20.01.18

 

Bon week-end à tous!

C’est une version mise-à-jour de la lettre d’hier.

Aujourd’hui ont lieu à New York et dans toutes les grandes villes des Etats-Unis, la seconde édition de la marche des femmes. J’espère que vous serez nombreux et nombreuses à y participer.

Si vous souhaitez inscrire vos amis, vos adversaires, votre famille, votre coinjoint.e à cette newsletter, c’est ICI

 

 

1. Les Quotidiens

A. « Shutdown Showdown » a bien eu lieu

Les sénateurs démocrates ont refusé la proposition des Représentants républicains de financer pour quatre semaines le gouvernement fédéral sans résoudre le problème des Dreamers: Les activités du gouvernement fédéral sont officiellement suspendues … un an jour pour jour après l’investiture de Trump, au cours duquel il a offert offrait à l’Amérique l’un des discours les plus apocalyptiques jamais entendus.

Un bel anniversaire pour le président obligé d’annuler son séjour de festivités à Mar-a-Lago.

La porte parole de la Maison Blanche, Sarah Sanders, a rejeté la faute sur les Démocrates (« Schumer Shutdown »), ces « obstructionist losers » dans un communiqué diffusé hier soir.

Lors du dernier shutdown en 2013, 850 000 employés fédéraux – 40% de la main d’oeuvre fédérale – se sont retrouvés [pendant seize jours] sans travail, ni salaire. Le chômage a augmenté, la confiance des consommateurs a chuté, et l’arrêt de travail fait baissé la croissance économique de 0,3 points (…)
Seulement 15% des fonctionnaires sont basés à Washington, donc les conséquences du shutdown vont se sentir à travers tout le pays. Six millions de commerces pourraient perdre leur aide financière and les demandes d’aides sociales pourraient être retardées.

* « Shutdown threatens a ‘gut punch’ as agencies brace for closure » – Politico

 

B. HQ2, les 20 finalistes de Amazon

C’est le projet dont rêve toutes les moyennes et grandes villes des Etats-Unis: L’implantation dans leur région du second siège social de Amazon, après Seattle, baptisé HQ2, qui prévoit d’y investir cinq milliards de dollars et d’y créer 50 000 emplois.

La compagnie a dévoilé hier les vingt villes finalistes parmi les 238 dossiers reçus: Atlanta (voir The Atlanta Journal-Constitution), Austin (Texas), Boston, Chicago (voir le Chicago Tribune), Columbus (Ohio), Dallas, Denver, Indianapolis (The Indianapolis Star), Los Angeles, Miami, Montgomery County (Maryland), Nashville, Newark (New Jersey avec The Star Ledger), New York City, le nord de la Virginie, Philadelphie, Pittsburgh, Raleigh, N.C., Toronto, Washington, D.C.

 

 

C. Nassar, un monstre au sein de la fédération américaine de gymnastique

Pendant quatre jours cette semaine, des dizaines de gymnastes, dont certaines médaillées olympiques de Londres en 2012, ont décrit les attouchements et agressions sexuelles subis pendant des années aux mains de Larry Nassar, un préparateur physique qui se faisait passer pour un médecin, et ce sur plusieurs décennies.

« Je pensais que s’entraîner pour les Jeux Olympiques était la chose la plus dûre que j’aurai à faire mais la pire chose en fait, c’est d’être la victime de Larry Nassar » a déclaré en pleurs, Aly Raisman, médaillée de Londres et de Rio.

La fédération américaine de gymnastique a également été critiquée pour son manque de réaction, et son incapacité à protéger des générations de jeunes gymnastes. CNN

 

 

2.Trumplandia: Le porngate.

 

  • Le PorngateLe dernier scandale qui touche Donald Trump, sans vraiment l’affecter, est parti du témoignage d’une actrice de films X avec qui le président à eu une affaire en 2006, peu après la naissance de son dernier enfant, Barron, qu’elle a raconté au magazine InStyle en 2011 qui n’a décidé de le publier que cette semaine.
    Stormy Daniels a reçu 130 000 dollars de l’avocat de Trump un mois avant le scrutin pour garder le silence sur cette affaire, ce que l’intéressé et le président démentent bien entendu.Pourquoi ne l’apprend-on que maintenant?

