30.03.17: A la une des quotidiens américains

 

  • Indiana: Ces contribuables qui payent pour l’éducation religieuse

    L’Etat d’Indiana « s’est engagé à apporter à tous les enfants l’accès à un enseignement de qualité » et leur offre des bourses à traver l’Indiana’s Choice Scholarship Program – plus connu sous le nom de Voucher Program – selon des critères précis (niveau scolaire, revenus faibles ou modérés des parents) afin qu’ils intègrent l’école de leur choix, si tant est qu’elle appartient à ce programme.
     
    L’Indiana possède le plus important du pays avec presque trois cent établissements d’enseignement, pour la plupart religieux, qui sont sous contrat avec l’Etat.
    Les milliers de familles touchent des allocations (plusieurs milliers de dollars par an) pour envoyer leurs enfants dans des écoles privés – aux frais du contribuable.
     
    Ils étaient 32,686 (soit 3% des étudiants scolarisés) à bénéficier de cette bourse en 2016.

     

     
    Indianapolis Star rapporte qu’une de ces écoles, Colonial Christian, qui a reçu 340 000 dollars du Voucher program l’année dernière, a interdit à ses élèves, sous peine de renvoi, de « promouvoir le style de vie homosexuel ou les identités de genre alternatives« . D’autres établissements « obligent les familles à signer des déclarations de foi préalables à tout recrutement » de leurs enfants qui « doivent observer les mêmes croyances et valeurs que l’école. »
     
    C’est le programme soutenu par les Républicains qui permet aux établissements religieux de bénéficier du Voucher Program, et certains refusent d’accueillir des étudiants qui ne partageraient leurs convictions religieuses et imposent les leurs à ceux qui sont acceptés. Les familles éligibles connaissent les règles, et selon une étude de 2016, la religion serait la première raison pour laquelle elles utilisent cette bourse d’éducation.
     
    « Les écoles qui acceptent les vouchers ont dit à IndiStar que le programme les a aidés à diversifier leurs écoles sans pour autant assouplir leurs critères d’acceptation » – qui ne doivent, selon l’Etat, ne reposer ni sur la race, la couleur, l’origine ou quelconque invalidité. « Elles n’ont pas à reporter à l’Etat combien d’étudiants boursiers elles auraient pu refuser ou les raisons de leur refus ».
     
    Pour les critiques, « les écoles qui sont autorisées à choisir leurs étudiants contribuent à renforcer la discrimination ».
    Donc dans l’Indiana, l’argent du contribuable sert à financer l’éducation religieuse de certains étudiants aux dépens des établissements laïcs et publics

     
    * « How Taxpayers pay for religious education » – Indianapolis Star

***

  • Prison ferme dans le BridgeGate

    C’est l’un des scandales politiques les plus médiatisés de ces dernières années qui a coûté son ticket présidentiel au gouverneur de New Jersey Chris Christie, et dont les deux conseillers et auteurs viennent d’être condamnés à des peines de prison fermes: 18 mois pour Bridget Anne Kelly et 24 mois pour Bill Baroni.
     
    Ils ont été reconnus coupables l’année dernière d’un « acte sordide de vengeance politique » contre le maire démocrate de la ville de Fort Lee, Mark Sokolich, qui avait refusé de soutenir la candidature de Chris Christie comme gouverneur du New Jersey en 2013.
     
    La Ville de Fort Lee est située sur la rive de l’Hudson River, reliée à Manhattan par le George Washington Bridge, est l’un des axes routiers les plus fréquentés de la région, et utilisé quotidiennement par tous les habitants du New Jersey qui travaillent à New York City, et vice-versa.
     
    Pendant quatre jours, en septembre 2013, deux des trois accès locaux depuis Fort Lee vers le GWB ont été fermées par le Port Authority, l’autorité en charge de la gestion du pont de part de d’autres de l’Hudson River, créant des embouteillages monstres dans la petit ville du New Jersey.

     
    Un enquête a révélé l’implication des deux conseillers de Christie sans pouvoir déterminer l’implication de ce dernier, qui selon des témoins, était au courant de la manoeuvre.
     
    Donald Trump s’est dit dégouté cet été de voir Chris Christie laisser l’une de ses conseillères être condamnée à sa place et l’aurait convaincu de ne pas le choisir comme vice-président.
    Cette affaire est le « parfait exemple d’un abus de pouvoir » a déclaré la juge hier après midi.
     
    Les deux condamnés ont fait appel

    * « GWB Scandal – Abuse of power« The Star Ledger
    * « 2 get Jail for Bridgegate »The Philadelphia Inquirer

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *