Facebook moins informatif et plus friendly

Le mastodonte des médias sociaux a annoncé dans un post ce matin qu’il allait désormais modifier les contenus du fil d’information (news feed) de ses abonnés.
A partir du mois prochain, le contenu partagé entre amis sera privilégié par rapport au contenu diffusé par les médias.
Ceux qui utilisent Facebook à des fins amicales et sociales seront ravis au contraire de ceux qui l’utilisent comme une revue de presse instantanée.

Au delà des utilisateurs, ce sont surtout les organes de presse qui sont touchés par ce changement.
Aujourd’hui, la plupart des internautes accèdent à l’information à travers les médias sociaux, et les milliers de post diffusés chaque jour sur le news feed – bien plus qu’en accédant directement aux sites d’information.
Pour le site journalistique Poynter, c’est un revers pour les éditeurs, qui comptent sur leur pages Facebook pour attirer du traffic sur leur propres sites.

Ce changement du fil d’information va vraisemblablement être capital pour les organes de presse qui s’appuient sur Facebook comme source majeure de traffic « rapporté ». Ca touchera davantage les éditeurs dont les revenus proviennent des annonceurs (qui misent sur une large quantités de pages vues) que ceux dont les revenus viennent des utilisateurs (qui sont moins dépendants des aléas des utilisateurs de plateforme comme Facebook)

A lire sur le Nytimes.com

Rapport Benghazi: Hillary finalement disculpée

Les Républicains en charge du comité Benghazi chargé d’inculper Hillary Clinton de faire toute la lumière sur l’attaque et la destruction l’ambassade américaine en Libye en Septembre 2011 au cours de laquelle l’ambassadeur Chris Stevens a trouvé la mort ont rendu leur rapport aujourd’hui qui disculpe Hillary Clinton, à l’époque secrétaire de la première administration Obama.

La rapport de plus de 800 pages « met fin à l’une des enquêtes parlementaires les plus longues, les plus coûteuses [7 millions de dollars] et les vicieuses de l’histoire du Congrès américain » (NYTimes) sans apporter de développement majeur à ce que les enquêteurs avaient conclu à l’époque, c’est-à-dire un défaut des forces de sécurité américaines en sous effectif et dépassés face aux rebels islamistes.

C’est un soulagement pour la candidate démocrate qui a du témoigné à deux reprises pendant plus de onze heures devant le comité Benghazi à Washington, mais qui ne la disculpe pas de l’une des trouvailles de cette enquête parlementaire, à savoir l’usage d’une adresse email privée lors de ses quatre années passées en tant que secrétaire d’Etat – pour laquelle elle fait l’objet d’une enquête du FBI.

L’un des articles les plus complets parus sur Benghazi dans Vanity Fair  (Aout 2013) et l’excellent reportage multimédia de David Kirkpatrick dans the New York Times (Décembre 2013)