Le Kiosque du 02.05.17: Nouvelle extrême droite US – Bret Stephens au NYT – Milo Inc. – Lobby Lewandowski

 

  • le lobby de Corey Lewandowski

    L’ancien manager de campagne de Donald Trump, remplacé par Paul Manafort en juin 2016, lui même remplacé par Kellyanne Conway deux mois plus tard, est resté très proche du président – qu’il peut apercevoir depuis son bureau de Washington situé en face de la Maison Blanche. Après une courte carrière de commentateur sur CNN, il « conseille » aujourd’hui le secteur privé sur les différents moyens de défendre leurs intérêts auprès du pouvoir mais refuse de s’enregistrer comme un lobbyiste.

    Selon Politico, « non seulement il vend à ses clients du monde entier ses conseils en politique mais aussi des « face time » avec le président Trump, le vice-président Mike Pence et des membres de l’administration »

    Un document de la compagnie internationale de conseil de Corey Lewandowski donné à un politicien de l’Europe de l’Est promet d’arranger des rencontres avec des responsables de haut placés, y compris Trump, Pence, et autres membres clés de l’administration et alliés du président.

    Voici l’interview de Corey Lewandowski (à partir de 4’16 ») peu après l’investiture de Donald Trump réalisée par un journaliste du Guardian qui est « complètement dégouté » lorsqu’on lui demande si son entreprise n’est pas en contradiction avec la promesse du président de se débarrasser des puissants lobbys de Washington. (« Drain the Swamp »).

    * « Lewandowski’s firm appears to offer Trump meetings » – Politico
    Hope against hypocrisy as Trump joins the swamp – The Guardian

***

  • La Nouvelle Droite réactionnaire

    New York magazine

    * Importante enquête de New York magazine sur la « nouvelle droite », cette « puissante contre culture » qui a réussi à se hisser au pouvoir pour la première fois dans l’histoire politique américaine: « L’alt-right ou nouvelle droite » combine « les idéaux d’isolationnisme, de protectionnisme et de nationalisme », le tout saupoudré de « nativisme blanc », de militantisme « pro-hommes », d’antisémites, d’adolescents énervés et de théories du complot.

    C’est un mouvement qui est né en réaction à la présidence d’Obama, « à un président noir, à une femme candidate, à l’idée que la diversité et l’inclusion et la plupart des mouvements sociaux du 20ème siècle sont aux antipodes du progrès », que les minorités, dont font partie les femmes et les « forces de la technologie, de la mondialisation et de la finance » se sont imposés aux dépens « des anciens chefs du royaume » [hommes blancs].

    Le mouvement est réactionnaire, hostile à la modernité mais en utilise tous les ressorts technologiques et numériques, notamment les réseaux sociaux (les fameux trolls d’internet)

    * Leur « conception du monde entièrement basé sur le ressentiment » a des cibles privilégiées: Les immigrés, les « globalistes » (en faveur de la mondialisation), les « snowflakes » (les étudiants offensés par les blagues racistes, sexistes et homophobes), les féministes, les interventionnistes (pour une intervention de l’Etat dans les affaires du pays), les journalistes (ou les médias libéraux) et les élites (les « riches marionnettes d’un Occident en décadence »)

    Toute la semaine, on reviendra sur les différents thèmes de cette excellente enquête

    *  » Beyond alt. The extremely reactionary, burn-it-down radical, new fangled far right » – New York magazine

 

***

Dean Baquet, le rédacteur en chef du New York Times, a justifié l’arrivée de Bret Stephens, ancien commentateur du Wall Street Journal dans le comité éditorial par la volonté de faire valoir différents points de vue, et retenir la leçon du fiasco des élections présidentielles.

