06.10.17

 

1. Bientôt le Rexit?

 

by DAVE GRANLUND (Cagle Cartoons) 2017

 

  • Donald Trump n’a toujours pas digéré les révélations des « fake médias » de cette semaine concernant son Secrétaire d’Etat – qui aurait voulu démissionner en juillet dernier et aurait traité le président de « moron », surtout que Rex Tillerson n’a pas personnellement démenti ces propos relayés (et moqués) dans tous les journaux et sur les réseaux sociaux: Non seulement on lui a volé la vedette, mais à ses dépens et ça ne passe pas pour le président qui n’a plus aucune confiance en son ministre. 

 

  • Les jours de Rex Tillerson, qui devait rester à son poste au moins jusqu’à la fin de l’année, sont semble-t-il ,comptés: Il pourrait être remplacé par Mike Pompeo, 53 ans, actuel directeur de la CIA, avec qui Trump s’entend un peu mieux. Mais le directeur de cabinet, John Kelly qui a ramené un petit de normalité à la Maison Blanche depuis sa nomination cet été, voudrait éviter le grabuge d’un éventuel remaniement ministériel.

 

  • Hier lors d’une séance photo à la Maison Blanche entouré de dignitaires de l’armée américaine, Donald Trump a parlé de « calme avant la tempête » sans préciser sans préciser de quoi il s’agissait (Daesh, l’Iran ou la Corée du Nord ?), « Vous verrez bien » a-t-il répondu.
    Pour beaucoup, Trump a voulu faire dans le dramatique juste pour créer un peu de buzz autour de lui et faire parler les médias.

 


2. « Access Hollywood » un an plus tard

 

 

  • La « surprise d’octobre » censée mettre un point final à la campagne de Donald Trump, la désormais fameuse vidéo de l’émission « Access Hollywood » dans laquelle se vante d’attraper les femmes par leur entrejambe, découverte par le journaliste David Fahrenthold et diffusée par le Washington Post il y a tout juste un an, n’a pas eu, malgré l’énormité des propos, l’effet escompté.
    Pour Steve Bannon, ça a d’ailleurs le moment de vérité qui a déterminé qui était loyal envers Trump [lui, sa famille, Reince Priebus] et qui ne l’était pas [la plupart des Républicains, à commencer par Paul Ryan].
     

    « Les gens s’en foutaient. Ils savaient que c’était une discussion de vestiaire que Donald Trump avait avec un mec … Et ils ont passé outre. Ca n’a eu aucun impact sur la campagne. Mais si vous aviez vu les médias mainstream ce jour là, il tombait littéralement dans l’enfer de Dante. »

     

  • Pour fêter cet anniversaire, l’association de défense des femmes Ultraviolet diffuse en boucle la vidéo pendant toute la journée, sur grand écran et … à côté de la Maison Blanche. – The Hill

 


3. « Dirty Harvey »

 

 

  • Harvey Weinstein, l’un des plus puissants producteurs d’Hollywood, est accusé par le New York Times d’avoir harcelé ces trente dernières années, des dizaines de femmes, dont Ashley Judd et Rose McGowan, en échange de booster leur carrière. 
    Huit de ses victimes, des actrices, assistantes ou mannequins, auraient conclu des arrangements à l’amiable avec les sociétés de production et de distribution de films qu’il a co-fondé avec son frère (Miramax entre 1979 et 2005 puis The Weinstein Company) et dont la dernière remonterait à 2015.

    Weinstein, qui se présente « en public comme une figure libérale, défenseur de la cause féminine récompensé pour ses travaux artistiques et humanitaires » a reconnu dans le Times que « son comportement [avait] pu blesser ses collègues », s’en est excusé et a promis qu’il se soignait tout en démentant les accusations du quotidien.
     
  •  

  • Ce matin, le producteur a annoncé qu’il prenait un congé illimité mais aussi qu’il comptait poursuivre le New York Times pour 50 millions de dollars sous prétexte que le quotidien ne lui aurait pas laissé assez de temps pour se défendre de faits « qui remontent à plus de trente ans et dans une douzaine de pays différents »

 

  • Pour éviter les répercussions du scandale, les Démocrates, qui ont reçu beaucoup d’argent de Weinstein ces dernières années, se sont engagés à lui rendre toutes les donations et condamné son comportement, qui était soi-disant  un secret de polichinelle à Hollywood.* « Decades of Sexual Harassment Accusations against Harvey Weinstein » – The New York Times

 


4 .YouTube reste le roi

 

  • Netflix, Hulu et Amazon et autres services de vidéos à la demande qui représentent aujourd’hui une industrie de 8,21 milliards de dollars, qui devrait atteindre 14 milliards en 2021, ont poussé de nombreux téléspectateurs à suspendre (« cord-cutters ») leur abonnement au câble – assez cher aux Etats-Unis, entre 50 et 200 dollars par mois – et la tendance devrait se renforcer puisque de 16,7 millions en 2016, ils devraient passer à 40 millions en 2021.
    Quant aux « cord-nevers », ceux qui n’ont jamais souscrit d’abonnement pour regarder la télé, ils étaient 32,5 millions l’année dernière et seront 41 millions dans quatre ans.
    * « Amazon, Netflix and Hulu’s Most Popular Shows Revealed » The Hollywood Reporter

 

  • Netflix a dépensé 6 milliards de dollars en 2016 pour la création et achat de contenu contre 4,5 milliards pour Amazon, et si Netflix, qui vient d’augmenter son abonnement de 10% cette semaine, continue de cartonner, c’est YouTube qui reste le roi des « streamers » avec 186 millions d’abonnés.
    Et la plate forme de Google ne compte pas s’arrêter là avec YouTube Red, le service de vidéo à la demande à dix dollars par mois qui offre de la musique illimitée sans publicités, des créations originales après leur sortie en salle ou directement produites par la compagnie. Pour l’instant le répertoire est assez limité mais avec les 65 milliards de Google, leur offre devrait s’enrichir ces prochains mois
    * « YouTube Grows Up: Inside the Plan to take on Netflix and Hulu »The Hollywood Reporter

 


5. « La grandeur a un prix »

 

 

  • Dernière création de Showtime, un documentaire sur l’un des personnages les plus controversés du tennis mondial, le légendaire entraîneur de tennis, Nick Bollettieri qui a formé entre autres André Agassi, Venus et Serena Williams, Anna Kournikova, Monica Seles, Jim Courier
  • La particularité de Bollettieri est qu’il n’a aucune formation d’entraîneur ce qui l’a empêché de travailler pour une fédération et/ou une université, mais qui l’a poussé à fonder une Académie, où les jeunes prodiges du tennis sont venus vivre et s’entraîner loin de leurs parents.
    « Si je n’avais pas cassé ces règles, le tennis ne serait pas où il en est aujourd’hui »

 


6. Le reste de l’actu

 

  • La Californie devient officiellement un « Etat sanctuaire« 

    La « Senate Bill 54 » (SB54) signée par le gouverneur Jerry Brown abolit une loi qui obligeait les forces de police locales à prévenir les services d’immigration en cas d’arrestation d’un immigré en situation irrégulière pour possession de drogues et autres infractions.
    Une décision mal perçue chez les Républicains comme en témoigne ce commentaire de Red State:

    Pour résumer: La Californie défie ouvertement une loi fédérale pour protéger des criminels vivant illégalement dans l’Etat, les relâcher plus rapidement et ne sera plus obligé de prévenir les autorités fédérales quand ils sortent et errent les rues.

    « California Is Now Officially A Sanctuary State »Redstate

***

 

  • Donald Trump a décidé aujourd’hui d’autoriser les entreprises à ne plus rembourser les méthodes de contraception de leur employés – l’une mesures les plus controversées d’Obamacare – si ça va à l’encontre de leurs croyances religieuses. N’importe quel patron ou conseil d’administration peut aujourd’hui avancer le prétexte de la religion pour priver les femmes d’un de ses droits fondamentaux.
    Les associations religieuses ont bien entendu salué la décision – Politico

***

 

  • Las Vegas a interdit en 2012 la présence de pistolets pour enfants ou en plastique sur son fameux « Strip », l’avenue principale de la ville, afin de la rendre plus sûre tout en autorisant le port d’arme – les vraies, celles qui tuent – en public, comme ça l’est pour les casinos, bars, hôtels et bureaux de vote. – Charlotte Observer

 


7. Couverture du Jour

 

 

  • Mike Moore, l’avocat qui a mis à plat l’industrie du tabac (« Big Tobacco ») aux Etats-Unis et négocié le règlement juridique le plus cher de l’histoire (206 milliards de dollars sur 25 ans en 1998), voudrait désormais s’attaquer à l’industrie des opiacés qui a engrangé des milliards de dollars ces vingt dernières et créé l’une des pires crises sanitaires que l’Amérique ait connu, responsable de la mort de 60 000 personnes l’année dernière.

 

  • La plainte stipule que ce sont les compagnies qui ont provoqué cette épidémie en minimisant les risques de dépendance et d’overdose des anti-douleurs tels que l’OxyContin, le Percocet, ou le Duragesic. Les opiacés ne sont pas seulement risqués lorsqu’on en abuse, mais tout simplement lorsqu’on en prend.

 

  • Comme il l’a fait lors pour l’industrie du tabac, Moore veut travailler avec le plus d’Etats possibles afin de collecter les preuves nécessaires pour réclamer des milliards de dollars de dommages et intérêts et de faire plier l’industrie des opiacés. Certains villes et Etats américains ont déjà porté plainte contre certaines de ces entreprises (Purdue Pharma, Endo, and Johnson & Johnson’s Janssen Pharmaceuticals) mais une action collective est bien plus efficace aussi bien financièrement que symboliquement.* « The Lawyer Who Beat Big Tobacco Takes On the Opioid Industry » – Bloomberg Businessweek

Laisser un commentaire