10.02.18

 

 

Bon week-end à tous!
Si vous souhaitez inscrire vos amis, votre famille, votre conjoint.e, vos collègues à cette newsletter, c’est une très bonne idée et c’est ICI

 

 

 

1. Les Quotidiens

  • A. Cérémonie d’ouverture des JO

    Hier matin a eu lieu la cérémonie d’ouverture des 23èmes Jeux Olympiques d’Hiver à Peyongchang en Corée du Sud, au cours de laquelle le pays hôte a défilé sous les mêmes couleurs que la Corée du Nord, représentée dans les tribunes par la soeur de Kim Jong-un, qui a serré la main du président sud-coréen, Moon Jae-un mais pas celle du vice-président américain Mike Pence, assis juste en dessous.

    Le momentfort de la cérémonie, l’entrée de la nation hôte qui vient de surmonter des challenges politiques en invitant son rival de longue date, a été reçu avec perplexité par le public américain. Mais quand la cérémonie a rendu hommage à la Corée du Nord et du Sud et célébré cette avancée politique, c’est devenu encore plus bizarre car ni NBC, qui diffusait le programme, ni l’équipe américaine ne pouvaient pleinement partager ce momentTime

  • B. Trump bloque le mémo des Démocrates


    Trump n’avait pas lu mémo controversé des Représentants républicains de la Commission du Renseignement qui a visé, sans grand succès, à discréditer l’enquête de Mueller, quand il a donné son accord pour le déclassifier – ce malgré les critiques du FBI et de son Département de Justice.

    Les démocrates ont à leur tour demandé à ce que leur mémo, censé contredire les conclusions de celui des Républicains, et obtenu l’accord de la Commission du Renseignement mais le refus du président cette semaine qui refuse de le rendre public car « trop partisan ».
    On n’est plus à une contradiction près.

  • C. Trump minimise le « Porter Gate »

    Interrogé vendredi par des journalistes sur le « Porter-Gate », Trump a salué le travail de son ancien conseiller à la Maison Blanche, Rob Porter, qui a démissionné cette semaine après les accusations de violences domestiques de ses deux ex-femmes et dune ex-petite amie, lui a souhaité une longue carrière et rappelé qu’il avait « clamé son innocence », sans aucun mentionner ses victimes. New York Daily News

 

 

 

2. Trumplandia: Les « wife beaters » de la Maison Blanche

  • « Porter-Gate »: Wife Beater #1Difficile de comprendre pourquoi le chef de cabinet de Donald Trump, John Kelly, a défendu en début de semaine l’un des conseillers du président, Rob Porter, alors qu’il était au courant depuis des moins des accusations de violences domestiques dont il faisait l’objet: Ses ex-femmes avaient révélé ces informations au FBI, rapport de police, une ordonnance de protection et des photos et photos à l’appui.

    « Dans n’importe quelle entreprise américaine, Porter aurait été mis à la porte à la minute où les dirigeants auraient appris ces accusations (…) Et il n’existe aucune organisation plus importante aux Etats-Unis que la Maison Blanche. » Axios

  • « Sorensen- Gate »: Wife Beater #2Un deuxième membre de l’équipe de Trump, David Sorensen, en charge de la rédaction de ses discours sous l’autorité de Stephen Miller, a démissionné vendredi après que les révélations du Washington Post sur les violences qu’auraient subi sa femme pendant leur mariage.
    Elle raconte que pendant « leur union, il lui a roulé sur le pied, écrasé une cigarette sur la main, l’a projeté contre un mur, enfin l’aurai saisi par les cheveux lors d’une escapade à deux en bateau au cours de laquelle « elle a craint pour sa vie ».

    Elle aurait également divulgué toutes ces informations au FBI avant que Sorensen ne commence à travailler à la Maison Blanche, qui affirme elle n’avoir été mise au courant que jeudi soir.

  • Vers une démission imminente de Kelly?Vendredi soir, le New York Times affirmait que John Kelly, était prêt à donner sa démission au président si ce dernier la demandait.

    Mais renvoyer l’ancien général de l’armée américaine appelé à la rescousse en août dernier pour mettre de l’ordre à la Maison Blanche – ce qu’il a réussi à faire – pourrait créer un nouveau chaos, encore plus dommageable que la crise à laquelle fait face la Maison Blanche aujourd’hui.

    S’il est aujourd’hui la cible du président, d’autres proches de Trump ont également tenté de minimiser les actes de Porter: sa petite amie et directrice de communication, Hope Hicks, la porte parole Sarah Sanders, ou encore Donald McGahn, le conseiller juridique du président, au courant lui aussi de ces accusations depuis des mois.