Un choix qui a fait couler beaucoup d’encre car Mr Stephens a tenu des propos très polémiques par le passé sur des sujets aussi sensibles comme Black Lives Matter ou encore l’épidémie de viol dans les campus américains. 
Sa première colonne, intitulée « Climate of Complete Certainty » sur le thème très cher aux libéraux américains du changement climatique, publiée à la veille de la grande marche pour l’environnement de Washington, a comme prévu défrayé la chronique.

Selon lui, le désastre de la campagne électorale de Hillary Clinton peut s’expliquer par l’importance qu’elle a accordé aux données statistiques et sondages – qui se sont révélés complètement faux – aux dépens du « vieil ordre des consultants politiques » devenu « obsolète ».
Le même raisonnement pourrait s’appliquer à certains militants écologistes dont les arguments sont plus alarmistes que leur confrères scientifiques.

Je ne renie pas le changement climatique et ses conséquences éventuellement catastrophiques. Mais les citoyens ordinaires ont aussi le droit d’être sceptiques vis-à-vis d’un scientisme démesuré.
(…)
Peut-être que s’il y avait moins de certitudes quant à l’avenir du climat, plus d’Américains seraient intéressés par une conversation raisonnée sur ce sujet. 

Les arguments de Stephens étaient faibles et les critiques ne se sont pas faites attendre (1 500 commentaires passionnés), certains abonnés ont même menacé de suspendre leur abonnement au quotidien et les autres journalistes s’en sont donnés à coeur joie (Slate, Washington Post, ThinkProgress)

* « Climate of Complete Certainty » – Brett Stephens / The New York Times
* « Who is afraid of Brett Stephens » – Politico magazine

 

  • somethingnice@nytimes.com
    Credit Lauren Tamaki

    Pas une blague. Pour essayer davantage de supporters de Donald Trump, le « Sunday Review » du New York Times a lancé un appel aux supporters du président pour qu’ils décrivent « les bonnes choses » accomplies par le Commander in Chief pour le pays.
    Une adresse email a été mis en place à cet effet et chaque semaine, on en apprendra davantage sur l’opinion de ces gens.

***

  • Milo Inc.

    L’ancien « journaliste » de Breitbart qui a fait de la provocation sa spécialité avant de tomber en disgrâce il y a deux mois après la diffusion d’anciens enregistrements dans lesquels il défendait les relations pédophiles – il a démissionné du site alt-right, la sortie de son autobiographie et une intervention à la CPAC ont été annulées – revient sur le devant de la scène médiatique avec Milo Inc. .
    L’idée? Continuer à lutter contre le politiquement correct, jeter de l’huile sur le feu des tensions existantes entre antifas et pro-Trump, notamment dans les universités, et essayer de se faire une place aux côtés d’autres institutions de la droite réac américaine: The Blaze, The Gateway Pundit, Infowars.

    Milo Inc veut transformer la vie des journalistes, professeurs, politiciens, féministes, militants de Black Lives Matter et autres victimes professionnelles en véritable cauchemar!

    * « Milo Yannopoulos is starting a new, ugly, for profit troll circus » – Vanity Fair

***

 

  • Agressions sexuelles dans les écoles américaines

    Une enquête de plus d’un an effectuée par des journalistes de Associated Press révèle que 17 000 agressions d’ordre sexuel auraient été perpétrées entre élèves dans les écoles primaires du pays entre 2011 et 2015 – un chiffre très important mais loin de refléter la réalité du phénomène car la plupart de ces agressions seraient passées sous silence par les professeurs, pas sanctionnées par l’établissement et ou encore réglées à l’amiable.

    Les établissements ne sont pas tenus de reporter les actes de violence sexuelle, et les dénoncer pourraient leur apporter des problèmes avec la justice, les plaintes des parents et lui infliger une mauvaise réputation.
    Le silence des autorités administratives peut pourtant avoir des conséquences catastrophiques sur les enfants. 