    Les Journalistes ne l’ont pas publié [pendant la campagne] car ils étaient incapables de corroborer des éléments clés du témoignage de Daniels. L’histoire ne s’appliquait aux règles journalistiques, même si elle impliquait un homme qui s’attaque régulièrement aux médias pour leur manque d’éthique. 

     

    Les chrétiens conservateurs sont d’ailleurs restés muets sur le « porngate » car le président et ses supporters considèrent toute critique comme une trahison, et préfèrent ne rien plutôt que de voir leurs priorités (nomination de juges conservateurs, protection du droit religieux, lutte contre l’avortement) ignorées par le président.
    Heureusement, certains journalistes conservateurs sont là pour dénoncer ce silence. National Review

 

  • Steve Bannon
    L’ancien conseiller en stratégie du président a été interrogé mercredi par la House Committee on Intelligence et a avoué avoir discuté avec Reince Priebus, ancien directeur de cabinet de la Maison Blanche et Sean Spicer, du fameux meeting organisé en juin 2016 par Donald Jr, Kushner et Manafort pour obtenir des informations compromettantes sur Clinton de la part d’une avocate russe, révélé par le New York Times en juillet dernier.
    Steve Bannon n’était pas censé dévoiler le contenu de discussions lorsqu’il était à la Maison Blanche. Axios
    C’est important car c’est la preuve la plus tangible d’une collusion entre la campagne du candidat républicain et les Russes pour influencer le résultat des élections. Le président a affirmé quelques jours tard ne jamais avoir été mis au courant de cette rencontre, c’est ce que la House Committee et l’enquête du procureur indépendant Mueller tentent de vérifier. CNN

 

  • Trump a annulé son voyage à Mar-a-Lago où il devait participer à un gala de charité en l’honneur de sa première année de présidence avec des places à 100 000 dollars par couple pour un repas et une photo avec le président.
    Les bénéfices seront reversés à la Trump Victory Fund

 

 

3. Le Pittsburgh Post-Gazette, en roue libre

  • Le quotidien du Maryland a publié lundi dernier un éditorial, « Reason as Racism », imposé par le directeur de la publication – et membre de la famille propriétaire de la Gazette – qui affirme que les accusations de racisme sont devenues aujourd’hui une sorte de « nouveau maccarthisme »Ce n’est plus un terme qui définit une personne qui croit en la supériorité d’une race sur une autre mais un terme malveillant et diffamatoire – comme l’étaient ceux de « communistes » ou de sympathisants communistes » dans les années 50. 
  • Dans le climat politique ambiant, la position est déjà limite, mais ce n’est que le début:

    Si Donald Trump est traité de raciste pour avoir qualifié certaines nations de « pays de merde », est-ce que ça va aider à faire passer une loi sur les Dreamers pour garder ces jeunes gens qualifiés aux Etats-Unis? (…)Ce n’est pas raciste de dire que ce pays ne peut accepter les pires populations des pires endroits et que nous préférons accueillir les meilleurs individus provenant des meilleurs endroits, dont certains sont habités par des gens de couleur. Ce n’est pas du racisme, c’est du bon sens.Si nous pouvons réformer la politique d’immigration et sauver les Dreamers, et trouver un terrain d’entente, ne nous laissons pas distraire par un autre bâton tendu pour attaquer le président. Qualifier le président de raciste n’aide personne – c’est juste un autre moyen de délégitimiser un président élu de manière légitime.

     

  • La plupart des journalistes de la rédaction ont fait circuler une lettre ouverte condamnant un éditorial « raciste » et « intolérant » que le président et rédacteur en chef du quotidien, John R. Block, n’a pas cru bon le publier.

     
    La famille Block s’est désengagée jeudi des propos d’un des leurs:L’éditorial « Reason as Racism », publié le jour de Martin Luther King Jr, sans l’approbation du comité éditorial, qui est une tentative de justification du racisme, est une violation de l’héritage de William Block Sr. qui a dirigé ce quotidien pendant près de soixante ans.