 

 

3. Les cours de justice américaines: Le plus grand succès de Trump?

  • La construction du fameux mur, la limitation drastique de l’immigration légale et illégale, la réforme fiscale ou encore la modernisation des infrastructures sont les grandes lignes, parfois symboliques du programme pour lequel Trump a été élu. Mais le plus grand succès de sa présidence pourrait se situer du côté des cours de justice et la nomination de dizaines de juges fédéraux conservateurs « capables de remodeler la société américaine au delà de toute politique ou décision, et au delà d’un seul président. »

    Depuis son investiture, Trump a réussi à confirmer 12 juges des cours d’appel fédérales, quatre fois plus qu’Obama lors de sa première année de présidence.
    Il a nommé 80 magistrats au niveau fédéral dont 24 ont déjà confirmés par le Sénat à majorité républicains.
    Et il ne fait que commencer: Trump a encore 139 sièges à attribuer, un nombre qui n’a fait qu’augmenter depuis qu’il est président.

    « On remplit les cours [Suprême, d’appel fédérales et de district] avec des gens très talentueux qui comprennent et interprètent la Constitution pour ce qu’elle dit » a expliqué Trump au Time. « Ca a déjà eu un impact immense. Ces nominations vont être l’une des choses les  plus importantes, si ce n’est la plus importante [de cette présidence]. »

    Les juges que Trump a sélectionné sont intelligents, expérimentés et conservateurs (…) La plupart sont des hommes blancs qui ont tendance à défendre le droit des armes, la liberté religieuse et la liberté d’expression.

    Comme la plupart des affaires ne remontent pas jusqu’à la Cour Suprême des Etats-Unis, ces juges, nommés à vie, décideront des problèmes les plus controversés de la société américaine. Pour le moment, la plupart des juges confirmés ont remplacé des collègues républicains, donc l’équilibre n’a pas drastiquement changé. Mais ça ne saurait tarder.

    * « Inside Trump’s Plan to Dramatically Reshape US Courts » – Time

 

 

 

4. La gauche en guerre contre le New York Times?

  • C’est le constat de la revue (de gauche), New Republic qui se demande si les attaques répétées des journalistes libéraux et progressistes contre Le New York Times, sur les médias sociaux notamment, sont fondées et/ou exagérées.Poser ce genre de question est un déjà un symptôme même des excès de certains partisans de la gauche libérale qui insultent journalistes et éditorialistes, accusent le journalisme de racisme, sexisme et appellent leurs « followers » à se désabonner dès qu’un article, un édito ou une enquête ne va pas dans leur sens.

    Avec toutes les publications et sites d’informations de gauche, il est important d’avoir des institutions qui savent parler à une population plus large et pas seulement aux bulles néo-liberales, ultra progressistes de New York, Los Angeles et Seattle.

    Glenn Greenwald, fondateur de The Intercept, très critique envers les médias pense au contraire, « que « les journalistes [du New York Times] travaillent plutôt correctement » notamment dans l’enquête sur la Russie et toutes les indiscrétions de la Maison Blanche qui nous donne une idée du chaos qui y a régné durant cette première année.
    Et si le Washington Post a voulu affirmer après les élections que « La Démocratie meurt dans les ténèbres » pour affirmer ses positions anti-Trump, le Times a choisi d’être plus neutre tant mieux pour la pluralité des médias.

    La parole à Maggie Haberman, journaliste star du New York Times:

    Tous les jours, si tu regardes Twitter, on est du côté de Clinton ou du côté de Trump … Je pense que c’est la preuve qu’on est bien au milieu (…) il y a plein des lecteurs qui pensent que notre travail est d’être le parti d’opposition, mais c’est pas notre boulot »

    * « The Left’s War Against The New York Times » – New Republic

 

 

5. Massacre en Birmanie

 

 

  • C’est le MUST READ du jour, l’enquête de plusieurs journalistes de Reuters sur le massacre en septembre dernier de dix Rohingyas, cette minorité ethnique et linguistique musulmane, installée dans l’ouest de la Birmanie, principalement bouddhiste, et ses pays limitrophes, la Thaïlande, le Bangladesh et l’Inde.
    Victime des persécutions religieuses des autorités et de la population birmanes, elle a décidé de se défendre en formant des organisations armées réprimées dans le sang, au même titre que les populations civiles qui ont du fuir en masse vers le Bangladesh.Deux journalistes de Reuters, arrêtés pendant leur enquête, devraient être jugés prochainement par les autorités birmanes.

