Time magazine et Poutine

La Russie peut-elle influencer les élections présidentielles américaines?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Selon Time magazine qui cite les renseignements et agences de sécurité américains, la Russie représenterait une menace sur les élections présidentielles du 8 novembre prochain.
Non pas comme certains l’ont avancé d’influencer directement le résultat des votes – les bulletins sont remplis électroniquement mais les machines ne sont pas accessibles via internet – mais en « créant de la confusion et de l’instabilité » le jour J.

Quelles « perturbations » ou « instabilités » pourraient bien craindre la première puissance mondiale ces quarante prochains jours?
Des hackers russes, « parmi les meilleurs au monde » tenteraient de pénétrer les bases de données des états, notamment ses listes électorales et registres de vote

Avec la Russie qui établit des têtes de pont aux Etats-Unis depuis le mois d’avril, les autorités s’inquiètent que dans les dernières semaines de campagne la cyber-capacité russe manipule les listes électorales, les systèmes de décompte électoral et les médias pour créer une confusion qui affaiblirait le prochain président et le processus démocratique.

Le FBI aurait alerté les états du pays d’éventuelles intrusions dans leurs systèmes d’élection, et jusqu’ici dix états en auraient été victimes.

Des employés du Département de Justice et parlementaires républicains et démocrates confondus appellent à confronter les Russes sur ce sujet mais le Conseil de Sécurité Nationale a prévenu le gouvernement de la « vulnérabilité » de certaines infrastructures du pays, telles que « le réseau électrique, le secteur du transport et les réseaux énergétiques » qui pourraient devenir la cible d’éventuelles attaques.
D’autres craignent que ce soient des compagnies privées, la bourse ou encore les médias en forme de représailles.

Time magazine - Edition du 10 octobre 2016: "Russia wants to undermine faith the US elections. Don't fall for it."
Time magazine – Edition du 10 octobre 2016: « Russia wants to undermine faith the US elections. Don’t fall for it. »

Barack Obama s’est entretenu personnellement avec Vladimir Poutine lors du dernier sommet du G20 début septembre pour s’assurer qu’il n’y aurait pas d’escalade de cyberattaques de la part de Russie et que le « cybermonde » ne devienne pas le « Wild Wild West »

Deux semaines plus tard, le « Comité de Renseignement » relié au Congrès et formé par huit parlementaires, avisés directement par les services de renseignements d’éventuelles menaces qui pèseraient sur le pays, a confirmé que « différentes agences de renseignements russes travaillaient main dans la main pour tenter d’influencer les élections », « de jeter le doute sur leur fiabilité » et « pourquoi pas leurs résultats ».

Les Etats-Unis ne seraient pas les seules victimes de cette guerre du cyber-espace. Depuis deux ans et demi, l’ingérence de la Russie dans les élections de pays étrangers se serait déplacé des pays de l’est vers ceux de l’Atlantique nord.

Pourquoi vouloir s’attaquer à des élections démocratiques?
Parce que selon Time magazine, Poutine est un chef autoritaire qui se battrait contre les principes démocratiques exportés en masse par les Etats-Unis et ses alliés.
Miner les élections de la première démocratique mondiale fragiliserait aux yeux du monde l’idée que des élections peuvent être libres et justes.

Surtout que Poutine a un terrain favorable en la présence de Donald Trump qui refuse d’accuser la Russie d’être derrière ces menaces alors que les services de renseignements lui auraient affirmé le contraire.

Le candidat républicain n’a cessé de dénoncer un système « truqué » durant toute la campagne.
Si des problèmes surviennent le jour des élections et qu’il perd, il n’hésitera pas à jeter le doute sur les résultats quitte à provoquer encore plus de ressentiments chez ses électeurs à l’encontre du système politique et électoral du pays.

Les parlementaires et les médias mettent en garde la population mais les autorités se veulent plus rassurantes.

Le chef du département de sécurité a affirmé que les élections étaient parfaitement sécurisées et que les 9 000 bureaux de vote utilisaient des machines qui n’était pas connectées à internet, un décompte sécurisé et rapportaient leurs résultats indépendamment, et que la plupart avaient des sauvegardes électroniques ou sur papier si nécessaire

Ces cinq prochaines semaines, les Etats-Unis vont donc essayer de renforcer leur système de sécurité électoral, surtout au niveau des états afin d’éviter tout incident le jour J.
Mais il reste aussi toutes ces informations confidentielles, piratées ces derniers mois aux agences gouvernementales et commissions partisanes, et dont certaines ont eu des conséquences sérieuses, à l’instar de celles du Comité Nationale Démocrate cet été.
Wikileaks a promis de rendre public des documents à charge contre Hillary Clinton et sa fondation.
Pourquoi une surprise d’Octobre avant la tornade de novembre?

