26.10.17

 

 

1. Les filles de Boko Haram

 

 

 

 

  • Culottée, la une du Monterey County Weekly sur cet « investisseur qui saigne à blanc et ruine votre quotidien », le Monterey Herald, un quotidien du comté de Monterey en Californie.
    En 2013, la compagnie mère du Monterey Herald, MediaNews Group a fusionné avec 21st Century Media pour devenir Digital First Media, l’un des plus importants groupes de presse américains, et accusé depuis d’avoir « fermé ou radicalement réduit des journaux importants comme Oakland Tribune, le San Jose Mercury News, St Paul Pioneer Press et The Denver Post ». The Monterey Herald

 

 

  • Amazon Key, c’est le nouveau gadget du géant de la vente en ligne qui permet aux livreurs Amazon de déposer les produits Amazon directement chez vous – et éviter de vous faire voler votre colis laissé devant chez vous ou d’attendre des plombes à la poste pour le récupérer. Grâce à une technologie reliant une serrure intelligente (« smart lock ») et une caméra Amazon au dessus de votre entrée (Amazon Cloud Cam), vous pouvez être livré en toute sécurité même si vous n’êtes pas là.
    Le service débute le 8 novembre dans plusieurs villes des Etats-Unis. – The Verge

 

 

  • Trois semaines après la pire fusillade de l’histoire des Etats-Unis – 58 morts et plus 500 blessés en dix minutes – les parlementaires républicains refusent d’interdire les “bump stocks”, cet outil qui transforme un fusil en arme automatique, utilisée par le meurtrier, Stephen Paddock, sous prétexte qu’il n’appartient pas au Congrès de légiférer sur les armes. The NY Daily News

 

 

 

2. TRUMPLANDIA: Une réisistance inutile

 

  • Trump a qualifié de « disgrâce » l’implication du Comité Nationale Démocrate dans le fameux dossier sur Trump et la « golden shower » publié par Buzzfeed au début de cette année. 

 

  • Malgré les récentes attaques de McCain, Flake et Corker, le parti républicain n’a jamais été aussi « uni » a tweeté ce matin Donald Trump juste avant d’annoncer le vote du budget devant la Chambre des Représentants. – The New York Times


    Il ne fait aucun doute que Trump et ses confrères ont essayé de se débarrasser de Flake parce qu’il a été critique envers lui. On s’attend à ce genre de vanité de la part de Trump – c’est sa marque de fabrique et elle lui appartient – mais pas de la part d’élus [Kelly Ward] ou de commentateurs [Laura Ingraham, Sean Hannity, Steve Bannon] – The Weekly Standard

    Mais les Républicains de Washington ont décidé de riposter contre les attaques et menaces répétées de Bannon qui veut remplacer les élus du parti avec ses propres candidats d’extrême droite aux prochaines élections de 2018 et … détruire Mitch McConnell, le chef de la majorité au Sénat. L’intéressé va utiliser les millions de dollars du Senate Leadership Fund pour tenter de discréditer Bannon sur ses positions populistes, voire racistes et soutenir des candidats « modérés » – The Washington Post

 

  • Pour Jonathan Tobin de National Review, les Républicains vont devoir choisir entre critiquer Donald Trump et faire le jeu des Démocrates ou la fermer et essayer de faire passer le programme conservateur du parti en coopérant avec l’administration. C’est la raison pour laquelle, selon lui, la « résistance républicaine » est une cause perdue, et les républicains resteront du côté du président
    * « Jeff Flake and the republican Resistance »National Review

 

 

 

3. La liste des SHITTY MEDIA MEN 

 

 

 

  • Depuis les révélations sur le producteur Harvey Weinstein il y a trois semaines dans le New York Times, il n’y a pas eu une journée sans que de nouvelles victimes témoignent et que des têtes tombent: Roy Price (Amazon), Lockhart Steele (Vox), Leon Wieseltier (ancien rédacteur en chef de New Republic), Chris Savino (créateur de « Bienvenue chez les Loud »), John Besh (un chef renommé).
    Hier c’est Mark Halperin, un consultant politique dans l’émission Morning Joe sur MSNBC et producteur du reality show politique « The Circus » a été mis sur la touche après avoir été accusé de harcèlement sexuel par cinq femmes lorsqu’il travaillait pour ABC au début des années 2000. – CNN

 

  • Mark Halperin figurait sur la « SHITTY MEDIA MEN », un Google Doc créé après le scandale Weinstein par des femmes journalistes qui recense tous les hommes puissants et importants de cette industrie accusés de harcèlement sexuel. Les témoignages dénoncent des « flirts », des « déjeuners bizarres » mais aussi des violences physiques et viols. Buzzfeed
    La liste n’a pas été publiée pour des raisons évidentes même si la plupart des rédactions en ont une copie.
    Mike Cernovitch, le blogger d’extrême droite, lui-même accusé de viol dans le passé, a une copie de cette liste qu’il a refusé de publier « sans donner un droit de réponses aux accusés ».
    Résultat: Il s’est complètement accaparé une initiative lancée par des victimes de harcèlement sexuel pour dénoncer le pouvoir des puissants.

 

  • Essai très intéressant de Brit Marling sur « la difficulté de négocier avec les forces invisibles du privilège et du pouvoir dans les expériences sexuelles » et comment il est parfois difficile pour une femme de savoir dire non dans une culture qui nous a appris à ne pas avoir confiance en nous, ou à nous juger à travers le regard de l’homme. »
    « Harvey Weinstein and the Economics of Consent » The Atlantic

 

  • La carrière de Lisa Bloom, ancienne avocate de Weinstein et championne du droit des femmes, qui a essayé tant bien que mal de défendre son client jusqu’à ce qu’elle l’abandonne et s’excuse publiquement, en a pris un sacré coup et elle le mérite. The Daily Beast

 

 

 

 

4. ON VIT UNE EPOQUE FORMIDABLE

 

  • Yashar Ali est la nouvelle coqueluche de Twitter: Avec 185 000 abonnés, des scoops à la pelle (de Fox News à Harvey Weinstein), une reconversion dans le journalisme après une carrière politique du côté démocrate. Son portrait dans Buzzfeed News

 

  • En attendant que les Archives Nationales américaines publient sur leur site internet les derniers documents confidentiels sur l’assassinat de Kennedy, un bon recap du Washington Post

 

  • Le dessin d’une boite de Kellog’s représentant un mall rempli de corn pops où l’agent d’entretien est le seul « brown » a été taxé de raciste et la marque de céréales a du s’excuser et modifier le dessin. – USA Today

 

  • Steven Seagal, l’acteur américain spécialisé dans les Arts martiaux avant de se lancer dans le bouddhisme, de prendre quelques kilos et d’adopter la nationalité russe avec son pote Poutine, est devenu un « vrai vilain » façon James Bond. Hier sur la télé britannique, il a critiqué la protestation pacifique des joueurs de football, les supporters d’Obama et défendu Trump et la Russie – The Daily Beast

 

 

5. LA COUV

  • Depuis la campagne présidentielle, les designers ont redoublé de créativité et d’intelligence pour tenter d’expliquer cette nouvelle ère Trump et produire des couvertures toujours plus belles, pertinentes et drôles. Merci!En parlant de couvertures, le directeur de la création de The Atlantic nous explique comment créer une bonne couverture sur Trump et son administration. TOP.
    « The Art of the Trump Cover »

Le kiosque du 03.05.17: Trump aime les hommes forts – Bavure policière au Texas – Machine à Milliardaires – FBI+IE=Amour

 

Le kiosque du mercredi 3 mai 2017: Donald Trump aime les « hommes forts » et c’est gênant pour les Etats-Unis, censés être les champions du monde libre. Nouvelle bavure policière au Texas sur un adolescent de quinze ans mort dimanche matin d’une balle dans la tête.
Est-ce la dernière année pour la loterie de la carte verte?
Les dernières archives sur l’assassinat du président Kennedy devraient être rendues public à moins que Trump en décide autrement.
La hedge fund la plus rentable au monde et enfin l’histoire extraordinaire de cet agent du FBI qui a épousé un chef de Daech.

 

  • Son amour des hommes forts

    Kim Jong Un est un « smart cookie » et il serait « honoré de le rencontrer »: Donald Trump a réaffirmé ces derniers jours sont affection pour les « hommes forts » qui dirigent d’une main de fer leur pays, supprime les opposants et emprisonnent les journalistes.
    Le président égyptien Abdel Fatah al-Sissi ferait un « fantastique travail », il a proposé de rencontrer le premier ministre thaïlandais et chef de la junte militaire, Prayut Chan-o-cha, appelé le président turc Erdogan pour le féliciter de récente « victoire électorale » et enfin le coup de grâce avec cet appel téléphonique « très amical » donné au président philippin Rodrigo Duterte (qui avait dit à Barack Obama d’aller au diable en septembre dernier) et l’a invité à Washington pour une visite officielle.

    Mais des conseillers de Trump affirment que le silence du président sur la question des droits de l’homme est volontaire, et s’inscrit dans une stratégie de reconstruction des alliances et création de nouvelles. L’idée de Trump est d’isoler la Corée du Nord dans la région Asie-Pacifique et créer de nouvelles coalitions au Moyen Orient et en Afrique du Nord

    L’autre vague provoqué par Donald Trump avait pour référence une Histoire américaine « alternative » dans laquelle Andrew Jackson (1767-1845), septième président des Etats-Unis, aurait très « furieux » de voir éclater la Guerre Civile dans le pays (1961-65) sauf qu’il est mort seize ans avant qu’elle n’éclate mais c’est surtout ses commentaires sur la guerre de sécession qui sont :

    Les gens ne comprennent pas la Guerre Civile, quand on y pense, pourquoi?
    Les gens ne se posent pas la question, mais pourquoi y a-t-il eu une Guerre Civile? Pourquoi n’a-t-on pas réussi à l’éviter?