    Attachés les uns aux autres, les dix musulmans Rohingyas prisonniers observent leurs voisins bouddhistes creuser un tombe. Peu après, le matin du 2 septembre, les dix sont morts étendus. Deux d’entre eux ont été massacrés par des villageois bouddhistes. Le reste a été tué par des troupes birmanes, selon les deux fossoyeurs.

    « Une tombe pour dix personnes » a déclaré Soe Chay, 55 ans, un soldat à la retraite appartenant à la communauté bouddhiste rakhine du village de Inn Din, qui affirme avoir aidé à creuser la fosse et été témoin des tueries. Les soldats ont tiré sur chaque homme deux ou trois fois: « Quand il ont été enterrés, certains poussaient encore des cris. D’autres étaient déjà morts »

    Les tueries du village côtier de Inn Din marquent un autre épisode sanglant de la violence ethnique qui ravage le nord de l’Etat de Rhakine, dans l’Est de la Birmanie.
    Près de 690 000 Rohingyas ont fui leurs villages pour se réfugier au Bangladesh depuis août. En octobre, les six mille Rohingyas du village étaient partis.

    Les Rohingyas accusent l’armée [birmane] d’incendies, de viols et de meurtres pour les évincer de cette nation bouddhiste de 53 millions d’habitants.
    Les Nations Unies affirment que l’armée est responsable de génocide; les Etats-Unis ont qualifié ses actions de purification ethnique. La Birmanie affirme quant à elle qu’il s’agit d’une opération de déminage en réponse aux attaques des insurgés Rohingyas.

    * « Massacre in Myanmar » – Reuters

 

 

6. The Standoff

  • Une enquête minutieuse et assez remarquable du Dallas Morning News sur la fusillade du 7 juillet 2016 à Dallas, survenue après une manifestation, qui a tué cinq policiers, blessé six autres et deux civils, avant de se terminer par une confrontation de plusieurs heures et l’utilisation d’un robot tueur pour abattre le meurtrier, Micah Xavier Johnson, 25 ans, ancien soldat de l’armée américaine.

    Larry Gordon pouvait entendre la peur dans sa propre voix, et il s’est demandé si le tireur pouvait l’entendre également.
    Lors d’une confrontation, le ton de la voix joue un rôle essentiel dans les négociations. Il voulait s’assurer que l’homme se savait écouté et compris.

    Mais la confrontation avait duré trop longtemps et la tension, l’odeur de brûlé des coups de feu tirés, était étouffante. Les genoux de Gordon lui faisaient mal à force de rester accroupi, il avait des douleurs dans les épaules et derrière le cou – soit à cause du stress ou du poids de son gilet pare-balles, ou les deux.

    Il était plutôt calme, même un peu ennuyé pendant les négociations où il y a généralement la présence d’une arme à feu sans aucune réelle stratégie. Mais cet homme là, situé à une dizaine de mètres et deux parois de Gordon, avait un fusil semi-automatique et savait très bien comment ça allait se finir. Cette fois-ci, c’est le tireur qui faisait l’intervention, il était venu les chercher.

    Dans le meilleur des scénarios, Gordon préférait que ça se termine bien. Ce soir là, aucune chance. Dehors, des policiers étaient à terre. Gordon ne savait pas combien.

    * « Standoff: How the Dallas SWAT team cornered and killed the July 7 police shooter » – Dallas Morning News

 

 

 

7. On vit une époque formidable

  • Pour la première fois depuis sa création, Twitter a finalement engrangé des profits: 91 millions de dollars sur 732 millions de revenus en 2017.
    « Ca ne devrait devenir le mammouth publicitaire qu’est devenu Facebook, mais au moins la compagnie ne coule plus. Et si elle peut continuer a créer des profits, c’est pas mal – si l’on met de côté les problèmes d’abus et de haine sur la plate forme, les faux comptes qui ont ou non affecté le résultat des élections américaines de 2016 et le Brexit. Donc à peu près rien du tout ». Quartz
  • L’un des podcasts les plus populaires de l’ère Trump, « Pod Save America », créé par d’anciens conseillers d’Obama (Jon Favreau, Tommy Vietor et Jon Lovett via leur compagnie Crooked Media) va être adapté HBO qui co-produira et diffusera plusieurs émissions autour des élections de mi-mandat en novembre 2018. Variety
  • La colère d’un journaliste de MSNBC contre la présidence de Trump: Ca dure 4 minutes mais qui résume bien le genre de parodie de Reality Show que sont la Maison Blanche et Trump, auquel on pouvait s’attendre sans jamais y croire. MSNBC
  • Amazon va commencer à livrer les produits vendus dans ses chaînes de produits frais et biologiques Whole Foods, à commencer par les villes de Austin, Cincinnati, Dallas et Virginia Beach gratuite dans les deux heures pour plus de 35 dollars d’achats et pour 7,99 dollars dans l’heure suivant l’achat. CNBC
  • La marque centenaire de vêtements de randonnée L.L.Bean, connue pour ses fameuses chaussures en cuir et caoutchouc, va cesser de garantir ses produits à vie à cause des abus de certains consommateurs: La garantie ne sera plus que d’un an avec ticket de caisse. Slate

