Le Kiosque du 28.06.17: La débâcle CNN; Faux Time; Sean Heller & « The Last Shot »

1. Du pain béni pour la Maison Blanche

    • Trois journalistes de CNN ont démissionné lundi après la publication d’un article qui affirmait, selon une source anonyme qui n’a pu être confirmée, que des sénateurs enquêtaient sur des liens entre un associé de Trump, Anthony Scaramucci et un fond d’investissement russe.

 

    • Publié jeudi dernier, l’article a été retiré vendredi avec les excuses de la chaîne d’info, acceptées par Scaramucci.
      Twitter

      La plupart des journalistes de gauche comme de droite, ont salué cette décision, « impressionnante et décisive » pour la crédibilité du médium, affirme John Podoretz du New York Post et « Crier aux fake news », en reprenant les propos du président est « injuste ».

 

 

    • Hier en conférence de presse télévisée, la porte parole de la Maison Blanche a réitéré les accusations du président sur les informations erronées d’une presse « malhonnête », qui utilise des sources « anonymes » invérifiables, et provoqué la frustration du journaliste Brian Karem qui dénoncé des propos « incendiaires » visant à saper l’influence et le travail des journalistes « qui ne font que leur boulot ».

 

    • Sarah Sanders a également encouragé « tous les Américains à travers le pays » à regarder la vidéo, « peut-être vraie ou non, je ne sais pas », filmée en caméra cachée, d’un producteur de CNN qui affirme n’avoir aucune preuve de la collusion entre Trump et la Russie.

 

  • Il s’agit d’une « stratégie préméditée » de la Maison Blanche qui vise à discréditer le quatrième pouvoir auprès de ses supporters et qui a plutôt bien réussi jusqu’ici.

 

 


2. Aucun droit à l’erreur

 

Twitter / Graphique retwetté par Donald Trump

 

    • Comme l’explique Paul Fahri du Washington Post, « la débâcle de CNN arrive au pire moment pour la chaîne » qui a dû virer la comédienne Kathy Griffin il y a un mois après avoir posé avec la « fausse » tête coupée de Trump, qui s’est trompé sur le témoignage de James Comey devant le Sénat, …

 

    • Plus que jamais les médias accusés de répandre des « fake news » par le président n’ont aucun droit à l’erreur.

 

  • Ces erreurs sont aussi le symptôme d’une chasse au scoop qui oblige les rédactions à agir toujours plus vite et plus fort, parfois aux dépens de l’information:

    Comme tous les organes de presse, CNN doit produire des scoops qui rapportent de l’audience et du trafic sur internet, et rester en concurrence avec le New York Times et le Washington Post, qui dominent sur le thème de Trump et de la Russie

 

    • Trump ne s’est jamais attaqué à Fox News lorsque la chaîne a relayé des théories conspirationnistes comme celle de Seth Rich, ce jeune démocrate assassiné à Washington l’année dernière, qui a pris une telle ampleur que les parents du jeune homme ont demandé publiquement ce que la chaîne arrête d’utiliser la mort de leur fils à des fins politiques. – Think Progress

 

  • Fox News a mis une semaine à retirer l’article largement partagé sur internet et les réseaux sociaux, sans s’excuser, sans démission de journalistes, et son présentateur star, Sean Hannity, continue de promouvoir cette histoire dans son émission. – Red State
Twitter

 

 


3. Trump et sa fausse couverture du Time

 

  • David Fahrenthold, journaliste de Washington Post et récent lauréat du Pulitzer pour ses recherches sur la « générosité de Donald Trump envers les oeuvres de charité », a révélé qu’une « vraie » fake news, était accrochée dans plusieurs clubs de golf du président: Une couverture bidon de Time magazine datée de mars 2009 qui salue le succès du milliardaire « sur tous les fronts », notamment à la télévision.

    Comment est-ce que Trump – qui a passé toute sa campagne et la plupart de sa présidence à accuser les médias mainstream de produire des fake news – a fini par décorer ses propriétés avec un exemple parfait de journalisme bidon?

Vrai et fausse couverture de Time magazine

 


4. Un sénateur républicain attaqué par des pro-Trump

 

 

    • Le chef de la majorité républicaine du Sénat, Mitch McConnell, a décidé hier de retarder le vote de la réforme d’Obamacare, faute d’une majorité suffisante – cinq sénateurs républicains se sont prononcés contre, dont Dean Heller, du Nevada.

 

    • American First Policies, une organisation d’anciens conseillers de Trump dévoués à promouvoir et défendre son programme présidentiel, a lancé mardi une campagne radio et télé dans l’Etat du Nevada pour dénoncer les positions de Mr Heller sur la réforme de l’assurance santé. – Politico

      Des représailles incroyables contre un membre du parti du président et politiquement vulnérable (…) Une attaque destinée à prévenir tous ceux qui refuseraient de s’aligner sur l’agenda du président.

 

    • L’organisation avait menacé ce week-end le sénateur s’il ne retirait pas ses propos et malgré les demandes répétées de plusieurs sénateurs républicains dont leur leader, Mitch McConnell, d’arrêter ce chantage, American First Policies s’est exécutée hier après midi: Preuves des frustrations grandissantes entre le président et le parti républicain.

 

  • Devant les critiques de l’ensemble du parti, le groupe a finalement décidé de suspendre la campagne

 

 


5. « The Last Shot »

 

Propublica

 

    • Enquête de Propublica sur un nouveau traitement de substitution aux opiacés, appelé Vivitriol, révolutionnaire car administré une seule fois par mois par injection, qui est censé arrêter immédiatement les effets de la dépendance: un médicament miracle pour un pays qui fait face à la pire épidémie de drogues de son histoire.

 

    • Snobé par les médecins et patients, le médicament produit par Alkermes a trouvé un marché plus restreint mais en pleine croissance, « où les consommateurs n’ont pas forcément le choix », celui des tribunaux de traitement de la toxicomanie (« drug courts ») qui proposent aux détenus le traitement ou la prison. 

 

    • Créés durant la « guerre contre la drogue » pour désengorger les prisons, il existe aujourd’hui trois mille tribunaux de la sorte répartis dans la moitié des comtés du pays.

      Grace à ces juges et une épidémie qui s’accélère, 30 000 personnes reçoivent aujourd’hui des piqûres de Vivitriol. Les ventes du médicament ont atteint 58 millions de dollars durant le premier trimestre 2017 et pourraient atteindre 800 millions de dollars d’ici à 2020.

 

    • Mais pour remporter le marché des « drug courts », Alkermes doit convaincre juges, médecins et politiques de la plus grande efficacité de leur produit face à la compétition et ils n’ont pour le moment aucune preuve scientifique pour soutenir cet argument.

 

 

 


6. Couverture du Jour

  • Couverture impressionnante de Vanity Fair avec Serena Williams, photographiée nue et enceinte, par Annie Leibovitz, mais qui n’est pas du goût de Robin Givhan, qui s’alarme dans le Washington Post qu’aucune célébrité ne peut échapper aujourd’hui à ce rituel de poser nue et enceinte, qui est devenu un « moment instagrammable » et un autre moyen de faire de l’argent: Au lieu de promouvoir un film ou un album ou une ligne de vêtements, ils font de la pub pour la grossesse » – Washington Post

Barack Obama: Les couvertures de huit ans de présidence

 

Il donnera son discours d’adieu ce soir depuis Chicago laissant les Etats-Unis dans l’inquiétude et le doute avec l’arrivée de Donald Trump.

Pourtant il y a huit ans, il avait apporté un vent d’espoir dans le pays, et même si son bilan est aujourd’hui critiqué et remise en question par la prochaine administration, il aura inspiré une génération d’Américains et de citoyens partout dans le monde, y compris ici au Kiosque.

On lui rend hommage, en sélectionnant les plus belles couvertures qui ont marqué les différents moments de sa présidence

Rolling Stone – Edition du 20 mars 2008

En pleines Primaires démocrates, le magazine Rolling Stone choisit de soutenir Barack Obama plutôt que Hillary Clinton. La couverture a fait polémique car la couleur de peau de Barack Obama aurait, selon certains journalistes, été « blanchie »

***

Time magazine – avril 2008

L’hebdomadaire consacre sa couverture à la relation entre la mère de Barack et son fils.
Docteur en anthropologie, Stanley Ann Dunham n’est restée mariée que quelques mois avec le père de Barack qui meurt en 1982 d’un accident de voiture.
Elle se remariera avant de mourir en 1995 d’un cancer de l’utérus.

 

 

Time magazine – avril 2018

***

The New Yorker – Edition du 21 juillet 2008

Elle reste l’une des couvertures les plus controversées jamais parues dans le New Yorker de l’incontournable Barry Blitt. Dans une campagne présidentielle très violente, Barack Obama est accusé d’être musulman par les Républicains, et sa femme, Michelle, liée à des groupes d’extrême gauche. Le dessinateur américain met les pieds dans le plat avec cette couverture intitulée « The Politics of Fear » qui résume parfaitement les polémiques qui entourent le couple Obama, et aurait provoque la colère de l’intéressé et d’autres associations.

 

The NEw York – Edition du 21 juillet 2008 by Barry Blitt

***

Mad Magazine – Septembre 2008

Le magazine satirique reprend le slogan d’Obama à la négative. C’est simple et ça marche.

Mad Magazine – septembre 2008

***

Chicago Tribune – 5 novembre 2008

Le premier quotidien de Chicago, ville d’adoption d’Obama, fête comme il se doit la victoire de l’ancien sénateur de l’Illinois.

Chicago Tribune – Edition du 5 novembre 2008

***

The Eugene Weekly – 20 janvier 2009

Il faut toujours un peu d’humour pour faire une belle une et celle du Eugene Weekly, un hebdomadaire indépendant de l’Oregon, la semaine de l’investiture du président Obama qui a lieu le 20 janvier 2009, colle parfaitement.

Eugene Weekly – Edition du 15 janvier 2009

***

The New Yorker – Edition du 26 janvier 2009

Intitulé « The First », cette couverture dessinée par Drew Friedman est tout aussi polémique puisqu’elle présente le nouveau président sous les traits de George Washington.

The New Yorker – Edition du 26 janvier 2009.
“The First,” by Drew Friedman.

***

The National Review – Juillet 2009

La priorité de Barack Obama en arrivant à la présidence des Etats-Unis est de mettre en place son Affordable Care Act, véritable cauchemar des Républicains comme en témoigne cette couverture du National Review.

The National Review – Juillet 2009

 

Time magazine – février 2010

Un an après son investiture, Barack Obama qui pensait travailler conjointement avec les Républicains n’a pas été capable de mettre en place son programme et Obamacare est en suspend. Difficile constat pour le président.

Time magazine – dition du 1er février 2010

 

Newsweek – Mai 2012

Jamais un président n’avait autant défendu la cause LGBT dans la société et la constitution avec la loi fédérale qui autorise le mariage pour tous aux Etats-Unis.

Newsweek – mai 2012

***

The Atlantic – Septembre 2012

La campagne de réélection du président sortant est plus compliquée que prévue et Mitt Romeny sait rendre les coups, notamment dans le domaine délicat de l’économie. Obama doit défendre les debuts difficiles d’Obamacare et parer aux assauts répétés des Républicains sur l’attaque de Benghazi en Lybie au mois de septembre qui a fait quatre morts parmi les Américains, dont l’ambassadeur Chris Stevens.

The Atlantic – Septembre 2012

***

The National Review – Ocotbre 2012

Barack Obama échoue lors du premier débat présidentiel devant un Mitt Romney sympathique et confiant. Coup dur pour les démocrates qui commencent à douter d’une réélection de leur candidat avant que Barack Obama remporte haut la main les deux autres débats, et que Joe Biden ridiculise Paul Ryan.

The National Review – Octobre 2012

***

Bloomberg Businessweek – novembre 2012

La réélection de Barack Obama est sans équivoque mais le deuxième mandat s’annonce plus difficile sans une majorité démocrate à la Chambre des Représentants.

Bloomberg Businessweek – November 2012

***

The Economist – Novembre 2012

L’hebdomadaire anglais se moque de l’une des photos les plus célèbres de cette campagne 2012 en demandant à Obama d’aller maintenant faire un câlin aux Républicains.

The Economist – Edition de novembre 2012

***

Bloomberg Businessweek – Octobre 2013

Presque un an après son second mandat, « Barack Obama a promis d’utiliser la technologie pour pousser les Américains à croire en le gouvernement. L’échec du site healthcare.gov pourrait provoque le contraire » affirme Ezra Klein.

Bloomberg Businessweek – Octobre 2013

***

New york magazine – Octobre 2016

Sur l’héritage d’Obama et les évènements qui ont marqué ses huit ans de présidence.

New York magazine – octobre 2016

***

The Washington Post magazine – janvier 2017

Sur les portraits d’une présidence.

The Washington post magazine – Edition du 5 janvier 2017

 

Le kiosque du samedi 10 décembre 2016

Leçon de vulgarité à Baton Rouge

Donald Trump s’est attaqué hier à Time magazine pour avoir changé le titre de sa célèbre édition de fin d’année, dans un meeting de sa tourné USA Thank you Tour, à Baton Rouge en Louisiane sous prétexte d’être politiquement correct.
Le président-élu s’est plaint d’avoir été élu « Person of the Year » et non pas « Man of the Year » – et non parce que des femmes et même des groupes ont été récompensées.

Ca s’appelait « Homme de l’Année » et maintenant ça s’appelle « Personne de l’Année ». C’est bien, c’est politiquement correct. Ils ont été très politiquement correct.
Qui préférerait avoir « Homme de l’Année »? la foule commence à crier
Regardez toutes les femmes …

Donc pendant des années, c’était « Homme de l’Année » on est d’accord, il y a même des femmes qui ont été élu « Homme de l’Année », ce qui est un peu bizarre…
Qui préférerait avoir « Personne de l’Année »? Pas de réaction de la foule
Qui préférerait avoir « Homme de l’Année »? la foule commence crie plus fort
C’est la raison pour laquelle le business des magazines ne se porte pas bien. Pensez-y

***

Obama a-t-il laissé les Russes influencer les élections présidentielles américaines?

Le Washington Post a révélé hier soir que la CIA a reconnu les ingérences de la Russie dans les élections présidentielles américaines en faveur de Donald Trump – les services secrets américains savent désormais que le Comité National Républicain a lui aussi été piraté mais le contenu n’a pas été donné à Wikileaks, comme ils l’ont fait pour le Comité National Démocrate.
La future Administration a immédiatement discrédité les conclusions de la CIA:

Ce sont les mêmes personnes qui ont dit que Sadam Hussein avait des armes de destruction massive. L’élection s’est terminée il y a longtemps avec l’une des plus importantes victoire du Collège Electorale. Il est temps d’avancer et « de rendre sa grandeur à l’Amérique. »

Le rapport « Lessons Learned » commandé par l’acutel président à la CIA pour mettre toute la lumière sur les exactions russes pendant la campagne devrait être rendu avant son départ.
Au mois de septembre dernier, des réprésentants de l’Administration Obama n’ont pas réussi à mettre en place une commission bipartisane chargée de surveiller et dénoncer la menace russe car certains Républicains doutaient de la véracité des informations collectées par les services de renseignements. Pire, Mitch McConnell, leader de la majorité républicaine au Sénat aurait menacé de politiser l’affaire si le rapport était rendu public – depuis, la femme de McConnell a été nommé à la tête du ministère des Transport par l’équipe de transition.
« Le refus de la Maison Blanche de répondre aux soupçons d’une interférence russe avant l’élection a agassé les Démocrates de Washington et les membres de la campagne d’Hillary Clinton » rapporte le Post.
Il fallait agir quand il était encore de temps de le faire, et quand l’Administration Obama en avait les moyens se défend aujourd’hui Adam B. Schiff, un républicain de Californie:

Le manque de réponse de l’Administration sur le piratage russe ne peut pas être atttribué au Congrès. L’administration avait tous les moyens de répondre. Ils avaient la possibilité d’imposer des sanctions, ils avaient la possibilité d’agir clandestinement. L’Administration a décidé de ne pas les utiliser pour dissuader les Russes, et c’est là le problème.

***

Une purge anti-greenies

US Department of Energy

Donald Trump a bien l’intention de poursuivre son agenda pro-réchauffement climatique ces quatre prochaines années. Il a nommé cette semaine à la tête de l’Agence de Protection de l’Environnement, Scott Pruitt, un climatosceptique convaincu et assumé, proche des frères Koch, et fervent critique du programme environemental poursuivi par l’EPA sous Obama.
Bloomberg rapportait hier que l’équipe de transition a soumis une questionnaire au Département de l’Energie demandant entres autres une liste de tous les noms des employés et contractuels des agences fédérales ayant travaillé sur les politiques sur le changement climatique.
Les 13 000 employés du Département ont été très surpris de cette demande et beaucoup craignent aujourd’hui d’être la cible « d’une chasse aux sorcières » de la prochaine administration.

Des représentants de l’équipe de transition affirment qu’aucune purge n’est prévue mais qu’ils agissent en faveur d’un « gouvernement transparent ».

***

Des manifestations anti-Trump auront-elles lieu à Washington?

En marge de la cérémonie d’investiture de Donald Trump qui aura lieu le 21 janvier, plusieurs manifestations ont été prévues avant, pendant et après les festivités et parmi elles, la Women’s March on Washington, People’s Action et Answer Coalition.
Les rassemblements ont généralement lieu sur les pelouses du Lincoln Mémorial et de la grande obélisque, le Washington Monument, gérées par le National Service Park, qui délivre les permis. Le service, qui dépend du gouvernement fédéral donne tous les quatre ans la priorité au Présidential Inaugural Committee pour organiser les évènements consacrés au nouveau président, et donne les emplacements qui restent aux différentes groupes qui invoquent leur « First Amendment Permit ».

Le Comité en charge de l’inauguration ne s’est pas encore décidé et certains s’inquiètent qu’il décide de monopoliser tout le centre de Washington pour empêcher la tenue de contre-manifestations qui devraient ramener beaucoup de monde.

Le sapin de Montreal

Certains Montréalais de New York étaient furieux hier que leur ville soit devenue en une semaine la risée du monde: une première fois lundi avec carambolage « au ralenti » impliquant deux bus et plusieurs voitures à cause d’une pente verglacée.
Hier rebelote, mais à cause d’un immense sapin installé dans un quartier « arty » de la ville et qui suscite beaucoup de commentaires et de moqueries de la part des médias, télés et même du maire de Québec, Regis Labeaume.
La raison? Sa forme, il est moche, tout en longueur, un feuillage pas très feuillu, il est de travers et il a une tête carrée.

 

 

 

« Personnalité de l’Année »: Les choix plus audacieux du Time

A l’occasion de la nomination de Donald Trump comme personnalité de l’année 2016 pour cette 90 ème édition du Time magazine, on vous a sélectionné des choix plus audacieux que l’hebdomadaire a pu faire dans le passé, depuis la première distinction en 1927 (avec Charles Lindbergh).

 

    • Les insurgés Hongrois et la révolution de Budapest contre l’URSS en 1956
      Personnes de l’année 1956: « Les insugés hongrois » – Edition de janvier 1957

       

    • « The Inheritors » en 1966, la première génération du Baby Boom, les « moins de 25 ans »
      Personnalité de l’année 1966: « Les moins de 25 ans » – Edition de janvier 1967

       

    • The Middle Americans ou « la majorité silencieuse » en 1969

      Groupes de l’année 1969: « The Middle Américans » – Edition de janvier 1970

 

  • Les Américaines en 1975 avec parmi elles Betty Ford, Billie Jean King
    Groupe de l’année 1975: « Les Américaines » – Edition de janvier 1976

     

  • Ronald Reagan en 1980 – Uniquement parce que la couverture est belle
    Personnalité de l’année 1980: « Ronald Reagan » – Edition de janvier 1981

     

  • La terre en danger en 1988
    Planète de l’année 1988: « La terre en danger » – Edition de janvier 1989

     

  • Les « peacemakers », Yasser Arafat et Yizhak Rabin puor le conflit israélo-palestinien, et de Klerk et Nelson Mandela pour la fin du système d’Apartheid en Afrique du Sud
    Personnalité de l’année 1993: « Les pacemakers » – Edition de janvier 1994

     

  • « Les déclencheuses d’alerte » en 2002: Sherron watkins pour l’affaire Enron, Cynthia Cooper pour les fraudes de Woldcom et le Coleen Rowley contre le FBI et sa gestion des informations sur le 11 septembre
    Personnes de l’année 2002: « Les déclencheuses d’alerte » – Edition de janvier 2003

     

  • « Vous » en 2006, c’est-à-dire les créateurs de contenu sur internet.
    Personnalité de l’année 2006: « Vous » – Edition de janvier 2007

     

  • Les manifestants en 2011 pour Ocuupy Wall Street et le printemps arabe
    Personnalité de l’année 2011: « Les manifestants » – Edition de janvier 2012

     

  • Les combattants du virus ebola en 2014

    Personnalité de l’année 2014: « Les conbattans du virus ébola » – 5 Couvertures – Edition de janvier 2015

 

Le Kiosque de la semaine: 30 oct. – 5 nov.