    Du viol à la sodomie, au sexe oral forcé ou des caresses non désirées, la violence sexuelle que AP a recensé est souvent interprété comme du harcèlement, bizutage ou relations consensuelles. Ca arrive partout où les étudiants sont laissés sans surveillance: toilettes, couloirs et vestiaires.
    Aucune école n’est immunisée qu’elle soit située dans une banlieue chic ou dans une ville d’ouvriers.

    Les statistiques montrent que ce genre d’incidents arrive au moment de la puberté, et que 80% sont caractérisées comme des « caresses non désirées », certaines agressions vont jusqu’au viol, comme les deux exemples décrits en détail dans l’article.

    Les journalistes vont même jusqu’à comparer les « agressions sexuelles » entre étudiants-enseignants et entre les étudiants eux-mêmes: « Pour chaque attaque d’un adulte envers un enfant dans un établissement scolaire, il y a sept agressions commises par des adolescents. »

     * « The Hidden Horror of Sex Assault by Students » – Associated Press

 

***

  • Couverture du Jour

Le kiosque du 29.04.17: Les cent jours les plus longs

 

 

  • So loooooooong

    • Tous les médias s’accordent sur un même point: Les premiers cent jours de Donald Trump ont été les plus longs, les plus dramatiques, frustrants, improbables
      Cent jours de Trump, c’est mille jours de Barack Obama, et comme rappelait le sketch des Simpsons diffusé cette semaine, on en est seulement à 6% des quatre ans que compte le mandat de l’administration.
    •  

    • Seule éclaircie au tableau: Donald Trump a reconnu à Reuters que l’exercice présidentiel était bien plus fatigant que ses anciennes responsabilités d’animateur de télé-réalité et de promoteur immobilier, donc il se pourrait qu’il renonce à un second mandat en 2020 – il aura alors 74 ans.
       

      J’aimais ma vie d’avant. J’avais tellement de choses à faire. C’est plus de travail qu’avant. Je pensais que ce serait plus facile

       

    • Pour avoir une idée précise de ce que Donald Trump a fait ces trois derniers mois, un bon résumé de Five Thirty Eight qui aborde les grands thèmes: l’assurance maladie, l’immigration, les politiques économiques, justice, l’environnement, la politique étrangère.
    •  

    • Buzzfeed nous récapitule les cent mensonges des cent premiers jours de Trump.
      Le président a commencé fort le lendemain de son investiture avec pas moins d’une dizaine de mensonges lancés par l’intermédiaire de l’autre star de la Maison Blanche, son porte-parole, Sean Spicer, dont les briefings quotidiens font désormais plus d’audience que les soaps opéra des débuts d’après midi – merci Facebook Live.
    •  

    • The Daily News décrit les accomplissements, les nombreux échecs, décrets présidentiels, discours, tweets, la nomination du juge de la Cour Suprême qui ont marqué les Cent Premiers Jours.
    •  

    • CNN a compilé de son côté toutes les « news alert » depuis le 20 janvier, six cent au total, soit une moyenne de six par jours.
    •  

    • Le Washington Post nous offre les meilleurs moments des Late Night Comedy Shows, particulièrement pertinents et drôles ces trois derniers mois et essentiels pour traverser le climat très lourd de ce début d’année – Plus particulièrement Saturday Night Live, Samantha Bee et Stephen Colbert.
    •  

    • Axios récapitule les Tweets de Donald Trump, et le plus « aimé » d’entre tous (394 000 « J’aime ») est l’un des plus modérés jamais écrit sur la « Women March » du 21 janvier qu’il a qualifié de « marque de fabrique de la démocratie
       
      Et nous donne des chiffres:
      Discours et remarques: 145 (dont 28 à l’aide d’un prompteur)
      Conférences de presse: 9
      Interviews: 28 (dont neuf avec Fox)
      Parcours de golf: 17
      Rencontres avec des leaders étrangers: 17
      Vols sur Air Force One: 28 /  Vols sur Marine One: 30
      Voyage aux Etats-Unis: 15  /  Aucune voyage à l’étranger
      Etats visités: 17
      Visites à Mar-a-Lago: 7 (et 25 jours au total)
      Proposition de lois entérinées: 28
      Décrets présidentiels: 30
    •  

    • La version officielle de la Maison Blanche est un must-watch: Un ensemble de clips d’émissions télé, bien entendu toutes célébrant le travail, les accomplissements, le rythme effréné imposé par Donald Trump, sur fond de musique très profonde.
       