9. La couverture de Jour

  • Sujet très « Not Safe For Work » du New York Times magazine qui s’intéresse cette semaine à ce que « les adolescents apprennent du porno en ligne » et comment il influence – généralement dans le mauvais sens – leurs rapports sexuels et amoureux, et la représentation du plaisir, du pouvoir et de l’intimité.

    Peut-on leur apprendre à le regarder avec davantage de recul?

    * « What teenagers are learning from online porn » –The New York Times magazine

08.02.18

 

 

Demain, c’est vendredi!

Les activités du gouvernement fédéral ont été *à nouveau* suspendues à minuit après les critiques d’un sénateur républicain, Rand Paul, contre l’importance des dépenses prévues dans l’accord budgétaire de deux ans proposé par ses collègues démocrates et républicains.
Il pourrait être voté plus tard dans la nuit pour être présenté au petit matin à la Chambre des Représentants, où il a  encore moins de chances de passer.

Si vous souhaitez inscrire vos amis, votre famille, votre conjoint.e, vos collègues à cette newsletter, c’est une très bonne idée et c’est ICI

 

 

1. Les Quotidiens

 

  • « Wonder Nancy »

     

    Huit heures et sept minutes derrière le pupitre de la Chambre des Représentants à défendre le sort des 700 000 Dreamers, dont le statut doit être renouvelé ces prochaines semaines sans quoi ils risqueraient d’être déportés par les autorités.
    Un acte courageux mais qui révèle aussi l’impasse dans laquelle se retrouvent aujourd’hui les Démocrates qui tentent le tout pour inclure le sort des Dreamers dans un accord budgétaire, et qui pour l’instant, ne l’est pas.
    USA Today

  • LAT et le SDUT retournent à la maison

    C’est la dernière lubie des milliardaires américains: racheter des quotidiens en difficulté par amour de la presse, pour servir ses intérêts ou diversifier son portfolio: Patrick Soon Shiong, le médecin le plus riche des Etats-Unis a rejoint les milliardaires, Jeff Bezos, patron de Amazon et propriétaire du Washington Post; John Henry, propriétaire du Boston Globe, des Boston Red Sox et du club anglais de Liverpool; Glen Taylor, propriétaire du Star Tribune (Minnesota) et enfin Sheldon Adelson, qui possède le La Vegas Review Journal. San Diego Union Tribune

    Dans un email adressé aux employés des deux quotidiens, Patrick Soon-Shiong s’explique:

    Ces publications ont prouvé; leur excellence. A travers l’unique perspective du Sud de la Californie, ils continuent de servir notre communauté, avec distinction, à la recherche quotidienne de la vérité tout en expliquant à la nation et au monde, ce qu’est le grand Etat de Californie
    (…)
    Au bout du compte, cette décision est très personnelle car ayant grandi dans l’Apartheid de l’Afrique du Sud, je comprend le rôle que le journalisme doit jouer dans une société libre. Comme résidents du Sud de la Californie, ma famille et moi avons vu le rôle vital que ces publications jouent dans les liens qui unissent nos communautés.

  • #MeToo dans les universités

    Dix femmes ont publié une lettre ouverte mercredi accusant le professeur de  Northwestern University, Alec Klein de harcèlement sexuel continu et de menaces depuis sa nomination à la tête du programme de journalisme d’investigation, considéré comme le joyau de l’établissement.

    Appelez cela le « Moment #MeToo » de l’école de journalisme, les huit anciennes étudiantes et deux anciennes employées du Medill Justice Project affirment que le comportement discriminatoire, dominant, verbalement et émotionnellement abusif de Klein doit cesser.

    L’intéressé a démenti les accusations d’employées soi-disant « mécontentes car critiquées pour leurs mauvaises performances professionnelles ». L’université en train de vérifier ces témoignages.

