08.11.17

 

Il y a un an, Donald Trump battait Hillary Clinton aux élections présidentielles américaines.

 

1. « Tsunami Election »

 

 

Bill de Blasio, le maire démocrate de New York a été réélu facilement pour quatre ans hier avec 66% des voix contre Nicole Malliotakis, la candidate républicaine malgré une mobilisation très faible de 22%. Daily News

« Ce soir, New York a envoyé le message à la Maison Blanche. C’est le suivant: On ne peut pas s’en prendre aux valeurs de New York et gagner Mr le président. Si vous vous retournez contre les valeurs de votre ville natale, votre ville se défendra.

Le New York Post qui déteste de Blasio partageait son dépit ce matin.

 

 

En Virginie, la démocrate Danica Roem, 33 ans, est devenue la première transgenre à remporter un siège dans un parlement américain en battant Bob Marshall, réélu depuis 1992 et défenseur de la « bathroom bill » qui aurait interdit aux personnes comme Roem d’utiliser les toilettes de son choix. Washington Post

Un an après la pire défaite de leur histoire les Démocrates avaient le sourire aux lèvres hier après la large victoire de Ralph Northam au siège de gouverneur de Virginie contre le républicain Ed Gillespie, pourtant soutenu par le président.
Dans le New Jersey, c’est le démocrate Phil Murphy qui succédera au gouverneur républicain Chris Christie, détesté de tous – National Review

Dans ce scrutin qui a ouvert la voie aux élections de mi-mandat de 2018, les électeurs ont rejeté le président Trump et offert aux Démocrates une grande victoire dans un « swing state » qui leur donne l’espoir de regagner le pouvoir à Washington.

 

 

En Caroline du Nord, la ville de Charlotte vient d’élire la première maire démocrate afro-américaine Vi Lyles

 

 

A Manchester, dans le New Hampshire, la démocrate Joyce Craig sera la première femme de l’histoire de la ville à occuper le siège de maire. Elle a battu le maire sortant, Ted Gatsas.

 

 

2. Great Gun Divide

 

A chaque nouvelle tuerie, les Démocrates et médias libéraux du pays appellent à un renforcement du contrôle des armes, mais pour Jonah Goldberg de National Review, ces appels répétés n’aboutissent à rien car « les pro-armes veulent en faire une lutte au nom de la guerre culturelle alors que les anti prétendent que ça n’a rien à voir ».

Mais la principale raison pour laquelle rien ne change, c’est parce que la défense du Second Amendement est un enjeu politique majeur pour les Américains, et que la capacité de mobilisation, au niveau électoral notamment, des détenteurs d’armes à feu est bien plus importante que celle des partisans d’une régulation des armes à feu, pour qui ce thème n’est pas central dans leur choix de vote.

Selon Gallup, 76% des Américains sont contre l’interdiction de la possession d’armes à feu.

C’est une expérience intéressante  de se demander à quoi ressemblerait l’Amérique si les partisans du contrôle des armes à feu commençaient à confisquer les armes de propriétaires respectueux de la loi. A part des retombées financières catastrophiques pour la NRA, des millions d’Américains verraient leurs pires soupçons se confirmer, et le profond ressentiment ancré dans l’Amérique « rouge » ne ferait qu’empirer et au delà de tout ce qu’on a déjà vu. Peut être qu’il y aurait moins de tueries et moins de morts bien que je sois sceptique la dessus. Mais Je suis sûr que notre politique serait pire qu’elle ne l’est déjà aujourd’hui.

« The Great Gun Divide »National Review

 

 

 

3. Conflits d’intérêts

 

 

Le New York Times a publiquement rompu les liens hier avec son cabinet d’avocat, « Boies Schiller and Flexner » après la publication de la seconde enquête de Ronan Farrow dans le New Yorker cette semaine sur « les espions de Weinstein » qui décrit comment cette firme a essayé de cout-circuiter leurs recherches en engageant une agence spécialisée dans l’espionnage pour enquêter sur ses propres journalistes.

