26.09.17

 

1. Obamacare survit

  • Le porte parole de la majorité républicaine du Sénat, Mitch McConnell a annoncé cet après midi qu’il retirait la dernière proposition de réforme de l’assurance santé préparée par Bill Cassidy et Lindsey Graham après l’annonce hier soir que leur collègue du Maine, Susan Collins voterait contre.
    Incapable d’assurer une majorité de 51 voix derrière la proposition, c’est la cinquième tentative ratée de supprimer Obamacare devant le Sénat.

 

  • Un coup dur pour le président qui en a fait l’une des promesses de son programme de campagne, mais surtout pour les Républicains, dont c’est l’obsession politique depuis son vote en 2010.
    Les Républicains ont le président, les deux majorités au Congrès et sont incapables de faire passer l’un des grands projets de leur parti.

 

  • Mitch McConnell n’a pas annoncé de nouvelle proposition de réforme et le prochain projet du Sénat devrait être la réforme fiscale

 


2. Pourquoi Obamacare survit

 

  • Charles Krauthammer, journaliste américain, célèbre pour ses chroniques politiques conservatrices, expliquait en mars dernier dans le Washington Post pourquoi est ce qu’il est difficile de supprimer un programme comme Obamacare:

    Une fois que quelque chose vous est donnée – par exemple l’assurance maladie pour vingt millions de personnes – vous pouvez l’enlevez mais à vos risques et périls. C’est pareil pour n’importe quelle aide du gouvernement, mais surtout pour l’assurance maladie.
    Il y a bien une raison pour laquelle aucune démocratie occidentale dotée d’un système nationale de santé ne l’a jamais abolit.
    Le génie de la gauche a été de continuer à élargir les aides de l’Etat en créant des nouvelles offres qui sont politiquement impossibles à supprimer (…)
    Les gens détestaient Obamacare pour son « autoritarisme », son incompétence et son coût. Mais en même temps, ses rédacteurs ont pris grand soin de créer de nouveaux bénéficiaires et de nouvelles attentes. Ce qui rend son retrait très compliqué. (…)
    L’idée qu’on puisse éradiquer les racines et les branches d’Obamacare est fantaisiste. Pour tous ses défauts catastrophiques, Obamacare a changé les attentes des gens. Il n’y a rien de gratuit.
    La ligne dure du parti républicain doit accepter que les Américains sont habitués à des aides en matière d’assurance santé, tout comme les modérés doivent accepter les histoires de ceux qui vont inévitablement y perdre dans cette réforme, C’est le prix politique à payer pour remplir cette promesse de sept ans d’abolir et de remplacer Obamacare

    « The Real World of Obamacare Repeal » – The Washington Post


3. Elections 2018: Guerre civile à droite

 

  • Le président a enchaîné les échecs aujourd’hui avec la défaite de Luther Strange, le candidat républicain qu’il avait soutenu pour remplacer Jeff Sessions parti à la justice. Le vainqueur est Roy Moore, soutenu par Breitbart, Steve Bannon, Sarah Palin et même Nigel Farage, l’ancien affreux du parti indépendant anglais et partisan du Brexit.
    Il affrontera le démocrate Doug Jones dans les urnes le 12 décembre prochain

 

  • Les résultats de cette élection sont importants pour plusieurs raisons:
    • La victoire d’un candidat anti-establishment soutenu par l’alt-right pourrait booster les ambitions de nombreux candidats pour les élections de mi-mandat en 2018 et aggraver les tensions à droite entre pro-GOP et anti-GOP
    • C’est un nouvel échec pour l’establishment du parti républicain, et notamment de Mitch McConnell, chef de la majorité républicaine au Sénat, qui ont investi des millions de dollars dans la campagne pour aider Luther Strange et « rassurer ses collègues qu’ils pourraient survivre l’ère Trump »
    • L’influence de Trump sur les électeurs de droite a ses limites: ses électeurs n’ont pas respecté sa consigne de vote malgré un meeting haut-en-couleur en Alabama la semaine dernière. Trump a gagné la candidature républicaine et les élections présidentielles en s’imposant comme un outsider anti-establishment – une posture qu’il a dû abandonner depuis qu’il est président pour faire passer son programme … qui ne passe pas, et qui pourrait lui poser problème lors des futures élections.

      * « After Alabama, GOP anti-establishment wing declares all-out war in 2018 »Washington Post 

 


4. Espionnage légal

 

  • Le Department of Homeland Security en charge de toutes les questions d’immigration a publié une nouvelle mesure dans le « Federal Register », le Journal Officiel américain, concernant les immigrés vivant aux Etats-Unis et ceux naturalisés américains, qui autorise à partir du 18 octobre prochain la collecte de toutes les informations disponibles sur leurs médias sociaux nécessaires à leur « fichier d’immigration ».

 

  • Il s’agit non seulement d’une violation de la vie privée, une entrave à la liberté d’expression et la porte ouverte à une éventuelle discrimination idéologique pour ceux qui aspirent à venir habiter aux Etats-Unis – Ou comment les médias sociaux peuvent être utilisés par le gouvernement au détriment de ses utilisateurs au nom d’une lutte contre le terrorisme qui n’a jamais encore fait ses preuves.* « People are worried about DHS Plans to Gather Social Media Info »Buzzfeed

 


5. Puerto Rico est une île et américaine

 

  • « Est-ce que Trump vient d’apprendre que Puerto Rico est américaine? » se demande sérieusement ce matin Jennifer Rubin dans le Washington Post devant le silence du président sur les ravages causés par l’ouragan Maria sur l’île des Caraïbes qui survit depuis est sans eau, ni électricité et dont 80% des terres cultivées sont aujourd’hui détruites.
  • Trump s’est réveillé hier soir après dîner, en évoquant la situation catastrophique de l’île, « qui souffrait déjà de mauvais infrastructures et d’une dette importante », « de milliards de dollars empruntés à Wall Street et aux banques et qui doivent être réglés ». Une référence à la crise économique à laquelle fait face l’île depuis plusieurs années mais qui n’a rien à voir avec la lenteur des secours face à la crise humanitaire.
  • Interrogé cet après midi sur la question, le président a affirmé que le gouverneur de l’île l’avait remercié pour l’excellent travail des autorités fédérales malgré les défis que posent l’envoi des secours sur une île, « au milieu de l’océan, qu’il est impossible d’atteindre en conduisant son camion »

 

 


6. Must Read: Mensonges à Twin Falls

 

Les articles des sites d’extrême droite sur l’affaire d’agression sexuelle

 

  • Durant l’été 2016, dans la ville de Twin Falls dans l’Idaho, l’agression sexuelle d’une jeune mineure blanche par deux jeunes réfugiés musulmans, également mineurs, a provoqué une vague de haine et de paranoïa sans précédent au sein de la population, à l’encontre des Musulmans, exacerbée la désinformation des médias d’extrême droite, le silence des autorités, la rhétorique raciste du candidat républicain, et même les publicités russes sur Facebook.
    « Ils sont incompatibles avec notre culture » a-t-elle affirmé. « Ils nous détestent. Ils ne veulent pas devenir Américains. Ils refusent de s’assimiler. Qu’est ce qu’il y a d’autre à voir? Quelle preuve de plus à apporter »
    C’était un meeting assez particulier mais Brown n’était davantage surpris. Quelques mois plus tôt, quand les militants anti-réfugiés ont commencé à s’organiser, il a essayé de comprendre leur point de vue. Il a lu Ann Coulter et a commencé à suivre des blogs anti-réfugiés. Ce soir là, tout ce qu’il avait lu, il l’entendait sortir de la bouche des voisins »

 

  • Les médias comme Breitbart se sont emparés du sujet pour mieux l’exploiter et servir leur idéologie raciste et anti-immigration laissant une communauté profondément divisée derrière elle et un journal local qui a sauvé la dignité de la ville. * « How Fake News Turned a Small Town Upside Down » – The New York Times magazine

 

 


7. Les news vont bien!

  • ABC, NBC et CNN crient victoire depuis la diffusion des audiences annuelles de leur programmes d’actualités s’en sont même vanté dans le Washington Post et le New York Times
  • Axios, le site d’informations spécialisé en politique et affaires lancé au début de l’année 2017 par l’un des anciens fondateurs de Politico, Jim VandeHei, et plusieurs de ses journalistes stars, Roy Schwartz, Mike Allen, Jonathan Swan, a décidé de retarder la mise en place de son abonnement annuel de dix mille dollars pour se concentrer sur la construction de la marque et la fidélisation des lecteurs.

    Schwartz n’a pas révélé quand l’abonnement serait lancé et quel genre d’informations il offrirait. Le défi pour l’éditeur est de trouver des informations assez uniques pour que des professionnels poussent leur entreprises à dépenser une telle somme.

    Axios compte 85 employés dont 40 dans la rédaction.

 

  • Le Washington Post profite de l’effet Trump et vient de dépasser le million d’abonnés en ligne, trois fois plus que les chiffre de l’an dernier.

 


8. IT, seconde partie

  • New Line, le label des studios Warner Bros, qui vient de réaliser la plus importante sortie jamais réalisée par un film (IT) lors d’un week-end de septembre (218 millions de dollars) a annoncé la sortie de la seconde partie en septembre 2019 sous la direction de Andy Muschietti.

9. La couverture du Jour

 

  • De Sports Illustrated sur la dernière polémique made-in-Trumplandia

14.04.17: A la une des quotidiens

 

On vous a sélectionné les gros titres, les histoires et perles des quotidiens nationaux et régionaux.

***

  • Deux cas d’excision de mineures à Detroit

    Elles pensaient qu’elles quittaient la ville pour un weekend entre filles.
    Les deux filles de sept ans, originaires du Minnesota, se sont installées dans un hôtel de Farmington Hills avec leur mère en février pensant que c’était des vacances spéciales.
    Mais au lieu d’aller visiter le zoo ou de faire du shopping, les enfants ont terminé dans un cabinet médical de Livonia, où un médecin a pratiqué sur elle ce que les autorités fédérales qualifient de procédure « barbare » et « horrible ». Elle leur a coupé les parties génitales selon des pratiques religieuses et culturelles qui cherchent à empêcher tout sexualité précoce, et répandue un peu partout dans le monde [surtout en Afrique].
    On a demandé aux filles de garder le silence et c’est le FBI qui a fait la découverte. Dans cette enquête de « premier ordre » des autorités fédérales contre la pratique de mutilation génitale, le Dr Jumana Nagarwala, 44 ans, de Northville, à été inculpée d’avoir mutilé les parties génitales de deux petites filles, même si l’intéressée a dû pratiquer la même intervention sur de nombreuses autres filles, y compris des enfants de Detroit.

    * « Metro Detroit Girls possibly mutilated, too »The Detroit Free Press

***

  • Hollywood ne rapporte rien à l’Alabama

    Depuis 2009 et malgré les efforts déployés par l’Etat qui a offert 26 millions de dollars de réduction d’impôts aux 57 films, séries télé et publicités tournés en Alabama, l’économie locale n’a pas profité de ce regain d’activité, centré sur la ville de Mobile, la seule qui possède un office spécialisé dans la liaison avec les studios de production du pays.
    Malgré le succès de « Get Out » [le dernier film d’horreur], les défenseurs de l’industrie du cinéma en Alabama craignent la réaction des parlementaires face à des rapports très critiques vis-à-vis du manque de retombées économiques et de la perte des revenus fiscaux engendrés par la loi dite « Alabama film Tax Credit ».

    * « Study puts film incentives in harsh light » – The Birmingham News

***

  • Des chaussures de courses dopées

    Dans le monde de la course, c’est le Saint Graal, mais le meilleur temps est toujours trois minutes en dessous [des deux heures de marathon].
    Pourtant avec une perspective marketing immense, Nike et Adidas sont en train de développer des chaussures dont le design pourrait faire la différence. Et Nike a même prévu d’organiser une course peu conventionnelle en mai prochain pour tenter le coup.