      * « Trump says he thought being president would be easier than his old life » – Reuters* « What Trump has Done » – Five Thirty Eight
      * « 100 days of Trump » – The Daily News
      * « Every Alert CNN sent in Trump’s First 100 days » – CNN
      * « 100 days of Joke » – The Washington Post 

 

 

  • Une illustration géniale des Cent Premiers Jours

    Steve Brodner for The Washington Post

    Merci Steve Brodner pour cette illustration.
    Tout y est: Le FBI et son directeur James Comey (7), Vladimir Poutine (1) et l’ambassadeur russe à Washington (12) qui a rencontré dans le plus grand Michael Flynn fin décembre 2016 (14) précipitant sa démission, mais aussi Jeff Sessions, le ministre de la Justice (11).

    Tous les proches de Trump, Sean Spicer (31), les enfants du président (30, 25, 26), Kellyanne Conway (29), Devin Nunes (8) sont présents tout comme les défis politiques qu’il a du affronter avec Bachar Al Assad (16) et les attaques aériennes sur la Syrie (4), la débâcle de l’American Health Care Act (20), les manifestations (19), la Corée du Nord (9), la rencontre avec le président Chinois (18), la nomination du juge Gorsuch (21) et les raids de l’ICE contre les immigrés en situation irrégulière.
     
    * « An Illustrated guide to president Trump’s first 100 days »Washington Post

 

***

 

  • « Pourquoi les critiques de Trump devraient sourire »

    Le point de vue de Mike Allen dans sa newsletter de ce matin:

    Pour tous les lecteurs qui haïssent le président Trump et considèrent les cent premiers jours comme un échec sans nom, souvenez vous un instant du soir des élections. Vous êtes passés des larmes à la peur: Trump allait déporter des immigrés, bâtir un immense mur, remplir les agences fédérales de lèche-bottes. Il engagerait une guerre avec l’OTAN, et une guerre commerciale avec la Chine. L’Amérique comme on la connait aujourd’hui allait s’éteindre.
    Et bien, les cent premiers jours de Trump ont été un reality show sauvage, rempli de grandiloquence et d’intrigues. Mais si on sépare la rhétorique explosive des actions assez mitigées, les pires cauchemars n’ont pas eu lieu.
    America First ressemble davantage à du conservatisme conventionnel et ça aurait très bien pu être les cent premiers jours de Mike Pence. (…)
    Ceux qui devraient être les plus déçus de ces 100 premiers sont ceux qui espéraient des changements radicaux

     

***

    • Les autres problèmes de Flint, Michigan

      Le tableau que rapport la journaliste Julie Bosman de la ville de Flint, dans le Michigan est plus que déprimante. Depuis trois ans, date à laquelle la ville a décidé de changer la source d’approvisionnement d’eau potable du Lac Huron à la rivière Flint, dont les tuyauteries rouillées au plomb, ont empoisonné pendant des mois la population, les problèmes n’ont cessé de s’accumuler.
      Il a fallu des mois à la ville pour avoir à nouveau de l’eau potable: Entre temps des centaines d’habitants ont déserté la ville, laissant derrière eux des maisons vides, vandalisées et/ou dévalisées, qui ont dépassé dans certains pâtés de maison le nombreux de logements habités: 20 000 habitations doivent être détruites par la mairie.
      La violence est quotidienne obligeant les habitants à rester chez eux le weekend et la nuit tombée par peur d’une balle perdu ou pire d’un vol à main armée. La police ne s’aventure même plus trop dans ces quartiers, et la violence se propager.