Le Kiosque du vendredi 30 septembre

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

L’accident de train à la gare de Hoboken dans le New Jersey en face de New York retenait l’actualité des quotidiens de la région ce matin avec un un mort et une centaine de blessés.

***

Mobilisation sans précédent des médias contre Trump
Depuis lundi soir, on assiste à un déferlement de critiques et de condamnations au vitriol du candidat républicain. Pas un quotidien papier ou en ligne qui n’apporte chaque jour son lot de tribunes, d’analyses et commentaires pour dénoncer le comportement et les propos de Donald Trump.

USA Today - Editorial du 30 septembre 2016
USA Today – Editorial du 30 septembre 2016

Les médias dits « libéraux » sont plus conciliants envers Hillary Clinton en essayant de lui donner des conseils pour le prochain débat ou en appelant les jeunes à ne pas voter pour les « autres » candidats, Jill Stein et Gary Johnson.
Quant aux médias plus « neutres » ou de tendance conservatrice, certains rompent des traditions vieilles de plusieurs décennies et appellent leurs lecteurs à ne pas voter Trump.
Le dernier en date est USA Today, distribué dans 50 états avec 7 millions de lecteurs quotidiens, et qui depuis sa création en 1982 n’avait jamais soutenu un candidat, a déclaré que Trump « n’était pas fait pour être président ».
Pareil pour The Arizona Republic, fondé en 1890, et qui a décidé pour la première de soutenir une candidate démocrate plutôt qu’un Républicain – et qui depuis, a reçu des menaces de lecteurs et perdu de nombreux abonnés.
Le seul quotidien notoire à ne pas s’être prononcé jusqu’ici est le Wall Street Journal, propriété de Rupert Murdoch, plutôt pro-Trump qui possède également le New York Post, l’un des rares soutiens du candidat républicain.

Trump est attaqué de toutes parts et fidèle a lui-même répond coups sur coups, même à 3h20 du matin: « A chaque fois que vous lisez une histoire sur moi ou sur ma campagne qui utilise « des sources affirment », NE LE CROYEZ PAS. Ce ne sont pas des sources, ce sont des mensonges!

Twitter / @realDonaldTrump
Twitter / @realDonaldTrump

***


Trump, le Frankenstein des Républicains

Le représentant de la minorité démocrate au Sénat, Harry Reid, a pris la parole hier devant ses confrères pour exprimer son indignation vis-à-vis de leur comportement envers Barack Obama:

« L’histoire retiendra que les Républicains du Congrès ont traité le président Obama avec un manque de respect jamais vu jusqu’ici (…) On ne s’attendait pas à ce qu’ils soient d’accords avec tout ce qu’a proposé Obama mais l’Amérique méritait mieux que la façon dont les Républicains se sont comportés envers lui (…) La seule chose qu'[ils] ont vraiment achevé cette année c’est de prouver qu’ils appartiennent au parti de Trump (…) Ils veulent nous faire croire que Trump est tombé du ciel, et que par le plus grand des mystères il est devenu leur candidat. (…) Ca n’est pas passé comme cela, Trump n’est pas une anomalie. C’est le monstre que les Républicains ont créé.
C’est leur Frankenstein. Ca leur appartient »

Comme le rappelle le Huffington Post, le Sénat a refusé que Obama nomme un juge de la Cour suprême, qu’il propose un budget, qu’on lui demande son acte de naissance, a conduit des centaines de filibusters durant les huit années de présidence et poussé le pays à la faillite pour protester contre Obamacare.
Des critiques déjà soulignées par la sénatrice démocrate Elizabeth Warren en mars 2016.

 

***

Simpson’s binge pour Thanksgiving
Les 600 épisodes des Simpsons seront diffusés en continu sur 13 jours d’affilée sur la chaîne câblée FXX et commencera le jour de Thanksgiving, le jeudi 24 novembre prochain!