 

 

4. « Affirmative Consent »

  • Comme on s’y attendait la décision du site Babe.net de publier le témoignage d’une date ratée entre Aziz Ansari et une jeune femme de 23 ans, restée anonyme dans le cade du mouvement de dénonciation du harcèlement et des agressions sexuelles, a provoqué un flot de critiques.D’abord cet article de Bari Weiss dans le New York Times et ensuite cette lettre ouverte lundi soir de Ashleigh Banfield dans son émission HLN adressée à la jeune fille:Quel est exactement ton problème? Tu as eu une mauvaise expérience avec Aziz Ansari? Cela t’a rendu à ce point vulnérable que tu as recherche une condamnation publique? Une condamnation susceptible de mettre fin à sa carrière?
  •  

  • Après avoir refusé l’invitation d’un producteur de l’émission, la journaliste de babe.net s’en est pris dans un email à Ashleigh Banfield, « dont personne en dessous de 45 ans n’a jamais entendu parler », qui aurait dû s’adresser à elle ou à la rédaction de babe.net, plutôt qu’à « cette fille de 23 ans à l’un des moments les plus vulnérables de sa vie » avant de l’attaquer sur son apparence physique.Un email assez violent publié par Business Insider et lu par  pour « donner une idée de la personne qui tient le bouton nucléaire sur la carrière de Aziz Ansari.Le seul mérite de l’article de babe.net c’est qu’on aborde désormais le problème du « consentement » (« Affirmative Consent ») entre deux adultes.

     
    * « The Aziz Ansari Allegations Has People Talking About Affirmative Consent. What’s That? » – Time
    * « The Journalist who broke the Aziz Ansari Story and TV Host Ashleigh Banfield are in a very public fight » – Cosmopolitan

 

 

5. Il y a 20 ans, l’Affaire Lewinsky éclatait

 

 

6. On vit une époque formidable

  • le livre de Michael Wolff, « Fire and Fury » pourrait être adapté en une série télévisée. La société Endeavor Content a acheté les droits du petit et du grand écran. The Hollywood Reporter
  •  

  • Rupert Murdoch, 86 ans, a été hospitalisé au début du mois pour un « sérieux problème de dos » après une chute sur le yacht de son fils, Lachlan. Vanity Fair
  •  

  • Jeudi, le comité éditorial du New York Times n’a pas publié de tribune mais les lettres des supporters de Trump. New York Times
  •  

  • CNN a recensé les six vêtements et accessoires qui ont marqué l’année:
    * The Pussyhat, ces bonnets roses portés par les femmes lors de la marche sur Washington et dans les autres des Etats-Unis en janvier 2017
    * La marque Ivanka Trump, boycotté puis défendue à la télé par Kellyanne Conway
    * Les T-Shirts a message politique
    * Les casquettes MAGA avec les logos « USA », spécial Halloween ou « Merry Christmas »
    * Les chaussures « Equality » de Lebron James
    * Les « Fred Perry », les préférés des « Déplorables »

8. Couverture du Jour

 

  • La belle couverture de Time magazine sur les « Avengers
     

    « Zwiener fait partie de ce mouvement citoyen qui peut changer l’Amérique. Appelle cela un retour de bâton, une révolution, une vague rose, inspirée par les marcheuses et leur bonnets magenta, et le militantisme qui s’en est suivi. On n’a jamais vu autant de femmes, la plupart démocrates, être candidates à des postes locaux et nationaux, du Sénat américain aux législatures d’Etats, aux conseils d’administration des écoles.Au moins 79 femmes vont se présenter à un poste de gouverneur en 2018, deux fois plus que le précédent record de 1994. Les nombre de Démocrates se présentant contre leurs collègues sortants à la Chambre des Représentants a augmenté de 350%, avec seulement 41 femmes en 2016.Près de 900 femmes avait contacté Emily’s List qui recrute et forme des Démocrates pro-choice en 2015-16; depuis l’élection de Trump, elles sont 26 000 à s’être inscrites pour lancer une campagne. Le groupe a dû casser un mur dans ses locaux de Washington pour faire place à davantage de staff.

     

    * « A year Ago, They Marched. Now A Record Number of Women Are Running for Office » – Time

 

15.01.18

 

 

1. Les Quotidiens

A. Martin Luther King Jr Day

Belle une du quotidien de l’Alabama, The Montgomery Advertiser, qui célèbre le Martin Luther King Jr Day, un jour férié ce lundi dans les établissements publics, administrations du pays et certaines entreprises.

 

 

B. OOPS!

C’est la une, dimanche, du premier quotidien de Hawaï, The Star Advertiser, après qu’un employé de l’agence locale de gestion des urgences ait sélectionné « la mauvaise option du menu » et annoncé au million d’habitants de l’île qu’un missile allait les frapper.