 

 

 

2. Trumplandia: Le nouveau scandale du « Porter-gate »

  • Une troisième femme est venu témoigner contre Rob Porter, conseiller du président, qui l’aurait agressé physiquement et verbalement lorsqu’ils sortaient ensemble il y a encore quelques mois. Ce, deux jours après
    les révélations du Daily Mail sur les violences domestiques, photos à l’appui, subies par les deux ex-femmes de Porter, qui a finalement démissionné mercredi, malgré le soutien officiel de la Maison Blanche, du Chef de Cabinet et la porte parole Sarah Sanders.

    L’intéressé aurait confié mardi à quelques collègues de la Maison Blanche avoir traité sa femme de « fucking bitch » pendant leur lune de miel mais démenti le reste des allégations.

  • Le chef de cabinet, John Kelly était au courant de ces accusations – mais n’en n’aurait jamais averti le président – comme le FBI, qui n’a d’ailleurs accordé à Porter qu’une habilitation « secret défense » (« security clearance ») temporaire lui permettant d’accéder à des informations confidentielles au sein de la Maison Blanche.

    Kelly a d’abord publiquement soutenu Porter, un « homme très intègre et honorable » et lui a demandé de ne pas démissionner avant de condamner les « violences domestiques » en général tout en « maintenant ses propos sur le Rob Porter qu’il eu à connaître depuis qu’il est chef de cabinet » et qu’il a « le droit de défendre sa réputation ».

    Un nouvel accroc à la réputation soi-disant exemplaire de John Kelly qui accumule les bourdes depuis quelques mois.

  • Encore mieux, selon The Daily Beast:
    Des représentants de la Maison Blanche auraient expliqué à Orrin Hatch, sénateur de l’Utah et ancien boss de Porter, que les rumeurs sur son protégé faisaient partie d’une campagne de diffamation orchestrée par les ennemis politiques de l’intéressé, et parmi eux Corey Lewandowsky, un lobbyiste proche du président.
    Quant à la déclaration initiale de la Maison Blanche qui défendait Porter, elle aurait été rédigée par Hope Hicks, la jeune directrice de communication de la Maison Blanche et … petite amie de Rob Porter, qui aurait également eu une aventure avec Lewandowski l’année dernière.Les seuls à ne pas avoir abordé ce énième scandale?
    Fox NewsCNN

    * « John Kelly’s credibility is at risk after defending aide accused of domestic violence » –The Washington Post

 

 

 

3. Le commerce de cadavres en pièces détachées

  • C’est une longue enquête de Reuters sur le commerce de cadavres en pièces détachées aux Etats-Unis qui repose sur la méconnaissance et souvent la pauvreté des donneurs, incapables de se payer des funérailles et sur des entreprises, des « body brokers » qui profitent d’un marché morbide très peu réglementé.

    Aucune autre nation possède une industrie capable de répondre à une demande soutenue et régulière de cadavres en pièces détachées: un pelvis et des jambes à une université de Malaisie, des pieds à une compagnie de matériel médical au Brésil et en Turquie et des têtes à des hôpitaux en Slovénie et dans les Emirats arabes unis.

    La demande de morceaux de corps humains pièces provenant des Etats-Unis – torses, genoux et têtes – est importante dans les pays où la tradition religieuse et les lois interdisent la dissection des corps.

    Contrairement à de nombreuses nations développées, les Etats-Unis n’ont aucune régulation concernant la vente de morceaux de cadavres ce qui permet à des entreprises comme Medicure de s’être rapidement développée ces dix dernières années.

    * « The Body Trade: Cashing in on the Donated dead » – Reuters

 

 

 

4. Musselshell, le comté qui aime mal manger

  • Une étude du National Bureau of Economic Research basée sur les achats alimentaires de cent mille foyers américains ces douze dernières années propose un nouveau concept de « culture de l’alimentation » pour décrire les différentes habitudes entre les comtés du pays.

    Les 4 500 habitants du comté de Musselshell achètent la nourriture la moins saine de tous les comtés du pays. Leurs paniers sont remplis de gras, de sucre et manquent de fibre et de protéines.

    Il existe un débat parmi les économistes et professionnels de la santé sur les raisons pour lesquelles des communautés comme Musselshell mangent si mal. Pendant des années, on a pensé que c’était une question d’accès à la nourriture: les consommateurs mangent de la junk food faute de pouvoir se payer de la nourriture saine ou d’en trouver dans leur communauté.
    Or un nouveau groupe de recherche suggère que ces groupes de consommateurs ne sont tout simplement pas intéressés par l’achat de nourriture saine.

