29.01.18

 

1. Les Quotidiens

 

  • A. Des Grammys ennuyeux

     

    Les 60ème Grammy Awards n’avaient pas grand intérêt hier soir: Une ouverture spectaculaire de Kendrick Lamar mais qu’on a déjà vu, Bruno Mars avec son R&B sans grand intérêt – sauf pour Cardy B; Sam Smith et son gospel habituel; les prestations de Sting (« An Englishman in New York) et U2 n’étaient pas inoubliables.

    Le seul moment émouvant a été la prestation de Keisha, chanteuse dont la carrière et la vie personnelle « ont été quasiment détruites quand elle a accusé son producteur d’agression sexuelle en 2014. »

    Et ce n’est pas seulement l’académie qui à eu l’air indifférente à ce qui se passe en dehors du Madison Square Garden. Les artistes n’ont rien eu à dire sur le climat ambiant qui semble-t-il n’a aucune influence sur leur art – à part pour Kendrick Lamar.

    * « The Grammy’s complicated relationship with the #MeToo et Time’s Up movements. » – The Los Angeles Times


    Les meilleurs moments
     de la soirée selon USA Today qui a lui aussi dénoncé des Grammy’s « affligeants » qui n’ont fait que célébrer « les hommes » [#GrammySoMale] et la « musique pop ».

 

 

  • B. La Culture du silence

    L’Université de l’Etat du Michigan, où a exercé en toute impunité le docteur Larry Nassar pendant plus de vingt ans, a longtemps démenti, caché, voire supprimer les preuves et/ou accusations de harcèlement sexuel et de violence à ses étudiants, aux journalistes et autorités publiques.

 

  • C. Comment lutter le plus efficacement contre l’épidémie?

    L’année dernière, 250 villes, comtés et Etats ont porté plainte contre les fabricants d’opiacés, les grossistes, distributeurs et marketeurs, accusés d’avoir menti sur les effets de leurs produits, qui ont rendu dépendant des centaines de milliers d’Américains, provoqué directement ou non, la mort de des dizaines de milliers d’entre eux.

    Mais certains juges, à l’instar de Dan Polster de Cleveland, qui supervisent ces plaintes, pensent qu’elles ne règleront pas l’urgence de la situation:

    Je pense qu’on peut faire quelque chose pour réduire le nombre d’opiacés qui sont disséminés, manufacturés et distribués. Réduire leur quantité et s’assurer que les pilules qui sont prescrites et vendues le sont aux bonnes personnes.

    USA Today

 

 

  • D. Scandale au Republican National Comittee

    Vendredi dernier, Le Wall Street Journal a révélé les dizaines de plainte pour harcèlement et agressions sexuelles dont a fait l’objet Steve Wynn, fondateur et président de Wynn Resorts, basée à Las Vegas, ces trente dernières années. La compagnie, côtée au Nasdaq, à perdu deux milliards de dollars en trois jours.

    L’intéressé qui dément les allégations a dû démissionner de son poste de trésorier du Republican National Committee. The Las Vegas Review-Journal

 

 

 

2. Trumplandia: McCabe & Manigault

  • Manigault, de la Maison Blanche à « Celebrity Big Brother »Omarosa Manigault, c’est la méchante de la première saison de « The Apprentice », l’émission de télé-réalité de Trump, ré-invitée quelques années plus tard dans « Celebrity Apprentice », puis dans « All-Star Celebrity Apprentice », avant de représenter la communauté afro-américaine pour le candidat républicain pendant la campagne et de décrocher un poste à 150 mille euros par an à la Maison Blanche.Virée en décembre dernier par le Chef de Cabinet du président, John Kelly, Omarosa Manigault a immédiatement annoncé l’écriture d’un « Tell-All » et on vient d’apprendre sa participation à « Celebrity Big Brother » sur CBS le mois prochain. The Washington Post

 

  • Andrew McCabe démissionneLa guerre contre les agences de renseignement, notamment le FBI, meneé par Trump, la Maison Blanche et certains républicains, commence à porter ses fruits avec la démission aujourd’hui du directeur adjoint du bureau, Andrew McCabe. CNNAndrew McCabe, était devenu ces dernières semaines, la cible régulière de Donald Trump qui s’en est également pris à sa femme, une démocrate, dont la campagne perdue au poste de sénatrice de Virginie en 2015 a été en partie financée par un ami des Clinton.
    Selon NBC News, le président aurait même demandé à McCabe, au lendemain du renvoi de Comey en mai dernier qu’il demande à sa femme ce que ça faisait d’être « une perdante ». Propos jugés « normaux » par Maggie Haberman, journaliste du New York Times, qui connait bien Trump.