 

 

C. Les playoffs

  • Minnesota Vilkings: 29 – New Orleans Saints: 24 

« Ca a bien lieu » fanfare ce matin, Pionner Press, le quotidien des Twin Cities (Minnéapolis et Saint Paul) sur la victoire incroyable des Vikings du Minnesota sur les Saints de la Nouvelle Orleans (« F**ck. F**ck. F**ck. » du Times-Picayune de Louisiane) lors du second tour des playoffs, la phase finale du championnat de football américain, et à la dernière seconde de la rencontre et à domicile s’il vous plait!
La vidéo est ici

 

  • Jacksonville Jaguar: 45 – Pittsburgh Steelers: 42

Dimanche prochain, Les Vikings rencontreront les Philadelphia Eagles pour le titre de champion de la Conference Nationale (NFC) et les Patriots de New England (Boston) rencontreront les Jaguars de Jacksonville, qui ont eu aussi gagné à la dernière minute contre les favoris, les Steelers de Pittsburgh) pour le titre de la Conférence Américaine (AFC).

Les vainqueurs joueront le 52ème Super Bowl le dimanche 4 février à Minneapolis dans le Minnesota. On espère que les Vikings y participeront mais les favoris restent les Patriots de Tom Brady.

 

 

2. »Non je ne suis pas raciste »

 

Non, non je suis pas raciste. Je suis la personne la moins raciste que vous ayez jamais interviewé, je vous assure.

 

C’est la réponse de Trump à un journaliste qui lui posait la question que tout le monde se pose après les propos outranciers de la semaine dernière. The Hill

Pour essayer de minimiser l’incident, deux sénateurs républicains, David Perdue de Géorgie et Tom Cotton d’Arkansas, présents lors du fameux meeting, affirment désormais que le président n’aurait jamais prononcé « shitholes countries » (« pays de merde »), eput-être « shithouse » et que leur collègue démocrate, Dick Durbin, avait menti. CNN

Les autres parlementaires (républicains) et membres de l’administration également présent dans le bureau ovale jeudi après midi ont aujourd’hui tous du mal à se rappeler de la discussion.

Imaginez le degré d’intégrité de certains élus qui aujourd’hui préfèrent mentir et discréditer leur adversaire plutôt que de reconnaître que les faits, les propos outranciers de Donald Trump. Le problème de ce pays aujourd’hui, ce n’est pas seulement le président mais ceux qui le laissent faire, le défendent: la majorité du Parti Républicain. The Daily Beast

* Donald Trump a passé aujourd’hui son 95ème jour, depuis son arrivée à la Maison Blanche, dans l’un des clubs de golfs qui porte son nom.

* Pour un recap des membres de la famille Trump, un an après, cet article intéressant de CNN

 

 

3. Les Mormons aiment Trump

 

C’est un sondage de Gallup publié la semaine dernière sur le taux de satisfaction de Trump auprès d’un millier d’Américains et selon l’appartenance religieuse: Une bonne majorité de Mormons approuvent la première année du président contrairement aux juifs, aux athées et aux musulmans.
Mitt Romney, potentiel candidat au poste de sénateur de l’Utah cette année, qui pourrait se présenter aux élections présidentielles de 2020 et l’un des derniers à critiquer Donald Trump au sein de son parti, est l’une des plus figures les influentes de la communauté mormone.

 

 

4. L’humiliation de Aziz Ansari

 

Ci-dessus la capture d’écran du site Babe, qui a publié ce week-end le récit d’une photographe new yorkaise qui raconte sa [très mauvaise] date avec l’acteur Aziz Ansari, le récit de « la pire nuit de [sa] vie ».

Et la victime nous raconte dans les détails comment Aziz Ansari a essayé de coucher avec elle, ses refus, son insistance, ses refus répétés, les textos du lendemain, bref une expérience malheureuse mais comme il en arrive à des millions d’hommes et de femmes chaque jour.

Sauf qu’aujourd’hui, il n’y a aucun problème à dévoiler les détails scabreux d’une « one night stand » raté entre deux personnes consentantes sous prétexte qu’elle dénonce la domination sexuelle de l’homme et libère la parole des victimes; une dérive « revenge porn » qui dessert l’ensemble du mouvement #MeToo comme le constatent Caitlin Flanagan dans The Atlantic ou encore de Bari Weiss dans le New York Times:

L’exposé sur Aziz Ansari publié ce week-end par le site féministe Babe est la pire chose qui soit arrivé au mouvement #MeToo depuis ses débuts en octobre dernier. Il transforme que ce qui devrait être un mouvement d’émancipation des femmes à un emblème du désarroi féminin.