    * « This is the US county that buys the least healthy groceries » – Washington Post

 

 

 

5. Quincy: Une interview haute en couleur

  • C’est l’interview de la semaine dans les pages de New Yorkmagazine, celui du légendaire Quincy Jones, 84 ans, producteur des plus grands succès de Michael Jackson (Off the WallThrillerBad ), vainqueur de 28 Grammy Awards, et sujet d’un prochain documentaire de Netflix.
    On y apprend que:

    • Michael Jackson était machiavélique, prêt de ses sous, qu’il a volé beaucoup de chansons, qu’il était accro à la chirurgie esthétique et au propofol, un anesthésique, qui a eu raison de lui.
    • C’est un mafieu de Chicago, Sam Giancana qui aurait commandité l’assassinat du président Kennedy.
    • Les Beatles étaient les pires musiciens du monde quand Jones les rencontre alors que McCartney n’a que 21 ans.
    • Il serait sorti avec Ivanka Trump il y a 12 ans: « les plus belles jambes qu’il n’ait jamais vu de sa vie. Mais mauvais père ».
    • Marlon Brando était accro au sexe et aurait couché avec Marvin Gaye
    • Un dernier commentaire intéressant sur le racisme

      Le racisme, ça fait longtemps que je l’observe – depuis les années trente jusqu’à maintenant. On a fait un long chemin depuis mais il reste encore beaucoup à faire.
      Le Sud a toujours été fucked up, mais au moins tu sais à qui tu as affaire.
      Le racisme est caché dans le Nord. Tu sais jamais trop sur quel pied danser. C’est pour ça que c’est bien ce qui se passe maintenant parce que les gens, qui ne disaient rien avant, avouent qu’ils sont racistes. Maintenant on sait.

  • « Quincy Jones, In Conversation » – New York magazine

 

 

6. Le Tweet du Jour

  • Jim Carrey en veut à Facebook et le fait savoir

 

 

7. On vit une époque formidable

  • PepsiCo lance des nouvelles eaux pétillantes pour concurrencer le succès des eaux La Croix, appelées « Bubly » avec huit goûts différents: pamplemousse, mangue, fraise, qui ne contiennent ni édulcorants ou arômes artificiels et sans calories. Time
  • Arthur Jones, un négationniste, devrait représenter les Républicains aux élections du troisième district de l’Illinois, « historiquement démocrate et culturellement conservateur », contre le candidat sortant, Dan Lipinski, en place depuis 2004. La raison? les Républicains n’ont trouvé personne d’autre.
    The New York Times
  • Le New York Times a reçu 157 000 abonnements en ligne supplémentaire lors du dernier trimestre 2017, qui ont rapporté en tout plus d’un milliard de dollars sur toute l’année et représente désormais 60% des revenus de la compagnie. The New York Times
  • George W Bush a reconnu pour la première fois qu’il existait « des preuves tangibles que les Russes ont tenté d’influencer les élections présidentielles de 2016. Qu’ils aient affecté les résultats est une autre question. AP
  • C’est officiel, les roux et rousses vont avoir leurs propres émojis.Time

 

 

 

8. La couverture de Jour

  • Le film de Super Héros des studios Marvel, réalisé par un Afro-Américains, dont la plupart des acteurs sont Afro-Américains, qui obtient le score de 99% sur Rotten Tomatoes est l’évènement culturel de ce début d’année.

    En pleine régression politique et culturelle alimentée par un mouvement d’affirmation de la race blanche, l’existence même de Black Panther apparaît comme un acte de résistance.

    * The Revolutionary Power of Black Panther »- Time

07.02.18

 

 

Très bon milieu de semaine à tous!

La fusée la plus puissante du monde a finalement décollé mardi; Nancy Pelosi, la Représentante démocrate, 77 ans, a défendu pendant huit heures et sept minutes aujourd’hui les Dreamers à la Chambre basse, et un proche de Trump vient de démissionner après des accusations de violence domestique.
Enfin, cette histoire extraordinaire de l’explorateur Henry Worsley.
Si vous souhaitez inscrire vos amis, votre famille, votre conjoint.e, vos collègues à cette newsletter, c’est ICI

 

 

1. Les Quotidiens

 

  • « Ground Control to major Tom »

    ‪La conquête spatiale 2.0: le lancement de la plus puissante fusée en activité, la « Falcon Heavy » de la compagnie SpaceX du milliardaire Elon Musk, a décollé de Floride mardi après midi avec à bord, une Tesla Roadster rouge “conduite” par « Starman », un mannequin en combinaison de cosmonaute, et avec “Space Oddity” en musique de fond‬.

    Le tout retransmis en direct. Bien évidemment.