      La mauvaise réputation de la ville a fait fuir ses habitants et avec eux nombre de ses emplois, devenus rares, ce qui donne une raison de plus aux habitants de partir.
       
      * « On this block, Worries run deeper than Flint’s tainted Water » – The New York Times

     

  • ***

    • Un conservateur au new York Times

      Le départ de l’éditorialiste Bret Stephens, après seize ans au Wall Street Journal vers le New York Times a fait couler beaucoup d’encre.
      Pas à cause de la position anti-Trump de Mr Stephens, qui a remporté le Pulitzer de l’éditorial en 2013, ni sa capacité à parler de politique, de relations internationales, de culture et de business » mais parce que ses positions sont clairement à droite et plutôt polémiques: sur les risques du changement climatique, l’épidémie de viol dans les campus américains ou encore Black Lives Matter.

      Comme le rappelle Vox qui a interviewé Mr Stephens, l’ajout d’un élément de droite dans le comité éditorial du New York Times importe car « ses opinions définissent le cadre du débat national et ses membres tendent à y rester pendant des décennies. Donc les croyances de Stephens vont avoir un impact important sur le discours dans ce pays – même si son employeur promeut le quotidien comme l’avant garde de la résistance de Trump. »
      Ce sont les sujets de société qui divisent généralement les progressistes des conservateurs:

      * L’épidémie de viol dans les campus américains: Pour le journaliste, les statistiques selon lesquelles une étudiante sur cinq est agressée sexuellement dans les campus américains est « très douteux » et il existe une différence entre un baisé volé et un viol – donc le terme « épidémie » est employé à mauvais escient.
      * Concernant le changement climatique, Stephens reconnait que la hausse des températures (1,7 degrés depuis 1880) est la conséquence de l’activité humaine sur l’environnement, mais rien n’indique que cette tendance va continuer et il est dangereux d’exagérer les dangers du phénomène qui reste fondé sur des prédictions.
      Toutes les ressources humaines et financières ne devraient pas être dévouées à ce seul problème.

      * « La maladie de la mentalité arabe », c’est l’antisémitisme qui ronge le monde arabe, qu’il soit privé ou sponsorisé par les Etats, et dont on ne parle pas assez dans les médias.
      * Black Lives Matter: Il reprend l’argument traditionnel selon lequel « toutes les vies comptes », et bien entendu, celles des noirs et défend le « Ferguson Effect », l’idée selon laquelle le regain d’attention porté sur la police, à la suite de la mort de Michael Brown à Ferguson en 2014 dans le Missouri, a provoqué une recrudescence des crimes aux Etats-Unis, car les forces de l’ordre ne peuvent plus utiliser la force comme elles l’entendent, sous peine d’avoir les associations de défenses des droits civils derrière elles.
       
      * « The NYT’s new columnist defends his views on Arabs, Black Lives Matter, campus rape » – Vox
      *  « Let’s read New NYT Columnist Bret Stephens’ No Good, Very Bad Vox Interview » – Slate

     

  • ***

    • Kate MCKinnon: Star de Saturday Night Live

      Le site GQ revient sur le succès de la comédienne Kate McKinnon qui est devenue en quatre ans la vedette de Saturday Night Live, grâce notamment au personnage d’Hillary Clinton qui lui a valu un Emmy Award, a obtenu l’un des premiers rôles dans Ghostbusters de Paul Feig l’année dernière.
      Elle aussi bonne à jouer des personnages masculins (Jeff Sessions, Justin Bieber) que féminins (Kellyanne Conway), vieux et jeunes, et GQ nous offre une sélection des meilleurs sketchs de cette 42ème saison de SNL qui se termine à la fin du mois du mai, et qui restera la saison la plus réussie de ces vingt dernières années.
      * « Everytime Kate McKinnon was the MVP of of Saturday Night Live » – GQ

     

    • Les quotidiens du samedi 29 avril 2017