Weiner: Oops, I did it again, and again, and again

C’est la troisième fois en cinq ans qu’Anthony Weiner, ancien député démocrate et prétendant à la mairie de New York, expert en sabordage politique, et accessoirement époux d’Huma Abedin, la conseillère la plus proche d’Hillary Clinton, se retrouve au coeur d’un scandale de « sexting ».

Couverture du New York Post du 29 Août 2016: "op Goes the Weiner"
Couverture du New York Post du 29 Août 2016: « Pop Goes the Weiner »

Scandale de Sexting dans la campagne démocrate
Cette fois-ci, ça tombe très mal, à moins de trois mois des élections présidentielles américaines avec Hillary Clinton confortablement en tête des sondages.
Ce qui explique sans doute la réaction quasi-immédiate de Huma Abedin qui a annoncé ce matin, dans un communiqué officiel, sa séparation avec Anthony Weiner.
Une décision qui aura le mérite de faire taire ceux qui avaient critiqué le soutien « aveugle » de Abedin aux côtés de son mari lors de ses deux derniers scandales.

L’affaire a été révélée hier soir par le New York Post qui en fait sa une ce matin, une sorte de tradition pour le tabloïd new yorkais qui activement participé aux révélations des infidélités « virtuelles » de l’homme politique en 2011 et 2013.

La campagne d’Hillary Clinton ne devrait pas en souffrir étant donné la discrétion légendaire de sa conseillère, Huma Abedin, dont on a pu découvrir la personnalité dans l’excellent documentaire Weiner, sorti en Mai dernier, sur la débâcle de la campagne de son mari en 2013 à la mairie de New York.
La candidate démocrate a pris ses distances avec l’ancien « congressman » dès 2011 et ne s’est plus affichée depuis à ses côtés.

"Weiner", le documentaire sorti le 20 mai 2016 Elyse Steinberg , Josh Kriegman
« Weiner », le documentaire sorti le 20 mai 2016 Elyse Steinberg , Josh Kriegman

Les Républicains se sont montrés plutôt discrets vis-à-vis de ces révélations: Donald Trump, lui aussi la cible d’attaques du New York Post il y a quelques semaines à travers la publication de photos nues de sa femme, a choisi le communiqué officiel en saluant « la sage décision d’Abedin » et en critiquant au passage le « manque de jugement d’Hillary Clinton »


Weiner « laisse filer sa seconde chance à la seconde chance »

Anthony Weiner, 42 ans, était l’un des politiciens les plus prometteurs de sa génération. Membre du parti démocrate, il a obtenu un siège au Congrès américain dès 2008, et promis à un avenir en or quand il a épousé Huma Abedin, déjà conseillère d’Hillary, sous les auspices de Bill Clinton, en 2010.
Ils ont un garçon en 2011.

C’est cette année là que Andrew Breitbart, créateur du site d’info conservateur Breibart News, révèle des photos très graphiques que Weiner aurait posté par erreur puis rapidement effacé de son compte Twitter.
Après avoir laborieusement avoué être à l’origine des clichés, il a démissionné de son poste de député, s’est retiré des médias sociaux et promis à sa femme et ses supporteurs de ne plus jamais recommencé.

Son crime? Envoyer des photos, parfois explicites de son sexe à des jeunes groupies qui le suivent sur Twitter.

 

Couverture du New York Times magazine du 14 Avril 2013 avec Huma Abedin et Anthony Weiner en couverture
Couverture du New York Times magazine du 14 Avril 2013 avec Huma Abedin et Anthony Weiner en couverture


Deux ans plus tard, à la faveur d’un article trop favorable du New York Times magazine sur la solidité du « power couple » Abedin-Weiner, ce dernier a annonce son retour en politique et le début de sa campagne à la mairie de New York – là où commence le documentaire Weiner.

Une campagne plutôt réussie puisqu’il est largement en tête des sondages à quelques semaines des élections jusqu’à ce qu’un nouveau scandale de sexting éclate en Juillet, où il reconnaitra avoir texté de nouvelles photos de son penis sous le pseudo « Carlos Danger ».
Il décide néanmoins de poursuivre sa campagne qu’il perd avec 5% des voix.

C’est donc le troisième scandale qui touche Weiner, dont l’homonyme « wiener » signifie penis en anglais, et cette redondance donne à ces dernières révélations des air des « déjà vu » qui limiteront les conséquences sur la suite de la campagne présidentielle.

Toute éventualité de retour en politique de Weiner semble désormais improbable.

L’étrange histoire d’Anna Stubblefield

Capture d'écran de la Photo de Jonno Rattman pour le New York Times magazine publiée le 25 Octobre 2015
Capture d’écran de la Photo de Jonno Rattman pour le New York Times magazine publiée le 25 Octobre 2015

 

Il a été pris de nausée. Ce qui les a rendu si mal à l’aise n’était pas le fait qu’Anna soit âgée de 41 ans et D.J. 30 ou que Anna soit blanche et J.D. noir, ou encore que Anna soit mariée et mère de deux enfants et que D.J. ne soit jamais sorti avec personne. Ce qui les a choqués – et a entrainé le scandale puis le procès en assise et la procédure civile de plusieurs millions de dollars – c’est que Anna pouvait communiquer et pas D.J. ; qu’elle était professeure d’éthique à l’université de Rutgers – Newark [New Jersey] et que D.J. a les capacités mentales d’un enfant aux yeux de l’état.

 

Publiée en “Cover Story” du New York Times Magazine l’année dernière, “L’étrange affaire de Anna Stubblefield” raconte l’histoire d’amour entre une professeure d’université, mariée et mère de famille, avec l’un de ses élèves, handicapé physique et mental. Convaincue de la sincérité de ses sentiments jusqu’à son procès, Anna Stubblefield en a tout perdu : son métier, son mariage, ses enfants.
Elle a été condamnée en Janvier 2015 à 12 ans de prison pour agression sexuelle.

