnelle.

  • « Let’s not get carried away » – The New York Times

 

 


2. « Une communication toxique »

 

L’image diffusée par CNN lors du daily briefing de la Maison Blanche interdit aux caméras, le 22 juin 2017
    • « Cinq moins dans la présidence de Trump et les relations entre la Maison Blanche et les médias ne tiennent plus qu’à un fil » constate Dylan Byers sur CNN
      Les journalistes sont considérés comme « l’ennemi du peuple » et tout est fait pour entraver leur travail, à savoir informer le public sur ce qu’il se passe à Washington: diminuer la fréquence et la durée des conférences de presse, ne pas répondre aux questions posées ou rester très évasif.

 

    • La tension est montée d’un cran hier lorsqu’on leur a interdit de filmer la conférence de presse de la Maison Blanche assurée par Sarah Huckabee Sanders: CNN a décidé de diffuser la totalité de la conférence en direct avec un fond d’écran avisant le public qu’il n’était pas autorisé à voir ces « daily briefings ».

 

    • Trump menace depuis des semaines de supprimer ce qui était devenu l’un des programmes télé les plus regardés de l’après midi, grâce notamment aux échanges musclés entre le porte parole, Sean Spicer et les médias.

 

  • Le président veut contrôler directement et personnellement sa communication comme il l’a toujours fait et avec brio, explique Jack Schafer:

    Trump ne veut pas vraiment être président … En fait il aurait voulu être directeur de la communication de la Maison Blanche … Contrôler et arranger les messages qui sortent de la Maison Blanche c’est la plus grande obsession de Donald Trump. Il aimerait se conduire comme il l’a fait pendant des décennies à New York  quand il alimentait les articles des tabloïds [à son sujet].

 


3. Facebook réévalue sa mission

    • L’année difficile que vient de passer le mastodonte des médias sociaux, – accusé d’avoir aidé l’élection de Trump et participé à la diffusion massive de fake news, a poussé son fondateur et visionnaire, Mark Zuckerberg, à faire un peu de « soul searching » sur l’ambition de Facebook.

 

    • S’il affirmait il y a dix ans vouloir construire un « monde plus ouvert et plus connecté », Zuckerberg a revu ses ambitions à la baisse et affirme désormais vouloir offrir à ses utilisateurs « le pouvoir de construire une communauté et de se rapprocher les uns des autres ».
      Un message un peu plus humble et conscient des divisions qu’a pu provoquer Facebook au sein des communautés et qu’elle assume tout en attribuant une part de responsabilité aux internautes qui doivent prendre eux aussi conscience des répercussions de la désinformation et limiter son usage.

 

  • L’interview de Zuckerberg donnée à CNN est disponible ici et son manifeste publié en février

 


4. Panique au Wall Street Journal

 

Jay Salomon sur C-Span en 2014 – Credit C-SPAN, via Associated Press

 

    • L’agence Associated Press a révélé mardi qu’un reporter du Wall Street Journal, Jay Salomon, responsable du bureau des affaires étrangères, travaillait pour un homme d’affaires étranger qui était également l’une de ses principales sources, pour lequel il aurait négocié une vente avec un gouvernement étranger.

 

    • Mr Salomon serait devenu actionnaire d’une jeune compagnie dirigée Farhad Azima, un magnat de l’aviation, iranien, qui a négocié dans le passé des transports des armes pour le compte de la CIA.

 

    • Le quotidien new yorkais a viré le journaliste pour avoir violé ses obligations et les standards éthiques de la rédaction, dénoncé ses actions et son manque de jugement.

 

    • C’est dans le cadre d’une enquête sur Mr Azima que AP est tombé sur une correspondance électronique piratée entre ce dernier et le journaliste, confirmée par d’autres témoins: Il aurait servi d’intermédiaire en 2015 pour un contrat d’armements et de surveillance de la compagnie de Mr Azima avec les Emirats Arabes Unis destiné à l’espionage de certaines activités en Iran, Syrie et Yemen.

 

 


5. Où est passé Black Lives Matter?

 

Adam Maida for Buzzfeed News

 

    • « Qu’est-il arrivé à Black Lives Matter? » s’interroge cette semaine Buzzfeed News:

      L’élection et la présidence de Donald Trump ont provoqué la plus grande effusion d’activisme libéral depuis une dizaine d’années. Après une ascension fulgurante, le mouvement se déchire aujourd’hui sur son leadership et sur la direction à suivre.

       

    • Si certains groupes de défense des libertés ou associations de gauche sont entrés en résistance en organisant des manifestations et appels à l’action, et ont réussi à s’imposer en s’appropriant les nouveaux défis posés par la présidence de Donald Trump, Black Lives Matter a perdu  » de nombreuses opportunités qui s’étaient ouvertes » grâce à Barack Obama, notamment celle d’un « président conscient de l’autorité morale des jeunes activistes afro-américains. »

 

    • Selon la direction de l’organisation, l’organisation est moins visible sur la scène nationale par qu’elle se concentre sur des objectifs politiques qui nécessitent davantage « d’intégrité, de dignité et d’intégration ».
      Pour le journaliste:

      Black Lives Matter est toujours là. Ses groupes sont toujours organisés. Mais Black Lives Matter est en train de perdre l’influence et l’élan qui lui avaient permis de provoquer un débat national sur les politiques en matière de justice criminelle.

 

  • Entretenir et développer sur le long terme une organisation née dans la rue implique une stratégie claire sur différents points …:
    • L’organisation
      A l’intérieur du mouvement avec les différents chapitres présents dans la plupart des villes américaines, et à l’extérieur avec les autres associations de défense des Afro-Américains et organisations de gauche
    • Le financement
      Accepter ou non l’argent de fondations, mettre en place des levées de fond et donations pour payer ses militants et promouvoir le mouvement.
    • La communication
      Donner la parole aux personnalités médiatiques du mouvement quite à déplaire aux anonymes qui travaillent dans l’ombre
    • La direction
      Sur quels politiques concentrer l’action de l’organisation et relayer un message qui soit clair pour tous les militants et supporters
  • … Que Black Lives Matter doit définir rapidement pour continuer à lutter et à exister.
  • « What happened to Black Lives Matter? » – Buzzfeed

 

 

 

Le Kiosque du 18.06.17

 

 

 

1. L’avocat de Trump

  • Jay Sekulow, l’avocat choisi par le président pour le représenter et défendre sur les plateaux télés, étaient dans toutes les émissions dominicales ce matin, et a répété à qui voulait bien le croire que son client n’est pas l’objet d’une enquête du FBI car ils n’avaient reçu aucune lettre officielle du Bureau le confirmant.
  • Les échanges ont été musclés avec les journalistes qui tous cité le tweet du président qui affirmait vendredi sur Twitter que le FBI enquêtait sur lui et qu’il était victime d’une chasse aux sorcières. 

