27.03.17: A la une des quotidiens américains

 

 

  • Trump se tourne vers les Démocrates

    Après l’échec de l’American Health Care Act, provoqué entre autres par le refus de la droite dure de s’aligner derrière le parti républicain et le porte de la majorité à la Chambre de Représentants, Paul Ryan, Donald Trump pourrait se tourner dans le futur vers les Démocrates modérés pour tenter de construire une coalition mixte qui lui permette de commencer à faire passer son programme devant le Congrès.

***

 

  • Les armes dans les campus

    La principale raison pour laquelle je soutiens le droit du port d’arme dans les campus, c’est que je suis autorisé à le porter quasiment partout dans l’Etat de Géorgie sans aucun problème, mais dès que je franchis une ligne imaginaire, je deviens soudainement trop dangereux pour me protéger moi-même,

    Alex Ward, un étudiant en droit de Georgia State University doit faire le trajet nocturne du campus de l’université, situé downtown Atlanta jusqu’au parking où il gare sa voiture sans la possibilité de porter une arme, interdit par l’université.
    Pour certains férus d’armes à feu, « un campus sans armes est un environnement dangereux pour les étudiants et pour la faculté » et porter une arme à leur bien être, mais dans un amphithéâtre ou une salle de classe – on ne compte plus les attaques qui ont lieu dans les établissements universitaires et scolaires ces dernières années dans le pays.

    Heureusement la plupart des 36 000 étudiants, professeurs et staff que compte Georgia State University sont contre l’autorisation du port d’arme, mais la pression des défenseurs du Second Amendement continue, malgré la décision du gouverneur de l’Etat, Nathan Deal, de mettre son veto contre la proposition de loi l’année dernière – qui autorisait également les armes dans les crèches. 
    La proposition doit être débattue à nouveau cette année mais pour les campus uniquement.

    Les chiffres
    Neuf Etats aux Etats-Unis permettent le port d’armes dans les universités (Texas, Colorado, Utah, Idaho, Wisconsin, Kansas, Mississippi, Oregon), 24 autres laissent le choix aux Universités de décider et 17 ont interdit les armes dans les campus

    * « Fate of Campus carry bill uncertain »The Atlanta Journal Constitution

***

  • Ces femmes qui cumulent les préjugés dans l’Amérique de Trump

    Reportage sur ces mexicaines-américaines qui ont choisi de se convertir à l’Islam et qui représentent le groupe ethnique le plus dynamique de la communauté musulmane et mais symbolisent aussi les trois cibles privilégiées du président Trump: les femmes, les Mexicains et les Musulmans.
    Une situation difficile pour ces femmes « qui ne se sentent chez elles nulle part » et qui sont rejetées, même au sein même de leur propre communauté, notamment latino.

    « You never feel at home in either place »Los Angeles Times

***

 

  • Une famille d’immigrés divisée sur Trump

    Ils sont Mexicains. Les parents ont émigré il y a plus de vingt ans aux Etats-Unis et ont voté Trump pour « préserver le rêve américain pour lequel lui et sa femme ont tellement travailler à construire une vie meilleure pour leurs enfants.
    Ils appartiennent à ces 28% de latinos qui ont voté pour le candidat républicain en novembre dernier, après une campagne au cours de laquelle il a promis de construire un « grand mur » le long de la frontière mexicaine.
    Une décision impensable les enfants, la seconde génération d’immigrés, née en Amérique, qui est choqué par les discours d’exclusion du président

    « Immigrants’s Family divided over Trump » –  San Francisco Chronicle

 

 

21.03.17: A la une des quotidiens américains

 

On vous a sélectionné les principaux éditoriaux de la presse américaine au lendemain des auditions du chef du FBI, James Comey et de la NSA, Mike Rogers qui ont démenti toute mise sur écoute de Trump pendant la campagne présidentielle mais reconnu l’existence d’une enquête sur la nature des relations entre la Russie et les conseillers du candidat républicain avant les élections.

Le seul à paraître un peu sceptique, c’est le Wall Street Journal qui se plaint que « Comey [didn’t] say much »

A la une des quotidiens, lundi 27 février 2017: LES OSCARS!

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

« Je dois remercier Donald Trump car rappelez vous l’année dernière quand les critiques disaient que les Oscars étaient racistes » a déclaré Jimmy Kimmel, le présentateur de ABC et des Oscars en début de cérémonie.

La principale leçon à retenir de cette 89ème cérémonie qui a eu lieu hier à Los Angeles, c’est la diversité de nominés et des vainqueurs: Mahershala Ali est le premier musulman (et afro-américain) à remporter un Oscar, celui de meilleur second rôle masculin pour « Moonlight »; Viola Davis, actrice afro-américaine a remporté la meilleure second rôle féminin (après un Tony Awards et un Emmy Award) our le film de Denzel Washington « Fences ».
L’Oscar du meilleur film a été décerné à l’histoire d’un jeune homosexuel afro-américain.
Effectivement, la polémique #OscarSoWhite qui a entouré les deux dernières cérémonies de 2015 et 2016 dans lesquelles les quatre principales catégories (Meilleur acteur/actrice et second rôle masculin et féminin) n’avaient que des acteurs blancs est désuète cette année.
Grâce à la réalisation de films politiques forts comme « Hidden Figures », « Moonlight » et « Fences » et à un changement de politique initiée par la présidente des Oscars, Cheryl Bone Isaacs, qui a rajeuni et diversifié les membres du Comité venus du monde entier – Lire cet excellent article du New Yorker, « Shake Up at the Oscars ».

Jezebel, le site féminin était visiblement mécontent de la victoire de Casey Affleck comme meilleur acteur pour « Manchester By The Sea » en qualifiant le frère de Ben de « fucking creep » pour avoir harcelé une productrice et insulter plusieurs femmes sur un tournage – accusations démenties par l’intéressé.