Le kiosque du 24.05.17

 

Trump et la Russie sur Facebook

  • Plus de 50% des internautes américains trouvent leurs infos politiques sur Facebook.
  • Les accusations de collusion entre la Russie et les Etats-Unis ont été les scoops les plus importants comme le prouve ce graphique
  • Fun Fact: C’est la supposée « Golden Shower » de Trump avec des prostituées russes dans un hôtel de Moscou, révélée par Buzzfeed début janvier qui les a intéressés le plus.

    Axios

 

 

 

Fox News en roue et chute libre

  • Daily Beast

    La chaîne câblée a finalement démenti les rumeurs entourant la mort de Seth Rich le 10 juillet dernier. Le jeune homme qui travaillait pour le Comité National Démocrate, a été assassiné à Washington, lors d’une tentative de vol à main armée qui a mal tourné.

  • Le meurtre a eu lieu quelques jours avant le début de la Convention Démocrate: des conspirationnistes d’extrême droite affirment qu’il aurait été assassiné parce qu’il a fourni à Wikileaks des documents incriminants sur le parti et Hillary. Parmi eux, Sean Hannity, le présentateur star de Fox News, obsédé par cette théorie.
  • La chaîne a relancé les rumeurs le 16 mai dernier, relayées par Mr Hannity, l’émission Fox & Friends, Breitbart et même Newt Gingrich provoquant l’embarras de nombre de ses journalistes, et ne s’est rétractée qu’une semaine plus tard.
  • Cette semaine, les parents de Seth Rich ont publié une tribune dans le Washington post pour mettre fin à ces rumeurs qui tentent de « politiser la mort de leur fils ».
  • Sean Hannity a annoncé hier soir qu’il respecterait les voeux de la famille, et arrêterait de discuter du sujet « pour le moment ».
  • Pour Margarett Sullivan « la rumeur sur Seth Rich est devenu le nouveau « pizzagate », une autre théorie du complot née à Washington ».
    « C’est un mouvement contre la vérité qui s’attaque à la raison et à la réalité des faits (…) qui sont aux fondements même de la démocratie » et qui reçoit en plus l’approbation tacite de la nouvelle administration.
    * « The Seth Rich lie, and how the corrosion of reality should worry every American » – The Washington Post
  • * « Fox News & Breitbart, dans un univers parallèle » – Le kiosque de New York

 


Matt Boyle, le « Forrest Gump avec une carte de presse ».

  • Portrait dans The Washingtonian du journaliste Matt Boyle, 29 ans, chef du bureau de Washington pour Breitbart, devenu l’un des journalistes les plus connectés de Washington, grâce à un accès direct à la Maison Blanche: Steve Bannon
  • Il a voté Obama en 2008.
  • Comme Breitbart, sa carrière est celle d’un outsider, refoulé de tous les médias de Washington à son arrivée en 2010, qui a fini au Daily Caller, site d’infos conservateur de Tucker Carlson, l’un des journalistes star de Fox News, où il a fait ses armes.
  • En 2012, il rencontre Steve Bannon qui le forme et lui fait explique que les médias de D.C. appartiennent à l’élite mondiale qui travaillent contre les intérêts de l’Américain et ça marche: Matt Boyle devient l’un des journalistes les plus agressifs et productifs de Breitbart, en guerre constante contre l’establishment politique et médiatique, et est promu chef du bureau de Washington en octobre 2015.
  • Il connait bien Donald Trump qui l’appelle « mon Matty » et a décroché une interview exclusive il y a quelques semaines à la Maison Blanche.
  • Difficile de penser qu’il puisse être indépendant dans son travail vis-à-vis de son ancien mentor aujourd’hui conseiller du président, Steve Bannon.
  • * « Meet Matt Boyle, Breitbart’s (Other) Man in the White House » – The Washingtonian

 