 

 


2. Pendant ce temps-là, il s’enrichit

  • Le président américain a un début de présidence compliqué mais il peut se rassurer, la Trump Organization tourne à plein régime depuis l’annonce de sa candidature à la présidence des Etats-Unis il y a tout juste deux ans – selon ses dernières déclarations financières:
  •  

  • Le Trump International Hotel de Washington, loué au gouvernement fédéral, qui a ouvert l’année dernières à quelques encablures de la Maison Blanche, lui a déjà rapporté 20 millions de dollars de revenus.
  •  

  • Mar-a-Lago, sa station balnéaire de Palm Beach en Floride, qu’il visite régulièrement le weekend, lui a rapporté 37 millions de dollars en 2016, plus que l’année précédente (30 millions de dollars) et plus du double qu’il y a deux ans (16 millions de dollars)
  •  

  • Last but not Least: Le best-seller de Donald Trump, « The Art of The Deal », publié en 1987, lui aurait rapporté l’année dernière un million de dollars de royalties contre 100 000 dollars l’année précédente – Dennis Roadman, l’ancien joueur de basket américain en a rapporté plusieurs exemplaires aux dignitaires nord-coréens lors de sa visite dans le pays de Kim Jong-un cette semaine.
    Les ventes de son dernier ouvrage « Crippled America » lui ont rapporté 5 millions de dollars.
  •  

  • Son patrimoine est évalué à 1,4 milliards de dollars
  •  

  • « Trump Reports assests of at least 1.4 billion in financial disclosure »Politico

 

 


3. Arianna Huffington à la rescousse de Uber

  • Arianna Huffington, co-fondatrice et ancienne rédactrice-en-chef du Huffington Post qu’elle a quitté à l’automne dernier pour se lancer dans sa nouvelle startup, Thrive Global, spécialisée dans l’information sur le bien-être et la santé, est également membre du conseil d’administration de Uber.
  •  

  • La compagnie de transport évaluée à 68 milliards de dollars a enchaîné les scandales depuis six mois et forcé son fondateur et directeur général, Travis Kalanick, 40 ans, à prendre un congé illimité à partir de cette semaine:
     

    Mais quand beaucoup y ont vu une compagnie qui représente le pire de la culture « bro » essentiellement masculine de l’industrie de haute technologie, Huffington pense qu’il existe une autre raison à ce harcèlement sexuel rampant et autres conduites inappropriées au sein de la compagnie: Trop de travail  (…) ce qu’elle appelle un « la culture d’entreprise qui carbure à l’épuisement [de ses employés]. C’est l’une des désillusions qui motive les entreprises, surtout ici dans la Valley, que le burnout est nécessaire à la croissance et au succès ».

     

  • Mme Huffington qui occupe aujourd’hui un rôle proéminent au sein du conseil d’administration essaye de transformer la culture d’entreprise de Uber, l’une des plus détestée de la Silicon Valley, en plus aimable, douce et reposée; ce qui n’est pas sans poser des problèmes et des critiques.
  •  

  • « Arianna Huffington’s fix for Uber: Work less, sleep more »The Washington Post

 

 


4. Abcès fatal

 

Le bus dans lequel est installé une clinique dentaire d’urgence

 

  • Deamonte Driver, 12 ans, originaire de Baltimore, est mort en 2007 d’un abcès dentaire, un phénomène très rare aux Etats-Unis pour ceux qui ont accès aux soins médicaux grâce à leur assurance santé, mais un fais divers qui n’est « pas surprenant » chez les populations les plus pauvres et vulnérables: Dans le Maryland, ils sont un demi-million à recevoir le programme d’aide fédéral « Medicaid », comme la famille Driver, ou à ne bénéficier d’aucune aide médical et dentaire.
  •  

  • Deamonte et sa famille habitaient le comté afro-américain le plus affluent du pays, mais « comme dans le reste de l’Amérique, il existe de profondes inégalités et elles n’ont jamais été plus évidentes que dans la bouche des pauvres. »
  •  

  • « Parce que la mère n’a pas su comprendre comment fonctionnait le système médical complexe du Maryland », trouver un dentiste est devenu un défi majeur même avec l’aide d’associations: A la mort de Deamonte, seulement 20% des dentistes acceptaient le programme Medicaid pour les plus défavorisés
  •  

  • Depuis, une clinique mobile, le « Deamonte Driver Dental Project » installée dans un bus, qui peut accueillir jusqu’à trois patients en même temps, a été lancée en novembre 2010 par une association de dentistes afro-américains grâce aux subventions de l’Etat, pour venir à ces populations, et notamment aux enfants.
  •  

  • « How can a child die of toothache in the US? »The Guardian

 


5. « The Aspirational Class »

  • Les modes de consommation des classes aisées occidentales ont évolué, et aujourd’hui, « être riche est devenu tellement désuet que les riches choisissent de ne plus exposer leur condition. »
  •  

  • La sociologue Elizabeth Currid-Halkett s’intéresse à la nouvelle élite, « The Aspirationals » dans son dernier ouvrage, « the Sum of Small Things: A Theory of the Aspirational Class »:
     

    Diplômés de l’enseignement supérieur, ils se définissent davantage par leur capital culturel que par leur revenus, ces individus achètent bio, portent des « tote bags » NPR [la radio publique américaine] et donnent le sein à leurs enfants. Ils veulent être discrets, consomment sans faire d’éclats – mangent du poulet élevé en plein air et des tomates anciennes, portent des T-shirts en cotton bio, des chaussures TOMS et écoutent le podcast Serial. Ils utilisent leur argent pour engager des nounous et femmes de ménage, pour éduquer leur enfant dans les meilleures conditions, faire du yoga et des pilates.

     

  • Les recherche de Currid-Halkett ne sont pas une découverte si vous habitez à Paris (les bo-bos) ou dans les quartiers hipsters de New York, Los Angeles ou Austin mais ses arguments sont intéressants:
    • « La démocratisation de la consommation ostentatoire » rend la distinction plus difficile pour les plus aisés.
    • Donc la « la consommation discrète est la nouvelle consommation ostentatoire » et plutôt que de dépenser en produits de consommation, elle dépense dans biens et services très chers et qui ne se voient pas.
    •  

  • « The Aspirational Class »Quartz

 

 


6. Massacre à Allende

  • Le National Geographic & Propublica ont publié une enquête, à partir de nombreux témoignages de villageois, de membres du gang et de la DEA] sur le massacre, provoqué par les Etats-Unis, qui a eu lieu dans un village du Mexique, à une cinquantaine de kilomètres du Texas, en mars 2011.
     

