30.10.17

 

1.  KEVIN SPACEY

 

  • Hier Buzzfeed News a révélé qu’en 1986, Kevin Spacey a fait des avances à un jeune acteur de 14 ans, Anthony Rapp, après une soirée arrosée. La star de « House of Cards » a répondu sur Twitter être était horrifié par les accusations, n’avoir aucun souvenir de l’incident vieux de trente ans, que d’autres accusations de ce genre allaient être lancées contre lui et … qu’il était gai.
    Beaucoup d’internautes et de célébrités ont critiqué le choix de faire son coming out à un moment aussi inapproprié et par rapport à des faits aussi graves. Buzzfeed News

    Netflix vient d’annoncer que la série « House of Cards », son premier Blockbuster, se terminera à la fin de la sixième saison, diffusée l’année prochaine. Business Insider

 

  • Les responsables de Facebook, Twitter et Google vont témoigner mardi et mercredi devant trois sous-comités du Congrès sur le rôle qu’ont joué leurs plateformes dans l’ingérence russe pendant la campagne présidentielle (les publicités payées pour évoquer des sujets qui fâchent, des évènements organisés contre les musulmans, pour la défense de la police ou contre les violences policières) et comment éviter que cela se reproduise dans le futur.Axios
    Facebook devrait annoncer demain que 126 millions d’Américains ont eu accès des posts payés par le Russes, soit 40% des utilisateurs du réseau social aux Etats-Unis. 80 000 articles, photos ont atteint 29 millions de personnes, qui en les partageant ont atteint 97 millions d’autres entre janvier 2015 et août 2017 – The Verge
    Google aurait identifié 18 chaînes YouTube liées à des agents russes qui auraient diffusé plus d’un millier de vidéos vues par 300 000 personnes sur la même période. Enfin Twitter a recensé 36 000 comptes automatiques ayant généré 1,4 millions de tweets qui ont été vus 280 millions de fois – un petit nombre par rapport `a l’ensemble de tweets sur les élections présidentielles – The New York Times

 

  • Puerto Rico a annoncé la rupture du contrat de trois cent millions de dollars avec Whitefish Energy, cette petite entreprise de deux personnes basées dans le Montana, engagée pour la reconstruction du réseau électrique de l’île après le passage de l’Ouragan Maria.

 

 

 

2. TRUMPLANDIA: UNE SEMAINE HISTORIQUE

 

  • Ce matin, Robert Mueller, le procureur en charge d’enquêter sur d’éventuelles collusions entre l’équipe de campagne de Trump et les Russes pendant la campagne présidentielle de 2016, a inculpé trois personnes:
    • George Papadopoulos qui a reconnu avoir menti au FBI sur sa rencontre avec un proche du gouvernement russe, pour tenter d’obtenir des emails appartenant à Hillary Clinton, lorsqu’il était en charge des questions de politique étrangère pendant la campagne, et qui collabore depuis l’été dernier sur cette enquête.
    • Paul Manafort, ancien président de la campagne de Trump qui avait démissionné en juin 2016 après les révélations sur ses liens avec l’ancien président ukrainien pro-russe, Yanukovitch. Il est accusé avec son associé Rick Gates, d’avoir reçu 18 millions de dollars du Parti des régions ukrainiens, qu’il n’a jamais déclaré à l’IRS, les impôts américains, et de complot contre les Etats-Unis
      Les deux ont plaidé non coupable cet après midi – New York Post
    • Comme l’a affirmé aujourd’hui Trump, il n’y a aujourd’hui encore aucune preuve de collusions entre son équipe de campagne et les Russes, même si le candidat républicain a engagé dans son équipe de campagne un ami, qui était sous surveillance du FBI et dont les liens troubles avec la Russie et certains pays de l’Est étaient bien connus – Buzzfeed News 
    • Rappelons également que son fils, Donald Jr, son gendre, Jared Kushner, et Manafort ont rencontré une avocate russe au cours de l’été 2016 pour tenter de se procurer des emails de Hillary Clinton, les trente mille que le candidat Trump a demandé à la Russie de « retrouver » lors d’un meeting en Floride en juillet de la même année.Certains affirment que l’inculpation de Manafort, passible de vingt ans de prison est un moyen pour Mueller de le faire coopérer, notamment sur ce qui s’est dit lors de ce fameux meeting dans la Trump Tower avec l’avocate russeNY Daily NewsPour le Wall Street Journal, l’enquête de Mueller transforme la justice criminelle en une arme politique contre Trump, c’est pourquoi, le président devrait virer Mueller et laisser l’enquête au Congrès … républicain. 