    * « Cracking the 2 hour marathon » – The Boston Globe

***

  • Les vacances, le cauchemar de certains mères de Chicago

    Plutôt que d’être un répit attendu entre les semaines de cours, le « spring break » (les « vacances de printemps ») est source de craintes dans certains quartiers de Chicago car davantage de temps libre signifie plus de chances pour les enfants d’être impliqués dans les violences incessantes de la ville. (…) Il y a trois ans, Manasseh, 39 ans, et d’autres femmes fatiguées des bains de sang ont décidé d’agir. En portant des T-shirts roses, elles installent des rangés de chaises le long d’une rue animée du quartier sud de Englewood, le plus dangereux de la ville, pour essayer de dissuader ceux qui voudraient y créer des problèmes.

    * « Moms sit in to deter spring break trouble »Chicago Tribune

***

  • Une cinquième victime identifiée des meurtriers Steven Gordon et Franc Cano

    La police a révélé l’identité jeudi d’une cinquième femme qui pourrait avoir été tuée par les deux hommes accusés d’avoir ciblé et assassiner des prostituées, une jeune fille de 19 ans qui aimait l’écriture et la poésie et qui aurait été entraînée dans la rue après vu combien ses amis pouvaient y gagner. Un suspect, Steven Gordon, a reconnu devant les enquêteurs, et même devant un jury durant le procès des meurtres des quatre autres femmes, qu’il était impliqué dans le meurtre d’une cinquième dont le corps n’a jamais été trouvé ou identifié.

    * « 5th Victim identified » – The Orange County Register

***

 

 

12.04.17: A la une des quotidiens

 

  On vous sélectionne les gros titres, les histoires et perles des quotidiens nationaux et régionaux.

***

  • Le gouverneur d’Alabama démissionne, finalement!

    On en a parlé dans le Kiosque du dimanche 09 avril: Le lancement de la procédure de destitution à l’encontre du gouverneur d’Alabama qui a utilisé les fonds et la force publiques pour essayer par tous les moyens que garder sa relation extra-conjugale, avec l’un de ses employées, secrète. Il a finalement démissionné au milieu de son second mandat de 53ème gouverneur du Cotton State pour arrêter la procédure, a été reconnu coupable de délits mineurs, s’est engagé à rembourser les fonds utilisés et à ne plus se représenter à une élection.
    Il a été remplacée par Kay Ivey, mardi 10 avril, deuxième femme à occuper ce poste après Lurleen Wallace (Jan. 1967-Mai 1968)
    L’intéressé, Robert Bentley, a tout perdu et entraîné dans sa chute, son mariage de cinquante ans, sa famille, ses amis, une partie de la classe politique de l’Etat qui l’a défendu, parfois par peur de représailles mais donné la chance à quelques uns de prouver leur intégrité auprès des Alabamiens.

    L’histoire est digne d’une comédie dramatique: Robert Bentley a été élu gouverneur d’Alabama en 2010 en partie grâce aux soutiens de groupes religieux et un semblant de proximité avec les citoyens de son Etat – c’était un dermatologiste reconnu. L’amour s’en est mêlé, et la technologie a fait le reste: Mr Bentley est tombée amoureux de Rebekah Caldwell Mason, toutes leurs communications textuelles étaient synchronisées avec la tablette qu’il avait laissé à sa femme – qui a pu lire en temps réel la progression de l’idylle de son mari.
    C’est sa femme qui a enregistré des conversations entre son mari et sa maîtresse, et que le gouverneur a tenté par tous les moyens de retrouver, utilisant les services des forces de l’ordre à cet effet et autres menaces contre des proches de sa femme. C’est elle qui a conservé tous les messages et les a donné aux enquêteurs.

    * « Alabama governor Robert Bentley resigns amid sex scandal »Press Register

***

  • Elections explosives en Géorgie

    Voir le Kiosque du 12.04.17 sur la candidature du démocrate Jon Ossoff
    Pour prouver combien les élections spéciales du 6ème district du Congrès américain dans la banlieue nord d’Atlanta sont importantes, Lynn et Sheila Keeney ont fait le trajet de cinq minutes en voiture jusqu’au bureau de vote de Marietta dans le comté de Cobb pour repartir bredouille. 
    La campagne qui fait la une des médias nationaux pour remplacer l’ancien Représentant Tom Price [désormais Secrétaire d’Etat à la Santé] rassemble 18 candidats dans ce que beaucoup ont décrit comme une mesure précoce de la présidence de Trump. Les Keeney, tous les deux septuagénaires, ne peuvent regarder la télé sans voir des publicités politiques dans un dernier pour effort avant les élections de mardi (…) Sauf qu’ils n’ont pas réalisé que leur adresse est en dehors des limites du 6ème district et ils ne sont pas les seuls (…)
    Les votes sont ouverts depuis le 27 mars et le flot des électeurs a été constant ce qui laisse penser que la mobilisation sera plus importante que d’habitude