    Jose Juan Morales, qui enquête sur les disparus pour du procureur de [l’Etat de] Coahuila: « On a le témoignage de gens qui ont participé au crime. Ils décrivent une cinquantaine de camions qui sont arrivés à Allende, avec des membres du cartel [de Los Zetas]. Ils sont rentrés dans les maisons, les ont pillées puis les ont brûlées. Ensuite ils ont kidnappé les gens qui vivaient dans ces maisons et les ont amené dans un ranch, en dehors d’Allende. D’abord ils les ont tués. Ils les ont mis ensuite dans hangar rempli de foin. Il les ont arrosés de carburant et ont mis le feu et alimentant les flammes pendant des heures et des heures.

     

  • On estime à plusieurs dizaines (chiffres officiels) voire centaines le nombre de victimes (les associations), hommes, femmes et enfants. Les leaders du cartel ont ordonné le massacre en représailles contre certains membres suspectés d’avoir collaboré avec la Drug Enforcement Administration américaine.
  •  

  • Après avoir arrêté et forcé l’un des opérateurs du cartel à coopérer avec eux pour neutraliser les localiser les dirigeants de l’organisation, le DEA a fait le pari de coopérer avec les forces de police locales, qui ont immédiatement informé les leaders qui ont décidé de se venger. 
  •  

  • Ni le maire, ni la police ne sont intervenus le soir du massacre et n’ont rien fait pour empêcher le pillage et la destruction de certaines maisons et commerces du village les jours qui ont suivi.
     

    Tout le monde en avait peur. Los Zetas étaient plus forts que le gouvernement. Ils étaient économiquement plus forts. Mieux organisés. Mieux armés. Tout le monde en avait peur, et ceux qui ne l’étaient pas étaient corrompus.

     

  • « How the US Triggered a massacre in Mexico »National Geographic & Propublica

 

 

 

 

Le kiosque du 15.06.17: Atmosphère déplorable à D.C. – Le cauchemar de Trump – Mais où est l’AHCA? – « Meet the Goopies » – Melissa Meyer Out – « Uber-désastre »

 

1. »L’atmosphère déplorable doit cesser »

  • La fusillade d’un supporter de Bernie Sanders contre des Représentants républicains mercredi matin en Virginie est le résultat du climat délétère qui règne à Washington et dans le reste du pays depuis l’élection de Donald Trump.
    Pour le L.A.Times:
     

    L’attaque semble être la conséquence naturelle et anormale de l’animosité qui entoure aujourd’hui la polarisation de la vie politique.

     

  • Cet « attentat politique » a été condamné par l’ensemble de la classe politique, Bernie Sanders, le président, Paul Ryan, le « House Speaker » qui ont appelé à la solidarité et à l’unité du peuple américain. Les journalistes sont restés eux aussi très sobres, et les chaînes d’info ont fait du direct toute la journée.
  •  

  • Les médias sociaux se sont eux enflammés en lançant des rumeurs et des fake news sur l’attaque, certaines pour envenimer une situation déjà très tendue comme le rapporte Buzzfeed.
  •  

  • Fox News a immédiatement accusé les médias de gauche d’avoir « radicalisé » le forcené, et on pouvait même lire sur l’une des bannières diffusées en prime time  « VIOLENCE HORS DE CONTROLE DE LA GAUCHE ».
  •  

  • John Podhoretz du New York Post évoquait la violence de 1968 marquée par l’assassinat de Robert Kennedy et Martin Luther King:

    « Etait-ce un évènement isolé ou assiste-t-on à un autre été meurtrier – le signe d’une nouvelle forme de chaos avec la réminiscence effroyable de 1968? »

 


2. Le cauchemar de Trump se réalise

 

  • Selon le Washington Post, le procureur indépendant Bob Mueller, en charge de l’enquête sur les accusations d’ingérence russe durant les élections présidentielles de 2016, cherche désormais à déterminer si le président a tenté d’entraver la justice en virant le directeur du FBI après son refus de « laisser tomber » l’enquête.
  •  

  • A noter:
    • Lorsque Comey dirigeait cette « probe », il a rassuré à trois reprises le président que ce dernier ne faisait l’objet d’aucune enquête et ce serait toujours le cas si Trump n’avait pas décidé de renvoyer le directeur du FBI.
    •  

    • Le FBI a commencé à enquêter sur Trump avant même que Mueller soit nommé par l’adjoint du ministre de la Justice, Rod Rosenstein.
    •  

    • Bob Mueller croit davantage au témoignage de Mr Comey qu’aux accusations de mensonges lancées par Donald Trump et ses deux fils à l’encontre de l’ancien directeur du FBI.
    •  

    • Mueller va interroger lundi trois haut responsables du Renseignement (Daniel Coats, directeur du renseignement, Mike Rogers, directeur de l’Agence nationale de sécurité et son ancien adjoint, Richard Ledgett) pour savoir si Trump leur a demandé de convaincre Comey d’arrêter l’enquête.
    •  

    • Enfin Jared Kushner et Michael Flynn seraient dans le collimateur des enquêteurs pour d’éventuelles transactions financières frauduleuses.

 

  • L »avocat de Trump a qualifié cette énième fuite sur le président de « scandaleuse, inexcusable et illégale ».
    Le président a naturellement réagi ce matin sur Twitter:
     

 


3. Mais ou est passé la réforme de l’assurance santé de Trump?

 

(Images via Wikimedia Commons)

 

  • l’American Health Care Act, la réforme de l’assurance santé, censée abolir et remplacer Obamacare, est passée à la va-vite devant la Chambre des Représentants le 4 mai dernier, sans que la plupart des Représentants républicains qui ont voté pour ne l’aient lue, et sans attendre les conclusions du Bureau de la Gestion et du Budget (OMB) qui annoncé quelques jours plus tard que 23 millions d’Américains perdraient leur assurance ces dix prochaines années sous l’AHCA.
  •  

  • C’était la première grande victoire législative au forcing de Donald Trump qu’il a fêté à grands renforts de journalistes et caméras de télévision le jour même dans le Rose Garden de la Maison Blanche.
    Malheureusement pour lui, seulement 29% d’Américains soutiennent la réforme.
  •  

  • Cette loi moribonde est depuis un mois et demi aux mains de treize sénateurs républicains, « tous des hommes et blancs » qui la réarrangent à leur manière sans en discuter avec leurs collègues démocrates et certains républicains et sans en informer le public américain …. Ils se sont donnés jusqu’au 4 juillet pour la faire voter.
  •  

  • Coup de théâtre: Mardi, Donald Trump a critiqué une loi « mauvaise »  devant des sénateurs républicains et leur a demandé de proposer une version « plus généreuse » envers le peuple américain: Un revirement qui montre une fois de plus que le parti conservateur ne peut compter sur le soutien du président qui n’hésite pas à changer d’avis quand le vent tourne.
  •  

  • Les sénateurs républicains doivent gérer un cadeau empoisonné, qu’aucun Etat américain ne soutient, et qui pourrait bien leur faire perdre leur siège aux prochaines élections de mi-mandat en 2018
     

    [Le New York Times] s’est rendu compte que les Républicains ont créé une unité rare au sein des « blue » et « red states »: leur opposition à l’American Health Care Act.