 

  • Steve Bannon, chef de Breitbart News qui veut détruire l’establishment du parti républicain, virer les candidats officiels du parti critiques envers Trump et « America First », qui rêve de se débarrasser du chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, a trouvé une nouvelle cible: L’un des plus importants donateurs du parti, Paul Singer, milliardaire derrière le site conservateur Washington Free Beacon qui a engagé durant la campagne présidentielle, la société Fusion GPS pour enquêter sur Donald Trump et qui est à l’origine du fameux dossier publié par Buzzfeed début janvier qui accuse le candidat républicain d’avoir fomenté avec les Russes pour remporter les élections et d’avoir pris un « golden shower » avec des prostituées russes dans un hôtel de Moscou – un dossier qui a été repris puis financé par les Démocrates. – Axios

 

  • Le copain de Trump, Roger Stone, « agent provocateur » et figure haute en couleur du parti républicain, a été banni à vie de Twitter pour s’en être pris vendredi à un présentateur de CNN, Don Lemon, qu’il a généreusement insulté. Ce dernier pourrait porter plainte contre Twitter pour tenter d’y retrouver sa voix. – TechCrunch

 

  • Une Cour de Justice fédérale américaine a interdit à Trump de changer les règles concernant le recrutement des transsexuels dans l’armée américaine. Un nouveau revers pour une décision prise sans avoir consulté l’Etat-Major et dans le seul but de satisfaire sa base de « déplorables ».
    Dans son jugement, la juge a fait des captures d’écran des tweets du président – Bloomberg Law

 

 

 

4. POURQUOI LA LUTTE CONTRE l’EPIDEMIE DES OPIACES DOIT ETRE POLITIQUE?

 

  • Si ActUp a réussi à combattre l’épidémie du SIDA, à marquer les consciences d’une société et de sa classe politiques avec des actions coup de poings, la même chose devrait être faite pour tenter de lutter contre la crise des opiacés, qui fait plus de 60 000 morts par an aux Etats-Unis. Le pays n’a pas les infrastructures et le personnel nécessaires, ni les traitements adéquats, ni les lois et un système de santé beaucoup trop cher pour réussir à combattre la pire épidémie que le pays ait connu explique Zachary Siegel, un ancien toxicomane dans Slate.
    Trump a affirmé que cette épidémie était une urgence de santé publique mais aucun fond supplémentaire indispensable – on parle de 9 milliards de dollars – n’ont été ajoutés ce qui rend le travail difficile.
  • A lire, cette longue enquête en onze chapitres de Glamour sur les femmes et la crise des opiacés: « Women and Opioids: Inside the Deadliest Drug Epidemic in American History »

 

 

 

7. LA COUV DU JOUR

  • Comme Jimmy Fallon, Jimmy Kimmel est resté discret dans ses critiques contre le président et son administration jusqu’à la naissance, au printemps dernier, de son fils atteint d’une malformation du coeur, qui l’a poussé à défendre le système de santé américain dans une monologue assez émouvant. Il a également réagi à la tuerie de Las Vegas, sa ville natale, et condamné l’inaction des politiques envers le contrôle des armes. Depuis, Jimmy Kimmel est passé du côté des activistes, un rôle qu’il n’a pas vraiment choisi et avec lequel il est peu à l’aise.

    La chose la plus proche à laquelle je peux comparer [l’élection de Trump], c’est quand O.J. a été acquitté. Je n’ai jamais pensé que ça puisse arriver. Il y avait tellement de preuves que O.J. était coupable, et tu fais confiance au système judiciaire américain. Tu penses que si quelqu’un est coupable, il va aller en prison pour cela. On est dans une situation similaire.

Le Kiosque du 24 mars: Trumpcare: #PassTheBill! – Dernières news de Russie – Gawker/Hogan/Thiel – Le Guardian renonce à Brooklyn

  • « The Art of the Deal » a dû mal avec Trumpcare (#PassTheBill)

    Les Républicains ont préféré reculer le vote sur Trumpcare/Ryancare à aujourd’hui devant les divisions affichées encore hier par les 29 conservateurs du Freedom Caucus, proches du Tea Party, qui veulent se débarrasser des vestiges d’Obamacare et ont promis de voter contre la loi, s’ils n’étaient pas écoutés.

    La couverture de Breitbart sur Ryancare – Jeudi 23 mars 2017

    Le président les a rencontrés et tous ont travaillé contre la montre jeudi pour amender l’American Health Care Act, dans le plus grand secret, afin de rallier les derniers réticents.

