01.02.18

 

Bienvenue en février! le pire mois de l’année mais aussi le plus court.
Aux Etats-Unis, c’est le #BlackHistoryMonth marqué par de nombreux évènements célébrant l’histoire, l’héritage, et la culture de la communauté afro-américaine.

Si vous souhaitez inscrire vos amis, vos adversaires, votre famille, votre conjoint.e à cette newsletter, c’est ICI

 

 

 

1. Les Quotidiens

 

  • A. SF pardonne ses fumeurs et petits trafiquants de cannabis


    La ville de San Francisco a décidé d’appliquer rétroactivement la légalisation du cannabis, en vigueur depuis le 1er janvier en Californie, et compte effacer ou réduire toutes les condamnations pour délits mineurs de trois mille individus et les crimes de cinq mille autres liés à la drogue douce depuis … 1975.

    Ca va permettre des milliers de petits délinquants d’avoir un casier judiciaire vide, ou moins chargé, et de pouvoir plus facilement décrocher des boulots, louer un appartement, acheter une maison ou encore obtenir des aides du gouvernement … San Francisco Chronicle

 

  • B. « Exploités »

    Pendant un an, un journaliste de L’IndyStar a enquêté sur le trafic sexuel de mineurs aux Etats-Unis et en publie aujourd’hui les conclusions dans une longue enquête en dix parties:

    Dix mille enfants sont chaque année l’objet d’une exploitation sexuelle à des fins commerciales aux Etats-Unis et selon l’Organisation Mondiale du Travail, ils seraient plus d’un million à l’échelle mondiale.
    Mais seuls les acheteurs sont tenus responsables. La plupart laissent derrière eux des victimes qui doivent retourner dans leurs familles, leur travail, leur quartier. Jusqu’à ce que ça reproduise.

    Le trafic d’enfants est un business comme les autres, régulé par l’offre et la demande. La plupart des efforts pour arrêter ce fléau portent sur l’offre – secourir les victimes et poursuivre les trafiquants. La nécessité de réduire la demande a généré moins d’intérêt et d’argent.
    Résultat: les acheteurs continuent à abuser des enfants en toute impunité.

    * « The Exploited » – Indianapolis Star
    – Part 1: « Who buys a child for sex? Otherwise ordinary men »
    – Part 2: « Shattering the Lolita fantasy »

 

  • C. « We had an Affair »

    Megan Barry, première maire démocrate de Nashville, mariée et mère de famille, a reconnu avoir eu une liaison avec l’officier de police en charge de sa sécurité, qui occupe ce poste depuis 14 ans, et vient de prendre sa retraite.
    La liaison de quelques mois a débuté peu après le début de son mandat à l’automne 2015.
    Mme Barry ne compte ni démissionner de son siège, ni divorcer de son mari. The Tennessean

 

 

2. »Did You Get the Memo? »

 

  • Le discours de l’Union a fait l’effet d’un mirage. Le temps d’une soirée.

    Dès le lendemain, retour aux tensions partisanes autour du fameux mémo républicain « déclassifié » contre l’avis des Démocrates et du FBI à la demande du président qui souhaite le rendre public pour tenter de discréditer l’enquête de Mueller dont il est l’objet et pour pouvoir renvoyer les fonctionnaires qui ne seraient pas à sa botte.Rappelez vous des propos du président lors du discours de l’Union (SOTU) :

 

Ce soir, je demande au Congrès de renforcer l’autorité de tous les Secrétaires de Cabinet pour récompenser les « bons travailleurs » et virer les fonctionnaires qui sapent la confiance du public et trahissent les Américains.

 

  • Hier, le démocrate Adam Schiff, chef des Démocrates au sein de la Commission sur le Renseignement – celle qui a décidé de rendre public le document – a accusé le président de cette Commission, le républicain Devin Nunes, un proche de Trump, d’avoir secrètement corrigé le mémo avant de le transmettre au président.
    Encore mieux: Un second mémo rédigé par les Démocrates de cette même Commission, très critique vis-à-vis de celui des Républicains, restera lui confidentiel.

 

  • Ce matin, Chuck Schumer, le chef des sénateurs démocrates a demandé au porte parole de la Chambre des Représentants, Paul Ryan, de virer Devin Nunes de ses fonctions de président de la Commission du Renseignement. Ryan a défendu Nunes en affirmant que le mémo ne visait ni à discréditer le Département de Justice, ni le FBI et encore moins l’enquête de Mueller.