Wonder Woman est queer a annoncé Greg Rucka, son auteur depuis les années 2000 et qui reprend le flambeau chez DC Comics pour les 75 ans de sa création. La princesse guerrière Diana, originaire une île exclusivement peuplée de d’amazones, aurait donc été amoureuse et aurait eu des relations avec d’autres femmes. Rucka se défend pour autant de « mettre en avant la représentation du personnage aux dépends d’une bonne écriture et du développement du personnage ».

Trump et la connexion Castro: une « surprise d’octobre » pour les démocrates?

Est-ce la surprise d’Octobre serait finalement dirigée contre le candidat républicain?
C’est le scoop sorti par Newsweek hier: Donald Trump aurait violé l’embargo sur Cuba en 1998 en effectuant des transactions d’argent à travers l’une des compagnies.

Newsweek - Edition du 14 Octobre 2016: "La connexion Castro"
Newsweek – Edition du 14 Octobre 2016: « La connexion Castro »

L’embargo américain, qui a été assoupli l’année dernière à la suite du rapprochement diplomatique entre Obama et Raoul Castro, interdisait toutes relations commerciales avec la Havane.
Or en 1998, la compagnie de Trump aurait dépensé 68 000 dollars dans l’ile des Caraïbes, par l’intermédiaire d’une société de conseil, Seven Arrows Investment & Development Corp., à la recherche d’éventuels investissements, et ce en toute connaissance de cause.
Cette même somme a été ensuite facturée à « Trump Hotels & Casino Resorts » sous le prétexte de donations à des charités catholiques locales .

Facturation de la société de conseil à l'une des compagnies de Trump le 8 février 1999
Facturation de la société de conseil à l’une des compagnies de Trump le 8 février 1999

Quelques jours après, explique Newsweek, Trump se lançait en politique et briguait la nomination du « Reform Party », l’équivalent du parti indépendant, et s’adressant à un groupe de Cubano-Américains à Miami, avait réitéré la nécessité du maintien de l’embargo de Cuba, en attendant le départ de Fidel Castro.

Depuis 1960 et jusqu’en 2015, le voyage de ressortissants américains à Cuba était limité au personnel humanitaire puis aux Américains d’origine cubaine et depuis l’année dernière aux étudiants. « Aucun Américain ni compagnie basée aux Etats-Unis ne pouvait dépenser d’argent à Cuba; une charité étrangère ou similaire devait prendre toutes les dépenses y compris le voyage »

Interrogée sur la question dans l’émission The View aujourd’hui, Kellyanne Conwar, la manager de campagne de Trump, a reconnu que l’une de ses compagnies avait payé pour ses dépenses, qui ne constitue pas certes un investissement, mais qui enfreint la loi.

Ce soir, tous les médias sont sur le coup et Donald Trump n’a pas encore officiellement réagit.sssss

« Audrie and Daisy »: Viols et cyberbullying dans les lycées américains

Netflix a mis en ligne cette semaine un documentaire de sensibilisation au « cyberbullying » dans les cas d’agressions sexuelles chez les lycéens américains.
Un phénomène qui a fait la une de l’actualité ces dernières années à cause de ses conséquences dramatiques qu’il a provoqué et de la gestion très critiquée de la justice, de la police et de la communauté vis-à-vis des agresseurs et des victimes.

audrie-daisy-poster-405x600Témoignage des agresseurs et agressées
« Audrie & Daisy » sont deux lycéennes, violées par des camarades de classe ou du même établissement scolaire et dont les agressions ont été diffusés sur internet et les médias sociaux provoquant injures, moqueries et mises à l’écat des victimes.
Audrie s’est suicidée dans sa chambre en 2012. Daisy a survécu à plusieurs tentatives et a été poussée par sa propre communauté à quitter la ville.

Les témoignages des parents, des familles des victimes et des victimes elles-mêmes est très dur, mais celui des agresseurs et des autorités vis-à-vis de ce genre d’affaire est encore plus difficile à entendre.

La force de ce documentaire tient à la participation des « agresseurs » ordonné par le juge en échanges de peines de quelques mois de prison. Ces adolescents, qui apparaissent sous forme d’animation, répondent de manière laconique sans réaliser la gravité et les conséquences de leurs actes, des faits d’agressions sexuelles auxquels ils ont participé.
Les deux réalisateurs, Bonni Cohen and Jon Shenk, se sont également appuyés sur les vidéos des dépositions des adolescents.

