14.09.17

 

1. Le « A » word.

 

  • #Amnesty Don était la tendance de Twitter hier soir après l’annonce d’un accord entre Nancy Pelosi et Chuck Schumer, les chefs des minorités démocrates de la Chambre des Représentants et du Sénat et Donald Trump sur DACA, autour d’un dîner qui avait fait jaser un peu plus tôt dans la journée chez les Républicains et pour cause: Il aurait trouvé un terrain d’entente avec l’opposition pour remplacer le programme de protection temporaire des jeunes migrants, le DACA qu’il avait décidé de supprimer avec perte et fracas il y a dix jours. Ce matin les « Dreamers » étaient aux yeux du président « de jeunes individus diplômés, accomplis et bons qui travaillent. »
  •  

  • Conscient d’une côte de popularité qui ne peut descendre plus bas – elle tourne autour de 33% – Trump a joué la stratégie politique classique en choisissant une décision soutenue par la grande majorité de la population (88% des Américains s’agissant du DACA) mais en risquant tout de même de s’aliéner sa base électorale la plus extrême.
  •  

  • Ca n’a pas raté: on a immédiatement assisté à une vague d’indignation de la droite pro-Trump: médias et politiques ont accusé le président de trahir sa base électorale en amnistiant les « dreamers » (c’est Breitbart qui a choisi ‘Amnesty Don’ en référence à Lyin’ Ted et Lil’ Marco utilisé par Trump pendant la campagne) sans avoir pu assurer le financement du mur. Car les Démocrates ont également affirmé que le financement du mur n’était pas inclus dans l’accord; des conclusions peut être trop hâtives et démenties par la Maison Blanche mercredi soir et par Donald Trump sur Twitter jeudi matin.
    Le président l’a répété cet après midi: il n’y aura pas d’amnistie des « dreamers » si le financement du mur n’est pas accepté.

 

  • A retenir: Pour la première fois depuis huit mois, Donald Trump arrive à conclure des accords car il négocie directement avec les Démocrates sans passer par les Républicains, minés par les courants et luttes d’influence au Sénat et à la Chambre des Représentants.

 


2. Donald, le président en téflon

 

  • Les médias grand public ne cessent de mettre en garde les Démocrates: critiquer Donald Trump, dénoncer son manque de résultats, brandir les collusions avec la Russie pendant la campagne ne leur permettront pas remporter les élections de mi-mandat dans un an. Aussi incroyable que cela puisse paraître, malgré les six premiers mois catastrophiques de son administration, ses dérapages sur Twitter, Trump est toujours considéré comme un « outsider » qui bouscule le système, que les électeurs apprécient et que les Démocrates sont incapables de fragiliser.
    Pire encore: La plupart des idées lancées par des leaders de gauche pour tenter de récupérer les électeurs perdus – l’université gratuite, hausse du salaire minimum à 15 dollars, et même l’assurance santé universelle  – sonnent creux chez ceux qui n’appartiennent pas à la base.

 

  • « Les gens pensent qu’il apporte du changement donc c’est difficile de dire qu’il ne tient pas ses promesses » explique la sondeuse démocrate Celinda Lake, et c’est bien toute la complexité du phénomène Trump.« Teflon Don confounds Democrats » – Politico

 

 


3. The Red Pill

 

  • Fox News s’est fait l’écho cette semaine d’un nouveau phénomène, ignoré dans les médias grand public, celui du nombre croissant de libéraux qui « prennent la pilule rouge ». En anglais, « taking the red pill » fait référence aux « gens de n’importe quel âge et n’importe quelle ethnie qui postent des vidéos sur YouTube décrivant leur « red pill moment »: la prise de conscience qui les a poussé à rejeter les idées de gauche imposées depuis leur enfance par les amis, les enseignants, les médias d’information et de divertissement ». La « red pill » renvoie au film Matrix Matrix, au cours duquel Keanu Reeves doit choisir entre la pilule bleue qui va le renvoyer dans l’ignorance et la rouge qui va l’amener « à poursuivre sa quête et à se réveiller, sachant qu’il s’agit d’un voyage sans retour et potentiellement douloureux vers la connaissance et la fin de l’illusion. » (Les Observateurs).
    L’exemple cité par Fox News est plus terre-à-terre, il s’agit d’une afro-américaine, surnommée « Red Pill Black », qui affirme « [se foutre] de Charlottesville, du KKK ou des suprémacistes blancs » qui ne sont qu’un fantasme des libéraux plus qu’une véritable menace.

 

  • Autre exemple de « red pill », c’est celle insidieusement administrée à des jeunes internautes crédules par des personnalités qu’ils admirent: Le suédois PewDiePie, le plus célèbre joueur de jeux vidéos sur YouTube (sa chaîne a 57 millions d’abonnés) et provocateur assidu a récemment provoqué un tollé en prononçant le « n-word » lors d’une démonstration qui a entraîné la réaction indignée de ses supporters, pour qui ce dérapage ne fait pas de lui un raciste.
    Mais ce n’est pas la première fois que la star de YouTube est sanctionnée pour des propos déplacés: Disney et Youtube ont annulé leur collaboration avec lui après que le Wall Street Journal a trouvé sur son compte de 57 millions d’abonnés neuf vidéos comprenant des blagues antisémites et imageries nazies.
     
    Pour Media Matters:

    [PewDiePie a développé une relation symbiotique avec les trolls influents de l’alt-right qui le soutiennent activement en essayant en même temps d’influencer ses propos et d’attirer un peu plus de supporters dans leurs rangs (…) Parmi ses abonnés figurent des personnalités influentes comme Alex Jones et Mike Cernovitch qui affirment que le backlash dont il est victime est le résultat d’une attaque injuste des médias mainstream et ceux qui se sentent offensés, les « guerriers de la justice sociale ».