 

 


4. « Meet the Goopies »

 

 

  • Goop, le blog/site internet/compagnie de Gwyneth Paltrow qui conseille les riches sur leur façon de vivre, de manger, de rire et de respirer est devenu ces dernières années l’un des sujets de moquerie préférés des médias et d’internet.
  •  

  • Samedi dernier avait lieu à Los Angeles, la première conférence « In Goop Health », une journée consacrée à la santé et au bien-être où cinq cent « Goopies » avaient payé entre 500 (ticket « Lapis »), 1000 (ticket « Améthiste » avec un cocktail offert)  et 1 500 dollars (ticket « Clear Quartz » et un drink avec Gwyneth) pour essayer (et acheter) les meilleurs produits et traitements offerts sur le site Goop.com: Une expérience censée inspirer ses lecteurs selon sa fondatrice.
  •  

  • Les invités ont pu participer à ses expériences pseudo-scientifiques (les bénéfices scientifiques de marcher pieds-nus appelés « earthing »), écouter les « protocoles révolutionnaires de guérison de son mentor », le Dr Habib Sadeghi, et pouvaient acheter ses produits originaux comme le « Jaded Egg », un oeuf vibrateur à insérer dans le vagin pour entretenir son élasticité  (65 dollars): Le New York Times rapporter les détails des séances de détente et de méditation toutes plus farfelues les unes que les autres mais qui semblent amuser, inspirer et ravir les dizaines de « Goopaholics » présentes. 
     
  • Le New York Post a été bien plus critiques envers ces « goopies » / groupies venues surtout approcher la star de cinéma et ses célèbres copines:  Cameron Diaz, Miranda Kerr, Tory Burch et Nicole Richie. 
  •  

  • L’évènement hippie-chic a en tout cas réussi son opération de communication puisque Fast Company, W magazine, The Guardian, The Washington Post, Jezebel, ou encore People en ont parlé cette semaine.

 


5. Melissa Meyer Out

 

 

  • Cinq ans après son arrivée à grand fracas à la tête de Yahoo, Marissa Meyer a annoncé sa démission de la compagnie, qui vient d’être rachetée par le géant de la téléphonie, Verizon, pour 4,5 milliards de dollars. Un départ par la petite porte qu’elle a annoncé sur le site de micro-blogging Tumblr, qu’elle a racheté en 2013 pour un milliard de dollars, aujourd’hui en lambeaux .
  •  

  • Selon Maya Kosoff de Vanity Fair:
     

    La position de Mayer était condamnée d’avance. On lui a donné une tache impossible – transformer une compagnie réputée pour être le portail internet des années 90 – et des objectifs irréalisables (…) Mayer était la sixième PDG de Yahoo en cinq ans.

     

  • Malgré des choix managériaux controversés (dépenser trois milliards de dollars en acquisitions, rémunérer un Chief Operating Officer 105 millions de dollars pour 18 mois de travail) et deux piratages qui ont affecté les comptes Yahoo de près d’un milliard de consommateurs, Melissa Mayer partira avec 186 millions de dollars de stock Yahoo.
  •  

  • « The Invitable Death of the Marissa Meyer Dream »Vanity Fair

 


Le reste de l’actualité

  • C’est Jonah Goldberg qui l’affirme dans la sérieuse et conservatrice National Review, Donald Trump a des chances d’être destitué si les Démocrates remportent les élections de mi-mandat en 2018National Review

 


6. Couverture du jour 

  • On en a parlé toute cette semaine: La débâcle de la start-up la plus chère au monde, Uber, évaluée à 68 milliards de dollars l’année dernière, dont la culture d’entreprise est jonchée de polémiques et scandales ces derniers mois, et dont le fondateur et directeur général, Travis Kalanick, 40 ans, l’un des plus détestés de la Silicon Valley va prendre un congé illimité.
  •  

  • Pour Time magazine, ce chaos devrait être une piqûre de rappel pour la Silicon Valley et les valeurs qu’elle défend:
     

    La technologie progresse tellement rapidement qu’elle va continuellement devancer la loi, le gouvernement et la capacité du public à comprendre toutes ses ramifications … Si le désastre de Uber doit prouver quelque chose, c’est qu’en l’absence de toute règles qui puissent les contrôler, les architectes de la nouvelle économie – et du nouveau monde – doivent se comporter avec davantage de responsabilité.

 

Le kiosque du 12.06.17: Orlando – la « Dream Team » de Mueller – Le « mini-me » de Trump – Ivanka traumatisée – Uber sans tête – Lily

 

1. Le massacre d’Orlando, un an après

  • Le 12 juin 2016, Omar Mateen, un gardien de sécurité de 29 ans, est entré armé dans un club gay de Orlando en Floride et tué 49 personnes et blessé 58 autres considéré comme un attaque terroriste et un crime haineux: C’est le pire massacre que l’Amérique ait connu et le pire acte de violence envers la communauté homosexuelle.
  • Des commémorations ont lieu très tôt ce matin et toute la journée dans la ville d’Orlando.

 


2. Mueller assemble une Dream Team

    • Robert Mueller, le procureur indépendant en charge de l’enquête du FBI sur d’éventuelles collusions entre l’équipe de Donald Trump et les Russes pendant la campagne présidentielle vient de s’entourer d’avocats spécialisés en droit pénal les plus réputés, expérimentés et respectés du pays, preuve du sérieux avec lequel il entend conduire ses recherches.

 

  • Fox News ne l’entend pas de cette manière: la chaîne d’info est furieuse que ce soit Bob Mueller, un « pote » de trente ans de Jamey Comey, qui reprenne la direction de l’enquête – même si la décision a été prise par le ministre adjoint de la justice, en toute indépendance.

    C’est dangereux, surtout si tu regardes l’expérience des avocats qu’il a recruté. Ce mec a rassemblé une série d’avocats spécialisés dans des affaires criminelles pour enquêter sur l’administration Trump.