David Boies, un partenaire de la firme, affirme que le quotidien savait qu’il pouvait travailler avec des clients dont les intérêts sont contraires à ceux du Times.

David Boies est le deuxième grand avocat américain à voir sa carrière endommagée après avoir défendu Harvey Weinstein. La première, Lisa Bloom, a elle aussi du abandonner son client après l’accumulation et l’aggravation des accusations portés contre lui – Associated Press

 

 

4. Si vous avez le temps de lire:

 

 

 

  • Un reporter de Businessweek a dîné avec Al-Walid une semaine avant son arrestation par les autorités saoudiennes dans le cadre d’une « campagne contre la corruption ». Le journaliste revient sur sa relation avec l’homme d’affaires, qui comme le prince héritier Mohammed ben Salmane, qui a ordonné son arrestation, est favorable à une réforme des institutions du pays.
    * « I dined with Alwaleed in the Desert Days Before His Arrest »Businessweek

 

  • Pour les amoureux de New York et de presse magazine, New York magazine publie un livre de 482 pages pour ses cinquante ans, et ça à l’air génial. Vous pouvez y jeter un coup d’oeil ici ou

 

 

 

 

5. A Ecouter

 

« 2016: What I should have done differently ». Dernier épisode de la série de podcasts de Politico intitulée « Women Rule » qui interrogent cinq femmes ayant participé aux campagnes de Clinton, Cruz, Rubio, Sanders et Trump l’année dernière et « ce qu’elles ont appris, ce qu’elles auraient fait différemment, et quand est-ce qu’elles voient une femme à la Maison Blanche

 

 

 

6. On vit une époque formidable

 

  • La compagnie de divertissement Walt Disney Co. a refusé d’inviter le Los Angeles Times aux avant premières de ses films à cause d’une enquête polémique du quotidien californien sur Anaheim, la ville du comte de Orange, dans la grande banlieue de L.A. qui accueille Disneyland Park (« Is Disney paying its share in Anaheim? »).
    Devant la pression et le boycott de quotidiens (The New York Times), journalistes (WaPo) et associations de critiques, Walt Disney est revenu sur sa décisionThe Wrap
  • L’ironie de l’histoire, c’est que Disney, le premier groupe de divertissement au monde, est très présent dans l’industrie des médias (ABC News, ESPN, ESPN Magazine): En gros, c’est groupe de médias qui en a directement un autre. – Politico

 

  • Nike dans l’embarras: La compagnie américaine qui a remporté en 2015 un contrat de un milliard de dollars pour devenir l’équipementier officiel de la NBA pendant huit ans, à compter de cette année, doit revoir le design de ses maillots, trop légers et près du corps, qui n’arrêtent pas de déchirer sur les courtsESPN
    Par ailleurs, les grandes stars de basket qui ne sont pas sous contrat avec Nike, qui a été autorisé à mettre son logo sur les uniformes, font tout pour le cacher.  Business Insider

 

  • Barack Obama est en train de récolter des centaines de millions de dollars pour la construction du Barack Obama Presidential Center, un complexe de 80 000 m2 qui doit ouvrir dans le « South Side » de Chicago en 2021 qui ne fait pas que des heureux: Les habitants de ce quartier populaire de la « Wind City » craignent que « Obamaland », censé abrité un musée et une bibliothèque, ne fasse augmenter les prix de l’immobilier et les poussent éventuellement à partir.