    * « This Trump doesn’t go by the History books » – The New York Times
    * « Trump Keeps praising international Strong Men » – The Washington Post

***

  • Jordan Edwards (2002-2017)

    C’est le genre de bavure policière qui pourrait bien dégénérer en émeutes si les autorités tardent à mettre en place une enquête indépendante qui détermine la responsabilité de chacun des partis. 

    La mort tragique samedi soir d’un garçon de quinze ans par un officier de police de Balch Springs est déchirante. Les explications divergentes du Département de police sur la façon dont le garçon est mort sont écoeurantes.
    Il est temps de faire la lumière sur la mort de Jordan Edwards, un excellent élève de lycée qui partait d’une soirée avec des amis quand un officier a ouvert le feu qui a traversé la vitre passager et tué l’adolescent.

    La police a d’abord affirmé avoir répondu à des coups de feu tirés d’une voiture occupée par des adolescents en état d’ébriété qui leur aurait foncé dessus, puis sont revenus sur leur propos lundi après midi en expliquant que la voiture s’éloignait des officiers de police quand ils ont tiré et qu’aucun adolescents n’avait été agressif envers eux.

    L’auteur des coups de feu mortels a été suspendu par la police de Balch Springs à la suite des différentes violations relevées par les enquêteurs.

    Cinq adolescents étaient dans la voiture, dont les deux frères du jeune Edward, qui l’ont vu mourir sous leurs yeux avant que les flics ne les arrêtent et les amènent au poste de police pour une interrogation musclée.

    L’une des Représentantes démocrates du Texas, Helen Giddins, résume la situation.

    Une fois encore, notre pays doit affronter la mort d’un adolescent afro-américain et non armé dans ce qui semble être une réponse agressive des forces de l’ordre.
    Nous avons une fois de plus perdu jeune noir aux mains de la police.

    Hier après midi, le Département de la Justice américain annonçait quant à lui que les deux policiers responsables de la mort de Alton Sterling en juillet dernier à Bâton Rouge ne seraient pas poursuivis malgré la vidéo du meurtre qui montre la victime incapable de se défendre

    * « A Teen’s heartbreaking death and Balch Springs Police’s sickening explanation » – Dallas Morning News
    * « Balch Spring police fire Officer Roy Oliver who fatally shot Jordan Edwards » – Dallas Morning News

***

 

  • Dernière année pour la loterie des cartes vertes?

    Hier le Département d’Etat a révélé sur son site internet les noms des 50 000 chanceux qui ont gagné la « green card », la carte de résident permanent qui permet de vivre et travailler aux Etats-Unis pour une durée de dix ans. Si le « Diversity Visa Lottery » n’a jamais été aussi populaire, 14 millions d’applications venues du monde entier, enregistrées entre le 4 octobre et le 7 novembre 2016, veille des élections présidentielles que Hillary Clinton était censée gagner, le programme pourrait bien être amené à disparaître.
    Il est aux antipodes de la politique d’immigration de Trump qui vise à limiter l’arrivée de nouveaux immigrés dans le pays, que ce soit de manière légale (restriction du visa de travail H1-B) ou non (arrestations et expulsions d’individus en situation irrégulière et ce fameux mur).
    Il n’a jamais évoqué le sujet mais la majorité républicaine s’en est chargée à travers deux propositions de loi déposées en février dernier, une au Sénat et une devant la Chambre des Représentant qui élimineraient un programme « rongé par la fraude, qui n’a aucun intérêt économique ou humanitaire.
    Les conditions d’application pour la loterie sont extrêmement simples: Pas besoin de sponsor, d’employeur ou de membre de la famille qui soit américain, il suffit d’être un adulte avec un baccalauréat ou une expérience professionnelle de deux ans et faire la demande en ligne et ceux qui remportent le sésame peuvent en faire bénéficier leur famille.
    Depuis sa mise en place en 1990 pour diversifier les populations immigrées aux Etats-Unis, the « Diversity Immigrant Visa » a permis à un million d’étrangers de s’installer aux Etats-Unis.