 


4. Le « Chad »

 

  • Nouvelle lubie de l’alt-right américaine repérée dans l’excellente newsletter de Will Sommer sur les médias conservateurs, Right Richter, le « Chad », qui signifie en slang, l’argot américain, un jeune blanc citadin, diplômé et célibataire d’une vingtaine d’années originaire d’un milieu aisé.
    Ce genre de « frat boy », archétype du populaire quarterback américain, représenté par des memes le comparant aux « puceaux faibles et sans allures » souvent libéraux ou républicains modérés inonde les communautés alt-right présentes sur le site de partage 4Chan.
    Mais pour beaucoup, le « Chad » est « pour formuler simplement, un mec mignon qui n’a aucun problème à attirer les filles »
     

 

 


5. Les coûts de l’épidémie

 

  • L’épidémie d’opiacés (héroïne, fentanyl et anti-douleurs prescrits sur ordonnance) qui ravage les Etats-Unis ces dernières années a un coût humain de plus en plus lourd – 62 000 morts par overdoses en 2016 – mais elle a également des conséquences financières catastrophiques dans certains Etats, comme la Virginie Occidentale, et sur l’économie du pays en général.
    Howard Birnbaum interrogé parle New Yorker:

    Ce sont pas seulement les employeurs et les employés qui perdent en productivité mais c’est l’ensemble de la société civile. Si les gens n’ont pas d’emplois, ils n’ont pas d’argent à dépenser au supermarché, en essence. C’est le vieil effet multiplicateur: le fardeau socio-économique ne se limite ni à l’individu, ni à de l’entreprise mais à la communauté toute entière.

     

  • Une estimation de coût de l’épidémie tournait autour de 78 milliards de dollars en 2013 sachant que les toxicomanes, les overdoses et décès ont doublé depuis trois ans.

 


6. ESPN vs Trump

 

  • Des journalistes qui critiquent le président, ça arrive tous les jours. Des journalistes qui le qualifient de « suprémaciste blanc » qui « s’est surtout entouré d’autres suprémacistes blanc », c’est plus rare. Une porte parole de la Maison Blanche, Sarah Sanders, interrogée en conférence de presse sur les propos de la journaliste afro-américaine Jemele Hill, qui appelle son patron, la chaîne sportive américaine ESPN, à la virer, c’est du jamais vu.
  •  

  • Résultat des courses: Jemele Hill s’est excusée auprès de ESPN pour l’avoir mis dans l’embarras, ESPN a accepté les excuses sa journaliste star en rappelant qu’elle avait le droit d’exprimer ses opinions personnelles sauf sur une plateforme qui puisse faire penser qu’elle parle en leur nom.
  •  

  • Les propos de Jemele Hill sont partagés par beaucoup de journalistes et commentateurs afro-américains dont le plus influent d’entre eux, Ta-Nehisi Coates affirmait la semaine dernière dans un essai que l’idéologie de Trump est la suprématie blanche 

 


7. Sean Spicer sur Jimmy Kimmer

 

  • Notre mascotte nationale, Sean Spicer, ancien porte parole – haut en couleur – de la Maison Blanche a donné sa première interview à Jimmy Kimmel Live et c’est très drôle 
     

 


8. Must Read: Le nouvel art de la guerre russe

  • La cover story du dernier New York Times magazine sur les organes d’informations russes officiels tels que RT ou Sputnik, présents dans tous les pays occidentaux et que Poutine utilise pour essayer de « casser le monopole mondial de l’information anglo-saxone:
     

    La transformation et l’accélération des technologies de l’information, affirme Peskov [porte parole du Kremlin] ont différencié l’économie mondiale de sa valeur réelle. La perception seule peut influencer les marchés voire les effondrer: « Nous n’avons jamais observé de bulles comme celles présentes dans la première économie mondiale, les Etats-Unis ». Ce nouveau flux d’informations a produit de nouveaux conflit d’intérêts et qui s’est transformé en une guerre de l’information.
    Peskov affirme que cette guerre de l’information n’est pas le choix de la Russie qui n’a fait que « se défendre » en citant « les révolutions de couleur » des Etats d’Europe de l’Est et d’Asie centrale qui ont écarté du pouvoir les gouvernements pro-russes d’Ukraine [Révolution Orange en 2004], de Géorgie [Révolution des Roses] et du Kirghistan [Révolution des Tulipes en 2005] au milieu des années 2000. La Russie accuse les ONG américaines d’avoir fomenté ces bouleversements. Mais aujourd’hui, comme le soutient Pesko, un simple compte Twitter peut bouleverser l’ordre géopolitique mondial. « Maintenant, tu peux toucher des centaines de millions de personnes une minute ».

    « RT, Sputnik and Russia’s New Theory of War » – New York Times magazine


9. Couverture du jour

12.09.17

 

1. Détecteur de mensonges

 

  • Selon Axios, Jeff Sessions, ministre de la justice, veut soumettre individuellement la centaine d’employés du Conseil National de Sécurité au détecteur de mensonges pour identifier et punir ceux qui ont fourni au Washington Post les transcriptions des conservations privées du président avec des leaders étrangers et dénoncées par l’ensemble de la classe politique.
  • Une mesure drastique pour tenter de limiter les fuites qui inondent la Maison Blanche, les services de renseignements et agences fédérales depuis l’investiture et qui ont poussé Trump a critiqué publiquement Sessions, pourtant l’un de ses premiers supporters.  

 


2. Portraits manquants

 

  • Plus de sept mois après la transition entre les deux administrations, « les portraits du président et du vice-président sont encore absents de milliers de tribunaux, cours de justices, laboratoires, infrastructures militaires, ports, ministères, et ambassades partout dans le monde ».
     

    Les agences fédérales ont commandé ces photos il y a des mois mais attendent toujours que le Bureau d’impression du gouvernement (GPO) des Etats-Unis, en charge des portraits officiels, les envoie à l’Administration des Services Généraux (GSA), propriétaire et locataire de 9 600 bureaux fédéraux à travers le pays.
    Le GPO affirme ne pas avoir encore reçu les images de la Maison Blanche. Et la Maison Blanche affirme que le président et le vice président n’ont pas encore décidé quand est ce qu’ils se prêteraient à l’exercice de la photo officielle, une tradition qui remonte à la guerre civile.

     

  • Celle de Bill Clinton avait mis près d’un an avant d’être accroché dans les immeubles du gouvernement américain.

 


3. Sagesse papale

 

  • Dans son avion en provenance de Colombie, le pape François a évoqué les deux derniers ouragans qui ont touché les Etats-Unis comme ne l’ont pas fait l’administration Trump: En dénonçant le changement climatique qui rend plus fréquent et plus violent ce genre de catastrophes naturelles selon le consensus d’une majorité de scientifiques à travers le monde.
    Reuters rapporte les propos du souverain pontife qui diffèrent de beaucoup de conservateurs américains, pourtant très religieux:

    Le pape François a affirmé que la dernière vague d’ouragans devrait pousser les gens à comprendre que l’humanité va s’éteindre si rien n’est fait contre le changement climatique et que l’histoire jugera ceux qui ont renié la science (…)
    On peut observer les effets du changement climatique et les scientifiques ont clairement affirmé qu’il existait un chemin à suivre, en faisant référence à un consensus de scientifiques selon lequel le réchauffement climatique est causé par l’activité humaine telle que l’extraction de combustibles fossiles. »

 

  • Le pape François a également affirmé que la suppression du DACA, le programme de protection des migrants arrivés illégalement sur le territoire américain lorsqu’ils étaient enfants n’est pas « pro-vie »

 


4. « Sept jours d’héroïne »

 

  • Le Cincinnati Enquirer a envoyé soixante journalistes couvrir une semaine ordinaire dans la « situation extraordinaire » à laquelle fait face aujourd’hui l’Ohio, l’un des Etats les plus touchés par l’épidémie d’overdoses d’héroïne et d’antidouleurs qui a fait plus de 60 000 morts l’année dernière aux Etats-Unis.