Le site Deadline [essaye] expliquer que ce témoignage reflète une évolution du mouvement #MeToo, qui a commencé par dénoncer les problèmes de harcèlement sexuel au travail, se tournerait désormais vers le problème du consentement dans les relations « en dehors du travail ».

Lily Lines, le site féministe du Washington Post a relayé l’information sans aucun commentaire comme sans doute la plupart des sites internet qui ciblent les Millenials et ont compris qu’il valait mieux ne pas fâcher la nouvelle génération.

* « The Humiliation of Aziz Ansari » – The Atlantic

 

 

 

5. MeToo au masculin

Le New York Times, qui a révélé début octobre le scandale Weinstein et contribué à l’émergence mondiale d’une campagne de dénonciation des agressions et harcèlement sexuels sur le lieu de travail, a publié dimanche, les témoignages de plusieurs mannequins hommes contre le photographe des stars et de la famille royale d’Angleterre, Mario Testino, et son confrère aussi réputé, Bruce Weber.

Face à ces comportements déplacés, le choix de ces hommes était simple: se laisser faire et remporter des campagnes de pub lucratives ou refuser les approches et risquer de compromettre, voire de ruiner sa carrière. La plupart refusent toujours de parler publiquement.

Les agents des deux photographes démentent les accusations.

* « Male Models say Mario Testino and Bruce Weber sexually exploited them » – The New York Times

 

 

 

6. Chelsea Manning

J’en viens à me demander si la décision de Chelsea Manning de se présenter aux élections sénatoriales du Maryland n’est qu’une provocation pour enrager les Conservateurs: En 2010, l’analyste militaire, Bradley Manning, a transmis à Wikileaks des centaines de milliers de documents classifiés de l’armée américaine sur les guerres d’Afghanistan et d’Irak avant d’être condamné pour espionnage à 35 ans de prison puis d’être pardonnée par Obama.
En prison, il a a subi un changement de sexe, fait plusieurs tentatives de suicide, a été placée à l’isolement, et en est sortie après sept ans, en mai 2017.

La semaine dernière, elle s’est inscrite contre le sénateur démocrate du Maryland, Ben Cardin, qui joue sa réélection en novembre prochain. Ce dernier n’a pas réagit à la nouvelle.
Les primaires républicains et démocrates auront lieu le 26 juin prochain.

Les médias conservateurs se régalent de l’amateurisme assumé de la « traitresse » Chelsea Manning dans son premier spot de campagne « désastreux », diffusé ce week-end – disponible dans la newsletter d’hier.
Ils ont aussi du mal à se remettre du commentaire de Manning posté sur Twitter lors du « Law Enforcement Appreciation Day », la semaine dernière, censé célébrer le travail des forces de l’ordre: « Fuck The Police ».

La chaîne câblée Showtime a prévu la diffusion d’un documentaire sur la vie de Chelsea Manning depuis sa sortie de prison, intitulée « XY Chelsea » et réalisé par Tim Travers Hawkins.  Deadline

 

 

7. Must Reads

  • Super portrait de Tonya Harding, ancienne patineuse artistique, dont le mari avait fomenté une attaque contre sa rivale, Nancy Kerrigan, peu avant les jeux olympiques de Lillehammer en 1994.
    Après la sortie du biopic « I, TONYA​ » avec Margot Robbie, on lui offre enfin la possibilité de donner sa version des faits, et de sa vie, complexes.* « Tonya Harding would like her apology now » –The New York Times 

 

  • L’obsession des suprémacistes blancs de l’alt-right pour les Asiatiques s’explique par la rencontre de deux mythes populaires sur la race:D’abord, l’idée d’une « minorité modèle » qui veut que les Américains d’origine asiatique sont des travailleurs, ont de l’ambition et sont assez bien élevés pour s’assimiler.
    Si les Asiatiques sont la minorité modèle – c’est-à-dire la seule façon de se faire accepter aux Etats-Unis pour les non-blancs – alors les suprémacites blancs pourront commencer à les accepter.

