20.01.18

 

Bon week-end à tous!

C’est une version mise-à-jour de la lettre d’hier.

Aujourd’hui ont lieu à New York et dans toutes les grandes villes des Etats-Unis, la seconde édition de la marche des femmes. J’espère que vous serez nombreux et nombreuses à y participer.

Si vous souhaitez inscrire vos amis, vos adversaires, votre famille, votre coinjoint.e à cette newsletter, c’est ICI

 

 

1. Les Quotidiens

A. « Shutdown Showdown » a bien eu lieu

Les sénateurs démocrates ont refusé la proposition des Représentants républicains de financer pour quatre semaines le gouvernement fédéral sans résoudre le problème des Dreamers: Les activités du gouvernement fédéral sont officiellement suspendues … un an jour pour jour après l’investiture de Trump, au cours duquel il a offert offrait à l’Amérique l’un des discours les plus apocalyptiques jamais entendus.

Un bel anniversaire pour le président obligé d’annuler son séjour de festivités à Mar-a-Lago.

La porte parole de la Maison Blanche, Sarah Sanders, a rejeté la faute sur les Démocrates (« Schumer Shutdown »), ces « obstructionist losers » dans un communiqué diffusé hier soir.

Lors du dernier shutdown en 2013, 850 000 employés fédéraux – 40% de la main d’oeuvre fédérale – se sont retrouvés [pendant seize jours] sans travail, ni salaire. Le chômage a augmenté, la confiance des consommateurs a chuté, et l’arrêt de travail fait baissé la croissance économique de 0,3 points (…)
Seulement 15% des fonctionnaires sont basés à Washington, donc les conséquences du shutdown vont se sentir à travers tout le pays. Six millions de commerces pourraient perdre leur aide financière and les demandes d’aides sociales pourraient être retardées.

* « Shutdown threatens a ‘gut punch’ as agencies brace for closure » – Politico

 

B. HQ2, les 20 finalistes de Amazon

C’est le projet dont rêve toutes les moyennes et grandes villes des Etats-Unis: L’implantation dans leur région du second siège social de Amazon, après Seattle, baptisé HQ2, qui prévoit d’y investir cinq milliards de dollars et d’y créer 50 000 emplois.

La compagnie a dévoilé hier les vingt villes finalistes parmi les 238 dossiers reçus: Atlanta (voir The Atlanta Journal-Constitution), Austin (Texas), Boston, Chicago (voir le Chicago Tribune), Columbus (Ohio), Dallas, Denver, Indianapolis (The Indianapolis Star), Los Angeles, Miami, Montgomery County (Maryland), Nashville, Newark (New Jersey avec The Star Ledger), New York City, le nord de la Virginie, Philadelphie, Pittsburgh, Raleigh, N.C., Toronto, Washington, D.C.

 

 

C. Nassar, un monstre au sein de la fédération américaine de gymnastique

Pendant quatre jours cette semaine, des dizaines de gymnastes, dont certaines médaillées olympiques de Londres en 2012, ont décrit les attouchements et agressions sexuelles subis pendant des années aux mains de Larry Nassar, un préparateur physique qui se faisait passer pour un médecin, et ce sur plusieurs décennies.

« Je pensais que s’entraîner pour les Jeux Olympiques était la chose la plus dûre que j’aurai à faire mais la pire chose en fait, c’est d’être la victime de Larry Nassar » a déclaré en pleurs, Aly Raisman, médaillée de Londres et de Rio.

La fédération américaine de gymnastique a également été critiquée pour son manque de réaction, et son incapacité à protéger des générations de jeunes gymnastes. CNN

 

 

2.Trumplandia: Le porngate.

 

  • Le PorngateLe dernier scandale qui touche Donald Trump, sans vraiment l’affecter, est parti du témoignage d’une actrice de films X avec qui le président à eu une affaire en 2006, peu après la naissance de son dernier enfant, Barron, qu’elle a raconté au magazine InStyle en 2011 qui n’a décidé de le publier que cette semaine.
    Stormy Daniels a reçu 130 000 dollars de l’avocat de Trump un mois avant le scrutin pour garder le silence sur cette affaire, ce que l’intéressé et le président démentent bien entendu.Pourquoi ne l’apprend-on que maintenant?