Une vie et une carrière de lutte contre les « opprimés »
Lorsqu’elle fait la connaissance de D.J. en 2011, Anna Stubblefield enseigne la philosophie à Rutgers University dans le New Jersey et milite activement pour les droits et l’insertion des handicapés, une lutte que ses parents ont commencé des années plus tôt; c’est aussi une experte en philosophie africaine qui a publié de nombreux ouvrages et essais autour des thèmes de l’éthique et de « la race ».

Inquiète des effets du « racisme assimilé » des « blancs » qui ont« trop souvent envahit et détruit l’espace des ‘non blancs’ « , elle avance l’idée selon laquelle « l’intellect d’une personne – qui détermine si une personne est handicapée ou non – peut aussi être une construction sociale (…) au même titre que la race, le genre ou la sexualité ».
Dans cette logique, le Q.I., dont « les élites [blanches] ont défini la mesure », est une rationalisation et outil de d’oppression anti-noir ».

« Si les afro-américains pauvres sont les membres les plus vulnérables de notre société, écrit-elle en 2009, alors les pauvres afro-américains handicapés – des jeunes hommes comme J.D., né avec une paralysie cérébrale , élevé par une mère célibataire, apparemment incapable de communiquer, sont les plus vulnérables des vulnérables. »

C’est le frère de D.J, Wesley, l’un des élèves du professeur Stubblefield à Rutgers University, qui l’a approchée en 2009, le visionnage d’un documentaire « Autism is a World » dans lequel une jeune autiste qui réussit à rentrer à l’université grâce à la méthode dite de « la communication facilitée » – une méthode qu’Anna avait décidé d’apprendre l’année précédente et commencé à exercer avec D.J.

Schéma paru dans le New York Times sur la communication facilitée
Schéma paru dans le New York Times sur la communication facilitée

Une méthode controversée
La méthode, inventée en Australie dans les années soixante-dix, consiste à aider le patient à identifier, avec sa main ou l’un de ses doigts, sur un clavier d’ordinateur, des lettres pour construire des mots et formuler des phrases. La méthode n’a jamais été acceptée par la communauté scientifique.

Elle s’est néanmoins répandue dans les services de l’aide aux handicapés à la fin des années 80 avec une « ferveur quasi-religieuse » et que la mère d’Anna a été l’une des premières à exercer aux Etats-Unis. Présentée comme un « miracle » dans les magasines d’informations, la F.C ou Facilitated Communicated a rapidement été remise en questions lorsqu’une soixantaine de patients a porté plainte pour agressions sexuelles.

Au delà de ce scandale, les principales critiques portaient sur l’inefficacité de la méthode car « la plupart des messages que les gens incapables de parler [faisaient] n’étaient pas les leur mais ceux de leur « facilitator«  – le rôle qu’a exercé la professeure Stubblefield auprès de D.J.

Au procès, elle a expliqué qu’elle est progressivement tombée amoureuse de son patient en même temps qu’elle s’est rapprochée de sa famille. Après deux ans de travail, D.J. est devenu un modèle de réussite de la communication facilitéil a commencé à témoigner de son handicap dans des conférences sur l’autisme et suivre des cours de littérature africaine à l’université.
Un succès que sa mère et son frère n’ont partagé qu’a moitié puisqu’ils n’ont jamais pu entrer en communication avec lui – c’est ce qui a d’ailleurs entraîné les premiers soupçons du frère de D.J. sur la méthode de Anna.

De « facilitator » au viol
En mai 2011, Anna a révélé sa relation à la famille de D.J. et s’est engagée à quitter mari et enfants pour s’installer avec lui. La mère et le frère ont immédiatement coupé les ponts avec elle, et c’est seulement après que Anna se soit plaint de cette décision et du bien-être de D.J. auprès de la direction de son programme de jour que la famille a décidé de porter plainte.

Dans une lettre adressée au doyen de Rutgers University, Wesley, le frère de D.J. « a accusé Anna de devenir son propre cauchemar »: Ses tentatives répétées pour voir D.J. et insinuer que ma mère et moi ne savons pas ce qui est dans son meilleur intérêt est insultant et s’apparent à un préjugé racial sur la capacité de parents noirs à éduquer convenablement leurs enfants.

S’en est suivi l’arrestation, le procès et la condamnation de la professeure pour le viol d’un handicapé.

En attendant sa condamnation, Anna Stubblefield a écrit au juge: « Je pensais que lui et moi étions des équivalents intellectuels, que notre relation était consensuelle et aimante. Je n’ai jamais voulu lui faire de mal, je n’avais rien à gagner. »

Aujourd’hui et malgré les controverses qui continuent d’entourer la communication facilitée, de nombreux parents et thérapeutes continuent de l’utiliser cette méthode pour essayer de communiquer avec les autistes et handicapés.

 

The New York Times Magazine: « Occupy Hillary »

Une coalition de progressistes tentent de promouvoir les idées inspirées du mouvement « Occupy Wall Street » au sein de l’establishment politique.
Le candidat démocrate sera-t-il prêt à les recevoir?

A lire ICI

Semaine du 18 au 24 Juillet 2016

1468442306

The Economist - Semaine du 17 Juillet 2016
The Economist – Semaine du 17 Juillet 2016
Time Magazine - Semaine du 25 Juillet 2016
Time Magazine – Semaine du 25 Juillet 2016
The Atlantic - Numéro Juillet/Aout 2016
The Atlantic – Numéro Juillet/Aout 2016

Semaine du 11 au 17 juillet

Ce diaporama nécessite JavaScript.