Leur défense? Ces adolescents n’avaient aucune idée que prendre des photos d’une mineur nue et les partager sur internet constituait un crime, « juste une blague pour s’amuser entre potes [de l’équipe de football] » quand d’autres vont affirmer que la jeune fille inconsciente était consentante.

Ces adolescents n’ont sans doute pas voulu provoquer la mort de leur amie ou consciemment pensé qu’ils violaient une adolescente, mais un crime de cette nature doit de toutes façons faire l’objet d’une enquête et d’une condamnation si les faits sont circonstanciés.
C’est là que le bas blesse.

Loi du silence,  et responsabilité des autorités
Dans le cas de Daisy Coleman qui a été violée à l’âge de 14 ans, inconsciente sous les effets de l’alcool, par la star de l’équipe de football, Matt Barnett, 17 ans à l’époque, le sheriff explique très sérieusement:

« Il ne faut sous-estimer le besoin d’attention de certaines personnes, notamment des jeunes filles. Il y a beaucoup de pressions sur les jeunes filles dans notre société pour être belles, pour être appréciées et populaires. Ce n’est pas juste mais c’est la façon dont fonctionne notre société (…) Cette affaire est devenue hors de contrôle parce que tout le monde a utilisé le mot « viol », c’est très populaire. Le viol. Le Viol de Maryville. Le viol Coleman. Rien de ce qui s’est passé cette nuit-là qui rassemble de loin ou de près à un viol. Qu’on soit d’accord ou non, des jeunes de cet âge peuvent avoir des relations sexuelles consenties dans l’état du Missouri

Quelques mois après l’agression, le procureur a abandonné toutes les charges contre Mr Barnett et l’ami de celui-ci qui avait filmé la scène. « Une décision politique » pour la mère de la victime: l’agresseur appartient à une puissante famille du Missouri et « dans ces petites villes du fin fond de l’Amérique, il est plus important de protéger les garçons plutôt que de rendre justice aux filles (…) ils représentent la communauté et on ne veut pas les contrarier, ce sont des héros.

Une décision qui a choqué le pays et provoqué un intérêt médiatique sans précédent sur la communauté de Maryville, et certainement pas pour les bonnes raisons.

A la suite de la dénonciation de son agresseur, toute la petite communauté de Maryville a tourné le dos à la famille Coleman et aux quatre enfants scolarisés, la jeune Daisy a été harcelée sur les médias sociaux, la mère a perdu son travail de vétérinaire, leur maison a été incendiée, les obligéant a quitté la ville définitivement.

Le jeune Barnett a finalement été condamné à deux ans de prison avec sursis pour mis-en-danger d’une mineur.
Aucune accusation d’agression sexuelle n’a été retenue.

Time magazine - Edition du 26 mai 2014
Time magazine – Edition du 26 mai 2014


Prise de conscience collective dans les universités du pays 

L’année dernière, plusieurs affaires de viol ont poussé les médias à dénoncer ce « phénomène national » dans les campus américains de Baylor University (Texas), Vanderbilt (Tennessee), Columbia, et récemment celle de Stanford.

Selon une étude réalisée sur neuf campus du pays, une « undergraduate » sur cinq aurait subie une agression sexuelle, dont seulement 37% seraient reportées à la police du campus, par peur de représailles, d’exclusion, ou de mises à l’écart par d’autres étudiants.
Les problèmes auxquels font face les victimes tiennent aussi au manque de témoins, au rôle de l’alcool, et enfin aux condamnations très légères  qu’obtiennent les agresseurs.

Le documentaire de Netflix, « émotionnellement difficile à regarder », voudrait provoquer le même électrochoc chez les lycéens et les adultes pour alerter et prévenir ce genre de comportements.