    Les Journalistes ne l’ont pas publié [pendant la campagne] car ils étaient incapables de corroborer des éléments clés du témoignage de Daniels. L’histoire ne s’appliquait aux règles journalistiques, même si elle impliquait un homme qui s’attaque régulièrement aux médias pour leur manque d’éthique. 

     

    Les chrétiens conservateurs sont d’ailleurs restés muets sur le « porngate » car le président et ses supporters considèrent toute critique comme une trahison, et préfèrent ne rien plutôt que de voir leurs priorités (nomination de juges conservateurs, protection du droit religieux, lutte contre l’avortement) ignorées par le président.
    Heureusement, certains journalistes conservateurs sont là pour dénoncer ce silence. National Review

 

  • Steve Bannon
    L’ancien conseiller en stratégie du président a été interrogé mercredi par la House Committee on Intelligence et a avoué avoir discuté avec Reince Priebus, ancien directeur de cabinet de la Maison Blanche et Sean Spicer, du fameux meeting organisé en juin 2016 par Donald Jr, Kushner et Manafort pour obtenir des informations compromettantes sur Clinton de la part d’une avocate russe, révélé par le New York Times en juillet dernier.
    Steve Bannon n’était pas censé dévoiler le contenu de discussions lorsqu’il était à la Maison Blanche. Axios
    C’est important car c’est la preuve la plus tangible d’une collusion entre la campagne du candidat républicain et les Russes pour influencer le résultat des élections. Le président a affirmé quelques jours tard ne jamais avoir été mis au courant de cette rencontre, c’est ce que la House Committee et l’enquête du procureur indépendant Mueller tentent de vérifier. CNN

 

  • Trump a annulé son voyage à Mar-a-Lago où il devait participer à un gala de charité en l’honneur de sa première année de présidence avec des places à 100 000 dollars par couple pour un repas et une photo avec le président.
    Les bénéfices seront reversés à la Trump Victory Fund

 

 

3. Le Pittsburgh Post-Gazette, en roue libre

  • Le quotidien du Maryland a publié lundi dernier un éditorial, « Reason as Racism », imposé par le directeur de la publication – et membre de la famille propriétaire de la Gazette – qui affirme que les accusations de racisme sont devenues aujourd’hui une sorte de « nouveau maccarthisme »Ce n’est plus un terme qui définit une personne qui croit en la supériorité d’une race sur une autre mais un terme malveillant et diffamatoire – comme l’étaient ceux de « communistes » ou de sympathisants communistes » dans les années 50. 
  • Dans le climat politique ambiant, la position est déjà limite, mais ce n’est que le début:

    Si Donald Trump est traité de raciste pour avoir qualifié certaines nations de « pays de merde », est-ce que ça va aider à faire passer une loi sur les Dreamers pour garder ces jeunes gens qualifiés aux Etats-Unis? (…)Ce n’est pas raciste de dire que ce pays ne peut accepter les pires populations des pires endroits et que nous préférons accueillir les meilleurs individus provenant des meilleurs endroits, dont certains sont habités par des gens de couleur. Ce n’est pas du racisme, c’est du bon sens.Si nous pouvons réformer la politique d’immigration et sauver les Dreamers, et trouver un terrain d’entente, ne nous laissons pas distraire par un autre bâton tendu pour attaquer le président. Qualifier le président de raciste n’aide personne – c’est juste un autre moyen de délégitimiser un président élu de manière légitime.

     

  • La plupart des journalistes de la rédaction ont fait circuler une lettre ouverte condamnant un éditorial « raciste » et « intolérant » que le président et rédacteur en chef du quotidien, John R. Block, n’a pas cru bon le publier.

     
    La famille Block s’est désengagée jeudi des propos d’un des leurs:L’éditorial « Reason as Racism », publié le jour de Martin Luther King Jr, sans l’approbation du comité éditorial, qui est une tentative de justification du racisme, est une violation de l’héritage de William Block Sr. qui a dirigé ce quotidien pendant près de soixante ans.