     

   

 

 

 


3. Dan Scavino, le « mini-me » de Trump

 

Twitter

 

    • Il est méconnu du public mais on peut le lire tous les jours sur les réseaux sociaux officiels de la Maison Blanche et du président: Dan Scavino, officiellement « responsable des médias sociaux de la Maison Blanche et assistant du président » et … son ancien caddie.

 

    • C’est un proche de Donald Trump depuis presque trente ans, qui a participé à toute la campagne électorale, dans laquelle il tenait également les reines des médias sociaux pour le candidat – autant dire qu’il l’a aidé à être élu, en enchaînant notamment les polémiques – il est l’auteur de ce tweet malheureux qui présentait une étoile de David à côté du visage d’Hillary Clinton au dessus de la mention « candidate la plus corrompue »

 

    • Il est le seul à la Maison Blanche à encourager aujourd’hui son boss à twitter tout ce qui lui passe par la tête, et quand le président décide d’être discret, c’est son lieutenant qui prend la relève sur son compte Twitter professionnel, et de manière plus agressive sur son compte personnel

 

    • Il est le seul à taper les tweets du président si besoin est – on peut reconnaître les similitudes entre les tweets du président et celui de son ancien caddie.
      Surtout il est l’auteur de ces vidéos parfois très simplistes et dramatiques sur les programmes, argumentaires et les succès de la Maison Banche postées sur les comptes officiels.

 

    • Il a été reconnu coupable de violation du Hatch Act, qui interdit toute activité politique d’un officiel de la Maison Blanche, en souhaitant la défaite de Justin Amash dans les primaires républicaines du 3ème district de l »Etat du Michigan début avril.

 

 

 


4. Ivanka traumatisée et Donald Jr « Trumpé »

 

The Drudge Report

 

    • Son père en a fait la pub ce matin sur Twitter: Sa fille Ivanka était l’invitée de l’émission matinale préférée de la Maison Blanche, Fox & Friends, sur l’inévitable Fox News pour se plaindre de Washington et des attaques dont était l’objet l’administration Trump:

      C’est difficile et je ne m’attendais pas à autant de méchanceté.
      C’est une expérience très intense même si je sais que ça n’allait pas être facile. Mon père et son administration veulent transformer les choses en plus grand, en plus audacieux, et on veut bousculer le statu quo. Donc je ne m’attendais pas à quelque chose de facile, mais j’ai été choquée personnellement par le flot et l’intensité des attaques.
      Mais j’essaye de rester concentrée et de ne pas écouter les rumeurs.

       

    • Concernant l’audition de James Comey, elle adopte la ligne familiale qui consiste à répéter – jusqu’à ce que les gens y croient – que le directeur du FBI a disculpé le président jeudi dernier, même s’il l’a traité de « menteur »

 

  • Son frère, Donald Jr, invité du juge Jeannine Pirro sur Fox News hier, a involontairement corroboré les propos de James Comey:

    Vous connaissez mon père depuis longtemps et quand il vous dit de faire quelque chose, il n’y a pas de place au doute. C’est pas: « J’espère parce que nous amis. C’est j’espère que ça arrive, mais il faut que tu le fasses! C’est exactement ce qu’il a dit à Comey;

 


5. Uber sans tête?

    • Partira, Partira pas? Le conseil d’administration de Uber doit discuter cette semaine de la suspension provisoire du fondateur et actuel CEO, Travis Kalanick, 40 ans, qui est devenu en quelques mois le chef d’entreprise le plus détesté des Etats-Unis, et qui a entraîné avec lui sa compagnie, évaluée à 68 milliards de dollars.

 

    • Les articles et portraits du CEO qui se succèdent dans la presse ces dernières semaines offrent un visage détestable de l’entrepreneur. 

 

  • La compagnie et son fondateur enchaînent les déboires et crises depuis des mois, souvent auto-infligées:
    • En février dernier, une ancienne employée de Uber, Susan J. Fowler publie sur son blog le récit de son « année très, très étrange » passée à Uber, le harcèlement sexuel dont elle a été victime et que « la direction a systématiquement ignoré » malgré les plaintes.
    • Le New York Times a révélé en mars dernier l’utilisation d’un logiciel pour échapper aux autorités et aux régulateurs et pénétrer un nouveau marché où leurs services étaient interdits et qui a déclenché Une enquête fédérale
    • Une vidéo de Kalanick qui réprimande l’un de ses chauffeurs a fait le tour d’internet
    • Google a porté plainte en février contre Uber pour vol de technologies utilisées dans ses voitures sans chauffeurs.
    • La semaine dernière, Recode a révélé que Eric Alexander, le chef des opérations en Asie, avait été viré après avoir obtenu le dossier médical d’une cliente violée par un chauffeur de la compagnie en Inde en 2014 qu’il a partagé avec Kalanick. Ces derniers pensaient que l’agression avait été orchestrée par le rival de Uber en Inde, Ola.
    • Recode a également publié un email de Kalanick daté de 2013 dans lequel il encourage se employés à la débauche lors d’un séjour d’entreprises à Miami.
    • Enfin Uber a perdu trois milliards de dollars l’année dernière

     

  • La compagnie n’a ni COO (Chief Operating Officer), ni CFO (Chief Financial Officer), ni CMO (Chief Marketing Officer) alors que beaucoup de dirigeants sont épuisés et certains vont être virés après les résultats de l’enquête de Eric Holder sur l’entreprise, approuvée par le conseil d’administration.
    • Rachel Holt, la directrice des opérations pour l’Amérique du nord pourrait prendre la relève
    • Le conseil pourrait également décider de mettre en place un comité chargé de gérer la compagnie plutôt qu’une seule personne
    • Certains membres du conseil d’administration pourraient prendre temporairement les rênes, comme Arianna Huffington par exemple

 


6. Première pour Lily

 

 

 

    • The Lily, en référence au premier quotidien américain féministe créée en 1849 par Amelia Bloomer, est le dernier projet du Washington Post pour attirer les « Millenials ». Il s’agit d’un site internet d’actualités, thelily.com écrit par des jeunes femmes et qui leur est destiné (également disponible sur Medium), d’une newsletter féministe en début et fin de semaine « intelligente, rigolote et originale » dont la première a été envoyée ce matin, d’une page Facebook (près de 190 000 abonnés) et d’un compte Instagram

 

    • Le graphisme du site est élégant, en noir et blanc, et aborde des sujets féminins, dans le but « d’informer et d’inspirer, d’offrir des voix et des perspectives différentes sur tous les sujets d’actualité, de politique, de genre, d’égalité, de santé, de culture et témoignages.
      On trouve pas mal de sujets pratiques concernant le travail, la maternité, la santé (les femmes et l’alcool, la dépression) pour les jeunes femmes actives.