Il y a deux semaines, le Washington Post publiait le témoignage d’une mère intitulé « Mes deux adolescents sont aveugles à la culture du viol » qui explique:

Je n’ai jamais imaginé que j’élèverai des garçons qui deviendraient des hommes comme ça. Des hommes qui pensent que la culture du viol n’existe pas ou qui ne comprennent pas le sexisme. Des hommes qui me disent que je suis trop sensible et ou que je ne comprends pas comment fonctionnent les adolescents.
On parle jamais de ce genre de choses maman, m’ont-ils dit avec agacement.
C’est la façon dont tous les jeunes se comportent

Trump dans le New Yorker

C’est la sixième couverture du New Yorker que le dessinateur Barry Blitt consacre à Donald Trump depuis le début de sa candidature à la présidence des Etats-Unis en juin 2015.
La dernière est parue cette semaine, et a pour titre « Miss Congeniality

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le kiosque du jeudi 29 septembre 2016

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Un veto qui veto

Sur toutes les unes aujourd’hui, le véto du Sénat américain qui annule un véto que Barack Obama avait imposé qui permettait aux familles des victimes d’attentats (et notamment celles du 11 Septembre 2001) de pouvoir poursuivre en justice des gouvernements étrangers pour d’éventuels dommages et intérêts – l’Arabie Saoudite dans le cas présent, dont est originaire Oussama Ben Laden.
C’est le premier des 12 vétos décidés par le président ces huit dernières années à être outrepassé, qui résonne et l’administration Obama n’a pas du tout apprécié: Selon l’attaché de presse de la Maison Blanche, c’est le geste le plus embarrassant que le Sénat américain ait fait depuis 1983 – date du veto imposé contre Ronald Reagan.

***

Elections présidentielles américaines
Hillary Clinton a toujours du mal à convaincre les jeunes entre 18-29ans, dont 10% n’ont l’intention de voter pour aucun des deux candidats.
Un état d’esprit qui fait écho aux propos de Colin Kaepernick, le quarterback des San Francisco 49Ers, qui refuse depuis le début de la saison football américain, de saluer le drapeau en début de match, et pour lequel il a fait la une du Time la semaine dernière.
Ce dernier a qualifié Trump et Clinton de « menteurs avérés » et affirmé que cette élection revenait à choisir « le moins pire des deux » mais que cela restait quand même « le pire ».

Concernant les affaires extra-conjugales de son mari, Clinton doit préparer une ligne de défense contre un candidat qui pourrait s’en servir lors de deux prochains débats: « laisser-faire ou volonté de protéger la famille » se demande le Washington Post à propos de l’attitude de la candidate démocrate qui a toujours défendu son mari quitte à discréditer publiquement certaines femmes, dont les accusations, à l’encontre de Bill,  ont été plus tard confirmées.

Le troisième homme de ces élections, le libertarien Gary Johnson, a encore montré de sérieuses lacunes en politique étrangère hier en étant incapable de nommer un chef d’Etat étranger, même pas celui du Mexique voisin. Un passage vide qu’il a lui-même qualifié de « Aleppo moment » en référence à sa méconnaissance de la ville d’Alep, en Syrie, théâtre d’une guerre depuis plus de cinq ans.

Enfin selon Politico, 7% des électeurs ont perdu des amis à cause de ces élections pour le moins atypiques, et 65% pensent que le recours à un langage grossier en politique (a.k.a. Donald Trump) est inutile.

***


Saturday Night Live revient samedi

Dans un autre registre, Alec Baldwin a été recruté par Saturday Night Live qui reprend samedi (Margot Robbie est l’invité et The Weeknd à la chanson) pour jouer le rôle de Donald Trump avec Hillary Clinton, incarnée par Kate McKinnon, fraichement récompensée d’un Emmy Award.

Un choix étonnant puisqu’un ancien acteur du même programme, Darrell Hammond, avait excellé dans son genre la saison dernière.
A vous de juger

Pour Politico, « SNL pourrait bien faire le boulot que les chaînes d’infos câblées ont refusé de faire durant toute la campagne », à savoir être un peu plus critique envers le candidat républicain.

***

Le Show le plus cher de l’histoire sur Netflix
Intitulé « The Crown », la série raconte l’histoire de la monarchie anglaise d’Elizabeth II. Chaque saison se concentre sur une décennie de son règne et des personnes qui l’ont marqué et Netflix vient juste de diffuser une première bande annonce que voici.
Cette première saison aurait couté entre 100 et 130 millions de dollars.