    Le vote devrait avoir lieu à 15 heures cet après midi

    Quand Obama a mis presque un an à faire voter l’Affordable Care Act, les Républicains font tout pour passer cette loi, extrêmement importante, en quelques semaines seulement.

    Selon le New York Times, Trump et ses conseillers regrettent déjà la stratégie adoptée par la majorité républicaine du Congrès, menée par Paul Ryan qui a d’abord voulu faire voter la réforme du l’assurance maladie puis celle du budget.

    Une erreur semble-t-il étant donné les divisions flagrantes des Républicains autour l’American Health Care Act, qui plus est, impopulaire auprès de la base électorale du président: il aurait été plus facile de trouver un accord sur le budget puis s’attaquer au moins populaire ensuite. Cette initiative pourrait coûter cher politiquement au président et à Paul Ryan.  24 millions de personnes vont perdre leur assurance maladie.


    Si elle passe aujourd’hui, l’AHCA devrait de toutes façons mourir au Sénat.

    * « Trump Tells G.O.P. It’s now or Never, Demanding House Vote on Health Bill »New York Times
    * « Trump the Dealmaker Projects Bravado, but Behind the Scenes, Faces Rare Self Doubt »New York Times
    * « 
    A Postponed health-care vote, a big GOP embarrassment and no good options ahead »The Washington Post

 

***

  • Dernières nouvelles de Russie

    Il s’est passé beaucoup de choses cette semaine sur le dossier le plus brûlant de la jeune présidence de Trump – à côté de Trumpcare.

    * Lundi, le directeur du FBI, James Comey, a témoigné devant une commission du Sénat et affirmé, aux côtés du directeur de la NSA, Mike Rogers, qu’il n’y avait aucune preuve que Barack Obama avait mis sur écoutes Trump, ni ses associés pendant la campagne présidentielle mais a confirmé l’existence d’une enquête du FBI sur d’éventuelles relations entre ces derniers et la Russie pendant les élections.

    * La Maison Blanche est restée campée sur ses positions contre l’ancien président et son programme de surveillance

    * Mercredi, Associated Press a révélé que l‘ancien directeur de campagne de Donald Trump, Paul Manafort, avait travaillé auparavant pour un milliardaire russe, Oleg Deripaska, sur un « projet secret visant à influencer positivement la politique, les affaires et la couverture médiatique de Vladimir Poutine dans et en dehors des Etats-Unis, pour un contrat de dix millions de dollars.
    Paul Manafort a démissionné de l’équipe de campagne de Donald Trump au mois d’août dernier après les révélations de ses relations avec l’ancien président ukrainien pro-russe, Viktor Yanukovych.

    * Mercredi après midi, le président de la Commission parlementaire en charge de la surveillance des Agences de renseignements américaines, le Représentant républicain Devin Nunes, a obtenu des fuites indiquant que la « communauté du renseignement aurait intercepté des conversations de citoyens américains appartenant à l’équipe de Transition de Trump » après sa victoire en novembre.
    Il a décidé, alors qu’il est en charge de l’enquête « objective », en cours, sur l’ingérence russe dans la campagne présidentielle, de révéler ces fuites aux médias et d’aller personnellement en informer le président – sans demander l’avis de ses autres collègues de la commission, dont certains démocrates.
    Il s’est excusé depuis auprès de ses collègues mais tout en réitérant hier soir sur Fox News l’importance d’alerter le président, « cible des médias depuis plusieurs semaines ».

    * Mercredi soir, CNN a révélé le scoop sans doute le plus important: le FBI avait des informations selon lesquelles des associés de Trump se seraient entendus avec des officiels russes pour diffuser le matériel piraté afin de miner la campagne de Hillary Clinton.

    * Le résumé de Mike Allen sur Axios:

    Le Watergate a tenté de couvrir un cambriolage.
    Ca pourrait être ici la dissimulation de la nemesis américaine, dotée de l’arme nucléaire, qui a infiltré notre politique avec le but spécifique de saper la fondation de notre démocratie – les élections présidentielles – et réussi en faisant élire le candidat de son choix et offrant le total contrôle à un parti qui pourrait décimer l’opposition pendant des années.

    * Nick Kristof dans le New York Times:

    La question fondamentale aujourd’hui, ce ne sont pas les mensonges de Trump, les fuites des Renseignements, ou l’interception de communications de Trump. La question cruciale est aussi monumentale que simple: Y-a-t-il eu trahison?