 

  • La suppression du « home button » du dernier Iphone X est un cauchemar pour de nombreux utilisateurs de Apple. Des tutoriaux ont été créé pour leur venir en aide – Co.Design

 

 

7. Couv’ du Jour: Femmes et Marines, au delà de l’uniforme

 

 

  • Le Washington Post magazine consacre sa « cover story » à huit femmes actives ou retraités de l’unité d’élite de l’armée américaine, les Marines dont la réputation a été entachée au début de l’année par les révélations de l’existence d’une page Facebook, Marines United, forte de trente mille membres, où étaient partagées des photos explicites de leurs collègues féminines.
    Elles racontent leur expérience au sein des Marines (où elles ne représentent que 7% des effectifs) et la vie quotidienne en dehors, pourquoi elles ont choisi d’y entrer et dans quelles circonstances, elles l’ont quitté.
    « The Few, The Proud »Washington Post magazine

26.10.17

 

 

1. Les filles de Boko Haram

 

 

 

 

  • Culottée, la une du Monterey County Weekly sur cet « investisseur qui saigne à blanc et ruine votre quotidien », le Monterey Herald, un quotidien du comté de Monterey en Californie.
    En 2013, la compagnie mère du Monterey Herald, MediaNews Group a fusionné avec 21st Century Media pour devenir Digital First Media, l’un des plus importants groupes de presse américains, et accusé depuis d’avoir « fermé ou radicalement réduit des journaux importants comme Oakland Tribune, le San Jose Mercury News, St Paul Pioneer Press et The Denver Post ». The Monterey Herald

 

 

  • Amazon Key, c’est le nouveau gadget du géant de la vente en ligne qui permet aux livreurs Amazon de déposer les produits Amazon directement chez vous – et éviter de vous faire voler votre colis laissé devant chez vous ou d’attendre des plombes à la poste pour le récupérer. Grâce à une technologie reliant une serrure intelligente (« smart lock ») et une caméra Amazon au dessus de votre entrée (Amazon Cloud Cam), vous pouvez être livré en toute sécurité même si vous n’êtes pas là.
    Le service débute le 8 novembre dans plusieurs villes des Etats-Unis. – The Verge

 

 

  • Trois semaines après la pire fusillade de l’histoire des Etats-Unis – 58 morts et plus 500 blessés en dix minutes – les parlementaires républicains refusent d’interdire les “bump stocks”, cet outil qui transforme un fusil en arme automatique, utilisée par le meurtrier, Stephen Paddock, sous prétexte qu’il n’appartient pas au Congrès de légiférer sur les armes. The NY Daily News

 

 

 

2. TRUMPLANDIA: Une réisistance inutile

 

  • Trump a qualifié de « disgrâce » l’implication du Comité Nationale Démocrate dans le fameux dossier sur Trump et la « golden shower » publié par Buzzfeed au début de cette année. 

 

  • Malgré les récentes attaques de McCain, Flake et Corker, le parti républicain n’a jamais été aussi « uni » a tweeté ce matin Donald Trump juste avant d’annoncer le vote du budget devant la Chambre des Représentants. – The New York Times


    Il ne fait aucun doute que Trump et ses confrères ont essayé de se débarrasser de Flake parce qu’il a été critique envers lui. On s’attend à ce genre de vanité de la part de Trump – c’est sa marque de fabrique et elle lui appartient – mais pas de la part d’élus [Kelly Ward] ou de commentateurs [Laura Ingraham, Sean Hannity, Steve Bannon] – The Weekly Standard

    Mais les Républicains de Washington ont décidé de riposter contre les attaques et menaces répétées de Bannon qui veut remplacer les élus du parti avec ses propres candidats d’extrême droite aux prochaines élections de 2018 et … détruire Mitch McConnell, le chef de la majorité au Sénat. L’intéressé va utiliser les millions de dollars du Senate Leadership Fund pour tenter de discréditer Bannon sur ses positions populistes, voire racistes et soutenir des candidats « modérés » – The Washington Post

 

  • Pour Jonathan Tobin de National Review, les Républicains vont devoir choisir entre critiquer Donald Trump et faire le jeu des Démocrates ou la fermer et essayer de faire passer le programme conservateur du parti en coopérant avec l’administration. C’est la raison pour laquelle, selon lui, la « résistance républicaine » est une cause perdue, et les républicains resteront du côté du président
    * « Jeff Flake and the republican Resistance »National Review

 

 