    * « The Alt-right Asian Fetish » – The New York Times

 

 

8. On vit une époque formidable

  • Quatre parlementaires démocrates, Waters (Californie), Rep. John Lewis (Géorgie), Rep. Frederica Wilson (Floride) and Rep. Earl Blumenauer (Oregon) vont boycotter le discours de l’Union du président qui aura lieu au Congrès américain le 30 janvier prochain. Fox NewsToutes les femmes démocrates qui y assisteront ont décidé de porter du noir à l’initiative de la Représentante californienne, Jackie Speier.
  • Un jeune floridien de 20 ans, originaire de Tallahasse a remporté ce week-end la cagnotte de 451 millions de dollars. Il est allé réclamer son dû entouré de son père et d’un avocat.
  • « Le succès mondial mondial de « Fire and Fury » prouve que Trump est humilié sur la scène internationale et pourrait bien annoncer sa chute ».Ce sont les commentaires enjoués du journal nord-coréen concernant le dernier livre de Michael Wolff sur la première année du président américain. ABC News

 

 

9. Couverture du Jour

« In the Hole » by Anthony Russo dans le New Yorker

Le kiosque du 8 janvier 2018

 

Bon lundi à tous!

Une actualité chargé aujourd’hui avec les Golden Globes, les ambitions présidentielles de Oprah, sa référence à Recy Taylor,
Les mesures contre l’immigration légale et illégale de Trump, les « Fake News Awards » et la finale du championnat universitaire de football américain.

Si vous voulez inscrire votre conjoint.e, des membre e votre famille ou amis, c’est ICI

 

 

1. Les Quotidiens

A. Juste pour le plaisir

Le tabloïd new yorkais, contrairement à son rival du New York Post, n’a jamais caché son inimitié pour Donald Trump et la nouvelle Maison Blanche, rebaptisée au lendemain du 8 novembre 2016, « The House of Horrors ».
Alors quand Steve Bannon décide, dans un acte de désespoir à peine caché, de présenter des excuses au fils du président pour l’avoir traité de traitre parce qu’il a essayé d’obtenir des informations incriminantes sur Hillary Clinton pendant la campagne présidentielle, en expliquant que l’accusation était en réalité destinée à Manafort – lui aussi présent lors de ce meeting – naturellement le Daily News s’amuse à remuer le couteau dans la plaie.

Comme l’explique Streiff dans RedState,

« [Steve bannon] n’avait qu’une seule chose à faire à la sortie du livre [‘Fire & Fury’]: Réaffirmer ses propos et devenir la voix de l’insurrection populiste. Au lieu de cela, il s’est répudié. Ca ne fonctionnera avec personne. »

 

 

B. La finale du championnat universitaire de Football américain

C’est l’un des évènements sportifs de l’année, la finale du championnat universitaire de football américain qui oppose ce soir les « Crimson Tide » de l’université d’Alabama aux « Bulldogs » de l’université de Géorgie, dans le stade Mercedes Benz d’Atlanta.
Les 75 000 tickets ont été vendus 2000 dollars en moyenne, un record pour une finale de championnat universitaire.

L’équipe d’Alabama entraînée par Nick Saban sont les favoris pour remporter leur quatrième championnat en huit ans. AL.com

Dommage pour le président qui a décidé d’assister au match à la dernière minute, il n’y aura aucune polémique possible ce soir autour du « Take a Knee » car les deux équipes resteront dans les vestiaires pendant l’hymne national.

 

 

2. Oprah 2020!

J’aime cette analyse du New Yorker sur les 75ème Golden Globes qui ont eu lieu hier soir à Los Angeles; une cérémonie au cours de laquelle tous les invités étaient vêtus de noir à l’initiative de « Time’s Up », cette organisation créée par plusieurs centaines de femmes pour lutter contre les discriminations sexuelles.

« La nuit dernière a été l’occasion d’une prise de pouvoir féministe décisive qui a duré jusqu’à la dernière enveloppe. Les femmes ont collectivement et avec défiance, dominé cette soirée.
Il faut remonter aux rubans rouges de AIDS au milieu des années 90 pour trouver une déclaration politique et vestimentaire presque aussi efficace que les robes et smokings noirs qui ont inondé l’entrée du Beverly Hilton, dont la plupart arboraient un pin’s ‘Time’sUp' ».