 

    • Les quatre journalistes et deux directrices artistiques ont été recrutées en interne au sein du Washington Post et publient une dizaine d’articles par jour avec chacune une illustration spécifique, également utilisé par l’unique sponsor du site, JP Morgan Chase, mentionné en tête du site et dans des « native ads ».

 

  • Pour plus d’infos, voir l’article de Digiday

 

 


Le reste de l’actualité

    • Gianforte, le nouveau Représentant républicain du Montana qui a tabassé un journaliste du Guardian la veille de son élection (et de sa victoire) a été condamné à quatre jours de prison en quarante heures de travaux d’intérêts général.

 

    • Jeff Sessions, le ministre de la justice américain témoignera demain en public devant le Senate Intelligence Committee en public pour répondre aux questions concernant ses contacts avec des représentants russes pendant la campagne présidentielle. – Politico

 

  • Le président Trump donne à Priebus [son secrétaire de cabinet] jusqu’au 4 juillet pour résoudre les problèmes de la Maison Blanche sans quoi « il sera remplacé par du sang neuf » affirme Politico hier soir.Les propos ont été bien évidemment démentis par le porte parole, Sean Spicer.

 

 


Couverture du Jour

    • Celle du Foreign Affairs consacrée à la politique étrangère américaine, bouleversée par la nouvelle administration qui adopte désormais la ligne dite « America First »: la recherche de l’intérêt du pays avant celui des autres ou d’un ordre international.

 

    • Certes, les promesses de campagne dans le domaine sont plus conventionnelles mais pour achever des succès diplomatiques, les Etats-Unis ont besoin d’une stratégie mondiale et régionale et pas des improvisations de dernières minutes ou ni des tweets controversés.

 

 

 

Le kiosque du 10.06.17: Trump « balance » Comey – Le « media bashing » du GOP pour 2018 – Une Amérique au bord du divorce – « Conservative Move »

 

1. La meilleure défense, c’est l’attaque.

  • Rassuré par l’audition de James Comey, qui n’a rien révélé de pire sur Donald Trump que ce que l’on savait déjà, l’entourage du président a décidé de contre-attaquer plutôt que de se défendre (et paraître coupable) en accusant l’ancien directeur du FBI d’être un « leaker »:

    Pas de collusion, pas d’obstruction, c’est une balance … nous sommes ravis et pour être honnête, James Comey a confirmé beaucoup chose que j’ai dites, et certaines choses étaient fausses. 

     
     

  • Donald Trump a également affirmé en conférence de presse qu’il était prêt à témoigner « à 100% » sous serment qu’il n’a jamais demandé au directeur du FBI de « laisser Michael Flynn tranquille » – alors que tous ses conseillers, les médias et la plupart des Américains savent pertinemment que c’est vrai.
  •  

  • Selon Axios, beaucoup de Républicains pensent que l’agressivité dont fait preuve Trump est le signe qu’il n’existe aucun enregistrement de ses conversations avec Mr Comey, comme le président a pu le suggérer sur Twitter. Ce seront les paroles de James Comey contre celles de Donald Trump.
  •  

  • Donald Trump a répondu avec aplomb hier devant les caméras mais l’audition qu’il s’est proposé de faire avec le procureur indépendant Bob Mueller, remplaçant de Comey, pourrait bien encore une fois se retourner contre lui.
    Cette décision improvisée a été certainement prise contre l’avis de ses avocats car:

    • Donald Trump va devoir donner sa version de ce qui pense s’être passé, ce qui devrait rentrer en contradiction les preuves qu’aura récolté Mueller.
    • S’il ne prépare pas cette audition, elle pourrait rapidement tourner au fiasco pour Donald Trump.

 

  • Plus de 19 millions d’Américains ont regardé l’audition en direct de James Comey diffusée sur toutes les chaînes d’info; ils étaient 2,7 millions sur Twitter qui s’était associé à l’occasion avec Bloomberg; enfin, ils étaient 26 millions en live sur Facebook.
    Quant à Stephen Colbert, il a réalisé son meilleur « Late Show « depuis ses débuts en 2015. – Politico

 

 


2. Stratégie des Républicains pour 2018: Le Media-Bashing

 

Rapport hebdomadaire de Reporters Sans Frontières

 

  • Les attaques, insultes et menaces à répétition de Donald Trump contre la presse et les journalistes pour les discréditer auprès des électeurs américains depuis bientôt deux ans a fait des émules dans le parti Républicain autrefois garant d’un certain respect envers le quatrième pouvoir. 
  •  

  • Un reportage du Huffington Post note une recrudescence des attaques physiques et verbales à l’encontre des médias qui s’inscrit dans une « stratégie du Grand Old Party pour les élections de 2018 »

     

  • L’idée lancée par Steve Bannon à la Conservative Political Action Conference que les médias seraient le nouveau « parti d’opposition » est désormais une réalité pour le parti au pouvoir.
    Selon le site d’info McClatchy:

    Des interviews avec des conseillers et leaders du parti républicain à travers le pays révèlent que ce qui a commencé comme une simple colère à l’encontre d’une couverture médiatique injuste – ou l’effort pour détourner les critiques – est devenue une stratégie à part entière de la prochaine campagne pour les élections de 2018.

     

  • Ils veulent convaincre les supporters invétérés de Trump que ces élections de mi-mandat « sont un référendum sur les médias autant que sur le bilan de Trump » et impliquent des « conflits ouverts avec les journalistes locaux et nationaux.

 


3. L’Amérique au bord du divorce

  • David French est l’un des journalistes star du National Review s’inquiète des divisions profondes, voire irréconciliables entre les Républicains et les Démocrates à travers le pays, notamment depuis l’ascension d’un milliardaire d’extrême droite qui a pris en otage le Grand Old Party.
  •  

  • La preuve?
    La décision du gouverneur Californien, après le retrait américain de l’Accord de Paris sur le Climat décidé contre l’avis de la majorité de la population, de traiter directement avec la Chine pour combattre le réchauffement climatique, et qui se justifie:

     

    C’est un peu osé de parler de partenariat entre la Chine et la Californie comme si nous étions une nation séparée, mais nous sommes une nation séparée.  