 


5. La faute aux drogues ou au désespoir?

 

  • En décembre 2015, deux chercheurs de Princeton, Anne Case et Angus Deaton, ont publié une étude décrivant une hausse de la mortalité chez les blancs américains d’age moyen et sans diplômes causée par une recrudescence de suicides, overdoses de drogues, problèmes liés à l’alcool; un phénomène qualifié dans un second rapport diffusé en 2017 de « mort par désespoir« .
  • De nouvelles recherches ont depuis isolé la forte augmentation de décès par overdose chez les 45-54ans, dernière génération de baby-boomers, directement causée par l’épidémie d’héroïne et d’opiacés qui affaiblit économiquement les régions les plus touchées, celles qui ont fait l’objet de campagnes agressives de promotion des anti-douleurs par les laboratoires pharmaceutiques à la fin des années 90 et de médecins ignorants de la dangerosité de ces médicaments.
     

    Ces drogues ont provoqué toute cette misère et c’est tragique mais il y a des raisons d’espérer puisque les épidémies d’héroïne tendent à décliner.
    Mon collègue Stephen Mihm a décrit comment la crise des opiacés du 19ème siècle à diminuer au fur et à mesure que les médecins ont compris les dangers de la morphine et de ses dérivés. Les prescriptions d’anti-douleurs sont en train de diminuer – même si des substituts illégaux continuent de faire augmenter le nombre d’overdoses.
    Ca ne va pas être facile, ça va prendre du temps, mais ça passera.

  • « Which came first, the opioids or the despair? » – Bloomberg Businessweek

 


6. Wall Street Journal … we have a problem

 

  • L’institution new yorkaise, qui a vu des dizaines de reporters, éditeurs et employés quitté la rédaction cette année, est vivement critiquée en interne pour la couverture parfois trop complaisante à l’égard du président, imposée par le rédacteur-en-chef Gerard Baker et en amont par le propriétaire, Rupert Murdoch, ami personnel de Trump, qui semble vouloir privilégier son « accès direct au pouvoir [du président] » plutôt que l’intégrité de son quotidien et de son staff.
  •  

  • « Les rédacteurs et journalistes du bureau politique doivent faire face aux interventions constantes de Gerry [Baker] ou doivent arrondir les angles de leur articles à l’avance pour lui faire plaisir (et par extension, pour contenter Murdoch) » explique au Guardian un ancien journaliste.
    A tel point que des emails de Baker, demandant à la rédaction de rapporter et non pas de critiquer les propos incendiaires du président lors d’un meeting à Phoenix en août dernier, ont été publiés par leur adversaire, le New York Times cet été
  •  

  • Pour sa défense, le porte parole du journal affirme « couvrir l’administration Trump comme toutes les autres, sans parti pris, ni faveur. A un moment où les relations entre le gouvernement et les médias n’ont jamais été tendues, l’intérêt du journal pour une couverture factuelle et objective est essentielle. L’obligation d’être juste est la raison pour laquelle le journal est considéré comme le plus fiable des Etats-Unis. »

 


7. Reconnaissance sexuelle

 

  • Conscient des dérives que représente l’usage de plus en plus courant du système de reconnaissance faciale dans la vie quotidienne (vidéo-surveillance, biométrie, robotique, téléphones portables), deux chercheurs de Stanford « on décidé de vérifier si cette technologie pouvait identifier l’orientation sexuelle des individus uniquement grâce à leur visage. Ils ont passé en revue plus 35 000 photos d’homos et hétérosexuels sur un site de rencontre en ligne et les ont rentré dans un algorithme qui enregistre les différences, même les plus minimes, des aspects de leur visage. Ils demandent ensuite au logiciel de déterminer l’orientation sexuelle des portraits sélectionnées au hasard. »
     

    Et les résultats sont déconcertants. Selon l’étude, publiée la semaine dernière, l’algorithme était capable de reconnaître correctement un gay d’un hétéro dans 81% des cas et une lesbienne d’une hétérosexuelle, dans 71% des cas, bien mieux qu’un jugement humain. Etant donné l’importance de cette technologie, les chercheurs ont noté que leurs recherches avaient mis en avant une menace contre la vie privée et la sécurité des gays et lesbiennes.

     

  • « Researchers use facial recognition tools to predict sexual orientation. GBT groups aren’s happy »Washington Post

 

 

 


8. Rotten Hollywood

 

  • Pour Hollywood, ce ne sont pas les studios et leur manque de créativité qui sont responsables de l’un des pires étés du Box Office américain depuis vingt ans, c’est Rotten Tomatoes, le site consacré aux critiques et informations sur les films, qui serait trop méchant à l’égard de leurs navets rapporte le New York Times:
     

    Le business a été tellement mauvais que les trois grandes chaînes de cinéma ont perdu quatre milliards de dollars de valeur de marché depuis mai.
    Prêt pour la partie la plus alarmante? Hollywood accuse un site internet d’en être responsable: Rotten Tomatoes (…) Certains représentants des studios reconnaissent que certains films récents – mais quelques uns seulement – étaient mauvais. Du mauvais marketing a pu jouer un rôle d’autres cas en plus de la compétition de Netflix et Amazon. Mais la plupart des accusations pointent vers Rotten Tomatoes qui accumulent des centaines de critiques pour donner aux films des résultats « frais » et « pourris » dans leur Tomatomètre. Le site est très populaire puisqu’il a attiré 13,6 millions de visiteurs en mai, 32% de plus que l’année précédente.

 


9. Couverture du jour

 

  • C’est le nouveau numéro de Variety consacrée à l’une des stars de l’ère Trump, Stephen Colbert, qui « grâce à une satire brillante de Donald Trump » a capturé le « trône des émissions de fin de soirée » et présentera la plus importante soirée consacrée à la télé, les Emmy Awards, dimanche soir.
     