***

Vogue se révolte …
Contre les bloggeurs de mode qui ont investi les premiers rangs des défilés de mode aux côtés des célébrités et dont l’amateurisme, le manque de style, et la recherche d’attention agacent profondément les professionnels de la mode: « le désastre du street style » incarné par ce jeunes « femmes qui se pavanent devant les caméras dans des habits qu’ont leur a prêté, et c’est triste aussi de voir autant de marques y participer » souligne Nicole Phelps, directrice des défilés pour le magazine, à propos de la fashion week de Milan qui avait lieu du 21 au 26 septembre dernier.
Alessandra Codinha, rédactrice mode de vogue.com, évoque elle « le paradoxe de la bloggeuse » qui « n’est même plus techniquement un bloggeuse » et qui « se ridiculise en posant, remuant sur son siège obsédée par sa présence sur les médias sociaux (…) Les gens se rendront bientôt compte du caractère grossier qu’est devenu l’utilisation de ces présences rémunérées et de leurs vêtements empruntés »

***

Trump en « Miss Sympathie » dans le prochain numéro du New Yorker!

The New Yorker - Edition du 10 Octobre 2016 - Barry Blitt "Miss Congeniality"
The New Yorker – Edition du 10 Octobre 2016 – Barry Blitt « Miss Congeniality »

Le Kiosque de la semaine: 26 Sept – 03 Oct. 2016

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les lectures de cette semaine – En bleu ce que Le Kiosque vous conseille

Rolling Stone: « 100 Greatest TV shows of all Time »  

Rolling Stone - Edition du 6 Octobre 2016: "Greatest TV Shows of all time"
Rolling Stone – Edition du 6 Octobre 2016: « Greatest TV Shows of all time »

* « Who owns Prince Legacy? »

* « Heroes and Villains« : la sortie des mémoires de Brian Wilson et Mike Love sur leur expérience des Beach Boys

*  « Inside the summer of Hell and High Water » sur la question du changement climatique aux Etats-Unis touchés cette année par des incendies en Californie, des inondations en Louisiane et des ouragans en Floride, Hawaï et en Nouvelle Angleterre.

*  « 100 Greatest TV shows of all Time » – sans grand intérêt
1. The Sopranos, 2.The Wire, 3.Breaking Bad, 8.Saturday Night Live, 17. Twin Peaks, 24. Friday Night Lights, 37. Orange Is the New Black, 43. The Americans, 72. Girls, 83. House of Cards, 91. Broad City, 97. Portlandia, 99. Oz
The Washington Post a d’ailleurs publié la sienne

* « Hillary Vs the Hate Machine«  ou comment « des décennies d’attaques de la droite ont transformé une militante du droits des femmes en une plateforme haineuse de l’Amérique »

***


Bloomberg Businessweek
: « Don’t, Won’t Can’t, Leave Home Without It »

Bloomberg BunsinessWeek - Edition du 26 septembre 2016: "Don't Won't Can't leave home without it"
Bloomberg BunsinessWeek – Edition du 26 septembre 2016: « Don’t Won’t Can’t leave home without it »

* Opening Remarks: « Why is Venezuela isn’t on the Verge »
* « Samsung’s $2billions mistake«  sur le rappel de 2,5 millions de Galaxy Note 7 dont les batteries explosent. Samsung a essayé de sortir rapidement un téléphone innovateur pour concurrencer le Iphone 7 de son « archrival », Apple.

* « The Little Blue Dot Irritating Nebraska’s GOP« . Dans le Nebraska, à majorité républicaine, la plus importante ville de l’état, Omaha, est un enclôt libéral qui pourrait bien pencher pour Hillary, comme elle l’avait fait pour Obama en 2008, et rapporter un grand électeur aux Démocrates en Novembre prochain.

* « Bloomberg 50’s Most Influential »: 1. Teresa May, 2. Ex-aequo Hillary Clinton et Donald Trump, 6. Angela Merkel, 50. John Oliver

* « You Swiped My Heart« : How Chase turned a Credit Card into an Obsession »: Comme la banque américaine Chase attire ses clients grâce à des cartes de crédit aux systèmes de points et miles très avantageux.

* « Miracle Whipped« : Comment un fabricant de mayonnaise végétalien a convaincu la Silicon Valley qu’il dirigeait une entreprise de haute technologie qui allait changer le monde.
La compagnie avait auparavant engagé des contracteurs pour aller acheter de grandes quantités de leur produits dans les supermarchés afin que ses derniers en recommandent.