Un lynchage dans le Maryland

  • Richard Collins était étudiant de dernière année à Bowie State University dans le Maryland et lieutenant de réserve de l’armée américaine. Il est mort poignardé dans la nuit de samedi à dimanche dernier alors qu’il attendait un Uber avec deux amis, en dehors du campus.
  • L’assassin, Sean Urbanski, 22 ans, arrêté quelques heures plus tard, est un étudiant a priori sans histoires de l’Université du Maryland (UMD) et membre d’un groupe raciste sur Facebook « Alt Reich: Nation ».
    Dave Zirin, lui aussi étudiant de l’université note dans The Nation, dénonce une recrudescence de messages et menaces racistes un peu partout sur le campus de l’UMD depuis l’élection de Trump: Graffitis, cordes, flyers – un phénomène visible sur l’ensemble du territoire américain.
  • Zirin appelle cet acte de haine par son nom: Un lynchage. Le FBI enquête sur le meurtre pour déterminer s’il s’agit d’un crime raciste.
  • Le chef de la police de UMD a vivement dénoncé ces actes.
  • Beaucoup d’étudiants ont dénoncé le manque de réaction des autorités de l’Université qui n’aurait pas condamné les discours de haine en évoquant la liberté d’expression, et « sans mobilisation contre toutes les formes de haines nationalistes et racistes, du sang innocent va continuer à couler »
  • * « A lynching on the University of Maryland Campus » – The Nation

 


Bannon, le documentaire de Frontline

L’excellent documentaire « Bannon’s War » a été mardi soir dans l’émission Frontline de PBS nous a appris

  • Frontline / PBS

    L’ambition politique de Bannon a toujours contre l’establishment et Washington. Le 9/11 lui a offert un autre ennemi, l’Islamisme radical et un but, la défense des Etats-Unis pour préserver la culture et l’identité judéo-chrétienne assiégée.

  • C’est Bannon qui a transformé Breitbart en puissant média contre Washington et les élites, grâce au financement (10 millions de dollars) de la famille Mercer (soutien de Donald Trump).
    Pas sûr qu’on en serait là Andrew Breitbart, le fondateur du site, n’était pas décédé brutalement d’une crise cardiaque en 2012.
  • Bannon s’est d’abord amouraché de Sarah Palin, lui a dédié un documentaire mais n’a pas réussi à la convaincre de se présenter aux élections présidentielles de 2012
  • Dès l’été 2015, Bannon affirme à une de ses amies qu’il est le manager de campagne de Trump, et met à son service le site alt-right Breitbart qui relait ou devance les mêmes thèmes utilisés par le candidat républicain: L’immigration, les minorités dangereuses, America First.
  • Il a orchestré la travel ban et volontairement anticipé les réactions qu’elle provoquerait pour envoyer un signe fort aux électeurs de Trump: le président tient ses promesses.
  • Bannon a compris que pour rester auprès de Trump, il fallait rester discret et encaisser la responsabilité des échecs du président

 

 


Le reste de l’actualité

  • Le Washington Examiner lance « Trump America », un projet sur quatre ans qui suit neuf comtés qui permis la victoire de Donald Trump
  • Portrait du milliardaire de 79ans, James Leprino, le « Willy Wonka » du fromage, qui tient à son anonymat comme à ses recettes de mozzarella, vendues aux trois grandes compagnies de pizza américaines: Domino’s, Pizza Hut et Papa John’s. Il tient son business depuis 60 ans à Détroit et sa fortune estimée à 3 milliards de dollars. – Forbes
  • Trump a appelé le président philippin Rodrigo Duterte et l’a félicité pour la guerre sanglante qu’il mène contre la drogue: « Vous faites un super boulot! » – The Intercept
  • Les décès accidentels d’enfants par armes à feu: 152 recensés ces trois dernières années sont un casse tête juridique pour les autorités. Dans la moitié des cas, aucune charge n’est retenue contre les parents, dans l’autre, la négligence des parents peut aller jusqu’à plusieurs années de prison.
    1,7 millions de jeunes Américains vivent dans des foyers dans lesquels ils ont accès à des armes chargées et non sécurisées – USA Today & AP
  • Richard Garcia, Un flic du Los Angeles Police Department, filmé en train de tabasser un afro-américain en 2014, a été condamné à deux ans de prison avec sursis, moins que la peine suggérée. Il pourrait réintégrer son poste au sein de la police – Los Angeles Times

27.03.17: Ryan Out? Lynchage à New York – Vers un Government Shutdown? – Google boycotté – President « Big Boy Truck »

 

 

  • Paul Ryan! Out?