 

3. La liste des SHITTY MEDIA MEN 

 

 

 

  • Depuis les révélations sur le producteur Harvey Weinstein il y a trois semaines dans le New York Times, il n’y a pas eu une journée sans que de nouvelles victimes témoignent et que des têtes tombent: Roy Price (Amazon), Lockhart Steele (Vox), Leon Wieseltier (ancien rédacteur en chef de New Republic), Chris Savino (créateur de « Bienvenue chez les Loud »), John Besh (un chef renommé).
    Hier c’est Mark Halperin, un consultant politique dans l’émission Morning Joe sur MSNBC et producteur du reality show politique « The Circus » a été mis sur la touche après avoir été accusé de harcèlement sexuel par cinq femmes lorsqu’il travaillait pour ABC au début des années 2000. – CNN

 

  • Mark Halperin figurait sur la « SHITTY MEDIA MEN », un Google Doc créé après le scandale Weinstein par des femmes journalistes qui recense tous les hommes puissants et importants de cette industrie accusés de harcèlement sexuel. Les témoignages dénoncent des « flirts », des « déjeuners bizarres » mais aussi des violences physiques et viols. Buzzfeed
    La liste n’a pas été publiée pour des raisons évidentes même si la plupart des rédactions en ont une copie.
    Mike Cernovitch, le blogger d’extrême droite, lui-même accusé de viol dans le passé, a une copie de cette liste qu’il a refusé de publier « sans donner un droit de réponses aux accusés ».
    Résultat: Il s’est complètement accaparé une initiative lancée par des victimes de harcèlement sexuel pour dénoncer le pouvoir des puissants.

 

  • Essai très intéressant de Brit Marling sur « la difficulté de négocier avec les forces invisibles du privilège et du pouvoir dans les expériences sexuelles » et comment il est parfois difficile pour une femme de savoir dire non dans une culture qui nous a appris à ne pas avoir confiance en nous, ou à nous juger à travers le regard de l’homme. »
    « Harvey Weinstein and the Economics of Consent » The Atlantic

 

  • La carrière de Lisa Bloom, ancienne avocate de Weinstein et championne du droit des femmes, qui a essayé tant bien que mal de défendre son client jusqu’à ce qu’elle l’abandonne et s’excuse publiquement, en a pris un sacré coup et elle le mérite. The Daily Beast

 

 

 

 

4. ON VIT UNE EPOQUE FORMIDABLE

 

  • Yashar Ali est la nouvelle coqueluche de Twitter: Avec 185 000 abonnés, des scoops à la pelle (de Fox News à Harvey Weinstein), une reconversion dans le journalisme après une carrière politique du côté démocrate. Son portrait dans Buzzfeed News

 

  • En attendant que les Archives Nationales américaines publient sur leur site internet les derniers documents confidentiels sur l’assassinat de Kennedy, un bon recap du Washington Post

 

  • Le dessin d’une boite de Kellog’s représentant un mall rempli de corn pops où l’agent d’entretien est le seul « brown » a été taxé de raciste et la marque de céréales a du s’excuser et modifier le dessin. – USA Today

 

  • Steven Seagal, l’acteur américain spécialisé dans les Arts martiaux avant de se lancer dans le bouddhisme, de prendre quelques kilos et d’adopter la nationalité russe avec son pote Poutine, est devenu un « vrai vilain » façon James Bond. Hier sur la télé britannique, il a critiqué la protestation pacifique des joueurs de football, les supporters d’Obama et défendu Trump et la Russie – The Daily Beast

 

 

5. LA COUV

  • Depuis la campagne présidentielle, les designers ont redoublé de créativité et d’intelligence pour tenter d’expliquer cette nouvelle ère Trump et produire des couvertures toujours plus belles, pertinentes et drôles. Merci!En parlant de couvertures, le directeur de la création de The Atlantic nous explique comment créer une bonne couverture sur Trump et son administration. TOP.
    « The Art of the Trump Cover »