    La fusée peut mettre en orbite jusqu’à 70 tonnes de matériel, soit plus du double que les fusées actuelles, pourra bientôt faire voyager les gens sur la lune et inaugure une nouvelle ère de la conquête martienne.

    L’atterrissage simultané de deux lanceurs latéraux qui se sont détachés avec succès de la fusée quelques minutes après le décollage, était assez incroyable.
    Quant à la Tesla, elle aurait selon Musk, raté l’orbite de mars et se dirige vers la ceinture d’astéroïdes.

 

  • Une tragédie récupérée

    Le linebacker de l’équipe de Football des Indianapolis Colts, Edwin Jackson, est mort ce week-end dans un accident après avoir été percuté très violemment par un conducteur ivre qui, on l’a appris, hier, est un immigré guatémaltèque rentré illégalement sur le territoire américain …
    Du pain béni pour Donald Trump qui utilisé cette tragédie sur Twitter pour défendre un durcissement du contrôle des frontières et de l’immigration clandestine. ESPN

  • Le rachat du Los Angeles Times

    Le milliardaire des biotechnologies, Patrick Soon Shiong, a racheté pour cinq cent millions de dollars deux des plus importants quotidiens de Californie, The San Diego Union-Tribune et le Los Angeles Times à la compagnie Tronc, basée à Chicago qui possède également le Chicago Tribune, le Baltimore Sun et le Orlando Sentinel.
    La fortune de Soon Shiong est estimée à huit milliards de dollars. The Los Angeles Times

 

 

2. Trumplandia: Plus c’est gros, plus ça marche

  • La dernière tentative de diversion de Trump: Accuser les Démocrates de trahison pour ne pas l’avoir applaudi pendant le Discours de l’Union la semaine dernière.
    Le président, en déplacement dans l’Ohio, en terrain conquis, a fait de l’improvisation incendiaire, l’un des hobbys, qui d’ailleurs n’étonne plus personne, ni les grands quotidiens nationaux, ni les Républicains à sa botte sauf peut-être les médias conservateurs plus « sérieux » (Red State, National ReviewWashington Examiner) qui commencent à en avoir marre des provocations inutiles du président.Jeffrey Toobin sur CNN:

    Trump a sapé toute idée du comportement traditionnel que l’on est censé attendre des représentants de l’Etat et pas seulement des présidents des Etats-Unis. C’est tellement grotesque. C’est tellement affligeant. Je pense qu’on a commencé à développer des anti-corps qui nous font dire « Oh c’est lui! » 

    La retransmission de ce meeting consacré à l’économie – au cours duquel Trump n’a bien entendu pas évoqué la chute du Dow Jones de vendredi – a été interrompu par CNN, MSNBC, CNBC and Fox News pour couvrir la chute encore plus vertigineuse de l’indice mardi à Wall Street. CNN

  • Même si Donald Trump a affirmé il y a quelques jours qu’il n’aurait aucun problème à volontiers pour parler au procureur indépendant, Bob Mueller, ses avocats tentent de le convaincre de refuser tout entretien et d’aller régler cela devant un tribunal. NYTimes

    Quant à l’enquête de Mueller que le président et de nombreux Républicains tentent par tous les [pires?] moyens de discréditer, elle englobe cinq différentes investigations:

    1. Les transactions de Trump Organisation et le blanchiment d’argent
    2. Les opérations de désinformation russes
    3. Le Piratage
    4. Les contacts russes de la campagne
    5. L’entrave à la justice.

 

 

3. La phrase du jour

  • Michael Gerson, éditorialiste pour le Washington Post et ancien conseiller de George W Bush sur les attaques du président contre le FBI, et la complicité des Républicains.

    La volonté de Trump de publier le mémo était attendue. Mais en passant de simples critiques contre le FBI à une action destiné à saper une enquête en cours, il a franchi la ligne rouge.
    Trump tâte désormais le terrain sur une éventuelle action directe contre le FBI en testant les limites de ce que ses collègues républicains sont prêts à admettre.
    Et jusqu’ici, il n’y a pas de limites.

    * « The Cowardice among Republicans is Staggering » –The Washington Post

 

 

 

 

4. Démission à la Maison Blanche

  • Rob Porter, 40 ans, conseiller du président et petit-ami de Hope Hicks, la directrice de communication de la Maison Blanche, a démissionné aujourd’hui après les révélations, publiées sur le site de gossip anglais, le Daily Mail, de ses deux ex-femmes qui l’accusent de violence domestique.Selon le New York Times:

    Ses problèmes n’étaient pas un secret pour la Maison Blanche: Deux personnes proches de la Maison Blanche affirment que les allégations de ses deux anciennes épouses, Colbie Holderness and Jennifer Willoughby ont ralenti les démarches visant à lui autoriser l’accès au bureau ovale.