***

The New Yorker – Shift de Chris Ware

The New Yorker - Edition du 3 octobre 2016: "Shift" by Chris Ware
The New Yorker – Edition du 3 octobre 2016: « Shift » by Chris Ware

* Talk of The Town:
« The Fear Factor » sur l’exploitation du danger islamique aux Etats-Unis et dans la campagne présidentielle américaine
« Smarty Pants » sur la naissance de Slate et du « Slateyness », l’un des premiers site d’infos exclusivement en ligne, il y a vingt ans avec le soutien de Microsoft

* « In the Balance » sur la Cour Suprême des Etats-Unis dont la nomination du 9ème juge par le prochain président pourrait bien faire bousculer vers la gauche

* « Lady Bits » sur « la comédie radicale » d’Ali Wong

* « The Cuba Play » sur les relations normalisées entre Cuba et les Etats-Unis, et les conséquences qu’elles auront sur le futur du pays.

* « Germany’s New Nationalists » sur le nouveau visage inattendu de l’extrême droite allemande, Frauke Petry

***

New York Times magazine – Special voyages

The New York Times magazine - Edition du 25 septembre 2016: "The Voyage Issue"
The New York Times magazine – Edition du 25 septembre 2016: « The Voyage Issue »

 

« Voyages, Visual journeys by 6 photographers ». Un reportage interactif et des photos à couper le souffle prises en Ethiopie, Albanie, Australie, Finlande, Pérou et Espagne

* « On the Road ». Sur le métier de photographe professionnel à l’heure d’Instagram et de la démocratisation de la photo et du tourisme de masse.

 

 

 

 

 

***

 

Time Magazine – The Perilous Fight

Le Kiosque consacré un article à cette couverture la semaine dernière

Time magazine - Edition du 3 Octobre 2016" "The Perilous fight"
  Time magazine – Edition du 3 Octobre 2016″ « The Perilous fight »

Débat présidentiel: Les médias conservateurs entre colère et parano

Alors qu’une partie de la population américaine pousse un ouf de soulagement après un premier débat présidentiel remporté haut la main par Hillary Clinton, les médias conservateurs oscillent entre colère et paranoïa.

« un Titanic politique »
John Podhoretz dans le New York Post reconnaît « l’incompétence » dont a fait preuve Trump, qui s’est vanté au passage de ne pas avoir préparé son duel, « un gifle » pour tous ses supporters, dont il fait lui-même partie.

« Au bout de la de la 95 ème minute, Trump était réduit à de la bouillie crépitante, qui déblatairait sur Rosie O’Donnell et sur le fait qu’il n’avait pas encore proféré contre Hillary méchancetés qu’il avait dans la tête (…) Ses supporters devraient être furieux contre lui, et le public en général.
Afficher tant d’incompétence par refus de se préparer sérieusement à ce duel, en refusant d’apprendre à tirer de sa posture populiste contre Clinton, il n’a montré que du mépris pour des gens qui l’ont amené aussi loin – et pour les Américains qui vont avoir à prendre une très importante décision le 8 Novembre prochain. »

 

New York Post - Edition du mardi 27 septembre 2016
New York Post – Edition du mardi 27 septembre 2016

Même constat de David French dans The National Review qui résume bien l’état d’esprit de beaucoup de Républicains lundi soir, « Donald Trump est de pire en pire »:

« A la fin du débat, il était complètement désorienté, sur la défensive sur presque tous les sujets. Pourquoi n’a-t-il pas eu de meilleure réponse sur la polémique du birther? N’a-t-il pas encore fait ses devoirs en politique étrangère? J’ai eu l’impression d’être devant un Titanic politique qui fonçait dans l’iceberg, se retirait, fonçait à nouveau dedans, juste pour s’amuser.

Peu le savent mais Donald Trump s’est proclamé vainqueur ce matin, en tweetant une sélection de sondages en ligne mises en place par plusieurs sites d’infos la veille.

Twitter / @readDonaldTrump
Twitter / @readDonaldTrump

Des sondages, selon The Daily Dot, que les supporters de Trump auraient « manipulé artificiellement » pour « créer une fausse narration » selon laquelle il aurait gagné.

#trumpwon était d’ailleurs l’une des tendances d’hier sur Twitter.

