Le kiosque du 03.08 17

 

1. Le coup de gueule du Jour

 

 

 


2. L’administration s’attaque à l’immigration

 

  • Pour résumer – Axios:

    Le président Trump a soutenu la proposition de loi des Sénateurs républicains Tom Cotton et David Perdue qui réduire le taux d’immigration de moitié ces dix prochaines années en donnant la priorité aux employés qualifiés, et réduisant les visas offerts par la loterie et l’accueil des réfugiés.

    L’idée est d’aider les travailleurs américains à trouver du travail sans la concurrence étrangère: une rupture de la politique d’immigration traditionnelle des Etats-Unis et qui créé la polémique même chez les Républicains.

    En 2013, la réforme de l’immigration du Sénat, dite « Gang of Eight » – proposée par les Républicains John McCain, Lindsey Graham, Marco Rubio et Jeff Blake – qui avait échoué à la Chambre des Représentants, est l’antithèse de celle proposée par le président cette semaine.

     

 

 

  • Pour d’autres, cette proposition est nécessaire:

    Des politiciens de tout bord ont accusé la proposition d’être anti-démocratique, anti-américaine et économiquement mauvaise. Beaucoup affirment qu’il est mieux d’avoir plus d’immigrés que pas assez. Ces conclusions hâtives sont exagérées et sans fondement. La politique d’immigration a besoin d’être réformée, et si l’on étudie bien la proposition de loi, ça ne peut qu’être bénéfique pour l’économie du pays à long terme, et ça élimine des éléments qui sont difficiles à défendre.

    Le système actuel laisse accueille légalement un million d’immigrés chaque année, dont les deux tiers appartiennent à la famille de résidents déjà installés, et seulement 15% sont des employés qualifiés et/ou diplômés
    La nouvelle loi réduira le nombre annuel d’immigrés et définit quelle immigration le pays privilégie, celle qui accueille des individus susceptible d’apporter une valeur ajoutée au pays plutôt que le regroupement familial. 

    * « Why Trump’s New Immigration Bill Make Sense » – Politico

 


3. Trop drogués pour travailler

 

  • L’épidémie d’héroïne et d’opioïdes qui a causé la mort de plus de cinquante mille personnes en 2016, ravage zones pauvres et rurales du pays affaiblissent également l’économie puisque dans certaines régions, notamment industrielles, où les usines et entreprises ne trouvent pas d’employés qualifiés parce qu’ils sont malades ou toxicomanes.

    L’enquête [du New York Times] souligne le cercle vicieux de la crise dans la Rust Belt américaine: la perte des emplois et la stagnation des salaires a entraîné une importante dépression, une aliénation et la consommation de drogues. L’abus des drogues entraîne à son tour chômage, désespoir et aliénation. – Axios

     

  • La Gray Lady est parti enquêter à Youngstown dans l’Ohio:

    Le problème n’est pas les travailleurs locaux sont sous qualifiés pour ce genre de métiers [offertes par les entreprises et usines de la région]: la plupart ne nécessite même pas le baccalauréat, sont rémunérés entre 15 et 25 dollars de l’heure et offrent tous les avantages sociaux. Le problème, c’est que trop de candidats, près de la moitié dans certains cas – échouent au test de dépistage de drogue [obligatoire dans de nombreuses compagnies américaines].Ce ne sont pas seulement les travailleurs et leur famille proche qui sont touchés.
    Chaque trimestre, Columbiana Boiler, une entreprise locale, refuse 200 000 dollars de commandes pour ses récipients en fer et bouilloires à cause de la pénurie de main d’oeuvre, qui sont récupérées par des entreprises étrangères.

 

  • Le président a diplomatiquement affirmé hier qu’il avait remporté l’Etat du New Hampshire aux élections présidentielles parce que c’est un « repère de drogués » provoquant bien entendu la colère de ses habitants et de son gouverneur. 

    * « Economy Need Workers, but Drugs Test Take a Toll » – The New York Times

 

 


4. Affirmative Action à l’envers

 

  • C’est la dernière attaque de l’administration Trump contre l’Affirmative Action, cette loi de « discrimination positive » instaurée dans les années 60 qui encourage les universités à intégrer davantage d’étudiants issus de minorités ethniques ou de milieux défavorisés. 

    Le gouvernement veut utiliser les ressources de la « Civil Rights Division » [une institution dépendante] du Département de Justice [censée lutter contre la discrimination raciale, sexuelle, religieuse et nationale] pour punir les universités dont les politiques d’admissions sont défavorables aux « blancs » selon le New York Times (…)
    Le document n’identifie pas explicitement qui le Département de Justice pense être victime de discrimination à cause de la politique d’admission liée à la discrimination positive.
    Mais l’utilisation du terme « discrimination basée sur la race » s’oppose à l’objectif même de ce programme censé accueillir davantage d’étudiants issus des minorités [surtout afro-américaines, latino et amérindiennes] dans les campus américains.

    * « Justice Dept. to Take On Affirmative Action in College Admissions » – The New York Times

 

  • Les opposants à la discrimination positive ont trouvé un nouvel allié dans l’administration mais aussi chez les Américains d’origine asiatique: Une organisation conservatrice basée en Virginie a porté plainte contre la prestigieuse université de Harvard accusée de ne pas accepter assez d’Asio-Américains par rapport aux autres minorités.

    La plainte veut s’attaquer à un système que Harvard défend avec fierté. L’université a été pionnière dans son soutien à l’Affirmative Action (…) et a très tôt accepté gratuitement des étudiants aux origines modestes.
    Harvard s’est défendue de fixer des quotas de « noirs, de musiciens, de joueurs de football, de physiciens ou de Californiens » (…) mais affirme qu’abandonner les admissions basées sur la race, pourrait diminuer l’excellence de l’enseignement.
    La promotion de 2021 – celle acceptée cette année est à 14,6% afro-américaine, 22,2% Asio-Américaine, 11,6% Hispanique et 2,5% Améridienne (…)
    Des experts suggèrent que si Harvard abandonnait la race comme critère d’admission, l’admission des Asio-Américains augmenterait et le pourcentage de blancs, noirs et hispaniques diminuerait.

    * « Affirmative Action Battle Has a New Focus: Asian Americans » – The New York Times

 


 

5. « Pack and Ship »

 

  • Amazon, le géant de la distribution en ligne a organisé mercredi un immense foire aux emplois dans une dizaine de ses entrepôts, reçu près de vingt mille candidatures, a employé des milliers d’individus sur place et devrait continuer à recruter ces prochaines semaines. 

    Si les salaires offerts ne sont pas très élevés, la plupart des candidats sont intéressés par l’obtention d’une assurance maladie et autres avantages sociaux et des possibilités d’évolution.
    Amazon recrute généralement en août en prévision de la période des fêtes, mais l’importance de cette série d’embauches souligne l’excellente forme de la compagnie contrairement aux chaînes de distribution traditionnelles qui continuent de fermer leurs magasins – et accusent Amazon d’être responsable de cette transition vers le commerce en ligne.

    (…)
    La plupart des emplois sont a plein temps et consistent à emballer, trier et envoyer [la marchandise] et font partie de l’objectif d’Amazon de recruter 100 000 employés en plus d’ici le milieu de l’année prochaine. La mauvaise nouvelle c’est que davantage d’employés vont perdre leur emploi dans les magasins qu’être engagés dans des entrepôts [d’Amazon], explique Anthony Carnevale, directeur du centre d’Enseignement et de main d’oeuvre de Georgetown University.

    * « Thousand show up for jobs at Amazon warehouses in US cities » – AP

 


6. Le reste de l’actualité

 

  • Michelle Carter, l’adolescente reconnue coupable d’homicide involontaire après avoir poussé son petit-ami de 18 ans au suicide en 2014 – elle en 17 ans – a été condamnée à quinze mois de prison ferme dans un centre de détention pour mineurs. Une condamnation « juste » censée réhabiliter plus que condamner la jeune femme qui souffre de dépression. Elle a fait appel de la décision.  – The Washington Post

 

  • La Vallée de la Mort vient de passer le mois le plus chaud jamais enregistré aux Etats-Unis avec des températures moyennes de 107.4 degrés Fahrenheit, soit 42 degrés Celsius.
    Les températures ne sont pas descendues en dessous de 32 degrés Celsius durant le mois de juillet et la plus chaude a été de 52 degrés Celsius – The Washington Post

 

  • Selon un sondage de Quinnipiac University, 80% des Américains critiquent la gestion de la réforme de l’assurance santé par les Républicains, et ils sont 60% chez les électeurs républicains. 64% des électeurs toutes tendances confondues désapprouvent le projet républicains de remplacer Obamacare et 25% seulement y sont favorables. – Politico

 

  • Adidas cartonne aux USA: Depuis le début de l’année, l’équipementier allemand a vendu plus que Nike et Under Armour, ses deux principaux concurrents, en ligne et en magasins. Des ventes qui ont augmenté de 30% par rapport à l’année dernière aux Etats-Unis – The Street

 

 


7. La couverture du Jour

 

  • Celle de Sports Illustrated avec Neymar en couverture, LA star brésilienne du football, considérée comme l’un des meilleurs joueurs du monde après Messi et Ronaldo, qui tentera de remporter la coupe du monde pour son pays l’année prochaine en Russie, et qui vient de signer cinq ans au Paris Saint Germain.

Cour Suprême des Etats-Unis: L’ Affirmative Action garantit

Abigail Fisher en 2012. (AP Photo/Susan Walsh)
Abigail Fisher en 2012. (AP Photo/Susan Walsh)

La Cour Suprême des Etats-Unis vient de réaffirmer aujourd’hui la constitutionnalité de l’Affirmative Action, cette politique anti-discriminatoire utilisée par l’ensemble des universités du pays pour le recrutement de ses étudiants. Mis en place dans les années soixante pour favoriser l’insertion des commnautés défavorisées, elle a permis à des millions d’afro-américains, latinos ou asiatiques d’accéder à l’enseignement supérieur grâce à un recrutement basé sur un système quotas appliqué à chaque minorités.

En 2008, l’Université du Texas a rejeté l’application d’une étudiante blanche de 25 ans Abigail Fisher, qui a ensuite porté plainte contre l’établissement en prétextant qu’elle aurait été victime de ce système de quotas, basé sur la race. L’affaire dite Fisher v. University of Texas est d’abord passée devant la Cour Suprême du Texas qui a pris le parti de l’université, puis la Cour Suprême du pays en 2013 qui a refusé de statuer dessus avant d’accepter en Septembre dernier un ultime requête de la plaignante Fisher.

Cette remise en question des droits civiques et politiques jusqu’aux plus hautes instances juridiques du pays n’est pas nouvelle. Depuis des années, des associations et fondations « conservatrices » financent ces requêtes au nom d’une « Société sans couleur » (Color-blind society) et recrutent un peu partout dans le pays des plaignants pour servir leur cause.
L’article paru sur Mother jones dans l’édition de mai/juin revient sur ces individus qui sont capables à force de conviction, de réseaux et d’argent de remettre des lois aussi fondamentales que l’Affirmative Action.

Elle est saine et sauve aujourd’hui mais pour combien de temps?

Mother Jones édition de mai/juin 2016
Mother Jones édition de mai/juin 2016

Lecture Supplémentaire: Comment est ce que les « Femmes blanches » profitent autant qu’elles critiquent l’Affirmative Action – Vox

Jezebel: Témoignage de la tutrice d’Abigail Fisher payée $450 de l’heure pour l’aider dans son dossier d’application