    * « Despite Trump, millions hope to win what could be the last U.S. Green Card lottery » The Washington Post
    *
    « One in a million chances at a better life » – The Guardian
    *
    « Cotton and Trump plot crackdown on legal immigration » – Politico
    *
    « Fix Immigration. It’s what voter Want » – The New York Times

***

 

  • Derniers secrets sur la mort de Kennedy bientôt révélés

    Quelques semaines avant qu’il assassine le président John F. Kennedy in Dallas, Lee Harvey Oswald est parti à Mexico City pour demander un visa à l’ambassade soviétique et cubaine. Les documents qui montrent ce que savait le gouvernement du voyage de 1963 ont été tenus secret pendant plus de 50 ans. Ce sont les derniers que l’assassinat de JFK qui doivent être rendus public avant cet automne. A moins que le président Trump l’en empêche.

    Les Archives Nationales possèdent plus de cinq millions de pages, photos, enregistrements sur la mort du président Kennedy réunis à partir de 1992 dans le JFK Assassination Records Collection Act, dont 90% sont déjà disponibles, 1% (environ 3000 documents) restent scellées car elles représentent toujours un danger pour la sécurité nationale et le reste devrait être rendu public cette année, 25 ans plus tard: plusieurs dizaines milliers de documents connus des spécialistes et 3 600 qui seront dévoilés pour la première fois et qui pourraient les aider à déterminer si oui ou non, le président Kennedy a été victime d’un tueur isolé (version officiel du FBI et de la CIA) ou d’un complot.

    Aucun autre tragédie n’a autant suscité de théories du complot dans le pays que l’assassinat du président Kennedy et engendré de soupçons à l’encontre du gouvernement.

    * « Last trove of JFK records set for release » – Star Tribune
    * « Will Trump release the Missing JFK Files? » – Politico

***

  • La fabrique de milliardaires

    La compagnie s’appelle Renaissance Technologies et la page d’accueil de son très discret site internet, décrit une société de gestion de placements quantitatifs qui vise à produire des rendements exceptionnels pour ses investisseurs en respectant strictement les méthodes mathématiques et statistiques.
    Depuis sa création en 1982, Renaissance est devenu l’un des fonds d’investissement les plus rentables au monde, notamment à travers le Medallion Fund qui a engendré 55 milliards de dollars de bénéfice ces 29 dernières années grâce à un retour sur investissement de 35% et qui n’a pour clients que ses propres employés.
    Le fondateur de la firme, Jim Simons et son partenaire le plus ancien, Henry Laufer sont aujourd’hui milliardaires, et les deux autres associés et co-P.-D.Gs, Robert Mercer (un soutien financier de Trump) et Peter Brown, arrivés au début des années 90 sont en passe de le devenir. Les quatre hommes et le Chief Financial Officer Mark Silber, possèdent 70% (dont 25 à 50% pour Simons) de la compagnie qui gère environ 42 milliards d’actifs.
    La petite compagnie de 300 employés compterait dans ses rangs une centaine de scientifiques de très haut niveau qui ont mis au point « des millions de lignes de codes informatiques » permettant de déterminer dans quelles sociétés investir.
    * « This Hedge Fund may Be Poised to Create The Most Billionaires »Bloomberg

 

***

  • « The Rogue Employee »

    Une enquête de CNN révèle l’histoire extraordinaire de cette interprète du FBI envoyée en mission en Syrie en 2014 pour espionner l’un des dignitaires de Daech qu’elle a fini par épouser.
    Daniela Greene qui disposait d’un accès à des informations ultra-confidentielles (« top-secret security clearance ») est une affaire compliquée et embarrassante pour le FBI puisqu’elle a trahi son Bureau, sa mission, mis en danger la sécurité nationale de son pays et n’a été emprisonnée que deux ans – elle a été récemment libérée.
    Née en Tchécoslovaquie, Greene a grandi en Allemagne puis est parti vivre aux Etats-Unis où elle a épousé un militaire américain avant d’entrer au Federal Bureau of Investigation en 2011. Début 2014, elle a été chargée d’enquêter sur un « individu A », Denis Cuspert, un rapper allemand devenu djihadiste respecté de Daech et partie l’épouser en Syrie six mois plus tard, prétextant un voyage de famille en Allemagne.
    Un mois plus tard elle commençait à avoir des doutes sur son geste et a réussi a s’échapper de Syrie et rentré aux Etats-Unis où elle a été immédiatement arrêté.
    Si Greene a reçu une peine aussi légère c’est parce qu’elle a coopéré et du apporter des informations importantes aux services de renseignements:

    La plupart de ceux qui veulent infiltrer Daech en Syrie risquent d’avoir leur tête coupée. Qu’elle ait été capable de rentrer en tant qu’Américaine, femme et employée du FBI, et de s’installer avec l’un des leaders de l’Etat Islamique suggère que tout ait été coordonné [par les membres de l’organisation terroriste].

    * « The FBI Translator who went rogue and married an ISIS terrorist » – CNN

 

  • Couverture du Jour

    Il n’y aura pas de grèves des scénaristes américains qui ont trouvé un accord avec les studios de cinéma. C’est la cover story de Variety cette semaine.