    Weekend difficile pour le porte parole de la Chambre des Représentants après le fiasco de l’American Health Care Act, dont il a été l’un des architectes et défenseur le plus zélé – les centaines de tweets postés ces derniers jours sur son compte officiel n’ont guère convaincu.
     
    C’est l’obsession des Républicains depuis le vote d’Obamacare en 2010 et Paul Ryan n’a pas réussi à convaincre son parti alors qu’il dispose du soutien du président, d’une majorité à la Chambre des Représentants, au Sénat et surtout de l’agenda législatif.
     
    La décision de commencer par une proposition de loi aussi controversée a été erreur stratégique qui pèse aujourd’hui sur l’élu du Wisconsin, et dont certains demandent sa démission.
     
    Même si Trump a félicité Mr Ryan pour son travail vendredi après midi après le retrait de l’AHCA, l’échec de l’une de ses plus importantes promesses de campagne le met dans une position de faiblesse pour la suite.
     
    Samedi matin, le président a appelé ses supporters à regarder l’émission de Janine Shapiro sur Fox News qui a clairement appelé à la démission de Paul Ryan: Est-ce une invitation faite par le président au porte parole de la Chambre des Représentants?
    Rien n’indique cette hypothèse ce matin.

     

***

  • Tomi Lahren, virée pour de bon

    Le couperet est tombé pour la jeune star et commentatrice conservatrice, Tomi Lahren, qui aurait perdu son émission sur le réseau The Blaze, dirigé par le chouchou du Tea Party, Glenn Beck.
     
    La raison officielle? En quelques semaines, elle a changé d’avis sur l’avortement et s’est déclarée « pro-choice » dans une émission de grande écoute la semaine dernière sur ABC et dénoncé au passage l’hypocrisie de ses confrères conservateurs: « Le conservatisme, c’est le respect de la liberté de chacun, la liberté de porter des armes autant que celle de disposer de son corps. »
     
    Un point de vue assez logique qui n’a plu du tout à son patron qui l’a d’abord suspendue une semaine avant de la licencier hier.
     
    La raison officieuse? Elle faisait trop d’ombre au reste de la rédaction.
     
    On soupçonne également Tomi Lahren d’avoir voulu adopter un ton plus « grand public » pour booster sa carrière et intégrer des médias plus « grand public ». Elle devrait rapidement rebondir, peut être pas sur ABC, NBC ou CBS mais pourquoi pas Fox News?

***

  • Planned Parenthood, prochaine casse-tête du gouvernement

    L’une des conséquences du désastre de l’American Health Care Act a été le maintien d’Obamacare mais aussi de Planned Parenthood.
     
    Planned Parenthood est la plus importante organisation de planning familial aux Etats-Unis qui pratique aussi le plus grand nombre d’avortement: C’est pour cette raison que les Républicains souhaitent suspendre les 500 millions de dollars de subventions annuelles qu’elle reçoit de l’Etat fédéral.
     
    Le seul moyen d’y arriver, c’est de faire passer la proposition de budget « American First » dévoilée par la Maison Blanche il y a dix jours et dont le vote doit avoir lieu impérativement avant le 28 avril prochain – sans quoi il y aura un « governement shutdown », c’est-à-dire une « paralysie budgétaire » qui empêche les agences fédérales de fonctionner.
     
    La dernière « faillite » ou « fermeture du gouvernement » remonte à octobre 2013, lorsque les Républicains avait refusé de voter pour le budget fédéral censé financer Obamacare.
     
    « America First » doit être acceptée par la Chambre des Représentants, puis par la Sénat à une majorité absolue de soixante voix – Or les Républicains n’en n’ont que 52 contre 48 pour les Démocrates, et ces derniers soutiennent fermement PP et sont prêts à mettre le gouvernement en faillite pour protéger l’organisation.
     

    « Ce problème représente un autre désastre politique pour le parti républicain. C’est une chose de supprimer le financement de PP dans une loi encore plus importante, appelée Obamacare, c’est une autre chose si c’est le seul centre d’attention

     
    Une fois que les Américains comprennent qu’aucun fond du gouvernement fédéral ne finance l’avortement – des rumeurs qui continuent d’être véhiculées par les Républicains – la plupart des Américains soutiennent l’organisation.

     

     

***

  • Sean Hannity prend une leçon

    La vidéo de 45 secondes, extrait de l’émission du journaliste Ted Koppel « CBS Sunday Morning » intitulée « The Great Divide: Politics in the Age of Trump » a fait le tour d’internet et des réseaux sociaux hier.
     
    On y voit Mr Koppel affirmer calmement à Sean Hannity, présentateur star de Fox News et supporter invétéré de Trump, qu’il « est mauvais pour l’Amérique » car il attire les gens « pour qui l’idéologie est plus importante que les faits ».
     
    Sean Hannity était furieux sur Twitter que Mr Kopper ait retenu ces deux seuls minutes, qualifiée de « fake news » et a demandé à CBS de diffuser les 45 minutes d’interview.

***

  • « Un homme a été lynché cette semaine (…) Et Donald Trump n’a rien dit »

    L’article de Jamelle Louie publié vendredi dernier dans Slate décrit le meurtre de Timothy Caughman, un ancien travailleur social new yorkais de 66 ans.
     
    Son assassin, James Harris Jackson, 28 ans, a voyagé de Baltimore jusqu’à New York, pour attaquer à un noir.
    Lundi 20 mars dans la soirée, il a repéré Caughman qui triait les bouteilles à recycler pour arrondir ses fins de mois dans le quartier de Hell Kitchen, Midtown Manhattan et l’a poignardé à plusieurs reprises.

     

    Il n’y a rien d’ambigu ici. Jackson a dit qu’il voulait tuer un homme noir pour affirmer le genre de société qu’il soutenait.
    Une fois sa tache terminée, il s’est rendu à la police (…)
    [Son crime] a toutes les caractéristiques des lynchages qui ont marqué le paysage américain à la fin du 19ème jusqu’au milieu du 20ème.
    Ce n’est pas une formule sémantique.
    Décrire cette attaque comme un lynchage c’est insister sur la réalité de la violence anti-noire, sa persistance à travers le temps, et la manière dont elle justifiée.

     
    L’assassin n’a aucun antécédent judiciaire et a grandi dans une famille libéral « pro intégration » mais son idéal de société était « l’Amérique des années cinquante ».
     
    Il aurait voulu faire couler plus de « sang afro-américain » pour convaincre les femmes blanches d’arrêter de fréquenter les noirs – un discours qui ressemble à celui du jeune Dylann Roof, qui a massacré neuf paroissiens afro-américains dans une église de Caroline du Sud en 2015.
     
    Il est détenu à Rikers Island.
     
    *Lynchage à New York* « Timothy Caughman’s Murder was a Lynching » – Slate

***

  • Google en eaux troubles

    Les annonceurs qui payent Google des dizaines voire des centaines de milliers de dollars pour diffuser de la publicité sont furieux d’apprendre que leurs produits sont apparus sur des sites d’extrême droite – même lorsqu’ils demandaient de ne pas apparaître sur certaines plate formes.
     
    Résultat: De grandes entreprises comme Verizon ou AT&T [les deux plus services de téléphonie mobile américains] ont décidé de retirer leur publicité du réseau « Google Ad Sense »
     

    Mais le problème est plus large. Une enquête du Washington Post sur une douzaine de sites d’extrême droite aux contenus violents révèle que la plupart d’entre eux sont des clients de ces réseaux publicitaires qui partagent une portion des revenus des annonceurs avec lesquels travaillent les opérateurs

     
    Pour faire simple: Google Ad Sense, le leader des publicités sur internet, gagne et fait gagner de l’argent à des sites extrémistes sur le dos d’annonceurs qui payent Google pour promouvoir leurs produits, et sont critiqués pour apparaître sur ces sites.
     
    Les compagnies de la Silicon Valley ne sont pas légalement obligées de distribuer les pubs selon le contenu des plate formes mais de plus en plus d’annonceurs menacent de ne plus acheter d’encarts publicitaires s’ils risquent de leur faire de la mauvaise publicité.
     
    * « For Advertisers, algorithms can lead to unexpected exposure on sites spewing hate »Washington Post
    * « Publishers Retreat from the Risks of Google-Youtube Advertising »New York Times

***

  • « The President and the Big Boy Truck »

    Le journaliste de Buzzfeed News David Mack vient d’écrire un livre pour « tous les âges » contenant de « belles photos haute résolution de Getty Images » sur l’histoire de ce jour spécial pour le président et son amour des camions ».
    Les commandes seront envoyées avant avril 2017, et le livre est fabriqué « dans les grands Etats-Unis d’Amérique » et les mille premières commandes recevront une édition limitée d’autocollants de Trucks
     

***

  • March Madness: the Final Four

    Deux équipes favorites ont rempli leur mission: Les Bulldogs de Gonzaga University et les Tar Heels de Caroline du Nord, les deux « surprises » sont les Gamecocks de Caroline du Sud et les Ducks de Oregon University.
    Samedi prochain, les Gamecocks rencontreront les Bulldogs puis les Ducks feront face aux Tar Heels dans le stadium de l’université de Phoenix, Glendale (Arizona)

    USA Today
  • Couverture du jour

    The New Yorker avec une couverture « operating theatre » de Malika Favre

     

Le kiosque du 1er décembre 2016

Ce diaporama nécessite JavaScript.

TRUMPLANDIA

Mike Pence et Donald Trump ce soir sur Fox

Pour récompenser l’un de ses journalistes et supporters les plus zélés, le futur président offrira sa deuxième interview télévisée à Sean Hamilton ce soir sur Fox News, avec en prime son vice-président Mike Pence.
L’entretien aura lieu depuis l’Ohio où ils effectuent le premier rendez vous de leur USA Thank you Tour.

 

Hillary Clinton devance désormais Donald Trump de 2,5 millions de vote

Dix présidents des Etats-Unis ont été élu avec une marge moins importante qu’elle dans le vote populaire tout en réussissant à remporter le collège électoral – ce qu’elle n’a pas réussi à faire. Ou comment est-ce que le système de vote des grands électeurs désavantage considérablement les Démocrates, regroupés principalement dans les zones urbaines des côtes est et ouest du pays face aux électeurs épublicains, moins nombreux, mais qui occupent le reste du territoire.
Cette marge d’environ 2% correspond précisément aux chiffres avancés par beaucoup d’instituts de sondage avant les élections.

***

Bernie Sanders: Donald Trump met en danger les emplois des Américains

Dans un éditorial publié ce matin dans le Washington Post, Bernie Sanders accuse Trump d’avoir « mis en danger les jobs des ouvriers américains autrefois protégés. Pourquoi? Parce que [le futur président] vient d’annoncer à toutes les compagnies du pays qu’elles peuvent menacer de délocaliser les emplois à l’étranger en échange des avantages fiscaux et de coups de pouce. »
Sanders fait allusion aux mille emplois que la compagnie United Technologies avait menacé de délocaliser au Mexique en février dernier pour économiser 65 millions de dollars en main d’oeuvre salariale et que Trump avait promis de maintenir aux Etats-Unis – Et qu’il vient de confirmer mardi et devrait annoncer officiellement ce soir.

Le sénateur du Vermont explique que cette compagnie, implantée dans l’Indiana, a engrangé 6,7 milliards de dollars de profits l’année dernière et reçu 6 milliards de dollars de contrats du gouvernement fédéral, et que son ancien directeur général est parti en 2014 avec un golden parachute de 172 millions de dollars.

J’ai dit que je travaillerais avec Trump s’il était sérieux sur les promesses faites aux membres des classes ouvrières. Mais après avoir mené une campagne dans laquelle il s’est engagé à être dur avec les entreprises américaines, Trump a décidé avec hypocrisie de faire tout le contraire. Il veut traiter l’irresponsabilité des entreprises avec précaution (…) Nous devons réinstaurer l’éthique du patriostisme dans les entreprises. Nous devons envoyer un message fort et clair aux compagnies du pays: L’ère des délocalisations est terminée.

***

Cartographier la haine pour mieux la combattre

Le blog politique Thinkprogress a recensé une importante hausse des manifestations de haine « islamophobes, antisémites, et un regain de soutien envers la supremacie blanche » durant la campagne électorale. Mais la situation s’est envenimée depuis les élections qui ont encouragé de nombreux Américains à s’exprimer violemment contre les minorités et « qui ont effrayé de nombreux Américains ».
L’association a appelé toute personne victime ou témoin à leur rapporter ce genre d’agressions pour qu’ils enquêter dessus ou demander à une source externe de le faire (rapport de police, articles ou témoignages) afin qu’elle puisse vérifiée indépendamment dans le futur.
Les agressions concernent « insultes verbales, agressions physiques, menaces, vandalisme, détérioration de lieux de cultes commis contre une minorité ».

thinkprogress.com
thinkprogress.com

***

Le Texas va obliger l’enterrement des foetus

Non content de pouvoir interdire définitivement le droit avortement qu’il a déjà réussi à limiter drastiquement sur son territoire ces dernières années, l’état du Texas va obliger hopitaux et cliniques à enterrer les foetus, quelques soient leur stade de développement plutôt que de les disposer des containers à déchets médicaux.
La proposition a été lancée par le gouverneur de l’état, Greg Abbott en juillet dernier après que la Cour Suprême ait déclaré inconstitutionnelle la loi dite HB2 qui obligeait les cliniques texanes pratiquant l’IVG à se conformer aux standards logistiques des hôpitaux, et ses obstétriciens à pratiquer leurs interventions à 40 km au moins d’un autre hôpital.
Entre la mise en place de HB2 en juin 2014 et son interdiction deux ans plus tard, le nombre d’établissements pratiquant l’avortement est passé de 40 à 19 sur un état aussi grand que la France pour les 5,4 millions de femmes en âge de reproduire.

Texas Tribune
Le nombre de cliniques pratiquant les avortements avant la loi HB2 en 2014 et après son interdiction par la Cour Suprême des Etats-Unis en 2016 – Source: Texas Tribune

 

Le Kiosque du mardi 29 novembre 2016

Ce diaporama nécessite JavaScript.

TRUMPLANDIA

Deux poids deux mesures
1101121126_600
Time magazine – Edition du 26 novembre 2012

Dans le monde merveilleux de Donald Trump, les femmes sont menacées d’emprisonnement pour avoir « mal géré » des documents confidentiels – Hillary Clinton et sa fameuse messagerie privée, le cheval de bataille des Républicains pendant la campagne présidentielle – mais un général de l’armée américaine qui a reconnu avoir volontairement donné à sa maîtresse des informations secret-défense, pourrait obtenir l’un des postes les plus convoités de la futur administration, celui de Secrétaire d’Etat.
David Petraeus, un ancien général de l’armée américaine, avait défrayé la chronique en 2012, après avoir été accusé par le FBI d’avoir eu une affaire avec sa biographe, Paula Broadwell, à qui il a fourni des informations confidentielles pour l’écriture de son ouvrage. Petreaus, alors directeur de la CIA avait démissionner de son poste.
L’intéressé a rencontré le futur président hier pendant une heure, et il pourrait bien décrocher une position à responsabilité, même s’il ne s’agit pas des Affaires Etrangères. Une démarche qui confirme encore une fois, la tactique trompeuse utilisée par Trump durant les élections à l’encontre de sa rivale, à qui il avait promis la prison.
Un thème très populaire auprès de ses militants.

Des créateurs de fake news dans l’entourage de Trump
LifeZette
LifeZette

Le site The Intercept affirme que des proches de Trump seraient à l’origine des fake news répandues pendant toute la campagne par des sites d’infos bidons, à l’instar de Laura Ingraham, qui serait pressentie pour devenir l’attaché de presse de la Maison Blanche dans la future administration.
Cette commentatrice politique conservatrice, l’une de seules que Donald Trump suit sur Twitter, a diffusé cet été via l’un de ses sites, LifeZette, une vidéo, « Clinton Body Count » accusant Hillary Clinton d’avoir une responsabilité dans le crash d’avion de JFK Jr en 1999 et dans la mort de certains démocrates. Vidéo qui a été partagée 400 000 fois et obtenu 14 millions de vues.
Un autre article publié la semaine précédent les élections, affirme que le directeur de campagne de Clinton, John Podesta, dont la messagerie a été piratée et les emails diffusés par Wikileaks, aurait participé à des rites occultes. Laura Ingraham a personnellement repris l’info, ainsi que The Drudge Report et Sean Hannity, présentateur zélé de Fox News.
The Intercept
mentionne également Floyd Brown, un consultant de l’entourage de Trump et « ami’ de sa manager de campagne, Kellyanne Conway, le créateur de différents sites d’infos pro-Trump, Western Journalism et Conservative Tribune, respectivement 13 et 19 millions de visiteurs mensuels, qui figurent dans la liste des 100 sites d’infos les plus lus aux Etats-Unis.

Alt-Right ou White Nationalism?

Depuis l’élection de Donald Trump et la nomination de Steve Bannon comme son bras droit à la Maison Blanche, et l’influence grandissante du site d’infos Breitbart News, dont il était le rédacteur-en-chef, l’influence du mouvement alt-right est bel et bien au coeur de la prochaine administration – Bannon s’est défendu à plusieurs reprises d’être un « nationaliste blanc » mais partisan d’un « nationalisme économique ».
Les médias qui se réfèrent à Bannon et ses acolytes comme des partisans de « l’alt-right » sont accusés par de nombreux lecteurs, internautes et partisans de gauche de vouloir « légitimer l’idéologie du racisme, de l’anti-sémitisme, de l’islamophobie et de la suprématie blanche » rapporte le New York Times ce matin.

s
Mercredi dernier, le Washington Post a diffusé un guide d’utilisation de différentes terminologies qui définit l’alt-right comme « un mouvement d’extrême droite qui vise l’établissement d’un état blanc dont les adhérents sont connus pour épouser des points de vue racistes, antisémites, et sexistes ».
Hier Associated Press a demandé à ses journalistes de définir le terme « alt-right » avant de l’utiliser pour mettre en garde les lecteurs qu’il a été inventé comme un outil de relations publiques « pour brouiller les croyances de ses supporters et atteindre une audience plus large ».
Enfin, un publicitaire new yorkais a créé une extension sur Google Chrome appelé « “Stop Normalizing The Alt Right” remplace automatiquement toutes les mentions « alt-right » par « white supremacy »

 

 

 

Le Kiosque du vendredi 7 octobre 2016

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Ouragan Matthew: « Vous allez tous mourir » et la faute à Hillary

L’ouragan Matthew qui s’est renforcé jeudi pour atteindre la catégorie 5, le plus violent à s’abattre sur les côtes de Floride depuis douze ans, était à la une des quotidiens, flashs spéciaux du pays après les 300 morts qu’il a laissé derrière lui en Haïti.
Les autorités de Floride, de Caroline du Nord, du Sud et de Géorgie ont appelé les habitants à évacuer les zones les plus proches du littoral provoquant le départ précipité de près deux millions d’Américains et des encombrements monstres le long des côtes atlantiques.
Pour convaincre les téléspectateurs des risques de catastrophe, certains journalistes n’ont eu aucune limite, à l’instar de Shepard Smith sur Fox News, qui annonce sourire aux lèvres aux habitants de « West Palm Beach, Melbourne, Daytona Beach et Jacksonville (…) Vous et tous les gens que vous connaissez, vous êtes morts, aucune d’échapper à cet ouragan, sauf si vous êtes chanceux … Et vos enfants aussi vont mourir »

Malheureusement pour Shepard Smith, l’ouragan a baissé en intensité ce matin, et les dégâts devraient être moins importants que prévus.

Quant au Drudge Report, le site conservateur, il a contredit les prévisions des météorologues et autorités sur la dangerosité de l’ouragan, en incitant les familles à rester chez elle, puis a accusé le gouvernement de grossir le phénomène pour promouvoir le concept de changement climatique, l’un des points du programme défendu par Hillary Clinton lors de ces élections présidentielles:

Les déplorables comment à se demander si le gouvernement ne leur a pas menti à propos de l'intensité de Matthew pour faire avancer la cause du changement climatique
Les déplorables comment à se demander si le gouvernement ne leur a pas menti à propos de l’intensité de Matthew pour faire avancer la cause du changement climatique

Certains conservateurs, comme Rush Limbaugh, ont régulièrement considéré les ouragans comme des arguments politiques qui viennent servir les arguments des démocrates pour lutter contre le réchauffement climatique, ce malgré les études scientifiques et autres catastrophes naturelles qui s’abattent un peu partout dans le monde depuis une dizaine d’années. The National Weather Service, l’équivalent américain de Météo France, serait l’un des agents de cette conspiration.

***

Elections présidentielles américaines
Rudolph Giulani, l’un des plus ardents défenseurs de Trump, qui a crié au génie après que le New York Times ait révélé qu’il avait réussi à économiser 50 millions de dollars d’impôts en 1995, a dû rire jaune hier en apprenant que sa fille, Caroline Rose, a décidé de soutenir Hillary via Twitter hier.

Mike Pence a tellement impressionné ses confrères républicains en essayant de calmement défendre l’indéfendable mardi dernier, lors du débat des VP’s qu’il est déjà pressenti comme candidat à la présidence en 2020.

Quant à Ted Cruz, le candidat malheureux des Primaires républicaines, qui avait appelé à grand fracas les électeurs américains à voter « en leur âme et conscience » lors de la Convention républicaine avant de se rétracter il y a quelques semaines, a été aperçu hier par le Dallas Morning News en train de faire du volontariat téléphonique pour appeler les électeurs à voter. Le sénateur n’a pas précisé qui.
La vidéo de Cruz, téléphone à la main qui récite le plus vite possible un texte tout sauf convaincant à des citoyens du Texas a été moquée sur internet hier.

***

Implosion à Fox News

Rien ne va plus sur la première chaîne câblée du pays depuis que son père fondateur, Roger Ailes, a été mis à la porte cet été – à la suite de plusieurs plaintes pour harcèlement sexuel – notamment sur l’attitude à avoir vis-à-vis du candidat républicain.
La journaliste star, Megyn Kelly, a affirmé dans son show que les deux candidats s’étaient chacun rangés derrière « leur propre version du programme de protection présidentiel » qui consiste à ne faire des apparitions télévisées qu’en terrain conquis, et pour Trump, il s’agissait de son collègue, Sean Hannity.
Ce dernier l’a alors accusée de soutenir Clinton, provoquant un mini-scandale qui ne fait qu’affaiblir un peu la chaîne aux yeux du public et de ses concurrents.
Ci dessous, Megyn Kelly, pourtant affiliée à droite, qui ne peut se retenir de rire après un discours de Donald Trump en août dernier.

***

The New York Post - Edition du 7 octobre 2016
The New York Post – Edition du 7 octobre 2016

Guerre entre de Blazio et le New York Post
Deux ans et demi après son investiture à la mairie de New York, le maire Bill de Blasio s’en est pris hier au tabloïd local, le New York Post, en pleine conférence de presse. Il l’a qualifié de « serpillère de droite » qui ne faisait que de la « propagande » et même allé jusqu’à ignorer les questions de l’un de ses journalistes, Yoav Gonen. Ce n’est pas la première fois que de Blasio s’attaque au Post, « une présence » qu’il juge « négative » pour la ville.
De Blasio est l’une des cibles privilégiées du tabloïd qui l’accuse souvent de manque de transparence dans la gestion de son administration.

***

Annie Leibovitz 
Le New York Times s’intéresse au projet de la célèbre photographe Annie Leibovitz, Women, commencé en 1999 avec sa partenaire depuis décédée, Susan Sontag, qu’elle a récemment repris avec l’aide d’un nouveau mentor, la militante de 82 ans, Gloria Steinem, qui s’intitule désormais, Women: New Portraits, qui s’intéresse davantage « à la personnalité qu’à la beauté » de ses modèles, « La représentation doit rattraper celle des hommes » explique la photographe depuis son studio de Chelsea. Ses photos seront exposées à New York du 18 novembre au 11 décembre à the Bayview Correctional Facility, un ancienne prison pour femmes, avec la participation de UBS.