 

  • Les insultes de Trump sur Twitter depuis un anPetit résumé des insultes proférées par le président ces douze derniers mois sur Tiwtter dans le New York Times ce matin

 

 

 

3. Une app de fitness qui joue les taupes?

  • Strava, le « réseau social des sportifs » qui permet à ses utilisateurs de partager les itinéraires parcourus partout dans le monde, a publié en novembre dernier une carte du monde (« Global Heatmap ») avec toutes les activités enregistrées (vélo, jogging, ski, natation), ce même dans les contrées les plus lointaines et secrètes.

    Les experts et observateurs se sont rendus compte qu’elle pouvait révéler l’itinéraire des entrainements de certaines forces de sécurité dans des bases militaires [américaines] de régions isolées.
    (…)
    Nathan Ruser, un étudiant australien de 20 ans et analyste pour l’Institute for United Conflict Analysts, a donné l’alerte sur Twitter samedi en affirmant que le carte de Strava permettait d’identifier et de cartographier les bases américaines.

    Le ministère de la Défense est en train de revoir les règles d’utilisation de ce genre d’instruments, notamment au sein de l’armée et en dehors du pays.
    Strava s’est quant à elle engagée à travailler avec les militaires et le gouvernement pour vérifier les zones sensibles de sa « Heatmap ».

    * « US military is reviewing security practices after fitness app reveals sensitive info » – CNN

 

 

 

4. La fausse popularité sur les médias sociaux

  • C’est l’une des enquêtes choc de ce week-end, une plongée dans l’industrie de la « fausse » popularité sur les médias sociaux.

    Tous ces comptes appartiennent aux clients d’une compagnie américaine appelée Devumi qui a engrangé des millions de dollars dans un marché mondial encore obscure de la fraude sur les médias sociaux. Devumi vend des abonnés sur Twitter à des célébrités, des commerces et tous ceux qui veulent apparaître plus populaires qu’ils ne le sont ou exercer davantage d’influence en ligne.

    Propriétaire de 3,5 millions de comptes automatisés, l’entreprise a fourni à ses clients presque deux cent millions d’abonnés sur Twitter.

    Ces comptes sont semblables à de la fausse monnaie dans une économie en plein boom de l’influence en ligne, qui atteint virtuellement toutes les industries dans lesquelles une large audience – où l’illusion qu’elle existe – peut rapporter de l’argent.

    Des comptes bidons créés par les gouvernements, criminels, et entrepreneurs sont partout sur les médias sociaux. 48 millions d’utilisateurs sur Twitter, soit 15% d’entre eux, seraient en réalité des comptes automatisés censés incarner de vraies personnes, même si la compagnie avance un chiffre bien plus petit.

  • Michael Calderone de Politico explique que c’est Mark Hansen de la Columbia Journalism School qui aurait soufflé il y a quelques mois le nom de la compagnie à Gabriel Dance, journaliste multimédia du New York Times, qui aurait mis l’une de ses équipes sur l’affaire pendant plusieurs mois:« On suspecte depuis longtemps que les médias sociaux sont rongés par la fraude et la contrefaçon. Pour la première, nous avons pu montrer comment marche cette industrie. »Le procureur général de New York vient d’annoncer l’ouverture d’une enquête sur Devumi.

    * « The Follower Factory » – The New York Times

 

 

 

5. Must Reads: « Le volontaire »

  • Scott Dozier, condamné à la peine capitale par un tribunal de Las Vegas en 2002 pour le meurtre et le démembrement de Jeremiah Miller, avec qui il produisait de la méthamphétamine, a décidé il y a un an de ne plus faire appel de sa condamnation et réclame depuis son exécution.

    Sur les 1 400 hommes et femmes exécutés aux Etats-Unis ces quarante dernières années, un sur dix ont abandonné leurs appels. Dans le langage juridique, on les appelle des « volontaires ».

    Mais peu de « volontaires » ont déclenché autant de remous politiques et légaux que Dozier. Comme beaucoup d’Etat qui appliquent la peine de mort, le Nevada n’a exécuté personne depuis des années. La demande de Dozier a suscité une frénésie de préparatifs impliquant des avocats fédéraux et locaux, des juges, des dirigeants politiques et fonctionnaires de la prison, qui ont du remettre en place un processus abandonné pendant une décennie.

    Qu’un homme qui soit jugé inapte à vivre en société – et à vivre en général – puisse exercer une telle influence reflète les opinions contradictoires de notre pays sur la peine de mort. On a un président qui défend la peine capitale sur Twitter et dans les journaux, alors que des exonérations ont révélé les failles du système.

    Les condamnations à mort ont chuté, les appels durent plusieurs années si bien que les prisonniers meurent souvent de vieillesse avant d’être exécutés. C’est comme si on adhérait à l’idée de la peine capitale tant qu’on n’a pas à tuer qui que ce soit.

    * « The Volunteer » – The Marshall Project / Mother Jones

 

 

 

7. Les photos du jour

  • C’était l’un des rares moments drôles de cette mauvaise soirée des Grammy’s: Hillary Clinton qui lit des passages du brûlot de Michael Wolff, « Fire and Fury » qui a déstabilisé la Maison Blanche et enragé le président.

  • Joy Villa, une chanteuse inconnue au bataillon, qui a voté Obama en 2012, puis Bernie Sanders aux primaires démocrates avant de soutenir Donald Trump, s’est fait connaître l’année dernière aux mêmes Grammys en portant une robe en strass « Make America Great Again » et a remis le couvert cette année avec encore plus de goût: Une robe blanche avec un foetus peint à la main, et un sac « Choose Life ».
    Le site conservateur RedState a salué un geste « courageux ».

 

 

 

8. On vit une époque formidable

  • Gravement blessée à la tête lors de la tuerie de Las Vegas en octobre dernier, les médecins ne lui donnaient aucune chance de survie. Quatre mois plus tard, Jovanna Calzadillas est sortie de l’hôpital. Today
  • Un journaliste du Birmingham News aurait retrouvé l’épave de l’un des derniers navires négriers débarqués aux Etats-Unis, le Clotilda. The Birmingham News
  • Le Los Angeles Times vient de nommer un nouveau rédacteur en chef, Jim Kirk, pour remplacer le trop controversé « prince des ténèbres », Lewis D’Vorkin, arrivé l’été dernier, qui a lui même remplacé Ross Levinsohn, mis sur la touche pour deux affaires de harcèlement sexuel dont il a fait l’objet il y a quelques années. Los Angeles Times
  • Les Indiens de Cleveland n’utiliseront plus la saison prochaine le logo du « Chief Wahoo », considéré comme raciste par de nombreux supporters et le président de la ligue de baseball. The New York Times
    A savoir si l’équipe de football des Washington Redskins suivront.
  • David Beckham et un groupe d’investisseurs vont (re)lancer une équipe de Football à Miami en Floride: On ne connait ni le nom, ni les couleurs et la date de leur entrée dans le championnat américain. Miami Herald
  • La liste des lauréats du festival Sundance. The Hollywood Reporter

 

 

 

9. La Couverture du Jour

  • D’ici la fin de l’année, les Etats-Unis pourraient devenir le plus important producteur de pétrole et franchir un pas important vers la dépendance énergétique.

    L’influence de l’une des principales forces du siècle dernier, l’Etat pétrolier, va baisser et les diplomates d’America First n’auront plus besoin de prendre des pincettes avec les pays fournisseurs de pétrole comme l’Arabie Saoudite. 

    Pour Donald Trump, c’est l’opportunité pour les Etats-Unis de dominer le secteur de l’énergie, en autorisant notamment le forage offshore sur tout le littoral américain.

    Non seulement la politique énergétique de Trump est potentiellement catastrophique pour l’environnement – la plupart des Etats côtiers « redoutent une marée noire susceptible de saper le tourisme sans parler de la fragilisation du littoral » mais plus de pétrole pourrait également « décourager les investissements en énergies renouvelables comme les panneaux solaires ou les éoliennes. »

    * « The Dark Side of America’s Rise to Oil Superpower » – Businessweek

Laisser un commentaire