    * « Before Trump Job, Manafort worked to aid Putin » – AP
    * « David Nunes created his own « big, gray cloud » – Axios
    * « Trump: I feel somewhat vindicated by Nunes claims » – Axios
    * « US Officials: info suggest Trump associates may have coordinated with Russians » – CNN
    * ‘A Smell of Treason in the Air,’ – New York Times

     

***

  • The Guardian US en difficulté

    Le Guardian, dont le site internet entièrement gratuit, a réussi a convaincre près de deux cent mille lecteurs de devenir des membres du quotidien (et non pas de simples abonnés) en échange d’une contribution financière et reçu les donations de 160 000 autres, mais la direction a annoncé cette semaine des réductions budgétaires et licenciements dans les mois à venir, notamment dans les bureaux américains.
    Selon les CEO, David Pemsel, les « coûts opérationnels restent trop élevés, et les réductions des coûts sont nécessairespour équilibrer le budget d’ici 2018/19 ».

    L’annonce a été faite après que la branche américaine ait décidé de ne plus emménager dans leurs nouveaux bureaux de Brooklyn, qui appartiennent à la famille Kushner dont le fils Jared, 35 ans, est le gendre de Donald Trump, et son conseiller le plus proche.
    Une décision après une « révolte de la newsroom » qui craignait que « leurs sources n’aient plus confiance et ne veuillent plus communiquer avec les journalistes ».
    La compagnie devrait déménager Midtown au moi de mai, mais a perdu près de 250 000 dans cette déconvenue.

    * « Guardian Ditches Move to Kushner Building after Newsroom Revolt » – Buzzfeed News 
    * « Guardian announces Cuts After $250,000 Kushner Lease Debacle » – Buzzfeed News 

***

  • Le fondateur de Gawker, enfin sorti du pétrin

    Nick Denton, fondateur du site d’infos/Gossip Gawker, a laissé éclater sa joie mercredi soir sur Twitter en annonçant qu’il était finalement sorti de la banqueroute, « et que sa relation de dix ans avec Peter Thiel [était] enfin terminée.
    D’autres journalistes peuvent reprendre désormais ce cadeau empoisonné ».

    L’un des pure players d’information et de ragots les plus anciens et populaires a fermé ses portes l’année dernière pour banqueroute après avoir été condamné à payer 140 de millions de dollars de dommages et intérêts à l’ancienne star de catch Hulk Hogan, dont il avait diffusé la sex tape quelques années auparavant.
    C’est Peter Thiel, proche de Trump, co-fondateur de Paypal, et l’un des rares milliardaires de la Silicon Valley a avoir soutenu le candidat républicain, qui a secrètement financé toute la procédure légale (et les frais) de Hulk Hogan, révélées par Forbes au printemps dernier.
    Peter Thiel a avoué vouloir détruire Gawker qui l’avait été « outé » en 2007.

    Nick Denton a dû fermer Gawker et revendre les sites affiliés, Deadspin et Jezebel à Univision pour 135 millions de dollars, a déjà payé 31 millions de dollars à Hogan et devrait reparti avec 16 millions de dollars en liquide.
    Denton, Thiel et Hogan veulent maintenant passer à autre chose.
    * « Gawker founder Nick Denton to Leave Bankruptcy »The Wall Street Journal
    * Toute l’histoire: « Nick Denton, Peter Thiel and the Plot to Murder Gawker »Vanity Fair

***

  • Les meilleurs leaders selon Fortune

     

    Le magazine a révélé aujourd’hui la liste annuelle des « Greatest World Leaders » qui transforment et inspirent le monde:

    1. Theo Epstein – Président des Cubs de Chicago qui ont remporté les World Series, le championnat de baseball américain en novembre dernier.
    2. Jack Ma – Président et fondateur de Alibaba, Un habitué des classements
    3. Pape François
    4. Melinda Gates, Co-présidente de la Bill et Melinda Gates Foundation
    5. Jeff Bezos – Président et fondateur de Amazon
    6. Ava DuVernay – Réalisatrice de « Selma », nommé aux Oscars l’année dernière et du documentaire choc de Netflix, « 13th »
    19. Samantha Bee!

    Il n’y a aucun français.

***

  • Couverture du Jour

    Bloomberg BusinessWeek

    Une couverture choc sur les ravages des usines de pièces automobiles qui ont revigoré l’économie des certaines Etats du sud, Alabama Tennessee, Géorgie, mais souvent aux dépens de ses travailleurs, qui souffrent des conditions de travail longues, difficiles et dangereuses, similaires à leurs homologues asiatiques ou encore mexicains.