 

Les articles “A LIRE” de la semaine sélectionnés parmi les magazines présentés dans le diaporama

 

  1. « Inside the Bunker, with Days to Go » – Joshua Green & Sasha Issenberg / Bloomberg Businessweek

    Bloomberg Businessweek - Trump's plan B
    Bloomberg Businessweek – Trump’s plan B

    Dans l’immédiat et pour remporter l’élection, « ni la campagne de Trump, ni la Convention Nationale Républicaine ne s’est concentrée sur la mobilisation de 47 millions d’électeurs blancs sans diplôme qui sont la source la plus évidente de nouveaux votes (…) Au contraire, la campagne de Trump a conçu une autre stratégie, par la négative. Au lieu d’élargir l’électorat, Bannon et son équipe essayent de le rétrécir. « On a trois opérations en cours qui visent à décourager l’électorat. (…) Trois groupes que Clinton a besoin de remporter largement: Les libéraux blancs idéalistes, les jeunes femmes, les afro-américains »
    Pour ceux qui ont suivi le dernier débat présidentiel, Trump y a évoqué les emails de Wikileaks et le Traité Trans-pacifique (destinés aux libéraux blancs idéalistes), les accusations des femmes à l’encontre de Bill Clinton (destinés aux jeunes femmes) et les « super prédateurs » (destinés aux Afro-Américains).
    Des attaques ciblées qui visent à démoraliser les électeurs de Clinton: publicités télés, radios et sur les médias sociaux qui n’effectuent aucune censure sur le contenu posté et même s’il s’agit de désinformation.

  2. « Kesha Interrupted » – Taffy Brodesser-Akner / New York Times magazine

    En couverture du New York magazine la semaine dernière, l’histoire de Kesha, cette chanteuse cvszsvewiaeyzsq-1originaire de Los Angeles qui a explosé en 2010 grâce à son premier album, Animal, enregistré avec le producteur à succès Dr Luke, qu’elle a depuis accusé de viol et harcèlement moral.
    Liée par contrat pour encore trois albums « dont le style et le concept doivent rester en accord avec le style et concept artistiques originaux », Kesha n’a pas été autorisée légalement à se libérer de son mentor, soutenu par sa maison de disques SONY.
    Ca fait donc trois ans que la chanteuse, dont les aspirations musicales et artistiques ont bien évoluées, est condamnée au silence car elles different du concept original de ses premiers succès. Son troisième album est prêt, encore faut-il qu’elle puisse le sortir.

  3. « Fox News, a Melodrama » – Emily Nussbaum / the New Yorker

    Fox News aura été l’un des dommages collatéraux de cette campagne présidentielle moribonde et

    the New Yorker / Ben Kirchner
    the New Yorker / Ben Kirchner

    pour toutes les mauvaises raisons: Donald Trump a trouvé pire que la chaîne de Murdoch qui fait office de bras armée du parti Républicain depuis 20 ans, et dont le chef d’orchestre, Roger Ailes a été renvoyé cet été à la suite d’accusations de harcèlement sexuel de la part de ses employées.
    Le sexisme et la misogynie dont a fait preuve sans fard Donald Trump ces derniers mois a poussé de nombreuses femmes à prendre la parole et dénoncer les abus dont elles ont fait l’objet – même chez Fox News. La preuve avec Megyn Kelly, présentatrice vedette de la chaîne, républicaine assumée, violemment critiquée par Trump lors des Primaires républicaines avant une réconciliation télé au printemps, sous l’égide de Ailes, qui n’a pas porté ses fruits.
    Vexé, Trump est allé se réfugier dans les bras du site alt-right, Breitbart News, dont le rédacteur en chef, Steve Bannon est devenu le directeur de campagne du candidat républicain.
    En l’espace de quelques mois, Fox a perdu les faveurs de Trump et d’une partie de son électorat, et sans le mainmise de Ailes, a exposé ses guerres fratricides sur Twitter et en live.

  4. Final Days – Gabriel Sherman / New York magazine

    « Les élections ont à voir avec le peuple, pas avec toi » a déclaré un jour Paul Manafort, ancien directeur de campagne de Trump au candidat. Selon ses conseillers, Donald Trump « finit la course de la même façon qu’il l’a commencée:

    Photograph by Mark Peterson - New York magazine
    Photograph by Mark Peterson – New York magazine

    « En s’inquiétant peu du futur et refusant d’écouter ses proches », en restant « un candidat incontrôlable qui ne comprend toujours pas le pouvoir du mouvement qu’il a initié et qui le dépasse complètement ». S’il avait écouté dès le début les conseils de ses proches de faire profil bas pour que les médias se concentrent sur Clinton, pendant qu’eux essayent de canaliser tous les dossiers susceptibles de sortir sur leur candidat, il aurait sans doute gagner déjà gagné la présidence. Mais « demander à Trump de ne pas être le centre d’attention, c’est comme lui demander d’arrêter de respirer. Son ego ne le supporte pas. »
    Quand au paradoxe de cette campagne, c’est que « la marque politique et commerciale de Trump sont presque opposées l’une à l’autre »: Ceux qui sont fascinés par sa marque ne peuvent pas se la payer et ceux qui peuvent ne veulent pas être associés à lui ».

  5. « In Case of Low Revenue » – Benjamin Elgin & Peter Robison / Bloomberg Businessweek

    Illustration: 731 for Bloomberg Businessweek
    Illustration: 731 for Bloomberg Businessweek

    Les 500 millions de tweets postés chaque jour sur le réseau social qualifié de firehose, “tuyau d’incendie”, représentent une banque d’informations immense pour les compagnies, qu’elles achètent et revendent aux agences de renseignement et force de police et gouvernement étrangers qui l’utilisent pout surveiller les comportements de ses citoyens.
    Retour sur un business en pleine expansion qui met en danger la liberté d’expression d’une communauté numérique mondiale que Twitter a pourtant contribué à construire.
    L’enquête s’intéresse à cet immense de contenu et d’information qui est diffusé et enregistré par Twitter pour être ensuite vendu à des sociétés qui iront y trouver les renseignements nécessaires pour figurer ou anticiper les nouvelles tendances et comportements des consommateurs.
    En septembre dernier, l’American Civil Liberties Union de Californie a révélé que les agences de police s’étaient dotées un peu partout dans l’état de logiciels capables d’espionner les médias sociaux pour essayer de se débarrasser de certains les activistes grâce un réseau de surveillance numérique – en utilisant par exemple les hashtags #Blacklivesmatter, #Don’tShoot, #I’munarmed, lorsqu’une manifestation contre les brutalités policières ou à l’initiative de Black Lives Matter est organisée
    Voir l’article en entier sur le Kiosque

  6. Holidays Food – Gillian Duffy – New York magazine

    Saucisson à l’ail. Photo: Bobby Doherty/New York Magazine
    Saucisson à l’ail. Photo: Bobby Doherty/New York Magazine

    Des chefs américains (Liz Johnson, Georgette Farkas, Daniel Rose) propriétaires de restaurants français (Mimi, Rotisserie Georgette et Le Coucou) qui préparent trois repas traditionnel de l’hexagone pour respectivement 18 personnes, 8 personnes et enfin un duo, avec des recettes faciles à répliquer et des superbes photos pour vous donner envie: Des rillettes de porc, saucisson à l’ail, gratin dauphinois, Venison (Cuisse de chevreuil) cuit au foin, haricots verts sauce rémoulade et Far breton aux pruneaux, et encore beaucoup d’autres!
    C’est ICI

  7. « Gospel of the Climate Deniers » – Andy Kroll / Rolling Stone

    Les Etats-Unis sont l’un des derniers pays au monde où les politiques nient ouvertement la science du changement climatique, plus particulièrement, un parti, le Grand Old Party. Le programme des quatre prochaines années proposé par Trump cet été à la Convention républicaine est un cauchemar environnemental: Construire la Keystone Pipeline XL rejetée par Obama en 2015, supprimer le Clean power Plan, neutraliser l’Agence de Protection de l’Environnement et lui interdire de limiter de dioxide de carbone, et arrêter toutes les limitations sur le fracking.