    L’association des agents du FBI a elle soutenu publiquement son directeur, Christopher Wray et « tous leurs confrères du Bureau ».

    Selon CNN, Chris Wray, nommé par Trump en mai dernier pour succéder à James Comey, serait prêt à démissionner si la mise en garde extraordinaire que son Bureau a publié hier contre la publication du mémo n’était pas prise en compte par le président.

    Le président a fait savoir en fin d’après midi qu’il n’avait aucune objection à la publication du #mémo. NYT

 

 

3. Williamson en Virginie Occidentale: 2 900 habitants et 21 millions d’antidouleurs vendus ces dix dernières années.

  • La Commission de l’Energie et du commerce, en charge d’enquêter depuis 2012 sur l’épidémie d’opiacés qui ravage le pays, provoqué 200 000 décès par overdose ces vingt dernières années et continue de s’aggraver avec 64 000 morts pour la seule année 2016, a publié des chiffres hallucinants sur les abus, et la responsabilité, des distributeurs de médicaments et personnels de santés dans cette crise.

 

  • Entre 2006 et 2016, deux pharmacies de Williamson en Virginie Occidentale, situées à quatre pâtés de maison l’une de l’autre ont reçu 20,8 millions d’analgésiques narcotiques (10,2 millions de pilules de Vicodin et 10,6 millions de pilules d’OxyContin).

    Entre 2005 et 2011, un distributeur de médicaments de l’Ohio a fourni à la pharmacie de Kermit (400 habitants) 5,7 millions de pilules de Vicodin et d’OxyContin; soit l’équivalent pour l’année 2008 de 5 624 pilules par habitants.

 

  • Depuis, les quelques distributeurs inculpés par les autorités de l’Etat ont réglé financièrement leur cas, certaines des pharmacies ont fermé, les docteurs qui ont prescrits des quantités astronomiques de pilules radiés et de nombreuses cliniques spécialisées dans le « traitement de la douleur » ont disparu.
    Aujourd’hui la Virgnie Occidentale a le taux le plus élevé de décès par overdoses par habitants. En 2016, 880 personnes en sont mortes.

    * « Drug Firm shipped 20.8M pain pills to WV town with 2,900 people » – Charleston Gazette-Mail

 

 

4. « Teaching Hard History »

 

 

  • C’était en une cette semaine du quotidien de l’Utah, The Spectrum & Daily News: la recrudescence d’incidents racistes aux Etats-Unis depuis l’arrivée de Trump notamment dans les établissements scolaires, où l’enseignement limité de l’histoire afro-américaine et de l’esclavage serait en partie responsable.

 

  •  Un rapport du Southern Poverty Law Center, l’une des plus importantes associations américaines de lutte contre le racisme, vient de publier un rapport qui dénonce les problèmes de l’enseignement de l’histoire de esclavage aux Etats-Unis (1619-1865) dans les écoles du pays, le manque formation des enseignants et la pauvreté du contenu des manuels scolaires.

    Résultat, les étudiants ne connaissent pas vraiment le rôle de l’esclavage dans la construction du pays et l’impact qu’il continue à avoir sur les tensions raciales en Amérique (…) y compris sur la pauvreté, l’incarcération de masse et l’éducation.

    Maureen Costello, qui a dirigé l’étude explique:

    Le rapport signale l’urgence qu’ont les enseignants, les responsables des programmes scolaires et les politiciens de se confronter aux dures réalités de l’esclavage et l’injustice de la discrimination raciale. Apprendre ce qu’est l’esclavage est essentiel pour qu’on puisse aborder les différences entre les communautés qui continuent de diviser notre nation.

    * « What Kids are Really Learning About Slavery » – The Atlantic
    * « SPLC report: U.S. education on American Slavery sorely lacking » – SPLC

 

 

5. Taylor Swift v. « Scalpers »

 

  • 30 à 40% des tickets des plus grands concerts vendus aux Etats-Unis le sont sur des sites internet comme StubHub et SeatGeek par des revendeurs (« scalpers ») qui en profitent en doublant et parfois même triplant les prix.Taylor Swift, la reine de la pop américaine a trouvé une solution pour éviter à ses fans de se faire arnaquer.

    Alors qu’elle se prépare à partir en tournée pour son dernier album, Reputation, Swift et Ticketmaster Entertainment Inc. ont réfléchi à une stratégie pour éviter les revendeurs.