Et si on s’intéresse aux médias Alt-Right, on retrouve le thème souvent du complot des médias libéraux, dont Lester Holt serait une des marionnettes

Facebook / Breitbart
Facebook / Breitbart

Breitbart News, le bras armé de Trump, depuis que son ancien rédacteur-en-chef à pris les rênes de sa campagne au mois d’Août dernier, a immédiatement dénoncé « un débat truqué »

Le site « trash-conservateur » a dénoncé les questions « très amicales » posées par Lester Holt à Hillary Clinton contre celles « hostiles » à l’encontre de Donald Trump. Le modérateur aurait subi des fortes pressions des Démocrates et de l’ensemble des médias libéraux pour attaquer Trump – même si le présentateur de NBC est enregistré comme un Républicain dans l’état de New York.

Le Kiosque du mercredi 28 septembre

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Journée « après-débat »
Hillary Clinton profite de sa bonne performance de lundi soir, suivie par 84 millions d’Américains. Comme le note le site fivethirtyeight.com, il faut attendre quelques jours pour évaluer les effets du débat dans les sondages, et aujourd’hui, Hillary préserve seulement un léger avantage sur Trump, 55.5% contre 44.5%.

Prévisions du site fivethirtyeight.com pour les élections présidentielles américaines, mercredi 28 septembre à 10:30am
Prévisions du site fivethirtyeight.com pour les élections présidentielles américaines, mercredi 28 septembre à 10:30am

La candidate devrait retrouver son ancien rival Bernie Sanders, aujourd’hui dans l’université du New Hampshire pour discuter des frais de scolarité gratuits pour les universités publiques du pays, une proposition initiée par Sanders que Clinton a intégré dans son programme cet été.

A lire cet article très intéressant paru dans Boingboing sur la complexité de la personnalité de Clinton et la difficulté que les électeurs ont à l’apprécier en tant que femme politique. Selon l’auteur, Caroline Siede, Clinton a évolué toute sa vie dans un monde d’hommes auquel elle a été obligée de s’adapter sans bénéficier du même regard que les électeurs ont sur la gente masculine.
Les maladresses de Tim Kaine, les gaffes de Joe Biden ou la passion de Bernie Sanders les rendent sympathiques aux yeux du public – des traits de caractère qui ne passent lorsqu’il s’agit de Clinton. « La rigidité de son apparence en public est une sorte d’auto-protection tactique qui est le résultat d’années de violente misogynie. »

Donald Trump a cherché toutes les excuses pour expliquer sa mauvaise prestation contre Clinton, le micro qui ne marchait, un modérateur hostile, une adversaire méchante, mais il s’est tout de même déclaré vainqueur hier matin sur Twitter.
Des sondages en ligne mises en place par différents sites d’infos auraient été manipulés par ses supporters pour gonfler les scores du candidat républicain.
Nombre de ses collaborateurs ont souligné l’importance de la préparation et de la pratique avant le prochain rendez vous du 9 Octobre, encore faut-il que Mr Trump accepte de se plier à cette nouvelle stratégie.

Par ici l’argent
Le patron de Wells Fargo, la banque impliquée dans le scandale des comptes bancaires fantômes ouverts à l’insu de leurs clients pendant des années, et qui est passé devant une commission du Sénat, à laquelle assistait Elizabeth Warren la semaine dernière, devra rendre 41 millions de dollars de compensation reçues en actions et ne touchera pas son bonus de fin d’année.
Il reste néanmoins à son poste contrairement aux milliers d’employés qui ont été licenciés à la suite du scandale.

Bye Bye Blackberry
Blackberry, la compagnie canadienne a annoncé qu’elle ne produirait plus elle-même ses appareils, qui seront sous-traités à d’autres entreprises, et qu’elle se concentrerait désormais sur des logiciels et des applications.
Blackberry, qui dominait le marché des smartphones il y a dix ans n’a pas su rebondir devant les succès des Iphones et Androids. Le Sénat américain a d’ailleurs officiellement abandonné l’utilisation de ces appareils cet été.

Kevin Durant et Stephen Curry
Kevin Durant, l’un des meilleurs joueurs de NBA, qui a quitté, à la surprise de tous, l’équipe d’Oklahoma City cet été, pour rejoindre les Golden Gate Warriors, a effectué son premier jour d’entrainement avec sa nouvelle équipe, et Stephen Curry, son capitaine.

Simon & Schuster - 2016
Simon & Schuster – 2016

Born To Run
C’est le titre de l’autobiographie de Bruce Springsteen, bientôt soixante dix ans, qui vient d’être publiée aux éditions Simon & Schuster, qui est aussi celui de l’un de ses albums et de l’une de ses chansons les plus connues, sortie en 1975.