 

Parmi les phrases les plus acclamées du discours « présidentiel » de Oprah Winfrey:

Je veux que toutes les filles qui regardent ce soir, sachent qu’un nouveau jour est à l’horizon, et quand ce jour arrivera finalement, ce sera grâce à toutes les femmes merveilleuses, dont beaucoup sont ici ce soir, et aux hommes exceptionnels, qui se seront battus corps et âmes pour devenir les leaders d’une époque où plus personne n’aura à prononcer « Me Too ». 

 

Selon Brian Stelter qui cite deux sources proches de Oprah Winfrey, elle penserait effectivement à se présenter aux élections de 2020 et les médias sociaux semblaient ravie d’une telle initiative.

C’est là qu’il est tout de même important de garder la tête froide, à l’instar Glenn Greenwald qui nous rappelle que certes, Oprah est une grande dame du divertissement, une self-made milliardaire, une libérale amie des puissants dont Barack Obama, mais qui n’a AUCUNE expérience en politique.

Finalement, l’une des grandes réussites de la soirée d’hier? Pour une fois, on n’a quasiment pas entendu parler du président, et ça fait du bien!

* « The 2018 Golden Globes: Oprah Leads a Decisive takeover » – The New Yorker
* « Sources: Oprah Winfrey ‘actively thinking about running for president » – CNN* « Oprah Winfrey for president: Have all gone bonkers? » – The Intercept

 

 

3. Le viol de Recy Taylor

Dans son discours des Golden Globes hier, Oprah Winfrey a cité l’histoire de Recy Taylor, une Afro-Américaine, originaire d’Alabama, violée en 1944, à l’âge de 24 ans, par un groupe de jeunes blancs, en revenant de l’église; des agresseurs qu’elle a dénoncé malgré les menaces, qui ont fini par avouer leur crime sans jamais être inculpés, provoquant à l’époque la colère de la communauté noire …

Et l’intérêt d’une certaine Rosa Park, qui travaillait à l’époque pour la NAACP, l’Association Nationale pour la Promotion des Gens de Couleur, et donné un écho national à ce scandale, obligeant le gouverneur de l’Alabama à relancer l’enquête et convoqué un jury qui a refusé, une nouvelle fois, d’inculper les agresseurs.

Rosa Park rentrera dans l’histoire en 1955 en refusant d’obéir à un chauffeur de bus de Montgomery en Alabama, qui lui demandait de laisser sa place, pourtant réservée aux gens de couleurs, à un blanc car la section des « blancs » était pleine.

Un documentaire sur Recy Taylor, de Nancy Buirsky, encensé par la critique, est sorti à l’automne dernier.
La bande annonce est ici.

* « The Real Story of Recy Taylor who Oprah paid tribute to in Golden Globes Speech a week after her death » – The Daily Mail

 

 

4. Les démocrates seront-ils là pour les « Dreamers »?

Le Congrès américain a deux semaines pour trouver un accord sur le budget pour éviter la suspension des activités gouvernementales fédérales, et les discussions devraient tourner autour du sort des « Dreamers », ces centaines de milliers jeunes immigrés arrivés illégalement aux Etats-Unis lorsqu’ils étaient enfants, et qui bénéficient depuis Obama, d’une autorisation de résidence et de travail temporaire dans le pays.

En septembre dernier, Trump a mis fin au programme des Dreamers et demandé au Congrès de régler légalement leur statut avant début mars, date à laquelle leur visa vont commencer à expirer.

La semaine dernière, le président a demandé au Congrès 18 milliards de dollars sur dix ans pour financer son mur, le projet politique et symbolique le plus significatif de son programme présidentiel, et la condition sine qua non pour un éventuel accord sur les « Dreamers »: C’est le moyen de pression utilisé contre les Démocrates pour les obliger à accepter le financement du mur, qu’ils ont toujours refusé.

* « In next round of budget talks, ‘dreamers’ are set to dominate » – The Washington Post

 

 

5. Quand l’expulsion est une condamnation à mort

Un reportage glaçant du New Yorker cette semaine sur les dangers, parfois mortels, encourus par certains immigrés en situation irrégulière lorsqu’ils sont ramenés dans leur pays d’origine.