07.09.17

 

Les Républicains en colère

  • Donald Trump s’est mis le parti républicain à dos hier en décidant, contre toute attente, de s’allier avec Chuck Schumer et Nancy Pelosi, respectivement chefs des minorités démocrates de la chambre haute et basse du Congrès américains pour augmenter le plafond de la dette jusqu’en décembre prochain – l’accord avait été rejeté plus tôt dans la journée par Paul Ryan, le porte parole républicain de la Chambre des Représentants qui proposait lui une extension de dix huit mois. – The New York Times
     

    « Après des semaines passées à critiquer les leaders républicains sur leur incapacité à faire voter des lois, Trump a montré qu’il était prêt à franchir les lignes partisanes pour rapporter des victoires législatives (…) Jusqu’ici, M. Trump a cherché à gouverner avec les majorités républicaines de la Chambre des Représentants et du Sénat, une approche qui ne lui a pas permis de remplir des promesses comme l’abrogation d’Obamacare. Après avoir accusé les Démocrates d’être des « obstructionnistes », Trump cherche désormais à s’entendre avec les Démocrates sur des sujets où ils partagent un intérêt commun comme les projets d’infrastructure, l’immigration ou les impôts.

     

  • La veille, Donald Trump s’est dit prêt à négocier avec les Démocrates pour trouver une solution légale à la protection des « dreamers »: « Chuck [Schumer] et Nancy [Pelosi] voudraient arriver à quelque chose, et moi aussi » sans mentionner sa  propre majorité.
  • L’accolade entre Schumer et Trump immortalisée.

 


« Usine à trolls »

  • La direction de Facebook a révélé avoir vendu près trois milles posts publicitaires à une entreprise russe – véritable « usine à trolls » – liée au Kremlin durant la campagne présidentielle 2016 pour un montant total de cent mille dollars.
    Diffusées « entre juin 2015 et mai 2017″, les publicités ne ciblaient aucun candidat en particulier mais évoquaient des problèmes sociaux controversés (la race, droits des homosexuels, du contrôle des armes de l’immigration) sur 470 comptes et pages différentes » que Facebook a interdit depuis.

     
  • Même si cent mille dollars représente « un tout petit montant qui a sans doute eu peu d’effet sur le résultat des élections », c’est un exemple de l’effort déployé par les autorités russes durant la campagne présidentielle américaine pour tenter d’influencer le résultat des élections en faveur de Donald Trump et aux dépens d’Hillary Clinton.
    A savoir maintenant si cet effort à été guidé par des individus aux Etats-Unis

 


Les chiffres catastrophiques de l’épidémie d’opiacés

 

  • Les derniers chiffres de l’une des pires crises sanitaires qui frappe les Etats-Unis sont catastrophiques:
     

    Environ 64 000 Américains sont morts d’overdose l’année dernière – une hausse de 22% comparée aux 52 404 recensés en 2015 – selon les premières estimations du gouvernement. Les overdoses tuent désormais plus d’Américains que l’épidémie de HIV en 1995, et bien plus que les armes ou accidents de voiture aujourd’hui

     

  • L’arrivée en force du Fentanyl, dont le potentiel analgésique est cent fois plus puissant que la morphine, a aggravé l’épidémie en causant à lui seul la mort de 20 000 personnes en 2016, soit un tiers des décès liés à la consommation de drogues.
  •  

  • Dan Ciccarone, professeur à l’Ecole de médecine de UCLA à San Francisco:
     

    Il s’agit d’une tripe épidémie qui cumule des vagues de décès liées à la consommation de différents types d’opiacés. La première a commencé dans les années 90 avec la prescription des anti-douleurs. La seconde, due à l’héroïne, a commencé autour de 2010 avec des overdoses liées à la consommation d’héroïne qui ont triplé. Aujourd’hui ce sont des overdoses liés aux opiacés de synthèse, y compris le Fentanyl et ses dérivés produit illégalement, qui représentent la troisième vague avec des décès par overdoses qui ont doublé entre 2013 et 2014


« Horrorcane »

 

  • Irma, l’ouragan de catégorie 5 qui a dévasté les Antilles devrait toucher les côtes américaines samedi matin:

    L’ouragan Irma est plus large et plus puissant que ne l’était Andrew et pourrait devenir la tempête que les habitants de Miami, porte d’entrée dynamique vers l’Amérique latine, pensaient ne jamais voir arriver.

 


Mobil-ville

 

  • Les 18 000 habitants de la petite ville suédoise de Kiruna ont été déplacés de force pour laisser place à l’exploitation d’un des gisements de minerai de fer les plus riches de la planète, utilisé notamment par BMW pour la construction de ses berlines et Apple pour ses Iphones.
     

    Tous les habitants de Kiruna étaient au courant de la possibilité d’être évacués pour accommoder l’expansion graduelle de la mine. Mais en 2004, LKBA [l’exploitant de la mine] a informé le gouvernement local que pour continuer à exploiter la mine, le minerai de fer devrait être extrait bien plus en profondeur, au risque de rendre instable une importante partie de la ville, y compris le centre ville. C’est là qu’a commencé le projet audacieux, compliqué et toujours en cours de déplacer le coeur de Kiruna, ses cinq mille maisons et sept cent mille mètres carrés d’espaces résidentiels et commerciaux, à trois kilomètres à l’est. La plupart des structures vont être détruites et reconstruites, mais dans certains cas – les maisons les plus anciennes par exemple ou l’église en bois, considérée un temps comme l’un des plus beaux monuments de Suède – seront désassemblées ou transportées tels quels à Kiruna 2.0

  • « How to move a town »Bloomberg Businessweek

 


Une ville à vendre

 

  • La ville de Mustang au Texas a été mise en vente pour quatre millions de dollars. La propriété de trente hectares possède quelques mobil-homes, un magasin, une station d’épuration, un immense hangar de 650 km2, un camion de pompiers. L’idée est de trouver « le bon propriétaire » pour essayer de faire renaître une communauté. Daily Mail

 


46 ans derrière les barreaux

  • Leslie Van Houten, 68 ans, dont 46 passés dans une cellule de la prison pour femmes de Chino en Californie pour les meurtres de Leno et Rosemary LaBianca en 1969 a obtenu une seconde liberté conditionnelle, un an après que la première ait été rejetée par le gouverneur de Californie, Jerry Brown.
    C’est la dernière survivante des « girls » de la famille Manson, et la plus ancienne prisonnière des Etats-Unis.