    M. Porter a démenti les accusations malgré les photos de l’une d’entre elles avec un cocard, et obtenu le soutien du Chef de Cabinet, du président et de Sarah Sanders.
    C’est rassurant.

 

 

5. Le Tweet raciste du jour

  • Posté dimanche pendant le Super Bowl pour illustrer l’un de leurs articles affirmant le désintérêt croissant des Américains pour le sport qui aurait été causé par la protestation de certains joueurs afro-américains.
    Une scène qui appartient à un futur proche.

    Papi, c’est quoi le Super Bowl?

    Eh bien mon p’tit Mohammed, quand les kouffars étaient au pouvoir, ils fabriquaient des ballons en peau de sales cochons, se le lançaient entre des lignes d’un terrain, tout en se bousculant les uns les autres. On écoutait de la musique non religieuse et on buvait de l’alcool.
    Des pratiques haram.

  • Le tweet a été effacé parce qu’il ne « correspondait pas aux critères de la rédaction ».
    Mediaite

 

 

 

6. « Les ténèbres blanches »

 

  • Le lieutenant colonel Alastair Edward Henry Worsley est un explorateur britannique qui a effectué plusieurs expéditions dans l’Antarctique, sur les traces de son idole, Ernest Shackleton, l’une des figures de la grande époque de l’exploration du pôle sud.
    Il est mort d’une péritonite le 24 janvier 2016 lors de son rapatriement d’urgence au Chili après avoir tenté de traverser en solitaire et sans assistance l’Antarctique … Il a été récupéré à une quarantaine de kilomètres seulement de son point d’arrivée. Il avait 55 ans.Le récit est sublime.
  • Le journaliste David Grann retrace cette expédition.

    La température approchait les -40 degrés Celcius mais il faisait beaucoup plus froid à cause du vent violent qui le désorientait et a fini par le faire tomber.

    L’homme s’appelait Henry Worsley (…) Soixante deux jours plus tôt, le 13 novembre 2015, il était parti de la côte de l’Antarctique pour achever ce que son héros, l’explorateur Ernest Shackleton n’avait pas réussi à accomplir un siècle plus tôt, une traversée à ski de l’Antarctique.
    Le voyage représentait plus de 1 600 kilomètres dans l’environnement le plus hostile au monde.
    Et alors que Shackleton avait fait parti d’une grande expédition, Worsley, âgé de 55 ans, était seul et sans soutien: Aucune cachette de nourriture n’avait été déposé le long de la route pour l’aider à ne pas mourrir de faim et il devait transporter toutes ses provisions sur un traineau sans l’aide de chiens ni de voiles.
    Personne n’avait jamais tenté cet exploit auparavant.

 

  • « The White Darkness: A journey Across Antartica » –The New Yorker

 

 

7. On vit une époque formidable

  • Donald Trump a tellement aimé la parade militaire des Champs Elysées à la quelle il a assisté l’année dernière, invité par Emmanuel Macron, qu’il voudrait reproduire la même chose à Washington. CNN

 

  • Le procès de Waymo, propriété de Alphabet, compagnie mère de Google, contre Uber pour vol de propriété intellectuelle de sa technologie de voitures autonomes, s’est ouvert hier après onze mois d’attente et au cours duquel l’ancien CEO de Uber, Travis Kalanick, a témoigné. Cnet

 

  • Lifetime, la chaîne câblée féminine spécialisée dans les soap opéras et histoires à l’eau de rose a annoncé la production d’un téléfilm sur le Prince Harry et sa future épouse Meghan Markel. Buzzfeed News

 

  • La marque américaine de snacks Doritos serait en train de développer des chips pour la gente féminine: une « Lady Doritos » plus légère et moins croustillante pour veiller à leur nature plus discrète. The Washington Post

 

  • La promotion 2018 des Oscars est sur Variety

 

  • BestBuy, la plus grande chaîne américaine de magasins de matériel électronique grand public, va arrêter de vendre des CDs à partir du 1er juillet. The Verge

 

 

 

8. La couverture de Jour

  • General Electric, l’une des compagnies américaines emblématiques a perdu 445 milliards de valeur boursière depuis 2000. L ‘une des plus spectaculaires destruction de richesse dans l’histoire des entreprises du pays

    * « How GE went from American Icon to Astonishing Mess » – Businessweek