    Ils utilisent un programme appelé « Ticketmaster’s Verified Fan » qui utilise leur propre technologie pour identifier les vrais fans et leur donner un accès unique des billets en pré-vente, basée sur leur dévotion à Swift, calculée par rapport à leur achat d’albums de la chanteuse, leur adhésion à sa newsletter ou aux différents visionnages de ses vidéos. Tous ces billets en pré-vente ne sont pas très chers comparés à ceux, bien plus onéreux vendus au grand public, pour décourager les revendeurs.
    (…)
    On ne connait pas encore le succès de cette stratégie, d’autant que c’est la première fois depuis les débuts de la chanteuse que les dates de sa tournée ne se sont pas « sold out » en quelques heures, et la prochaine, « Reputation », n’a encore aucune date qui se joue à guichet fermé (…) Mais la plupart des tickets partent dès leur mise en vente car les prix sont attractifs, et les revendeurs en achètent par dizaines.

    Ticketmaster s’attend à ce que tous les tickets avant qu’elle monte sur scène le 8 mai prochain en Arizona.

    Si l’on n’est pas fan de Taylor Swift, le prix du premier ticket au Metlife Stadium du New Jersey le 20 juillet prochain est à 140 dollars, soit 112 euros.

    * « Taylor Swift Wants Her Money Back » – Bloomberg Businessweek

 

 

6. On sait qui est le « Left Shark »

 

  • En attendant le Super Bowl LII qui aura lieu dimanche entre les éternels favoris, les New Englands Patriots, mené par le quarterback-époux-de-Gisele-Bundchen, Tom Brady, et les Eagles de Philadelphie, les « underdog », on vient d’apprendre l’identité de l’une des stars du Super Bowl XLIX.

    En 2015, pendant le Half-Time show, la chanteuse Katy Perry interprète la chanson « Teenage Dream » affublé de deux requins géants, dont l’un n’était pas du tout synchronisé avec le reste des danseurs. « Left Shark » est devenu immédiatement la sensation de la soirée, en volant la vedette à Perry, mais n’a jamais voulu révéler son identité jusqu’à aujourd’hui.

    Il s’appelle Bryan Gaw et a dansé pour katy Perry pendant cinq ans avant de devenir coiffeur à Hollywood. NPR

 

 

 

7. On vit une époque formidable

  • Leslie Jones, comédienne de « Saturday Night Live », qui soutient les athlètes américains avec tellement de ferveur, sur le smédias sociaux notamment, qu’elle a été invité a commenter les JO de Rio en 2016, sera présente à ceux de Pyeonchang qui commencent.
    En attendant, un petit avant goût

 

  • Le Représentant de Caroline du Sud, Trey Gowdy, qui avait mené l’enquête sur Benghazi, l’obsession des Républicains lors du second mandat d’Obama, qui avait finalement disculpé Hillary Clinton, ne se représentera pas aux prochaines élections de novembre prochaine prochain.
    Jusqu’ici, ils sont 31 Représentants de la majorité à quitter volontairement leur poste à la fin de l’année. USA Today

 

  • La chaîne Fox Sports vient de signer un contrat de cinq ans avec la NFL pour les droits de diffusion de « Thursday Night Footbal » pour la modique somme de trois milliards de dollars. Sports Illustrated

 

  • La Maison Blanche veut baisser de 72% le financement de la recherche sur les énergies renouvelables … et mettre fin à ce que Trump dénonce comme la « guerre contre le magnifique charbon propre ». The Washington Post

 

  • Scandale en Pennsylvanie, une jeune élève de 11 ans a donné à son enseignant une lettre adressée à Hillary Clinton que ce dernier a envoyé au destinataires « HILIAR CLINTON ». La mère de l’enfant n’a pas du tout apprécié, l’instituteur s’est excusé. USA Today en a fait un article et Chelsea Clinton s’est proposée de donner la lettre en personne à sa mère.

 

 

8. Couverture du Jour

  • Toujours une couverture magnifique du California Sunday Magazine, sur Stewart Resnick, le plus grand fermier des Etats-Unis, « une réalité qu’il a toujours cherché à cacher tout en décidant ce que nous mangeons, en transformant le paysage de Californie et dirigeant des villes entières.  »

    * « A Kingdom from Dust » – California Sunday Magazine

Laisser un commentaire