     

  • Pour French, pas de doute, « la tendance est claire. Sous la présidence de Trump, la Californie est déterminé à suivre son propre chemin » et si ça continue les Etats-Unis vont tout droit vers « un divorce national » car les « Américains appartiennent à une tribu politique dont ils aiment les idées mais surtout dont ils détestent les adversaires. 
    Aussi bien les Démocrates que les Républicains.
  •  

  • Ajoutez à cette « mutuelle antipathie », les regroupements (« matchings ») géographiques, culturels, religieux et « vous avez une nation dont les citoyens ont des vies de plus en plus différentes – ils n’habitent pas dans les mêmes endroits [les Démocrates habitent dans les zones urbaines des côtes Est et Ouest du pays], ne lisent pas les mêmes journaux, ont des croyances religieuses différentes. »
  •  

  • Pour éviter un divorce du pays, French réaffirme les valeurs du fédéralisme, qui protègent les « privilèges et les spécificités », et pour préserver « notre union », la seule solution est de « tolérer » l’autre.
  •  

  • « We’re not in a civil war, but We are Drifting Toward Divorce »National Review

 

 

 


4. Conservative Move

 

Sacramento Bee.

 

  • David French parle ci-dessus de « politisation de tout ce qui nous entoure »: En voici la preuve dans le San Diego Union Tribune ce matin: le lancement d’une compagnie « qui capitalise sur la croyance que les « blue states » (les Etats démocrates) comme la Californie sont devenus trop libéraux et pas assez accueillants envers les conservateurs et que la solution est de déménager au Texas ».
  •  

  • La Compagnie, « Conservative Move » propose de s’occuper de la vente de votre maison en Californie et de vous trouver une nouvelle habitation dans le County de Collin, au nord du Texas, qui serait « l’un des meilleurs endroits où habiter » avec « ses écoles, ses boulots bien payés et sa sécurité » et surtout destinés à ceux qui partagent des idées conservatrices.
  •  

  • Paul Chabot, fondateur de « Conservative Move », ancien candidat au parlement Californien qui a offert « des permis de chasser des terroristes » en échange de donations lors de sa dernière campagne, fait souvent la promotion du comté de Collins sur son compte Facebook: « Ici pas de gangs, pas de graffitis, juste les valeurs familiales du Nord du Texas ».
  •  

  • Pour l’éditorialiste du Boston Globe, le phénomène « Vote with you feet » n’est pas nouveau, et beaucoup de Californiens déménagent au Texas pour des raisons politiques.
  • Un phénomène qui fait débat puisqu’il renforce les « bulles politiques », ces territoires politiquement délimités où la population pense, regarde, croit et agit de la même façon.
  •  

  • La compagnie est toute jeune mais a réussi à faire parler d’elle en Californie et au Texas: « Tout ceux qui veulent déménager à Collin County à la recherche d’une utopie conservatrice vont être déçus » commentait le Dallas Morning News cette semaine.

 

 


5. Le reste de l’actualité

  • Mark Zuckerberg s’est engagé à visiter les trente Etats américains qu’il ne connait avant la fin de l’année 2017, certains disent pour une ambition politique, lui affirme vouloir connaître davantage cette Amérique inconnue qui a réussi à élire Trump.
    Quartz suit le parcours de Zuckerberg dans ces différents Etats, ICI
  •  

  • Pour les 150 ans de la naissance du plus grand architecte américain, le site Curbed lui consacre plusieurs articles tous aussi intéressants les uns que les autres – Curbed
    + Récit de son voyage annuel entre L’Arizona et le Wisconsin – Curbed
  •  

  • Portrait de Elizabeth Moss (« Mad Men ») qui cartonne actuellement dans « The Handmaid’s Tale ») dans Elle

 


6. La Couverture du Jour

Theresa May a voulu renforcer son autorité, a échoué et perdu la majorité absolue au Parlement anglais. « Un pari qui a mal tourné » titre The Economist qui garde son poste de Premier ministre mais sans trop de pouvoir. »

The Economist – June 2017

Le Kiosque du 09.07.17: Comey Superstar – Melania & Barron à la WH – La Chasse aux « fuites » – Chelsea Manning parle – L’emplacement le + cher d’internet?

 

Comey vole la vedette à Trump

New York Times
  • L’audition du directeur du FBI devant la Commission Judiciaire du Sénat a eu lieu hier matin
       

    • N’a pas empiré les affaires de Donald Trump mais a confirmé ce que pensent la plupart des Américains, de la presse et du reste du monde: C’est un menteur qui viré le directeur du FBI et essayé d’entacher la réputation du Bureau pour essayer d’étouffer l’enquête en cours sur les collusions entre des aides de Trump et les Russes pendant les élections.
    •  

    • L’état de délabrement de cette jeune présidence est telle que la Maison Blanche a considéré le témoignage de Comey comme une victoire, et la seule chose que le président a retenu sur Twitter ce matin, c’est que James Comey est à l’origine de la fuite de ses memos – une décision prise après les menaces proférées par le président sur les réseaux sociaux concernant d’éventuels enregistrements de leurs conversations.
    •  

    • Mike Allen de Axios
       

      C’est pas la fin mais le début d’un long et pénible procès pour la Maison Blanche de Trump. Ce qu’ils craignent le plus c’est l’implication de certaines figures dans l’orbite de Trump, et ce que les enquêteurs pourraient trouver dans les différents meetings qu’ils ont eu avec les Russes

       

    • Sur la corde raide: Jeff Sessions, qui témoigne mardi prochain, aurait omis de révéler un troisième meeting avec l’ambassadeur russe pendant la campagne présidentielle, et Jared Kushner devrait également témoigner ce mois-ci devant la Commission permanente du Sénat dédiée à la surveillance de la communauté du renseignement américain.

     

  • Nous n’aurions jamais pu apprendre tout ce qu’a bien voulu dévoiler James Comey s’il n’avait pas été viré par le président. Encore une fois, c’est Donald Trump qui s’est lui-même mis dans l’embarras. 