Le kiosque du jeudi 13 octobre 2016

***

Le Washington Post derrière Hillary Clinton

Hillary Clinton présidente
Non, nous n’apportons pas simplement notre soutien parce que son opposant est désolant. Mme Clinton est obstinée, résistante, réfléchie et intelligente. Ses collègues sénateurs, démocrates et républicains, l’ont trouvé méthodique, très instruite, déterminée à accomplir des choses, prête a travailler avec tous (…) Elle capable de faire son travail.
Mme Clinton comprend que si le progrès est possible, il doit être fait par étapes et réalisé avec la participation des deux partis.
Nous pensons que Mme Clinton sera un exemple pour toutes les filles de célébrer l’élection de la première femme présidente des Etats-Unis.

 

***

Les discours payés de Clinton

John Cassidy dans le New Yorker revient sur la diffusion cette semaine par Wikileaks des discours remunérés de Clinton devant Wall Street, piratés depuis le compte email de John Podesta, le président de la campagne de Clinton – les démocrates accusent les Russes de vouloir influencer le cours des élections, via leur pion Julian Assange.
Mais rien dans ce que le journaliste a pu trouver ne change dramatiquement tout ce que l’on sait déjà sur Clinton, qu’elle est sympathique avec les banquiers, qu’elle et son mari ont amassé une fortune avec leurs discours depuis les années 2000. Selon lui, l’intérêt involontaire de ces documents est de montrer comment est-ce que Clinton « est une véritable centriste qui croit que la politique électorale implique nécessairement des compromis, des pourparlers avec les puissants groupes d’intérêts, et si nécessaire, réformer des politiques publiques impopulaires »

***

Le New York Times lui aussi à l’heure des scandales

Non content que son concurrent, le Washington Post soit à l’origine du SCOOP de cette campagne électorale (la vidéo vulgaire de Trump sur les femmes), la Gray Lady a publié hier deux nouveaux témoignages de harcèlements sexuels impliquant le candidat républicain – un geste inhabituel pour un quotidien aussi sérieux – surtout que les faits remontent à plus de dix ans pour l’un et presque trente ans pour l’autre et n’ont jamais été rapportés à la police.
Trump qui déteste le New York Times – et vice versa – est allé encore une fois exprimer sa frustration sur Twitter

https://twitter.com/realDonaldTrump/status/786551712228208640

***

« Si je dois terminer en boitant, au moins je terminerai »

Donald Trump n’abandonnera pas la course, quelque soit la marche de sa campagne qui a pris une tournure dramatique depuis la semaine dernière; il est bien décidé à en débattre jusqu’au bout avec sa rivale et le parti républicain, quelques soient les conséquences.
Le Dallas Morning News – journal conservateur – s’inquiète des insinuations du candidat sur la corruption du système électoral américain et d’une élection volée, assenées durant toute la campagne et qui pourrait bien provoquer des violences le jour des élections si les résultats ne jouent pas en sa faveur.
« Ce sont des bombes à retardement rhétoriques, des déclarations qui jettent le doute sur notre démocratie et de plus en plus fréquentes au fur et à mesure que Trump réalise le fait qu’il perd. »

***

FiveThirtyEight - Résultats des élections si les hommes seuls étaient appelés à voter
FiveThirtyEight – Résultats des élections si les hommes seuls étaient appelés à voter

Interdire le droit de vote aux femmes

Des supporteurs qui sont chauffés à blanc chaque soir par un candidat toujours plus irrespectueux et violent à l’égard de ses adversaires, et dont certains sont allés hier jusqu’à populariser le hashtag #repealthe19th en référence au 19ème amendement de la Constitution américaine, celui qui autorise les femmes à voter.
Hier le site FiveThirtyEight a publié deux cartes des Etats-Unis qui montrent une large victoire de Trump en cas de vote uniquement masculin et une ras-de-marée de Clinton si seules les femmes étaient appelées à voter.

 

***

 

Time magazine - Edition européenne du 17 octobre 2016
Time magazine – Edition européenne du 17 octobre 2016

Christine and the Queens en une de Time magazine

… de l’édition européenne la semaine dernière représentant le « prochaine généreation de leaders » qui « refait le monde ».
« Elle appartient à ce nouveau genre de musiciens qui rejettent la féminité souvent associée à la music pop et embrasse au contraire et brouille la notion de genre à travers sa performance, ses paroles et son apparence. »

 

***

Bob Dylan, prix Nobel de … Littérature

La première fois qu’un prix Nobel de Littérature est décerné à un chanteur « pour avoir créé des nouveaux modes d’expression poétique dans la grande tradition de la chanson américaine » et qu’on parle des résutats du jury dans la rubrique « Entertainment ». Il a remporté le prix devant d’autres prétendants tels que Haruki Murakami et Ngugi Wa Thiong’o.

Le Kiosque de la semaine: 10 – 16 octobre 2016


Les articles “A LIRE” de la semaine
 sélectionnés parmi les magazines présentés dans le diaporama

 

  1. « How the light gets in » – David Remnick / The New Yorker

    David Remnick, le rédacteur-en-chef du New Yorker nous offre nn portrait magnifique de Leonard Cohen, le chanteur de 82 ans, qui sort sont 14ème album, You Want It Darker.
    A LIRE D’URGENCE!

  2. « War Goes Viral » – Emerson Brooking & P. Singer / The Atlantic

    « Les médias sociaux ont aidé ISIS à recruter quelques 30 000 combattants étrangers dans plus de 100 pays, et les ramener jusqu’aux champs de bataille de Syrie et d’Irak ». L’organisation a annoncé l’invasion de l’Irak via Twitter avec le hashtag #AllEyesOnISIS et a bombardé la plateforme de célébrations de victoire et d’images choquantes de ceux qui ont osé les combattre, en direct, sans que les médias puissent vérifier aucun information: ISIS « est devenu le premier groupe terroriste à occuper physiquement et numériquement un territoire »
    « On a longtemps reconnu dans internet sa capacité à rassembler les gens, cette même technologie est aujourd’hui utilisée comme une arme (…) Les médias sociaux ont tout révolutionné, des affaires au dating en passant par la politique et maintenant, à la guerre, elle-même.

  3. « The Age of Fear » – Neil Strauss / Rolling Stone

    « Si on vit dans l’époque la plus sûre de notre Histoire, Pourquoi avons nous si peur? » Selon le sociologiste Barry Glassner, nous vivons dans la période la plus propice à la peur car il existe des gens et des organisations qui ont le pouvoir et l’argent pour véhiculer ces peurs: « les médias de masse, les compagnies d’assurance, l’industrie pharmaceutique, les groupes de pressions, avocats, politiciens » utilisent et manipulent la peur des gens pour engendrer des milliards de dollars.

  4. « Super Size – The Dizzling Grandeur of 21st-Century Agriculture » – Collectif / New York Times magazine

    Un reportage photos et vidéos sur le paysage agricole américain au 21ème siècle

    * « Big Food Strikes Back » – Michael Pollan: Pourquoi Obama a-t-il échoué avec l’agro-industrie
    *« Pie in the Sky » – Corby Kummer: Comment faire un pizza surgelée qui soit bonne pour la santé
    * « Brand the New Hue » – Malia Wollan: Comment fair eun M&M bleu?

  5. « The White Helmets of Syria » – Jared Malsin / Time magazine

    « Certains d’entre nous qui regardent le conflit depuis l’Occident ont constamment sous-estimé le  bain de sang qui touche la Syrie à empirer. on tend à penser que ça ne peut pas être pire. Et ça n’a jamais cessé d’empirer » Rapporte Noah Bonsey, spécialiste de la Syrie au International Crisis Group. Les 3 000 « casques blancs » sont les volontaires qui tentent aujourd’hui de sauver des vies dans les zones tenues par les rebelles qui sont touchés quotidiennement pas des tirs d’obus du régime ou de la Russie dans lesquelles les casques blancs sont eux-mêmes devenus des cibles

  6. « The Thirty-Year Coup » – Dexter Filkins / The New Yorker

    Le coup d’Etat manqué en Turquie cet été a été attribué par les autorités et son président Erdogan au dissident religieux Fethullah Gülen réfugié aux Etats-Unis depuis vingt ans après avoir échappé aux militaires. « Pour beaucoup en Occident, il représente une tendance positive de l’Islam, qui défend selon Bill Clinton, « les idées de tolérance et de dialogue entre communautés ».
    Il a participé au retour du religieux au moment où Erdogan a pris le pouvoir au début des années 2000, mais ses sermons pro-business, pro-science, et conciliateur envers Israel lui ont vite attiré les foudres des islamistes. Par ailleurs, le mouvement social et religieux qu’il a initié, aujourd’hui très influent dans les médias, les affaires, les syndicats, les écoles de Turquie est devenu une menace pour le régime de son ancien allié, Erdogan. Ce dernier l’accuse aujourd’hui d’être responsable depuis son exil américain du coup d’Etat qui a tenté de le renverser cet été, et qui lui a permis de procéder depuis à des milliers d’arrestations de ses militants en Turquie.

  7. « Saturday Night live’s Weirdo in Chief » – Alex Morris / Rolling Stone

    Reportage et interview de la comédienne Kate McKinnon qui vient de remporter son premier Emmy Award pour ses interprétations diverses, variées et hilarantes dans l’émission satirique de NBC Saturday Night Live, à l’affiche de Ghostbusters cet été, de Masterminds cet automne, et qui est très attendue ces prochaines semaines dans SNL où elle incarne Hillary Clinton à merveille.

  8. « Buzz Off » – Robert Kolker / Bloomberg Businessweek

    La communauté de la ville de Key Haven dans les Key West du sud de la Floride résiste depuis plusieurs années aux tentatives d’expérimentation d’une compagnie de biotechnologie, Oxitec, qui propose des solutions innovantes pour contrôler les moustiques porteurs de virus et du dernier ennemi en date, ZIKA. Mais la population refuse d’être le cobaye des frankenflies, ces moustiques mâles génétiquement modifiés qui agissent comme « des insecticides vivants » et qui doivent libérer par centaines de milliers dans les zones habitées.

  9. « The View from the Valley » – The Editors / The Atlantic

    Un sondage au coeur de la Silicon Valley de 50 tech executives qui répondent a toutes sortes questions d’actualité, de Trump à Peter Thiel, en passant Tulsa ou Marissa Meyer.

  10. « Patagonia » – Brad Wieners / Bloomberg Businessweek

    La marque de vêtements s’est lancé dans la vente de nourriture et boissons saines pour l’homme et la nature

Le Kiosque de la semaine: 03 au 09 octobre 2016


Le nouveau rendez-vous hebdomadaire sur l’actualité des magazines américains.
On a un peu modifié la formule qui vous propose désormais:

  • Les articles « A LIRE » de la semaine sélectionnés parmi les magazines présentés dans le diaporama, dont certains l’objet d’une étude plus complète.

  • LA SELECTION des reportages, analyses et commentaires qui nous intéressent des différents magazines

***

 

Les articles « A LIRE » de la semaine

  1. « Eight Years in Obama’s America » New York Magazine

    Un excellent récapitulatif chronologique des évènements politiques, économiques, culturels et internationaux qui ont marqué les années Obama, du 08 janvier 2009, date de son investiture au 30 septembre dernier avec les témoignages du président, d’activistes, de journalistes, politiques, citoyens, photographes, accompagnés d’une belle sélection de photos.

     

  2. Baltimore vs. Marilyn Mosby – New York Times magazine 

    « En pleine crise nationale sur les violences policières, la procureure de Baltimore pensait qu’inculper six officiers pour la mort de Freddie Gray aiderait la ville à panser ses plaies. Elle a perdu, et un plus qu’un procès ».

    Freddie Gray est tombé dans le coma dans un fourgon de police en avril 2015 après avoir eu les cervicales brisées et la trachée écrasée. Sa mort une semaine plus tard, classée comme homicide, provoque des émeutes dans la capitale du Maryland et pousse la procureure Marilyn Mosby à inculper les six policiers présents lors de l’arrestation du jeune Gray. Une an et demi plus tard, aucun d’entre eux n’a été condamné et Mosby a du retiré toutes les charges qui pesaient contre eux avant d’être poursuivie par cinq de ces derniers pour diffamation. Elle est aujourd’hui la cible favorite des conservateurs, de Donald Trump et reçoit régulièrement des insultes racistes et menaces de mort.

     

  3. « Trumptown » – The New Yorker

    « La promesse de Trump de donner la priorité à l’Amérique [est] séduisante parce que pour la première fois depuis longtemps, un homme politique de cette envergure se sent concerné par notre état, non pas à cause de sa pauvreté ou parce que la population est dans le besoin mais parce la Virginie Occidentale fait enfin partie de l’Amérique »

    Comment une petite ville de Virginie occidentale, historiquement démocrate est progressivement passée du côté républicain à cause d’une industrie minière en faillite, un chômage rampant, le sentiment d’abandon envers le gouvernement et les politiques et une méfiance croissante vis-à-vis de l’immigration.

     

  4.  « Russia wants to undermine faith in the US election. Don’t fall for it. » – Time magazine

Selon Time magazine qui cite les renseignements et agences de sécurité américains, la Russie représenterait une menace sur les élections présidentielles du 8 novembre prochain.Non pas comme certains l’ont avancé d’influencer directement le résultat des votes – les bulletins sont remplis électroniquement mais les machines ne sont pas accessibles via internet – mais en “créant de la confusion et de l’instabilité” le jour J.

Voir l’article du Kiosque dessus

 

 

***

NOTRE SELECTION de reportages, analyses et commentaires qui nous ont intéressé cette semaine

 

New York magazine« Hope and what came after »
Sommaire

New York magazine - Edition du 3 au 16 octobre 2016: "Eight Years in America"

 

 

 

***

The New Yorker – « The Money Issue »
Sommaire

The New Yorker - Edition du 10 Octobre 2016 - Barry Blitt "Miss Congeniality"

  • « The Anti-Uber »
    Dans la course aux transports personnels, le business de la jeune compagnie Juno consiste a débaucher les chauffeurs déçus, frustrés ou appauvris de Uber ou Lyft en leur offrant des commissions plus importantes, davantage d’attention et de respect. Depuis décembre, ils auraient engagés plus 14 000 des meilleurs chauffeurs de leur rivaux sans débourser un sou de formation.
  • Cashing Out
    Sur l’éventualité du retrait des billets de banque en Suède et les effets qu’auraient cette réforme sur l’immigration illégale, la corruption, le trafic de drogue et l’économie en général. Tous les avantages du paiement par carte, plus sécurisé, qui offre toutes sortes de récompenses mais qui pose le problème de la traçabilitié de l’argent: aucune transaction ne serait désormais anonyme.
  • Talk of the Town – Millenialism
    Comprendre l’importance du vote millenial dans ces élections présidentielles et le décalage avec l’offre du système politique bipartisan traditionnel américain.
  • The Widening Racial Wealth Divide
    Comprendre pourquoi et comment les afro-américains sont plus au chômage, sont moins propriétaires, ont des revenus et un patrimoine moins importants que leur compatriotes blancs: « l’Histoire et l’héritage ont créé un fossé que la politique a maintenu »

 

***


The New York Times magazine
« Right Wing Air War – Donald Turmp and the Battle within the Conservative Media »
Sommaire

The New York Times magazine - Edition du 02 Octobre: "Donald Trump et la bataille au sein des médias conservateurs"

  • « Right Wing Air War – Donald Trump and the Battle within the Conservative Media »
    Trump a non seulement décroché la nomination du parti républicain, à la surprise de tous ses dignitaires, mais il a également redéfinit le rapport de forces au sein des médias conservateurs: « L’intelligentsia » représentée par « les think tanks de la côte est, les commentateurs en costume et les tribunes de quotidiens » qui a définit pendant des années « les principes idéologiques du conservatisme » fait désormais face à Ann Coulter, Breitbart News et autres Drudge Report, porte-parole de l’Alt-Right américaine. 
  • Baltimore vs. Marilyn Mosby – Voir « A Lire » 
  • « The Conspiracy Theorist’s Election »
    Sur l’utilisation par Trump de toutes sortes de théories du complot durant ces élections, à commencer par celle de la nationalité du président actuel, Barack Obama.

***

 

Bloomberg Businessweek« I voted »

Bloomberg Businessweek - Edition du 3 au 9 octobre 2016: "I voted" « I voted »
Le système de vote électronique des 9000 bureaux de vote des Etats-Unis sont anciens et déficients pour certains, surtout dans des circonscriptions à forte majorité afro-américaine et pourraient créer des complications le jour de l’élection.

  • « How Adidas got back in the Game »
    Comment la marque est devenue le deuxième équipementier sportif aux Etats-Unis derrière Nike et devant Under Armour grâce au buzz créé chez les Millenials
  • « Welcome to Pride Night »
    Les ligues sportives américaines, autrefois réputés homophobes accueillent aujourd’hui à bras ouverts les organisations LGBT avec un marché d’un milliard de dollars à la clé.
  • « Don’t Pardon Edward Snowden »

    « Montrer de la clémence pour un homme qui jouit aujourd’hui de l’hospitalité de Vladimir Poutine reviendrait à ignorer les problèmes qu’il a causé à la sécurité nationale des Etats-Unis »

 

***

Time – « Don’t Fall for it »

Time magazine - Edition du 10 octobre 2016: "Russia wants to undermine faith the US elections. Don't fall for it."

  • « Russia wants to undermine faith in the US election. Don’t fall for it. » –

    Selon Time magazine qui cite les renseignements et agences de sécurité américains, la Russie représenterait une menace sur les élections présidentielles du 8 novembre prochain.Non pas comme certains l’ont avancé d’influencer directement le résultat des votes – les bulletins sont remplis électroniquement mais les machines ne sont pas accessibles via internet – mais en “créant de la confusion et de l’instabilité” le jour J.

    Le Kiosque à ce propos la semaine dernière et disponible ici

     

« Audrie and Daisy »: Viols et cyberbullying dans les lycées américains

Netflix a mis en ligne cette semaine un documentaire de sensibilisation au « cyberbullying » dans les cas d’agressions sexuelles chez les lycéens américains.
Un phénomène qui a fait la une de l’actualité ces dernières années à cause de ses conséquences dramatiques qu’il a provoqué et de la gestion très critiquée de la justice, de la police et de la communauté vis-à-vis des agresseurs et des victimes.

audrie-daisy-poster-405x600Témoignage des agresseurs et agressées
« Audrie & Daisy » sont deux lycéennes, violées par des camarades de classe ou du même établissement scolaire et dont les agressions ont été diffusés sur internet et les médias sociaux provoquant injures, moqueries et mises à l’écat des victimes.
Audrie s’est suicidée dans sa chambre en 2012. Daisy a survécu à plusieurs tentatives et a été poussée par sa propre communauté à quitter la ville.

Les témoignages des parents, des familles des victimes et des victimes elles-mêmes est très dur, mais celui des agresseurs et des autorités vis-à-vis de ce genre d’affaire est encore plus difficile à entendre.

La force de ce documentaire tient à la participation des « agresseurs » ordonné par le juge en échanges de peines de quelques mois de prison. Ces adolescents, qui apparaissent sous forme d’animation, répondent de manière laconique sans réaliser la gravité et les conséquences de leurs actes, des faits d’agressions sexuelles auxquels ils ont participé.
Les deux réalisateurs, Bonni Cohen and Jon Shenk, se sont également appuyés sur les vidéos des dépositions des adolescents.

Leur défense? Ces adolescents n’avaient aucune idée que prendre des photos d’une mineur nue et les partager sur internet constituait un crime, « juste une blague pour s’amuser entre potes [de l’équipe de football] » quand d’autres vont affirmer que la jeune fille inconsciente était consentante.

Ces adolescents n’ont sans doute pas voulu provoquer la mort de leur amie ou consciemment pensé qu’ils violaient une adolescente, mais un crime de cette nature doit de toutes façons faire l’objet d’une enquête et d’une condamnation si les faits sont circonstanciés.
C’est là que le bas blesse.

Loi du silence,  et responsabilité des autorités
Dans le cas de Daisy Coleman qui a été violée à l’âge de 14 ans, inconsciente sous les effets de l’alcool, par la star de l’équipe de football, Matt Barnett, 17 ans à l’époque, le sheriff explique très sérieusement:

« Il ne faut sous-estimer le besoin d’attention de certaines personnes, notamment des jeunes filles. Il y a beaucoup de pressions sur les jeunes filles dans notre société pour être belles, pour être appréciées et populaires. Ce n’est pas juste mais c’est la façon dont fonctionne notre société (…) Cette affaire est devenue hors de contrôle parce que tout le monde a utilisé le mot « viol », c’est très populaire. Le viol. Le Viol de Maryville. Le viol Coleman. Rien de ce qui s’est passé cette nuit-là qui rassemble de loin ou de près à un viol. Qu’on soit d’accord ou non, des jeunes de cet âge peuvent avoir des relations sexuelles consenties dans l’état du Missouri

Quelques mois après l’agression, le procureur a abandonné toutes les charges contre Mr Barnett et l’ami de celui-ci qui avait filmé la scène. « Une décision politique » pour la mère de la victime: l’agresseur appartient à une puissante famille du Missouri et « dans ces petites villes du fin fond de l’Amérique, il est plus important de protéger les garçons plutôt que de rendre justice aux filles (…) ils représentent la communauté et on ne veut pas les contrarier, ce sont des héros.

Une décision qui a choqué le pays et provoqué un intérêt médiatique sans précédent sur la communauté de Maryville, et certainement pas pour les bonnes raisons.

A la suite de la dénonciation de son agresseur, toute la petite communauté de Maryville a tourné le dos à la famille Coleman et aux quatre enfants scolarisés, la jeune Daisy a été harcelée sur les médias sociaux, la mère a perdu son travail de vétérinaire, leur maison a été incendiée, les obligéant a quitté la ville définitivement.

Le jeune Barnett a finalement été condamné à deux ans de prison avec sursis pour mis-en-danger d’une mineur.
Aucune accusation d’agression sexuelle n’a été retenue.

Time magazine - Edition du 26 mai 2014
Time magazine – Edition du 26 mai 2014


Prise de conscience collective dans les universités du pays 

L’année dernière, plusieurs affaires de viol ont poussé les médias à dénoncer ce « phénomène national » dans les campus américains de Baylor University (Texas), Vanderbilt (Tennessee), Columbia, et récemment celle de Stanford.

Selon une étude réalisée sur neuf campus du pays, une « undergraduate » sur cinq aurait subie une agression sexuelle, dont seulement 37% seraient reportées à la police du campus, par peur de représailles, d’exclusion, ou de mises à l’écart par d’autres étudiants.
Les problèmes auxquels font face les victimes tiennent aussi au manque de témoins, au rôle de l’alcool, et enfin aux condamnations très légères  qu’obtiennent les agresseurs.

Le documentaire de Netflix, « émotionnellement difficile à regarder », voudrait provoquer le même électrochoc chez les lycéens et les adultes pour alerter et prévenir ce genre de comportements.

Il y a deux semaines, le Washington Post publiait le témoignage d’une mère intitulé « Mes deux adolescents sont aveugles à la culture du viol » qui explique:

Je n’ai jamais imaginé que j’élèverai des garçons qui deviendraient des hommes comme ça. Des hommes qui pensent que la culture du viol n’existe pas ou qui ne comprennent pas le sexisme. Des hommes qui me disent que je suis trop sensible et ou que je ne comprends pas comment fonctionnent les adolescents.
On parle jamais de ce genre de choses maman, m’ont-ils dit avec agacement.
C’est la façon dont tous les jeunes se comportent

Le Kiosque de la semaine: 26 Sept – 03 Oct. 2016

Les lectures de cette semaine – En bleu ce que Le Kiosque vous conseille

Rolling Stone: « 100 Greatest TV shows of all Time »  

Rolling Stone - Edition du 6 Octobre 2016: "Greatest TV Shows of all time"
Rolling Stone – Edition du 6 Octobre 2016: « Greatest TV Shows of all time »

* « Who owns Prince Legacy? »

* « Heroes and Villains« : la sortie des mémoires de Brian Wilson et Mike Love sur leur expérience des Beach Boys

*  « Inside the summer of Hell and High Water » sur la question du changement climatique aux Etats-Unis touchés cette année par des incendies en Californie, des inondations en Louisiane et des ouragans en Floride, Hawaï et en Nouvelle Angleterre.

*  « 100 Greatest TV shows of all Time » – sans grand intérêt
1. The Sopranos, 2.The Wire, 3.Breaking Bad, 8.Saturday Night Live, 17. Twin Peaks, 24. Friday Night Lights, 37. Orange Is the New Black, 43. The Americans, 72. Girls, 83. House of Cards, 91. Broad City, 97. Portlandia, 99. Oz
The Washington Post a d’ailleurs publié la sienne

* « Hillary Vs the Hate Machine«  ou comment « des décennies d’attaques de la droite ont transformé une militante du droits des femmes en une plateforme haineuse de l’Amérique »

***


Bloomberg Businessweek
: « Don’t, Won’t Can’t, Leave Home Without It »

Bloomberg BunsinessWeek - Edition du 26 septembre 2016: "Don't Won't Can't leave home without it"
Bloomberg BunsinessWeek – Edition du 26 septembre 2016: « Don’t Won’t Can’t leave home without it »

* Opening Remarks: « Why is Venezuela isn’t on the Verge »
* « Samsung’s $2billions mistake«  sur le rappel de 2,5 millions de Galaxy Note 7 dont les batteries explosent. Samsung a essayé de sortir rapidement un téléphone innovateur pour concurrencer le Iphone 7 de son « archrival », Apple.

* « The Little Blue Dot Irritating Nebraska’s GOP« . Dans le Nebraska, à majorité républicaine, la plus importante ville de l’état, Omaha, est un enclôt libéral qui pourrait bien pencher pour Hillary, comme elle l’avait fait pour Obama en 2008, et rapporter un grand électeur aux Démocrates en Novembre prochain.

* « Bloomberg 50’s Most Influential »: 1. Teresa May, 2. Ex-aequo Hillary Clinton et Donald Trump, 6. Angela Merkel, 50. John Oliver

* « You Swiped My Heart« : How Chase turned a Credit Card into an Obsession »: Comme la banque américaine Chase attire ses clients grâce à des cartes de crédit aux systèmes de points et miles très avantageux.

* « Miracle Whipped« : Comment un fabricant de mayonnaise végétalien a convaincu la Silicon Valley qu’il dirigeait une entreprise de haute technologie qui allait changer le monde.
La compagnie avait auparavant engagé des contracteurs pour aller acheter de grandes quantités de leur produits dans les supermarchés afin que ses derniers en recommandent.

***

The New Yorker – Shift de Chris Ware

The New Yorker - Edition du 3 octobre 2016: "Shift" by Chris Ware
The New Yorker – Edition du 3 octobre 2016: « Shift » by Chris Ware

* Talk of The Town:
« The Fear Factor » sur l’exploitation du danger islamique aux Etats-Unis et dans la campagne présidentielle américaine
« Smarty Pants » sur la naissance de Slate et du « Slateyness », l’un des premiers site d’infos exclusivement en ligne, il y a vingt ans avec le soutien de Microsoft

* « In the Balance » sur la Cour Suprême des Etats-Unis dont la nomination du 9ème juge par le prochain président pourrait bien faire bousculer vers la gauche

* « Lady Bits » sur « la comédie radicale » d’Ali Wong

* « The Cuba Play » sur les relations normalisées entre Cuba et les Etats-Unis, et les conséquences qu’elles auront sur le futur du pays.

* « Germany’s New Nationalists » sur le nouveau visage inattendu de l’extrême droite allemande, Frauke Petry

***

New York Times magazine – Special voyages

The New York Times magazine - Edition du 25 septembre 2016: "The Voyage Issue"
The New York Times magazine – Edition du 25 septembre 2016: « The Voyage Issue »

 

« Voyages, Visual journeys by 6 photographers ». Un reportage interactif et des photos à couper le souffle prises en Ethiopie, Albanie, Australie, Finlande, Pérou et Espagne

* « On the Road ». Sur le métier de photographe professionnel à l’heure d’Instagram et de la démocratisation de la photo et du tourisme de masse.

 

 

 

 

 

***

 

Time Magazine – The Perilous Fight

Le Kiosque consacré un article à cette couverture la semaine dernière

Time magazine - Edition du 3 Octobre 2016" "The Perilous fight"
  Time magazine – Edition du 3 Octobre 2016″ « The Perilous fight »