Ces dix dernières années, un nombre croissant d’immigrés inquiets pour leur sécurité sont partis vivre aux Etats-Unis puis ont été renvoyés dans leurs pays d’origine – avec l’aide des agents frontaliers, des juges d’immigration, politiciens et électeurs américains – où ils ont trouvé la mort.

Même si les arrestations à la frontière ont chuté, le nombre d’immigrés débarqués aux Etats-Unis parce que leur vie est en danger a augmenté. Selon les Nations Unis, depuis 2008, les demandes d’asile venant d’Amérique Centrale, notamment du Honduras, Guatemala et du Salvador, dominés par les gangs, ont quintuplé. En 2014, selon l’ONU, le Honduras avait le plus important le nombre de meurtres, suivi de près par le Salvador et le Guatemala.

L’administration Trump a annoncé aujourd’hui que 260 000 réfugiés du Salvador, accueillis aux Etats-Unis après les deux tremblements de terre qui ont ravagé leur pays en 2001, devront partir ou légaliser leur statut avant septembre 2009.

Une mesure de plus contre l’immigration après l’annonce en novembre dernier de la suppression du statut de protection temporaire offert aux 50 000 Haïtiens après le tremblement de terre de 2010.

La justification est la même dans les deux cas: Le statut offert aux réfugiés n’a jamais été celui d’une résidence à long terme, et les conditions de vie se sont améliorées dans les deux pays. Axios

* « When Deportation is a Death Sentence » – The New Yorker

 

 

6. Bientôt les « Fake News Awards »

Le « Daily Show » de Comedy Central a pris Trump à la lettre vendredi dernier en publiant une pleine page dans le New York Times faisant référence à l’annonce du président qu’il désignerait ce lundi « LES MEDIAS LES PLUS MALHONNETES ET CORROMPUS ».
Il a finalement décidé de repousser les « Fake News Awards » au mercredi 17 janvier prochain.
On attend avec impatience.

 

7. On vit une époque formidable

  • Viré par Google pour avoir fait circuler un mémo critiquant de la politique de diversité de l’entreprise, James Demore a décidé de contre-attaquer en portant plainte pour « discrimination à l’encontre des employés blancs ». Sérieusement. Buzzfeed

 

  • Le groupe anglais Radiohead a porté plainte pour plagiat contre Lana Del Rey, dont une chanson du dernier opus, « Get Free », serait une copie de leur hit, « Creep ». Les fans de la chanteuse s’en sont pris au groupe de Tom Yorke sur les réseaux sociaux avec le hashtag #RadioheadIsOverPartyBuzzfeed

 

  • Le New Jersey vient de lever l’interdiction de l’ouvrage de Michelle Alexander intitulée « The New Jim Crow. Mass Incarceration in the Age of Colorblindness » dans les deux prisons de l’Etat après que l’ACLU ait dénoncé cette censure auprès du Department of Corrections. The New York Times

 

  • Le président commencerait sa journée bien plus tard qu’auparavant – de onze heures du matin à dix-huit heures le soir – pour pouvoir se consacrer davantage a son « Executive Time », celui passé devant la télé ou au téléphone, entre quatre et huit heures chaque jour. – Axios

 

  • CNN a retrouvé une interview de 1999 entre Larry King et Donald Trump dans laquelle il affirme que son choix de vice président, s’il venait à se présenter, serait … Oprah! CNN

 

 

8. La Couverture du Jour

Dans un climat politique aussi intense et délétère que celui des Etats-Unis depuis la campagne présidentielle américaine, les médias sont plus que jamais les garants de la liberté d’expression, dangereusement remis en question par le président.

Ce sont des couvertures comme celles de Mark Ulriksen dans le New Yorker à l’occasion du Martin Luther King Day, célébré lundi prochain, qui participent et invitent au débat.

Intitulée « In Creative Battle » en référence à la première phrase de King lors de l’acceptation du prix Nobel de la paix en 1964 – « J’accepte le prix Nobel de la paix à un moment ou vingt-deux millions de Noirs, aux États-Unis d’Amérique, sont engagés dans une bataille créatrice pour mettre fin à la longue nuit d’injustice raciale » – l’auteur s’est demandé ce que ferait aujourd’hui le militant des droits civiques: Il se battrait aux côtés des joueurs de la NFL, Colin Kaepernick, ancien quarterback des 49Ers et Michael Bennett, des Seattle Seahwaks.

* « Mark Ulriksen’s ‘In Creative Battle' » – The New Yorker