 

 

4. « Affirmative Consent »

  • Comme on s’y attendait la décision du site Babe.net de publier le témoignage d’une date ratée entre Aziz Ansari et une jeune femme de 23 ans, restée anonyme dans le cade du mouvement de dénonciation du harcèlement et des agressions sexuelles, a provoqué un flot de critiques.D’abord cet article de Bari Weiss dans le New York Times et ensuite cette lettre ouverte lundi soir de Ashleigh Banfield dans son émission HLN adressée à la jeune fille:Quel est exactement ton problème? Tu as eu une mauvaise expérience avec Aziz Ansari? Cela t’a rendu à ce point vulnérable que tu as recherche une condamnation publique? Une condamnation susceptible de mettre fin à sa carrière?
  •  

  • Après avoir refusé l’invitation d’un producteur de l’émission, la journaliste de babe.net s’en est pris dans un email à Ashleigh Banfield, « dont personne en dessous de 45 ans n’a jamais entendu parler », qui aurait dû s’adresser à elle ou à la rédaction de babe.net, plutôt qu’à « cette fille de 23 ans à l’un des moments les plus vulnérables de sa vie » avant de l’attaquer sur son apparence physique.Un email assez violent publié par Business Insider et lu par  pour « donner une idée de la personne qui tient le bouton nucléaire sur la carrière de Aziz Ansari.Le seul mérite de l’article de babe.net c’est qu’on aborde désormais le problème du « consentement » (« Affirmative Consent ») entre deux adultes.

     
    * « The Aziz Ansari Allegations Has People Talking About Affirmative Consent. What’s That? » – Time
    * « The Journalist who broke the Aziz Ansari Story and TV Host Ashleigh Banfield are in a very public fight » – Cosmopolitan

 

 

5. Il y a 20 ans, l’Affaire Lewinsky éclatait

 

 

6. On vit une époque formidable

  • le livre de Michael Wolff, « Fire and Fury » pourrait être adapté en une série télévisée. La société Endeavor Content a acheté les droits du petit et du grand écran. The Hollywood Reporter
  •  

  • Rupert Murdoch, 86 ans, a été hospitalisé au début du mois pour un « sérieux problème de dos » après une chute sur le yacht de son fils, Lachlan. Vanity Fair
  •  

  • Jeudi, le comité éditorial du New York Times n’a pas publié de tribune mais les lettres des supporters de Trump. New York Times
  •  

  • CNN a recensé les six vêtements et accessoires qui ont marqué l’année:
    * The Pussyhat, ces bonnets roses portés par les femmes lors de la marche sur Washington et dans les autres des Etats-Unis en janvier 2017
    * La marque Ivanka Trump, boycotté puis défendue à la télé par Kellyanne Conway
    * Les T-Shirts a message politique
    * Les casquettes MAGA avec les logos « USA », spécial Halloween ou « Merry Christmas »
    * Les chaussures « Equality » de Lebron James
    * Les « Fred Perry », les préférés des « Déplorables »

8. Couverture du Jour

 

  • La belle couverture de Time magazine sur les « Avengers
     

    « Zwiener fait partie de ce mouvement citoyen qui peut changer l’Amérique. Appelle cela un retour de bâton, une révolution, une vague rose, inspirée par les marcheuses et leur bonnets magenta, et le militantisme qui s’en est suivi. On n’a jamais vu autant de femmes, la plupart démocrates, être candidates à des postes locaux et nationaux, du Sénat américain aux législatures d’Etats, aux conseils d’administration des écoles.Au moins 79 femmes vont se présenter à un poste de gouverneur en 2018, deux fois plus que le précédent record de 1994. Les nombre de Démocrates se présentant contre leurs collègues sortants à la Chambre des Représentants a augmenté de 350%, avec seulement 41 femmes en 2016.Près de 900 femmes avait contacté Emily’s List qui recrute et forme des Démocrates pro-choice en 2015-16; depuis l’élection de Trump, elles sont 26 000 à s’être inscrites pour lancer une campagne. Le groupe a dû casser un mur dans ses locaux de Washington pour faire place à davantage de staff.

     

    * « A year Ago, They Marched. Now A Record Number of Women Are Running for Office » – Time

 

Laisser un commentaire