 

 


Couverture du jour

  • Hillary Clinton pour la sortie de son dernier ouvrage, « What Happened », sorti cette semaine et consacré aux élections présidentielles et à la pire défaite de sa carrière, du parti démocrate et du pays:
     

    Tu peux rejeter la faute sur les données, sur le message, sur à peu près tout – mais j’étais la candidate.

Le kiosque du 03.08 17

 

1. Le coup de gueule du Jour

 

 

 


2. L’administration s’attaque à l’immigration

 

  • Pour résumer – Axios:

    Le président Trump a soutenu la proposition de loi des Sénateurs républicains Tom Cotton et David Perdue qui réduire le taux d’immigration de moitié ces dix prochaines années en donnant la priorité aux employés qualifiés, et réduisant les visas offerts par la loterie et l’accueil des réfugiés.

    L’idée est d’aider les travailleurs américains à trouver du travail sans la concurrence étrangère: une rupture de la politique d’immigration traditionnelle des Etats-Unis et qui créé la polémique même chez les Républicains.

    En 2013, la réforme de l’immigration du Sénat, dite « Gang of Eight » – proposée par les Républicains John McCain, Lindsey Graham, Marco Rubio et Jeff Blake – qui avait échoué à la Chambre des Représentants, est l’antithèse de celle proposée par le président cette semaine.

     

 

 

  • Pour d’autres, cette proposition est nécessaire:

    Des politiciens de tout bord ont accusé la proposition d’être anti-démocratique, anti-américaine et économiquement mauvaise. Beaucoup affirment qu’il est mieux d’avoir plus d’immigrés que pas assez. Ces conclusions hâtives sont exagérées et sans fondement. La politique d’immigration a besoin d’être réformée, et si l’on étudie bien la proposition de loi, ça ne peut qu’être bénéfique pour l’économie du pays à long terme, et ça élimine des éléments qui sont difficiles à défendre.

    Le système actuel laisse accueille légalement un million d’immigrés chaque année, dont les deux tiers appartiennent à la famille de résidents déjà installés, et seulement 15% sont des employés qualifiés et/ou diplômés
    La nouvelle loi réduira le nombre annuel d’immigrés et définit quelle immigration le pays privilégie, celle qui accueille des individus susceptible d’apporter une valeur ajoutée au pays plutôt que le regroupement familial. 

    * « Why Trump’s New Immigration Bill Make Sense » – Politico

 


3. Trop drogués pour travailler

 

  • L’épidémie d’héroïne et d’opioïdes qui a causé la mort de plus de cinquante mille personnes en 2016, ravage zones pauvres et rurales du pays affaiblissent également l’économie puisque dans certaines régions, notamment industrielles, où les usines et entreprises ne trouvent pas d’employés qualifiés parce qu’ils sont malades ou toxicomanes.

    L’enquête [du New York Times] souligne le cercle vicieux de la crise dans la Rust Belt américaine: la perte des emplois et la stagnation des salaires a entraîné une importante dépression, une aliénation et la consommation de drogues. L’abus des drogues entraîne à son tour chômage, désespoir et aliénation. – Axios

     

  • La Gray Lady est parti enquêter à Youngstown dans l’Ohio:

    Le problème n’est pas les travailleurs locaux sont sous qualifiés pour ce genre de métiers [offertes par les entreprises et usines de la région]: la plupart ne nécessite même pas le baccalauréat, sont rémunérés entre 15 et 25 dollars de l’heure et offrent tous les avantages sociaux. Le problème, c’est que trop de candidats, près de la moitié dans certains cas – échouent au test de dépistage de drogue [obligatoire dans de nombreuses compagnies américaines].Ce ne sont pas seulement les travailleurs et leur famille proche qui sont touchés.
    Chaque trimestre, Columbiana Boiler, une entreprise locale, refuse 200 000 dollars de commandes pour ses récipients en fer et bouilloires à cause de la pénurie de main d’oeuvre, qui sont récupérées par des entreprises étrangères.

 

  • Le président a diplomatiquement affirmé hier qu’il avait remporté l’Etat du New Hampshire aux élections présidentielles parce que c’est un « repère de drogués » provoquant bien entendu la colère de ses habitants et de son gouverneur. 

    * « Economy Need Workers, but Drugs Test Take a Toll » – The New York Times

 

 


4. Affirmative Action à l’envers

 

  • C’est la dernière attaque de l’administration Trump contre l’Affirmative Action, cette loi de « discrimination positive » instaurée dans les années 60 qui encourage les universités à intégrer davantage d’étudiants issus de minorités ethniques ou de milieux défavorisés. 

    Le gouvernement veut utiliser les ressources de la « Civil Rights Division » [une institution dépendante] du Département de Justice [censée lutter contre la discrimination raciale, sexuelle, religieuse et nationale] pour punir les universités dont les politiques d’admissions sont défavorables aux « blancs » selon le New York Times (…)
    Le document n’identifie pas explicitement qui le Département de Justice pense être victime de discrimination à cause de la politique d’admission liée à la discrimination positive.
    Mais l’utilisation du terme « discrimination basée sur la race » s’oppose à l’objectif même de ce programme censé accueillir davantage d’étudiants issus des minorités [surtout afro-américaines, latino et amérindiennes] dans les campus américains.

    * « Justice Dept. to Take On Affirmative Action in College Admissions » – The New York Times

 

  • Les opposants à la discrimination positive ont trouvé un nouvel allié dans l’administration mais aussi chez les Américains d’origine asiatique: Une organisation conservatrice basée en Virginie a porté plainte contre la prestigieuse université de Harvard accusée de ne pas accepter assez d’Asio-Américains par rapport aux autres minorités.

    La plainte veut s’attaquer à un système que Harvard défend avec fierté. L’université a été pionnière dans son soutien à l’Affirmative Action (…) et a très tôt accepté gratuitement des étudiants aux origines modestes.
    Harvard s’est défendue de fixer des quotas de « noirs, de musiciens, de joueurs de football, de physiciens ou de Californiens » (…) mais affirme qu’abandonner les admissions basées sur la race, pourrait diminuer l’excellence de l’enseignement.
    La promotion de 2021 – celle acceptée cette année est à 14,6% afro-américaine, 22,2% Asio-Américaine, 11,6% Hispanique et 2,5% Améridienne (…)
    Des experts suggèrent que si Harvard abandonnait la race comme critère d’admission, l’admission des Asio-Américains augmenterait et le pourcentage de blancs, noirs et hispaniques diminuerait.

    * « Affirmative Action Battle Has a New Focus: Asian Americans » – The New York Times

 


 

5. « Pack and Ship »

 

  • Amazon, le géant de la distribution en ligne a organisé mercredi un immense foire aux emplois dans une dizaine de ses entrepôts, reçu près de vingt mille candidatures, a employé des milliers d’individus sur place et devrait continuer à recruter ces prochaines semaines. 

