Le NYtimes.com à ses lecteurs: comment continuer à nous lire sur Facebook

Ou comment déjouer la nouvelle directive de Mark Zuckerberg

Nous l’avons annoncé cette semaine sur Le Kiosque de New York, Facebook a décidé de changer ses algorithmes et privilégier sur votre fil d’information le contenu posté et partagé par vos « amis » plutôt que celui diffusé par les médias.
Etant donné que la plupart des infos en ligne sont aujourd’hui lues à travers les médias sociaux (Facebook et Twitter), c’est un coup dur pour les organes de presse, qui ont vite fait de réagir, à l’instar du New York Times.

Sur son website, le quotidien explique à ses lecteurs comment continuer à recevoir leurs posts sur leur fil d’information.
C’est assez amusant de lire un journaliste tenter d’expliquer comment « aimer » une page – en appuyant sur le bouton « J’aime » avec la souris!
Il vous est donc suggéré, si vous le souhaiter, de « voir en priorité » ou « par défaut » les dizaines de posts diffusés par la page facebook du New York Times, selon que vous êtes féru(e) ou non d’infos – Et le journaliste de rappeler avec honnêteté que les algorithmes de Facebook sont justement là pour vous offrir le contenu que vous souhaiter.

A lire ICI

Le Dallas Morning News a fait exactement la mieme chose ce matin, lundi 4 juillet

A Lire également cette analyse un peu détaillée des raisons pour lesquelles Facebook a décidé de changer ses algorithmes dans le New Yorker

Facebook moins informatif et plus friendly

Le mastodonte des médias sociaux a annoncé dans un post ce matin qu’il allait désormais modifier les contenus du fil d’information (news feed) de ses abonnés.
A partir du mois prochain, le contenu partagé entre amis sera privilégié par rapport au contenu diffusé par les médias.
Ceux qui utilisent Facebook à des fins amicales et sociales seront ravis au contraire de ceux qui l’utilisent comme une revue de presse instantanée.

Au delà des utilisateurs, ce sont surtout les organes de presse qui sont touchés par ce changement.
Aujourd’hui, la plupart des internautes accèdent à l’information à travers les médias sociaux, et les milliers de post diffusés chaque jour sur le news feed – bien plus qu’en accédant directement aux sites d’information.
Pour le site journalistique Poynter, c’est un revers pour les éditeurs, qui comptent sur leur pages Facebook pour attirer du traffic sur leur propres sites.

Ce changement du fil d’information va vraisemblablement être capital pour les organes de presse qui s’appuient sur Facebook comme source majeure de traffic « rapporté ». Ca touchera davantage les éditeurs dont les revenus proviennent des annonceurs (qui misent sur une large quantités de pages vues) que ceux dont les revenus viennent des utilisateurs (qui sont moins dépendants des aléas des utilisateurs de plateforme comme Facebook)

A lire sur le Nytimes.com