01.11.17

 

1. ACTE DE TERREUR A NYC, DU PAIN BENI POUR TRUMP

 

 

  • Donald Trump s’est lâché ce matin sur Twitter en accusant le programme « Diversity Immigrant Visa » – qui offre chaque année à travers une loterie, à laquelle tous les étrangers peuvent participer, cinquante mille cartes vertes, la carte de résidence permanente, qui permet de séjourner et de travailler aux Etats-Unis pendant dix ans. C’est grâce à ce programme que Sayfullo Saipov, le citoyen ouzbek responsable de l’acte terroriste qui a fait huit morts à New York hier, serait entré sur le territoire américain.

 

  • En s’inspirant à deux reprises de l’émission « Fox & Friends » ce matin, Trump a demandé la suppression de ce programme, une « beauté de Chuck Schumer », en référence au chef de la minorité démocrate du Sénat qui en a été l’un es architectes, en faveur d’une sélection basée sur la méritocratie. Le cas Saipov est un cas isolé, un « loup solitaire », qui ne doit remettre en cause la loterie qui depuis 1990 a permis à des centaines de milliers d’étrangers de tenter leur chance aux Etats-Unis, quelles que soient leurs origines sociales économiques ou nationales.

 

  • Cet acte terroriste tombe à pic pour Trump et Steve Bannon, obsédés par une restriction drastique de l’immigration illégale et légale aux Etats-Unis, et aussi un moyen de détourner l’omniprésence de l’enquête du procureur Mueller dans l’actualité de ces derniers jours.

 

  • « Snap Maps a offert une couverture quasiment en direct des évènements à Manhattan … et beaucoup d’emojis » NiemanLab

 

  • Le marathon de New York et ses 50 000 participants aura lieu dimanche comme prévu.

 

 

2. L’ENQUETE CONTINUERA

 

 

  • George Papadopoulos, le seul des trois inculpés dans l’enquête sur l’ingérence russe pendant les élections présidentielles américaines à avoir eu des contacts avec des officiels russes pendant la campagne, aurait selon le président joué le rôle de « volontaire de second rang ». Associated Press a retrouvé l’un des tweets du candidat républicain où apparaît Papadopoulos aux côtés de Jeff Sessions et de Trump
     
  • Le sénateur républicain John McCain, le « Never-Trumper » le plus influent du Congrès américain a promis que l’enquête de Mueller irait jusqu’au bout malgré les demandes répétées des médias de Rupert Murdoch, le New York Post, Fox News et The Wall Street Journal, à la démission du procureur indépendant. Même si Steve Bannon aurait conseillé au président d’attaquer directement Mueller, ce dernier a suivi les conseils de ses avocats et ne l’a pas encore insulté, ni humilié. Quand aux Républicains, ils sont partagés entre dénoncer une attaque contre le président ou rester en dehors, concentrés sur la réforme fiscale.
    Danger: L’inculpation de trois anciens membres de l’équipe de campagne de Trump signifie que l’enquête de Mueller pourrait biens se prolonger lors des élections de 2018 et éventuellement faire de l’ombre aux candidats républicains – c’est en tout cas le pari des DémocratesBloombergPolitics

 

 

 

3. UNE DURE REALITE

 

Une pub de Facebook trouvée sur Axios aujourd’hui

 

  • Les dirigeants de Facebook, Twitter et Google continuent aujourd’hui de répondre aux questions des commissions du Congrès sur les activités russes ayant eu lieu sur leur plateforme pendant les élections présidentielles de 2016 et ont offert quelques solutions pour éviter une nouvelle manipulation de masse l’année prochaine lors des élections de mi-mandat – A l’instar de Facebook et sa campagne de publicité assez peu convaincante.

 

  • D’où la question de The Atlantic: « Est-ce que Facebook a les moyens de contrôler Facebook? » ou formulée autrement: Est-ce que la compagnie, une plateforme de partage et de distribution d’informations (payées ou non) de plusieurs milliards d’utilisateurs, est devenue trop importante pour pouvoir fonctionner normalement?

    Je trouve remarquable que la plupart des gens n’aient jamais compris que « avoir le plus gros impact » selon les propos de Zuckerberg (et de la Silicon Valley) signifiait [il y a quelques années] « amasser le plus de pouvoir possible ». Le pouvoir est un moyen nécessaire pour avoir de l’impact. Facebook Inc possède aujourd’hui ce pouvoir, ils ont ce qu’ils ont voulu et agissent désormais comme si c’était une punition. On peut se contenter du statu quo mais si Mark Zuckerberg avait s’était contenté du statu quo, on ne vivrait pas tous dans un monde dominé par Facebook.