    Si les salaires offerts ne sont pas très élevés, la plupart des candidats sont intéressés par l’obtention d’une assurance maladie et autres avantages sociaux et des possibilités d’évolution.
    Amazon recrute généralement en août en prévision de la période des fêtes, mais l’importance de cette série d’embauches souligne l’excellente forme de la compagnie contrairement aux chaînes de distribution traditionnelles qui continuent de fermer leurs magasins – et accusent Amazon d’être responsable de cette transition vers le commerce en ligne.

    (…)
    La plupart des emplois sont a plein temps et consistent à emballer, trier et envoyer [la marchandise] et font partie de l’objectif d’Amazon de recruter 100 000 employés en plus d’ici le milieu de l’année prochaine. La mauvaise nouvelle c’est que davantage d’employés vont perdre leur emploi dans les magasins qu’être engagés dans des entrepôts [d’Amazon], explique Anthony Carnevale, directeur du centre d’Enseignement et de main d’oeuvre de Georgetown University.

    * « Thousand show up for jobs at Amazon warehouses in US cities » – AP

 


6. Le reste de l’actualité

 

  • Michelle Carter, l’adolescente reconnue coupable d’homicide involontaire après avoir poussé son petit-ami de 18 ans au suicide en 2014 – elle en 17 ans – a été condamnée à quinze mois de prison ferme dans un centre de détention pour mineurs. Une condamnation « juste » censée réhabiliter plus que condamner la jeune femme qui souffre de dépression. Elle a fait appel de la décision.  – The Washington Post

 

  • La Vallée de la Mort vient de passer le mois le plus chaud jamais enregistré aux Etats-Unis avec des températures moyennes de 107.4 degrés Fahrenheit, soit 42 degrés Celsius.
    Les températures ne sont pas descendues en dessous de 32 degrés Celsius durant le mois de juillet et la plus chaude a été de 52 degrés Celsius – The Washington Post

 

  • Selon un sondage de Quinnipiac University, 80% des Américains critiquent la gestion de la réforme de l’assurance santé par les Républicains, et ils sont 60% chez les électeurs républicains. 64% des électeurs toutes tendances confondues désapprouvent le projet républicains de remplacer Obamacare et 25% seulement y sont favorables. – Politico

 

  • Adidas cartonne aux USA: Depuis le début de l’année, l’équipementier allemand a vendu plus que Nike et Under Armour, ses deux principaux concurrents, en ligne et en magasins. Des ventes qui ont augmenté de 30% par rapport à l’année dernière aux Etats-Unis – The Street

 

 


7. La couverture du Jour

 

  • Celle de Sports Illustrated avec Neymar en couverture, LA star brésilienne du football, considérée comme l’un des meilleurs joueurs du monde après Messi et Ronaldo, qui tentera de remporter la coupe du monde pour son pays l’année prochaine en Russie, et qui vient de signer cinq ans au Paris Saint Germain.

Le Kiosque du 21.07.17

 

1. Adieu Sean, Welcome « Mooch »

 

CNN

 

  • Sean Spicer, porte parole de la Maison Blanche, a annoncé ce matin sa démission après six mois de loyaux services envers le président souvent aux dépens de ses relations très conflictuelles avec les journalistes et les faits en général, en réaction à la nomination de Anthony Scaramucci comme directeur de la communication.
  •  

  • Depuis sa première conférence de presse, le 21 janvier 2017, au lendemain de l’inauguration, lorsqu’il a annoncé que la mobilisation avait été plus importante pour Trump que pour Obama, « point barre », Sean Spicer est devenu la risée des journalistes, des Late night shows, immortalisé par Melissa McCarthy dans « Saturday Night Live ».
    Il sera remplacé par son adjointe, Sarah Huckabee Sanders.
  •  

  • On retiendra cette phrase de CNN qui résume bien l’immense difficulté de la tache de Sean Spicer:

    Le porte parole du président dit qu’il ne peut parler pour le président

 

  • Anthony Scaramucci, surnommé « Mooch », financier de Wall Street, a été accusé à tort par CNN d’avoir entretenu des relations avec un fond d’investissement russe il y a quelques semaines – la chaîne s’était publiquement excusée et trois journalistes ont dû démissionner.
  •  

  • Scaramucci succède à Mike Dubke qui avait démissionné en mai dernier. Il est soutenu par Ivanka Trump, Jared Kushner mais n’a ni le soutien de Steve Bannon, ni celui du chef de cabinet Reince Priebus qui pointent son manque d’expérience.
  • Il est régulièrement l’invité de Fox News et est un ami de Sean Hannity, l’une de ses vedettes.

 


2. Sabotage

 

  • Selon le New York Times, les avocats du président enquêtent sur l’équipe de professionnels et d’avocats engagés par le procureur indépendant Bob Mueller, responsable de l’enquête sur l’équipe de campagne de Trump, le président les liens qu’ils auraient ou non entretenus durant la campagne présidentielle
  • Ils cherchent à trouver des conflits d’intérêts qui puissent discréditer l’enquête, et apporter des excuses légales et légitimes aux yeux de l’opinion publique pour virer Bob Mueller, qui a annoncé hier l’élargissement de ses recherches aux transactions financières du président et de ses proches sur les dix dernières années.
  • Les avocats de Trump cherchent également à savoir si le président peut utiliser son autorité pour « pardonner » ses « conseillers, les membres de sa famille et lui-même » dans l’enquête de Mueller – Washington Post

 

 


3. L’édito du jour

 

  • L’éditorialiste conservatrice et lauréate 2017 du Pulitzer, Peggy Noonan égratigne le président dans une tribune à charge du Wall Street Journal, « Trump, Obamacare and l’art de l’échec »:
     

    Les Républicains du Congrès ont besoin d’un président qui soit populaire avec l’influence quasi-mystique qu’offre la fonction présidentielle.
    M. Trump ne l’a pas.
    Ils ont besoin de quelqu’un qui comprenne bien ses politiques et puisse réfléchir calmement.
    A un moment, la question de la compétence politique va être posée. Si le président continue à montrer qu’il n’a pas les outils pour la tache, il va passer du stade où il est aujourd’hui, de ne pas engranger les soutiens à en perdre.
    Il n’est pas magicien et ils ne sont pas stupides

 

 


4. Plus dangereux que El Chapo

 