    * « Enthusiast mounting for the 6th district »The Atlanta Journal Constitution

 

***

  • La fermeture des hôpitaux dans les campagnes américaines

    Quatre-vingt hôpitaux de proximité ont fermé leurs portes aux Etats-Unis depuis 2010, dont neuf pour le seul Etat du Tennessee, le chiffre le plus important derrière le Texas, et sans compter les dizaines qui sont aujourd’hui en sursis, « victimes des politiques fédérales de santé, les changements pratique médicale et la tolérance limitée des propriétaires de compagnies pour des lits et des pertes financières.
    Les conséquences de la perte d’un hôpital dans la ville de Brownsville ne sont pas seulement pratiques pour les patients et urgences, elles sont également sociales, économiques et humaines.

    * « In the Tennesse Delta, a poor community loses its hospital – and sense of security » – Washington Post

 

« Alabama , le Nouveau Détroit »

Cover Story de Bloomberg Businessweek sur les ravages de l’industrie des pièces automobiles dans le sud des Etats-Unis.

La renaissance manufacturière de l’Alabama est ce que Donald Trump et ses supporters recherchent pour le pays sauf que cette économie qui emploie 26 000 travailleurs et rapporte près de 1,3 milliards de dollars n’est pas sans risque.

Elle représente cette course de l’économie vers le fond. Les fournisseurs de pièces d’Amérique du Sud concurrencent les fournisseurs mexicains et asiatiques d’un toute petite marge. Ils promettent des délais de livraison impossibles à tenir et doivent payer des pénalités exorbitantes s’ils n’y arrivent pas. Les employés travaillent à un rythme infernal, six ou sept jours par semaine, des mois durant. Le salaire est bas, la rotation constante, la formation insuffisante et la sécurité, secondaire, ou lorsqu’un employé est grièvement blessé.
Beaucoup de problèmes liées aux conditions de travail dans les usines asiatiques se retrouvent aujourd’hui dans les manufactures du Sud.

L’industrie automobile, notamment dans la Rust Belt, bénéficie de la protection des syndicats qui assure davantage de sécurité et des salaires bien plus élevés; ce qui n’est pas le cas dans le domaine des pièces automobiles et qui plus est dans les Etats du Tennessee ou de l’Alabama.

L’année dernière, une jeune employée de vingt ans est morte accidentellement sur la chaîne en voulant réparer un problème mécanique.

Les archives de l’OSHA [Occupational Safety & Health Administration, une agence fédérale en charge de prévenir les accidents du travail] obtenus par Bloomberg parlent de chaire brûlée, de membres arrachés, de morceaux de corps démembrés et même d’une chute dans une cuve d’acide.
Des dossiers tout droit sortis de Upton Sinclair ou même Dickens.

Un employé de l’OSHA a pourtant été clair avec les dirigeants de ces usines: “[ce genre d’accidents] entache considérablement votre réputation. Les consommateurs américains n’achèteront pas des voitures entachées du sang des ouvriers américains”.

Les unes – Dimanche 12 mars 2017

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A la une des quotidiens américains dimanche 12 mars 2017

  • L’enfer des prisons d’Alabama

    Selon les derniers chiffres du Department of Correction d’Alabama datés d’octobre 2016, les prisons d’Alabama sont peuplées à 173% de leur capacités et contrôlées par la moitié seulement des effectifs nécessaires, par manque de moyens, ce qui rend les conditions de travail impossibles pour les gardiens de prison, de plus en plus rares: Violence, stress et des emplois du temps physiquement difficiles à tenir, douze heures en moyenne et jusqu’à dix-huit pour certains établissements.
    Ajouter à cela des salaires qui n’augmentent et voilà ce qui explique le regain de violence dans le système carcéral du « Cotton State » ces dix dernières années.

