Maggie Haberman, la journaliste star de Washington

 

  • Après un article élogieux de CNN le mois dernier, c’est au tour du magazine Elle de faire le portrait de la journaliste Maggie Haberman, l’une des correspondantes du New York Times à Washington, devenue ces derniers mois, l’une des journalistes politiques stars de la capitale et du pays grâce à ses révélations quasi-quotidiennes sur le président.

 

 

  • Elle est née à New York en 1973, a commencé sa carrière en bas de l’échelle: diplômée d’une petite université, elle a débuté comme « copy kid » en 1996 pour le tabloïd New York Post, puis est partie travailler chez son concurrent du NY Daily News, début 2000, a rejoint Politico en 2010 avant d’être engagée par le New York Times en 2015 pour suivre la campagne de Donald Trump – qu’elle suivait depuis une dizaine d’années.

 

  • Citation:

    [Donald Trump] était tout le temps dans « Page Six » [la page mondaine du New York Post] durant les années 80 et 90 et il était souvent la personne au bout du fil qui se faisait passer pour « la source » proche de Trump [et alimentait les rumeurs sur lui].

 

  • Elle est devenue en 2016 la journaliste la plus lue du prestigieux quotidien new yorkais car la plus connectée de la campagne électorale: Elle enchaîne avec son collègue Glenn Trush les articles en une du New York Times et fait figure de héroïne du quatrième pouvoir.

 

  • Selon elle, les journalistes et Washington devraient digérer l’élection de Trump plutôt que de s’exclamer à chaque nouveau tweet, le couvrir « normalement » comme le personnage qu’ils ont suivi pendant la campagne, et qui a 70ans, ne changera pas:
     

    Il est qui il est, et ça ne changera pas. Et certaines situations seront forcément tendues. Mais qui il est est aussi la raison pour laquelle il a gagné même après la fameuse vidéo de Access Hollywood

  •  

  • Elle compare sa présidence « au mandat d’un maire de New York à la fin des années 80, début des années 90 » et essaye de rester la plus objective possible quand il s’agit d’écrire ou de parler de Trump, sans tomber dans la critique facile.

 

  • Annie Karni, une ancienne collège du New York Post:

    « La magie de Maggie Haberman est qu’elle est la reporter la plus influente à Washginton, alors qu’elle n’y habite même pas. C’était la journaliste la plus importante de la campagne de Trump sans avoir voyagé avec lui.  Elle est tellement connectée et bien informée qu’elle n’en n’a pas besoin. »

 

  • Si Haberman et Trush agacent profondément le président, c’est eux à qui le président va parler quand il veut s’exprimer.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *