Le Kiosque de la semaine: 10 – 16 octobre 2016

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Les articles “A LIRE” de la semaine
 sélectionnés parmi les magazines présentés dans le diaporama

 

  1. « How the light gets in » – David Remnick / The New Yorker

    David Remnick, le rédacteur-en-chef du New Yorker nous offre nn portrait magnifique de Leonard Cohen, le chanteur de 82 ans, qui sort sont 14ème album, You Want It Darker.
    A LIRE D’URGENCE!

  2. « War Goes Viral » – Emerson Brooking & P. Singer / The Atlantic

    « Les médias sociaux ont aidé ISIS à recruter quelques 30 000 combattants étrangers dans plus de 100 pays, et les ramener jusqu’aux champs de bataille de Syrie et d’Irak ». L’organisation a annoncé l’invasion de l’Irak via Twitter avec le hashtag #AllEyesOnISIS et a bombardé la plateforme de célébrations de victoire et d’images choquantes de ceux qui ont osé les combattre, en direct, sans que les médias puissent vérifier aucun information: ISIS « est devenu le premier groupe terroriste à occuper physiquement et numériquement un territoire »
    « On a longtemps reconnu dans internet sa capacité à rassembler les gens, cette même technologie est aujourd’hui utilisée comme une arme (…) Les médias sociaux ont tout révolutionné, des affaires au dating en passant par la politique et maintenant, à la guerre, elle-même.

  3. « The Age of Fear » – Neil Strauss / Rolling Stone

    « Si on vit dans l’époque la plus sûre de notre Histoire, Pourquoi avons nous si peur? » Selon le sociologiste Barry Glassner, nous vivons dans la période la plus propice à la peur car il existe des gens et des organisations qui ont le pouvoir et l’argent pour véhiculer ces peurs: « les médias de masse, les compagnies d’assurance, l’industrie pharmaceutique, les groupes de pressions, avocats, politiciens » utilisent et manipulent la peur des gens pour engendrer des milliards de dollars.

  4. « Super Size – The Dizzling Grandeur of 21st-Century Agriculture » – Collectif / New York Times magazine

    Un reportage photos et vidéos sur le paysage agricole américain au 21ème siècle

    * « Big Food Strikes Back » – Michael Pollan: Pourquoi Obama a-t-il échoué avec l’agro-industrie
    *« Pie in the Sky » – Corby Kummer: Comment faire un pizza surgelée qui soit bonne pour la santé
    * « Brand the New Hue » – Malia Wollan: Comment fair eun M&M bleu?

  5. « The White Helmets of Syria » – Jared Malsin / Time magazine

    « Certains d’entre nous qui regardent le conflit depuis l’Occident ont constamment sous-estimé le  bain de sang qui touche la Syrie à empirer. on tend à penser que ça ne peut pas être pire. Et ça n’a jamais cessé d’empirer » Rapporte Noah Bonsey, spécialiste de la Syrie au International Crisis Group. Les 3 000 « casques blancs » sont les volontaires qui tentent aujourd’hui de sauver des vies dans les zones tenues par les rebelles qui sont touchés quotidiennement pas des tirs d’obus du régime ou de la Russie dans lesquelles les casques blancs sont eux-mêmes devenus des cibles

  6. « The Thirty-Year Coup » – Dexter Filkins / The New Yorker

    Le coup d’Etat manqué en Turquie cet été a été attribué par les autorités et son président Erdogan au dissident religieux Fethullah Gülen réfugié aux Etats-Unis depuis vingt ans après avoir échappé aux militaires. « Pour beaucoup en Occident, il représente une tendance positive de l’Islam, qui défend selon Bill Clinton, « les idées de tolérance et de dialogue entre communautés ».
    Il a participé au retour du religieux au moment où Erdogan a pris le pouvoir au début des années 2000, mais ses sermons pro-business, pro-science, et conciliateur envers Israel lui ont vite attiré les foudres des islamistes. Par ailleurs, le mouvement social et religieux qu’il a initié, aujourd’hui très influent dans les médias, les affaires, les syndicats, les écoles de Turquie est devenu une menace pour le régime de son ancien allié, Erdogan. Ce dernier l’accuse aujourd’hui d’être responsable depuis son exil américain du coup d’Etat qui a tenté de le renverser cet été, et qui lui a permis de procéder depuis à des milliers d’arrestations de ses militants en Turquie.

  7. « Saturday Night live’s Weirdo in Chief » – Alex Morris / Rolling Stone

    Reportage et interview de la comédienne Kate McKinnon qui vient de remporter son premier Emmy Award pour ses interprétations diverses, variées et hilarantes dans l’émission satirique de NBC Saturday Night Live, à l’affiche de Ghostbusters cet été, de Masterminds cet automne, et qui est très attendue ces prochaines semaines dans SNL où elle incarne Hillary Clinton à merveille.

  8. « Buzz Off » – Robert Kolker / Bloomberg Businessweek

    La communauté de la ville de Key Haven dans les Key West du sud de la Floride résiste depuis plusieurs années aux tentatives d’expérimentation d’une compagnie de biotechnologie, Oxitec, qui propose des solutions innovantes pour contrôler les moustiques porteurs de virus et du dernier ennemi en date, ZIKA. Mais la population refuse d’être le cobaye des frankenflies, ces moustiques mâles génétiquement modifiés qui agissent comme « des insecticides vivants » et qui doivent libérer par centaines de milliers dans les zones habitées.

  9. « The View from the Valley » – The Editors / The Atlantic

    Un sondage au coeur de la Silicon Valley de 50 tech executives qui répondent a toutes sortes questions d’actualité, de Trump à Peter Thiel, en passant Tulsa ou Marissa Meyer.

  10. « Patagonia » – Brad Wieners / Bloomberg Businessweek

    La marque de vêtements s’est lancé dans la vente de nourriture et boissons saines pour l’homme et la nature

Le Kiosque de la semaine: 26 Sept – 03 Oct. 2016

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les lectures de cette semaine – En bleu ce que Le Kiosque vous conseille

Rolling Stone: « 100 Greatest TV shows of all Time »  

Rolling Stone - Edition du 6 Octobre 2016: "Greatest TV Shows of all time"
Rolling Stone – Edition du 6 Octobre 2016: « Greatest TV Shows of all time »

* « Who owns Prince Legacy? »

* « Heroes and Villains« : la sortie des mémoires de Brian Wilson et Mike Love sur leur expérience des Beach Boys

*  « Inside the summer of Hell and High Water » sur la question du changement climatique aux Etats-Unis touchés cette année par des incendies en Californie, des inondations en Louisiane et des ouragans en Floride, Hawaï et en Nouvelle Angleterre.

*  « 100 Greatest TV shows of all Time » – sans grand intérêt
1. The Sopranos, 2.The Wire, 3.Breaking Bad, 8.Saturday Night Live, 17. Twin Peaks, 24. Friday Night Lights, 37. Orange Is the New Black, 43. The Americans, 72. Girls, 83. House of Cards, 91. Broad City, 97. Portlandia, 99. Oz
The Washington Post a d’ailleurs publié la sienne

* « Hillary Vs the Hate Machine«  ou comment « des décennies d’attaques de la droite ont transformé une militante du droits des femmes en une plateforme haineuse de l’Amérique »

***


Bloomberg Businessweek
: « Don’t, Won’t Can’t, Leave Home Without It »

Bloomberg BunsinessWeek - Edition du 26 septembre 2016: "Don't Won't Can't leave home without it"
Bloomberg BunsinessWeek – Edition du 26 septembre 2016: « Don’t Won’t Can’t leave home without it »

* Opening Remarks: « Why is Venezuela isn’t on the Verge »
* « Samsung’s $2billions mistake«  sur le rappel de 2,5 millions de Galaxy Note 7 dont les batteries explosent. Samsung a essayé de sortir rapidement un téléphone innovateur pour concurrencer le Iphone 7 de son « archrival », Apple.

* « The Little Blue Dot Irritating Nebraska’s GOP« . Dans le Nebraska, à majorité républicaine, la plus importante ville de l’état, Omaha, est un enclôt libéral qui pourrait bien pencher pour Hillary, comme elle l’avait fait pour Obama en 2008, et rapporter un grand électeur aux Démocrates en Novembre prochain.

* « Bloomberg 50’s Most Influential »: 1. Teresa May, 2. Ex-aequo Hillary Clinton et Donald Trump, 6. Angela Merkel, 50. John Oliver

* « You Swiped My Heart« : How Chase turned a Credit Card into an Obsession »: Comme la banque américaine Chase attire ses clients grâce à des cartes de crédit aux systèmes de points et miles très avantageux.

* « Miracle Whipped« : Comment un fabricant de mayonnaise végétalien a convaincu la Silicon Valley qu’il dirigeait une entreprise de haute technologie qui allait changer le monde.
La compagnie avait auparavant engagé des contracteurs pour aller acheter de grandes quantités de leur produits dans les supermarchés afin que ses derniers en recommandent.

***

The New Yorker – Shift de Chris Ware

The New Yorker - Edition du 3 octobre 2016: "Shift" by Chris Ware
The New Yorker – Edition du 3 octobre 2016: « Shift » by Chris Ware

* Talk of The Town:
« The Fear Factor » sur l’exploitation du danger islamique aux Etats-Unis et dans la campagne présidentielle américaine
« Smarty Pants » sur la naissance de Slate et du « Slateyness », l’un des premiers site d’infos exclusivement en ligne, il y a vingt ans avec le soutien de Microsoft

* « In the Balance » sur la Cour Suprême des Etats-Unis dont la nomination du 9ème juge par le prochain président pourrait bien faire bousculer vers la gauche

* « Lady Bits » sur « la comédie radicale » d’Ali Wong

* « The Cuba Play » sur les relations normalisées entre Cuba et les Etats-Unis, et les conséquences qu’elles auront sur le futur du pays.

* « Germany’s New Nationalists » sur le nouveau visage inattendu de l’extrême droite allemande, Frauke Petry

***

New York Times magazine – Special voyages

The New York Times magazine - Edition du 25 septembre 2016: "The Voyage Issue"
The New York Times magazine – Edition du 25 septembre 2016: « The Voyage Issue »

 

« Voyages, Visual journeys by 6 photographers ». Un reportage interactif et des photos à couper le souffle prises en Ethiopie, Albanie, Australie, Finlande, Pérou et Espagne

* « On the Road ». Sur le métier de photographe professionnel à l’heure d’Instagram et de la démocratisation de la photo et du tourisme de masse.

 

 

 

 

 

***

 

Time Magazine – The Perilous Fight

Le Kiosque consacré un article à cette couverture la semaine dernière

Time magazine - Edition du 3 Octobre 2016" "The Perilous fight"
  Time magazine – Edition du 3 Octobre 2016″ « The Perilous fight »

Ta-Neishi Coates: « O.J. Simpson n’était pas noir »

Dans le numéro d’Octobre de The Atlantic, l’intellectuel afro-américain Ta-Neishi Coates nous donne son opinion sur O.J.Simpson le joueur de football accusé puis acquitté du double meurtre de son ex-femme et de l’ami de cette dernière en 1994 à Los Angeles.

Agé de 19 ans, Ta-Neishi n’a à l’époque « aucune sympathie » pour le sportif, aucune compréhension de la sympathie qu’il provoque chez les miens, et aucune appréciation de la défense selon laquelle, Simpson aurait été aura été accusé parce que noir »

Une raison bien simple: « O.J. Simpson n’était pas noir » et « la seule lutte pour laquelle il s’est battu », à l’époque où Mohammed Ali a refusé de combattre au Vietnam, et des sportifs John Carlos et Tommie Smith levaient le point aux Jeux Olympiques, « c’était celle qui profitait à O.J. Simpson »

L’idée que Simpson existait au delà des frontières de l’Amérique noire ne reposait pas seulement sur une conscience politique étriquée, mais selon ses propres mots. Ma plus grande réussite (…) c’est que les gens me regardent comme un homme, et pas comme un noir.
(…)
Simpson a cherché à être post-racial dans un monde qui ne l’était pas. Sa myriade d’exploits n’a pas marqué l’érosion du grand mur qui séparait les noirs et les blancs aux Etats-Unis. C’est le résultat de la victoire personnelle de Simpson à surpasser cet obstacle. De l’autre côté, Simpson, un produit des HLMs de San Francisco, s’est réinventé grâce à la célébrité. Il est devenu riche. Il est allé chercher les conseils et l’attention d’hommes d’affaires. Et bien qu’il ait épousé Marguerite Whitley, qui était moire, l’année de son entrée à l’université de Southern California, il sortait désormais avec des blanches.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour Coates, le soutien dont a bénéficié Simpson de la part d’une communauté noire qu’il n’a jamais soutenue, a été un « pas en arrière », qui « a manqué d’intelligence, politiquement immature et mal-conseillé ».