    * « It’s Killing People »The Press Register 

***

  • Tout est à vendre à LA, même la qualité des séjours en prison.

    Pour 18 250 dollars, Alan Wutzel, condamné à un an de prison pour agression sexuelle, a évité l’une des prisons de Los Angeles, parmi les plus violentes du pays, et passé six mois dans une « city jail » de Seal Beach en Californie, qui offre de nombreux aménagements comme un télé écran plat, un ordinateur et des lits neufs et propres. 

    C’est le programme « Pay-to-Stay », ces « prisons privées (il en existe 26 à Los Angeles) qui ont ouvert pour ceux qui ont les moyens de se l’offrir et qui permettent de désengorger les prisons de l’Etat. Sur les 3 500 prisonniers qui ont bénéficié de ce traitement spécial, à l’appréciation du juge, entre 2011 et 2015, 160 ont commis des crimes graves comme agressions,  violences domestiques, viols, viols sur enfants, pédophilie.

    Associations de défense des victimes et membres des forces de l’ordre dénoncent ce programme qui contredit le principe d’une même justice pour tous.

     

    * « Upgrade your jail cell – for a price »The Los Angeles Times

***

  • L’épidémie d’héroïne encore en une des quotidiens

    Encore un fait divers sordide sur une énième victime de l’épidémie d’héroïne qui ravage le pays depuis plusieurs années.
    Jordan King, une jeune mère de 25 ans, qui a grandit milieu favorisé avec des parents attentifs et aimants, a été laissée pour morte le 7 janvier dernier sur une route d’Indianapolis après avoir été trainée sur une vingtaine mètres par le chauffeur d’une voiture, rencontré lors d’un séjour en centre de désintoxication, avec qui elle était partie acheté de la drogue. Une fin brutale incompréhensible pour les parents, qui ont tout essayé pour sauver leur fille de la dépendance.

     

    La famille essaye de comprendre. Comment-est ce qu’une fille qui a grandit avec tous les avantages possibles a-t-elle pu développer une pareille addiction à l’héroïne? Qu’est-ce qu’ils auraient pu faire d’autres pour aider ? (…) Les décès provoqués par les overdoses d’opiacés ont doublé dans l’Indiana ces cinq dernières années et quasiment 4% des adultes en auraient déjà consommé, selon les donnés de l’Etat,

     

    Comme beaucoup d’adolescents américains, ça commence par la marijuana et l’alcool, puis les « prescriptions painkillers », ces anti-douleurs, ou opiacés de synthèse ultra puissants (Dilaudid, Fentanyl, Oxycodone) qui ont fait la richesse des laboratoires pharmaceutiques et provoqué une véritable épidémie partout dans le pays, chez les riches comme les pauvres, les urbains comme les ruraux, les femmes comme les hommes et les vieux comme les jeunes.

    Selon le docteur Krista Brucker interrogé par l’Indianapolis Star:

    Il existe un élément de race à ce qui est en train de se passer. Les problèmes d’héroïne ont rongé les communautés afro-américaines pauvres et urbaines pendant des décennies et pour être peu de gens s’y intéressaient. Aujourd’hui, ça affecte d’autres populations, surtout blanches et plus aisées, et on y prête plus d’attention. Mais une addiction aux pilules est très chère, d’où le recours à l’héroïne ».

     

    * « A brutal ending to young Avon mom’s descent into heroin addiction »Indianapolis Star


    Dimanche soir, sur la page d’accueil du New York Times, une autre tragédie familiale liée, cette fois-ci dans la zone rurale de Blanchester dans l’Ohio, l’un des Etats les plus touchés des Etats-Unis avec 2 106 overdoses liées à la consommation d’opiacés de synthèse recensées en 2014.

    La famille Winemiller a tout particulièrement souffert de cette épidémie puisque deux des trois enfants de la famille sont décédées d’une overdoses et que le troisième est clean depuis deux mois seulement. Le traitement de l’addiction est d’autant plus difficiles dans les campagnes isolés des centres de traitement.
    * « 2 of Farmer’s 3 overdosed. What of the Third – and the Land » – The New York Times