  • Enquête de Rolling Stone sur le nouveau baron de la drogue mexicaine, Rubén Oseguera Cervantes – alias « El Mencho« , à la tête du jeune Cartel Jalisco Nueva Generación, or CJNG, nouvel ennemi numéro un de la DEA américaine depuis l’arrestation de l’ancien chef du cartel de Sinaloa, Joaquin Guzman, dit « El Chapo »
     

    Depuis l’arrestation de Chapo en janvier 2016, le taux d’homicide dans le pays a augmenté de 20% avec 20 000 meurtres l’année dernière seulement, plus qu’en Irak ou en Afghanistan (…) Des milliers de meurtres peuvent être attribués à l’expansion territoriale du CJNG. D’immenses fosses communes ont été découvertes dans les Etats où le cartel a été le plus agressif, comme Veracruz, que le ministre de la justice a récemment décrit comme « une tombe géante ». 
    (…)
    Mencho a montré une extrême sauvagerie même comparé aux critères des Narcos. Pour Chapo, tuer faisait partie du business. Pour Mencho, ça ressemble plus à du spectacle.
    Il a eu les massacres, comme ces 35 corps attachés et torturés jetés dans les rues de Veracruz en période de pointe un soir de 2011. Deux ans plus tard, des agents du CJNG ont violé, tué et mis le feu à une fillette de dix ans pensant à tort qu’elle était la fille d’un rival (…) C’est le genre d’exactions commises par Daech explique un agent de la DEA qui a enquêté sur le cartel.

  • « The Brutal Rise of El Mencho » – Rolling Stone

 


5. L’épidémie sur Reddit

 

  • On peut se rendre compte de la gravité de l’épidémie d’héroïne et d’opioïdes qui ravagent le pays sur Reddit, le site web communautaire, où des forums sont utilisés par les toxicomanes pour partager leur expérience.
     

    Chaque jour des milliers de gens qui sont victimes de l’épidémie nationale d’opioïdes se connectent sur le site de discussion Reddit. Ils échangent des conseils sur comment se défoncer et encouragent ceux qui arrivent à rester sobre ou qui oscillent entre sobriété et rechute. Les toxicomanes se lamentent de la mort d’autres utilisateurs qui ont soudainement arrêté de poster. Et jusqu’à la semaine dernière, vendeurs et acheteurs pouvaient facilement se trouver en utilisant des messages codés pour communiquer. Reddit a interdit le forum, appelé opiaterollcall la semaine dernière sans expliquer pourquoi. Un autre forum d’achat d’opioïdes s’est ouvert et Reddit l’a également fermé.
    Ce ne sont que des petits exemples de ce qui constitue l’une des plus grandes communautés en ligne. Mais les messages laissés offrent un témoignage intime sur la ténacité de la crise, la vie des toxicomanes, et le rôle de Reddit qui facilite l’accès à des drogues qui font chaque jour de plus en plus de mort aux Etats-Unis.


    * « On Reddit, Intimate Glimpse of Addicts in Thrall to Opioids »New York Times

 


6. OJ Simpson: Que sont-ils devenus?

 

  • Le tribunal de Las Vegas a accordé à O.J. Simpson une liberté conditionnelle effective en octobre prochain pour le vol d’objets de collection dans un casino en 2007 et pour lequel il a été condamné à trente trois ans de prison, dont neuf obligatoires.
  • Le Washington Post s’est penché sur la situation actuelle de ceux qui ont réussi l’impensable il y a vingt-cinq ans lors du « procès du siècle »: l’acquittement de Simpson.
     

    Johnnie Cochran est mort. Marcia Clark écrit des romans policiers. Le juge Lance Ito a pris sa retraite. Kato Kaelin tweet beaucoup. Et Francis Lee Bailey, le fameux avocat spécialisé en droit criminel, est ruiné… L’année dernière, Bailey a déclaré banqueroute après une série de scandales dans et en dehors de la cour qui l’ont radié du barreau et honteux. Il a été accusé d’avoir détourné des fonds perçus pour la défense d’un trafiquant de drogue (…) Aujourd’hui il habite avec une coiffeuse dans le Maine. A 83 ans,  il travaille au dessus de son salon.

    « Je ne dirai pas que c’est déprimant parce que je ne suis jamais déprimée.

 


7. Le reste de l’actualité

 

  • Chipotle, la chaine de fast-food mexicain, frappée par une crise sanitaire sans précédent sur le sol américain l’année dernière, a connu une nouvelle débâcle cette semaine: 130 clients ont été intoxiqués dans un restaurant de Virginie et provoqué une chute de l’action, aujourd’hui à son  niveau le plus bas depuis 2013. Bloomberg Businessweek

 

  • La presse américaine a relayé avec tristesse la nouvelle de la maladie du sénateur d’Arizona, John McCain, un cancer du cerveau et Politico a rassemblé les meilleurs articles de ces dernières décennies sur le « maverick » de la politique américaine.

 

  • Toutes les fautes d’orthographe faites par la Maison Blanche dans ses communiqués et déclarations officielles depuis six mois. The Star

 

  • Le Kentucky pourrait bientôt devenir le premier Etat américain sans cliniques pratiquant l’avortement. Il ne lui en reste plus qu’une – AP

 

  • Comment Rotten Tomatoes est devenu le site le plus influent et le plus redouté d’Hollywood. – The Los Angeles Times 

 


8. La couverture du Jour

 

  • Time magazine et la Russie

Jeudi 16 mars 2017: Une morgue ambulante – Parano à la Maison Blanche – Richard Simmons a disparu – Trump & Twitter –

  • Révisée, soumise à nouveau et rejetée une nouvelle fois

    Un juge de Hawaï a suspendu une nouvelle fois, la seconde Travel Ban proposée par la Maison Blanche après la suspension en février dernière de la première version par la cour fédérale de San Francisco.
    Un revers de plus contre la politique anti-immigration de l’administration Trump qui prévoyait l’interdiction d’entrée sur le territoire américain de tous les réfugiés pendant un an, de tous les ressortissants de six pays musulmans pendant trois mois – à l’exception de ceux détenteurs de visas ou de carte verte. Le juge a déclaré que le décret de Trump violait la clause religieuse de la Constitution américaine. L’intéressé a déclaré dans un meeting dans le Tennessee hier qu’il s’agissait « d’un abus sans précédent du pouvoir judiciaire » sur le pouvoir exécutif

    Aucun idée si la Maison Blanche compte persévérer et offrir une troisième version encore plus « diluée »?

***

  • Trump discute Twitter sur Fox News –

    Lors d’une interview diffusée hier soir sur sa chaîne préférée, Fox News, le journaliste Tucker Carlson a demandé au président s’il était avisé par un conseiller avant de tweeter, ce à quoi le président a répondu:

    Je pense que je ne serai pas ici si c’était grâce à Twitter, parce qu’il y a tellement de fausse presse autour de moi, de presse malhonnête. Si vous regardez – je n’inclus pas Fox News parce qu’ils ont été assez justes avec moi, mais si vous regardez CNN, et ces autres réseaux, NBC – j’ai rapporté une fortune à NBC avec « The Apprentice ».
    Je suis arrivé quand ça ne marchait pas du tout, et je l’ai transformé en l’un des reality shows les plus connus de tous les temps. J’ai fait 14 saisons. Et vous avez vu ce qu’il se passe quand je n’y suis plus? [le show a été repris par Schwarzenegger puis annulé la semaine dernière]
    Vous avez vu que le show était un désastre.
    J’ai aidé NBC et ils sont horribles avec moi. La façon dont ils me traitent est horrible. CNN, ABC, regardez ce qu’il se passe. Ces faux médias, cette fausse presse. C’est une honte

    La plupart des infos sont malhonnêtes. Donc quand j’ai cent millions de personnes qui me suivent sur Twitter, Facebook, Instagram, POTUS, et plein d’autres choses, c’est comme si j’avais ma propre forme de médias. 
    Donc si je tweete deux ou trois ou quatre ou cinq fois par jour, et que la plupart sont positifs – et je veux que la plupart soient positifs – mais si je fais une erreur par mois, celle-ci [Accuser Obama de l’avoir mis sur écoute], je pense pas que cela prouve que ce soit une erreur en général.

     

    Donc, Trump utilise les médias sociaux comme sa propre source d’information et il a reconnu avoir fait une erreur en accusant Barack Obama de l’avoir mis sur écoute.

***

  • Parano à la Maison Blanche

    Rien ne va plus à la Maison Blanche.
    Non pas que la situation n’ait jamais été normale mais les fuites qui inondent 1600 Pennsylvania Avenue rendent tout le monde parano rapporte hier le magazine Politico:

     

    « Une culture de la paranoïa est en train d’envahir l’administration Trump, avec des équipes de plus en plus préoccupées par ceux qu’ils perçoivent comme leurs ennemis – au sein de leur propre gouvernement ».

    L’administration est rongée par les suspicions entre factions rivales autour du président (les outsiders comme Steve Bannon et Stephen Miller contre les « Républicains » comme Reince Priebus ou Sean Spicer), contre le « Deep State », ces agents militaires et du renseignement accusés de vouloir détruire Donald Trump, ou vis-à-vis des simples fonctionnaires de carrière…

    Les téléphones professionnels sont soupçonnés d’être mis sur écoute et ceux personnels laissés à la maison par crainte d’être l’objet d’un contrôle inopiné – même si Sean Spicer a démenti mardi ce genre de pratiques.
    Un climat toxique qui empêche une atmosphère de travail normal et le recrutement de nouveaux agents qui pourraient être soupçonnés de travailleur contre le président.
    La CIA est ligne de mire de ces accusations d’espionnage, de mises sur écoute et de fuites contre Donald Trump, surtout après les fuites de Wikileaks qui ont révélé l’étendue de l’appareil de cyber-espionnage.
    Quand à la presse, il est formellement interdit de communiquer avec elle, sous peine d’être viré sur le champ.

    * « People are scared: paranoïa seizes Trump’s White House »Politico

***

  • Le Podcast déjà culte « Missing Richard Simmons »

    Richard Simmons, c’est un peu l’équivalent de Veronique et Davina si elles avaient continué leur cours de fitness jusqu’à aujourd’hui: Une célébrité hollywoodienne depuis plusieurs décennies, grâce à ses célèbres cours de fitness à 12 dollars de l’heure qu’il donnait dans son studio Slimmons de Beverly Hills, fermé en novembre 2016.

    Voici l’introduction du Podcast, assez alléchante:

    Le 15 février 2014, le gourou du fitness Richard Simmons a disparu.
    Il a arrêté de donner ses cours d’exercice à Slimmons, n’a plu contacté ses amis les plus proches, et s’est retiré du monde après avoir été considéré pendant des années comme l’une des stars les plus accessibles au monde.
    Plus personne n’a entendu parler de lui – et personne ne sait pourquoi est-ce qu’il est parti.
    Le réalisateur Dan Taberski était un ami de Simmons et client régulier à Slimmons.
    Missing Richard Simmons est l’enquête effectué par Dan pour retrouver Richard – et plus il creuse, plus ça devient étrange.

    Le Podcast remporte un succès fou et a même été comparé au fameux Serial, cette enquête très sérieuse sur une possible erreur de justice, qui a entraîné la réouverture du procès de Adnan Syed.
    Sauf qu’ici, Richard Simmons est bien vivant, il a juste décidé de changer de vie et un réalisateur s’obstine aujourd’hui à savoir pourquoi – les rumeurs sont allées bon train depuis des années.
    Une démarche « moralement douteuse » pour le New York Times qui se demande qu’est ce que ça peut apporter à Mr Taberski de savoir ce qui arrive à Richard Simmons, qui a clairement fait comprendre qu’il voulait préserver son anonymat. De la curiosité mal placée? En tout cas ça cartonne!

    * « Missing Richard Simmons, the Morally Suspect Podcast » New York Times

***

  • Une morgue ambulante dans l’Ohio pour faire à l’épidémie d’héroïne

    La morgue d’un comté de l’Ohio, en pleine coeur de l’épidémie d’héroïne qui frappe le pays, n’a plus les moyens logistiques d’accueillir davantage de cadavres et a recours en attendant à une « morgue mobile » fourni par le département de la Santé de l’Etat.
    La plupart des décès sont provoqués par des overdoses d’héroïne (20% de plus que l’année précédente), après les accidents de voiture et suicides. 
    C’est la quatrième morgue mobile utilisée dans le comté de Stark, peuplé de 375 000 habitants et d’autres Etats du pays doivent utiliser ces mesures d’urgence pour faire face à cette épidémie. 
    Cinq états avaient un taux de mortalité par overdoses plus élevé que l’Ohio en 2015: La Virginie Occidentale, Le New Hampshire, Kentucky, Ohio et Rhode Island selon le Center for Disease Control and Prevention

***

  • Couverture du jour

    Bloomberg Businessweek se penche cette semaine sur l’empire Domino’s Pizza avec cette couverture tonitruante et un reportage passionnant sur une compagnie évaluée à 9 milliards de dollars.