En se basant sur l’excellent documentaire en cinq parties de ESPN, O.J.:Made in America, l’auteur reconnait deux faits, le premier que Simpson était violent et qu’il a tué son ex-femme et le second que la police de Los Angeles était « une brutale armée d’occupation ».
C’est cette seconde réalité qui semble l’avoir emporté aux yeux du jury trois après ans après le passage à tabac de Rodney King par des policiers du LAPD qui avaient été acquittés provoquant des violentes émeutes à Los Angeles.

La vengeance de King a joué un rôle dans l’acquittement de Simpson (…) Mais cette revanche explique en partie seulement sa grande évasion. Ce que je n’arrivais pas à comprendre en 1994, c’est une réalité que les noirs autour de moi ont senti et l’un des points les plus gênants du documentaire: A savoir que Simpson ait effectivement tué son ex-femme et l’amie de celle-ci et que le jury ait eu raison de le déclarer non-coupable.
(…)
Le fait que O.J. Simpson ait fui la justice, soit retourné devant elle, ait été jugé pour meurtre, et encore échappé à la justice, représente la déclaration d’égalité la plus choquante depuis le mouvement des droits civiques. Simpson a tué Nicole Brown et Ron Goldman. Je m’en doutais à l’époque  et j’en suis certain aujourd’hui. Mais il s’en est sorti – de la même manière que les blancs ont tué pendant des siècles, des hommes et femmes noires, et s’en sont toujours sortis.

OJ Simpsons: L’excellent documentaire de ESPN

OJ: Made in America

L’affaire OJ Simpson qui a divisé l’Amérique au début des années 90 a fait l’objet d’un regain d’attention cette année. Après une mini-série fiction de 10 épisodes, The People vs OJ: An American Crime Story, diffusée sur la chaîne câblée FX (The Americans, American Horror Story), c’est au tour de la chaîne sportive ESPN d’offrir sa version du phénomène Simpson avec OJ:Made in America

Dirigé par Ezra Edelman, le documentaire en cinq parties – sur plus de huit heures – apporte de nouveaux éclaircissements sur le « procès du siècle » mais aussi « sur les enjeux déterminants de la race, de la célébrité, et de la mysogynie qui s’entremêlent autour de Simpson »

Petit rappel des faits: OJ Simpson a été l’un plus grand footballeurs américains de sa génération qui s’est lancé dans le cinéma après sa retraite (Y a-t-il un flic…), a fait des millions grâce à ses contrats publicitaires, et bénéficié d’une immense sympathie auprès de la population américaine. Ce, Jusqu’à l’assassinat de son ex- femme, Nicole Brown Simpson, et d’un ami de cette dernière, Ronald Goldman un soir de juin 1994.
OJ Simpson, que tout accusait (précédents de violences conjugales, preuves trouvées sur les lieux du crime et le fameux gant de cuir) a finalement été acquitté en novembre 1995. Le verdict a divisé l’Amérique.

Encensé par la critique, le documentaire a suscité de nombreuses réactions dans la presse, pas forcément à l’avantage de Simpson:

Extrait du New York Magazine:

Il y a deux perceptions totalement différentes du procès selon que vous êtes afro-américain ou blanc, mais aussi beaucoup d’autres enjeux relayés par de plus petits groupes – ceux intéressés par les problèmes de race dans le sport américain, ceux qui voulait faire des violences domestiques la nouvelle gangrène du pays, le culte de la célébrité à Los Angeles financée par les tabloids, les débuts de la téé-réalité [le procès et son verdict ont été retransmis en direct], et enfin ceux qui ont perçu la naïveté d’un pays qui essaye de réconcilier des siècles d’injustice raciale en faisant du procès d’un homme, le jeu d’une morale nationale