 

 


Un grand moment de télé

Chip Somodevilla/Getty Images
  • La diffusion mercredi après midi de la déclaration écrite de James Comey qui détaille avec précision ses interactions avec le president Trump (« J’exige de la loyauté ») a transformé une curiosité de la « Beltway » (Washington D.C.) et en un épisode en direct de télé-réalité » suivi par l’ensemble du pays.
  •  

  • De nombreuses entreprises avaient annulé rendez vous et réunions pour laisser leurs employés regarder le témoignage de l’ancien directeur du FBI sur grand écran. The New York Times
  •  

  • L’interview de James Comey a été relayé par l’ensemble des médias d’information « qui se sont tous arrêtés en même temps pour se concentrer collectivement sur cette audition.
    Dans une monde d’actualités souvent fragmenté, rarement on a assisté à une telle unanimité autour d’un évènement » – The Washington Post
  •  

  • C’est l’un de ces grands « moments politico-culturels » comme l’ont été auparavant le témoignage de Anita Hill contre le juge de la Cour Suprême des Etats-Unis Clarence Thomas (voir le film de HBO) ou l’audition de McCarthy contre l’armée américaine en 1954.
  •  

  • « Le témoignage de James Comey rejoins le panthéon des moments les plus dramatiques du Congrès » affirme Politico, qui retrace tous les précédents.
  •  

  • Etude intéressante du Washington Post sur les commentaires des chaînes télé (Fox News, MSNBC, et CNN) pendant le témoignage, et les différentes interprétations

 


Melania & Barron déménagent

 

Getty

 

  • C’est la fin de l’année scolaire aux Etats-Unis et comme prévu, Melania et Barron vont rejoindre Donald Trump à la Maison Blanche, pour de bon, le 14 juin prochain.
    Le fils du président, 11ans, sera scolarisé dans une école privée du Maryland l’année prochaine, St. Andrew’s Episcopal School de Potomac, à trente minutes en voiture de Washington.
  •  

  • La présence de la First Lady devrait « apporter un peu de normalité à une présidence dont le style et la substance sont anormales ».
     

    L’installation tant attendue et permanente est vue par la Maison Blanche comme un changement potentiel majeur pour un président de plus en plus déprimé par son travail, qui libère ses frustrations sur ses conseillers et qui se venge de la façon dont il est traité sur Twitter.

     

  • Tous les proches de Trump parient sur la présence de Melania pour calmer et raisonner davantage le président
  • « Melania set to make her D.C. move next week » – Politico

 

 


La chasse aux « fuites » inquiètent les journalistes et les sources

 

Reality Leigh Winner

 

  • Reality Leigh Winner, 25ans arrêtée samedi dernier pour avoir communiqué à The Intercept des documents secrets de la NSA, serait effrayée à l’idée de passer les dix prochaines années de sa vie en prison.
  •  

  • Selon le procureur, Winner aurait indiqué à ses parents depuis la prison, comment la faire passer pour une 
    « néophyte » inconsciente du danger et des répercussions de ses actions – ce qu’il ont fait avec brio sur CNN cette semaine – Washington Examiner
  •  

  • Elle devrait recevoir une peine exemplaire pour dissuader tous ceux qui voudraient continuer à alimenter la presse et agacer le président – Red State
  •  

  • Le travail des journalistes spécialisés dans les questions de sécurité nationale, qui communiquent avec des sources anonymes et obtiennent des informations confidentielles est de plus en plus risqué et compliqué:
     

    D’un côté, il existe un nombre important de fonctionnaires qui veulent aider clandestinement les journalistes. De l’autre côté, il y a l’effort très agressif du gouvernement d’arrêter ces employés

     

  • A savoir maintenant, « jusqu’où sont prêts à aller les agences gouvernementales pour arrêter le flot d’informations qu’elles n’aiment pas? » – CNN

 


Première interview de Chelsea Manning

ABC
  • Quelques semaines après sa libération, après sept années de prison dont plusieurs en isolement, un changement de sexe et une grâce présidentielle, Chelsea Manning, a donné sa première interview exclusive à la chaîne américaine ABC.
  •  

  • En 2010, Bradley Manning a récupéré plus 700 000 documents confidentiels sur la guerre en Irak et en Afghanistan et les a donné à Wikileaks qui les a diffusés en partenariat avec le New York Times, le Guardian, Der Spiegel et Le Monde.
  •  

  • Manning a été accusée de trahison pour avoir divulgué des informations aux ennemis des Etats-Unis. Lui parle de responsabilité de révéler « la mort, la destruction, les massacres » pour provoquer un débat dans le pays, et pour sensibiliser les Américains.
  •  

  • Chelsea Manning a obtenu un traitement aux hormones à partir de 2015 après cinq années de bataille juridique, une grève de la faim et deux tentatives de suicide, et un changement de sexe en 2016 – le premier prisonnier à recevoir ce genre d’opération.
  •  

  • Chelsea Manning a été orginellement condamnée à 35 ans prison. Elle remercie Barack Obama de l’avoir graciée et « lui avoir une seconde chance »

 


L’emplacement le plus cher d’internet

 

Twitter

 

  • L’emplacement le plus cher et le plus prisé d’internet? Les commentaires qui apparaissent en dessous des tweets de Donald Trump sur son fil d’information.
  •  

  • Il existe des centaines de milliers d’internautes, pro ou anti-Trump, dans les starting-block pour répondre le plus rapidement au président et voir leurs commentaires apparaître et être lus par ses 31 millions d’abonnés: Ce qui implique des « likes » et « retweets », des profils scrutées, des réponses et de nouveaux abonnés
  •  

  • Exemple:
    En janvier, Mike Elgan, un écrivain, a répondu à un tweet de Trump dans les dix secondes qui ont suivi sa diffusion: Il a été diffusé sur 800 000 autres fils d’informations et reçu 24 000 notifications en quelques heures seulement et en 24 heures, il a reçu 300 abonnés supplémentaires
  •  

  • Mike Cernovitch, un chante de la « new right » et grand supporter de Trump, confirme que c’est la meilleure tactique pour devenir une personnalité politique influente sur Twitter.
  •  

  • Le meilleur moment pour attendre un tweet de Trump: 6 hrs du matin, lorsque le président se lève.
  •  

  • « Inside the Chaotic Battle to be the Top Reply to a Trump Tweet » – Buzzfeed

 

 


Le reste de l’actualité

  • Greg Gianforte, le républicain qui vient de remporter son siège de Représentant à Washington de l’Etat du Montana, et qui a agressé un journaliste du Guardian la veille de sa victoire, a donné 50 000 dollars à une association pour la liberté de la pressePolitico
  •  

  • La bataille électorale fait rage dans le 6ème district de Géorgie qui oppose le jeune démocrate Jon Ossoff contre la candidate républicaine Karen Handel. Ossoff a récolté plus de 23 millions de dollars de contributions en quelques mois et la campagne des deux candidats totalise aujourd’hui 40 millions, la somme la plus importante jamais dépensée pour l’élection d’un ReprésentantPolitico
  •  

  • On en a parlé lors de son ouverture l’année dernière, The Wing est l’un de ses clubs et espaces de travail exclusivement réservés aux femmes, et ça marche du tonnerre – Village Voice

 


Couverture du Jour

Barry Blitt, le caricaturiste de Donald Trump pour le New Yorker revient avec une nouvelle couverture inspirée par les le film de Charlie Chaplin, « Les Temps Modernes ». L’atmosphère ambiante nous aurait davantage fait penser au Dictateur mais c’est un beau dessin!