1er Jour de la Convention du Parti Républicain: Entre défilé de has-been et le tout sécuritaire

Donald Trump avait promis à ses électeurs une « A-list » de sportifs invités à parler sur la scène de la Convention Nationale du parti républicain qui s’est ouverte lundi 18 juillet dans la ville de Cleveland dans l’Ohio: le quaterback des New Englands Patriots et époux de Gisele Bunchen, Tom Brady, l’ancien boxeur Myke Tyson, ou le jeune retraité du football américain, Tim Tebow.

Aucun d’eux n’était pourtant cité hier sur le programme officiel de la soirée intitulée « Make America Safe Again » – inutile de mentionner le mépris que suscite le candidat milliardaire auprès du tout Hollywood généralement libéral –

Les organisateurs ont néanmoins réussi à faire intervenir une poignée de célébrités qui ont suscité plus de moqueries qu’autre chose: Scott Baïo (l’acteur principal de la série Charles s’en Charge), Antonio Sabado, un ancien acteur du soap opéra « General Hospital » et la propre femme de Donald Trump, Melania, dont le discours calqué sur celui de Michelle Obama, s’est révélé un fiasco complet.

La seule célébrité à avoir fait un discours censé, selon le Washington Post, est Willie Robertson, l’un des protagnistes de l’émission de télé-réalité homophobe Duck Dynasty, qui s’en est pris à l’une des cibles favorites de Trump, les médias, et critiqué leur incapacité à avoir su anticipé l’avènement de Trump durant les premiers mois des primaires Républicaines.

Quant aux invités plus sérieux, mis à part Rick Perry le gouverneur du Texas depuis 2000, tous les intervenants appartenaient à des familles de victimes qui ont rendu l’Amérique vulnérable:

  • Pat Smith qui a accusé Hillary Clinton d’être responsable de la mort de son fils, tué lors de l’attaque du consulat américain de Benghazi en Libye en 2011 encensé par Breibart.com et the National Review
Capture d'écran du Site Politifact réprésentant Pat Smith - La mère d'un américain tué lors de l'attaque de Benghazi en Libye en Septembre 2011, lors de la Conférence du parti Républicain, le 18 juillet 2016
Capture d’écran du Site Politifact réprésentant Pat Smith – La mère d’un américain tué lors de l’attaque de Benghazi en Libye en Septembre 2011, lors de la Conférence du parti Républicain, le 18 juillet 2016
  • Deux soldats américains présents lors de l’attaque de Benghazi, Mark Geist and John Tiegen
  • Marcus Luttrell, un membre l’unité d’élite des Navy SEAL, surnommé le Lone Survivor car il est seul rescapé d’une embuscade de Talibans en Afghanistan en 2005 au cours de laquelle 3 soldats américians étaient décédés –
  • Des militants d’une réforme stricte de l’immigration qui ont eu un membre de leur famille tué par des étrangers séjournant illégalement dur le territoire américain.
  • Enfin les deux personalités politiques de la soirée ont été Rick Perry, gouverneur du Texas depuis 2000 et chantre la peine de mort et Rudolf Giuliani, ancien maire de New York, qui a promis que Trump ferait pour les Etats-Unis, ce que lui a fait poour New York, lorsqu’il était de la ville de 1994 à 2001

Donald Trump est biensûr apparu en grande pompe au son de We Are The Champions – chanson que le groupe Queen a d’ailleurs demandé publiquement de ne plus utilisé ce matin – pour introduire sa femme et sans même faire de discours a provoqué la polémique.

La Une du Jour: Le Cleveland Plain Dealer célèbre son trophée NBA

Couverture du Cleveland Plain Dealer lundi 21 Juin 2016
Couverture du Cleveland Plain Dealer lundi 21 Juin 2016

Il a tenu sa promesse. Et comme le souligne le quotidien de Cleveland ce matin, il est toujours bon d’y croire. Deux après avoir quitté l’équipe des Miami Heat après une défaite en finale contre les San antonios Spurs de Tony Parker et retourner jouer dans l’équipe ou il a débuté, LeBron James a tenu le pari fou de remporter le titre NBA pour son équipe des « cavaliers » et rapporter à Cleveland le premier titre dans un championnat national depuis 1962.
Pour cet évènement qui restera dans l’histoire de la ville de Cleveland, de l’état de l’Ohio, et de la NBA, le Plain Dealer a publié plus de 400 000 copies de son édition d’aujourd’hui – contre les 68 000 quotidiens et organise même une vente sur ebay pour ceux qui n’y auront pas accès aujourd’hui.

Pour d’autres unes concernant la victoire historique des Cavaliers en finale NBA