    C’est donc aux politiques d’entrer en jeu et de mettre fin à cette dangereuse spirale.
    * « Does Facebook Even Know How to Control Facebook »The Atlantic

 

  • Les exemples de publicités russes qui ont circulé pendant les élections présidentielles, c’est dans le Washington Post, Recode et Twitter.

 

 

 

4. #METOO, LA SERIE CONTINUE

 

  • On vous parlait la semaine dernière de l’acteur Corey Feldman, jeune star des années 80 (« Les Goonies », « Stand by Me ») qui dénonce depuis des années la pédophilie rampante à Hollywood et dont il aurait été victime, lui et son acolyte de l’époque, Corey Haim, mort d’une overdose en 2011. 
    Le silence autour des agressions de Harvey Weinstein sur des dizaines d’actrices pendant des décennies et les révélations sur les approches faites par Kevin Spacey en 1986 sur un adolescent de 14 ans, tendent à prouver que le problème du harcèlement sexuel existe à Hollywood aussi bien contre les femmes que les hommes, et que ces derniers auraient peut-être encore plus de mal à s’exprimer tant le sujet est tabou.
  • Les langues finissent par se délier aussi chez les acteurs qui dénoncent les abus sexuels des adultes sur des adolescents et jeunes hommes, notamment homosexuels, dont certains ont choisi de garder leur sexualité privée.
  • Quand va-t-on parler de Brian Singer, le réalisateur de X-Men?
    * « Hollywood actors speak of rampant problem of ale abusers targeting men »The Guardian

 

 

 

5. LA BULLE NORD-COREEENNE

 

  • Reportage de Vox Borders sur ces 150 000 citoyens japonais qui vivent au Japon dans une bulle nord-coréenne, « une nation à l’intérieur d’une nation qui dispose de frontières culturelles, idéologiques, historiques et linguistiques aussi importantes dans les esprits que dessinées sur une carte »
  • Après la défaite de l’empire japonais, auquel appartenait la péninsule coréenne en 1945, 600 000 Coréens amenés de force au Japon des années plus tôt y sont restés et ont du choisir après 1953 s’ils voulaient appartenir aux Américains du Sud ou aux Communistes du Nord.
  • C’est à cette époque que Kim Il-Sung, le fondateur du régime a commencé à financer la construction d’écoles et de commerces pour protéger leur identité contre la société japonaise qui voulait les assimiler et qui a donné à une génération de Japonais/Nord-Coréens très attachés à une dictature dans laquelle ils n’ont jamais vécu.
    FASCINANT!
    « Inside North Korea Bubble in Japan » Vox

 

 

6. ON VIT UNE EPOQUE FORMIDABLE

 

  • Malgré les attaques répétées des Républicains et du président pour saboter Obamacare, les inscriptions commencent aujourd’hui. Si selon Axios, elles devraient dramatiquement baissé cette année, elles n’ont jamais été aussi peu chères selon Bloomberg: 80% des inscrits devraient pouvoir trouver des plans à moins de 75 dollars par mois! L’ancien président a même encouragé à ses 96 millions d’abonnés a se rendre sur HealthCare.gov – Twitter

 

  • 75 ans après sa déportation, une équipe d’experts dirigée par un ancien agent du FBI va utiliser les méthodes modernes de la police technique et scientifique pour identifier ceux qui ont trahi Anne Frank et sa famille en 1944 et tenter de résoudre l’une des « cold case » les plus célèbres de l’histoire – The New York Times

 

  • L’internet mobile est désormais l’internet tout court puisque nous passons 70% de notre temps en ligne sur nos téléphones. Pas moi! 😉 Quartz 

 

 

 

7. LA COUV DU JOUR

 

  • Pourquoi est-ce que les Démocrates n’arrivent toujours pas tourner la page de Barack Obama, même avec le président le plus impopulaire de l’histoire de pays. Si l’opposition n’adopte pas un programme et un leader digne de ce nom, les Républicains ont toutes les chances de gagner les élections de mi-mandat en 2018, et pourquoi quatre nouvelles années de Trump en 2020.
    * « A Post-Obama Democratic Party in Search of Itself »The New York Times magazine

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *