A la une des quotidiens américains, mardi 28 février 2017

Ce diaporama nécessite JavaScript.

  • 20 centres communautaires et écoles juives ont été l’objet d’alertes à la bombe dans l’ensemble du pays lundi (New York, Michigan, Virginie, Rhode Island, New Jersey, Pennsylvanie et Caroline du Nord). Depuis le début de l’année, c’est la cinquième vague de menaces contre des établissements juifs selon la Anti-Defamation League qui a recensé plus de 90 alertes à la bombe.
    Deux cimetières ont également été profanés ces dix derniers jours, dans le Missouri et en Pennsylvanie.

    Alertes à la bombe contre des établissements juifs depuis le début de l’année aux Etats-Unis. Los Angeles Times
  • Un juge du comté de Douglas en Géorgie a condamné un couple à de longues peines de prison (vingt ans dont treize fermes pour Jose Torres et treize dont six fermes pour Kayla Norton) pour avoir harcelé, insulté et menacé des Afro-Américains lors d’un virée de deux jours en 2015 et sous l’emprise d’alcool et munis de drapeaux confédérés. Un jugement exemplaire pour un crime raciste perpétré un mois après le massacre de neuf Afro-américains dans une église de Charleston, en Caroline du Sud.
  • Après des mois de sécheresse, certaines régions de l’Etat de Californie placées en alerte rouge ont profité des pluies diluviennes de ces dernières semaines qui ont endommagé le déversoir de l’un des plus grands barrages des Etats-Unis, celui d’Oroville au nord de Sacramento.

     (KCRA via AP)
  • Les Démocrates, majoritaires dans la Chambre Haute et basse de Californie ont déposé une demande d’information (sous le Freedom of Information Act) concernant les raids menés par l’Immigration & Customs Enforcement, y compris les noms et dossiers des personnes détenues. « Immigration battle twist » dans le San Francisco Chronicle.
  • Le Tampa Bay Times publie le dernier volet de sa série en trois épisodes sur les problèmes des armes à feu en Floride et des enfants qui en sont victimes.
    « in Harm’s Way »: 1. « One Child is shot every 17 hours » ; 2. « Curiosity leads to a lifetime of scars » ; 3. « Lawmakers Grapple with Solutions »

Mardi 21 février 2017: Trump condamne les actes antisémites; MILO OUT!; Pence défend les journalistes; Uber sexiste et Supreme x MTA

  1. Goodbye Milo: Un troll de moins chez les conservateurs

    Milo Yiannopoulos, le provocateur d’extrême droite, journaliste à Breitbart, célèbre pour avoir mené cet été une campagne raciste sur internet contre l’actrice Leslie Jones (autour de la sortie du film Ghosbusters) pour laquelle il a été interdit à vie de Twitter; supporter précoce de Trump qui est parti déverser sa haine, contre les musulmans, les femmes, les transgenres, dans une tournée des campus américains pendant la campagne présidentielle – The Dangerous Faggot Tour – et décroché un contrat pour la publication d’une autobiographie avec la Maison d’éditions Simon & schuster après la victoire de Trump, a vu sa carrière stoppée nette hier.
    Une vidéo de Milo Yiannopoulos défendant des relations homosexuels entre jeunes adolescents et hommes plus âgés, interprétée comme une apologie de la pédophilie, est ressortie ce weekend, provoquant un tollé chez les conservateurs qui l’avaient invité à la Conservative Political Action Conference pour discuter de la liberté d’expression dans les campus – après l’annulation de l’un de ses discours à UC Berkeley le mois dernier à la suite de violentes protestations d’étudiants. La CPAC a annulé sa participation à la conférence qui aura lieu mercredi à Washington et Simon & Schuster a son contrat.
    Mr Yiannopoulos, un opportuniste plus qu’un vrai conservateur s’est défendu en invoquant la liberté d’expression comme droit fondamental. Il a également affirmé sur Facebook qu’il était « homosexuel et un enfant victime d’abus (…) horrifié par la pédophilie ».

  2. Situation compliquée à Breitbart – Update à 2:56pm (NY Time): il démissionne 

    La situation est compliquée à Breitbart où Milo travaille depuis deux ans: une demi douzaine d’employés auraient menacé de quitter la rédaction si le journaliste anglais n’était pas mis à la porte.
    Le rédacteur en chef, Alex Marlow, a qualifié ce matin les propos de Yiannopoulos sur la pédophilie de « troublants, indéfendables, et navrants » mais l’a également défendu en parlant d’ « attaques coordonnées dont les termes très durs devaient être remis dans le contexte de son histoire personnelle » rapporte la journaliste Hadas Gold dans Politico.

    « Cet enregistrement, dans lequel il apparaît justifier des relations sexuelles entre un adulte et un mineur, dans certaines circonstances, a pris un peu tout le monde par surprise à Breitbart (…) Il semble parler de expérience personnelle d’homosexuel d’autant qu’il a été victime d’abus lorsqu’il était enfant. Il m’a assuré n’avoir jamais eu de contacts inappropriés avec un mineur en tant qu’adulte … Tout ça est très préoccupant et nous prenons cela très au sérieux à Breitbart.

    Mr Marlow a également voulu atténuer les propos de son employé en les comparant à ceux « de la gauche », notamment Lena Dunham (voir la revue de presse d’hier sur les polémiques suscitées par son livre) et Roman Polanski (les accusations de viol sur une jeune fille de treize ans dans les années 70).
    Rien n’a été décidé sur son avenir à la rédaction avant sa conférence de presse prévue cet après midi. « le perdre ne changerait à la marche ni au succès du site. Mais Yiannopoulos est un figure important de la marque et de l’image Breitbart.
    Il a finalement démissionné cet après midi.

     

  3. Une bonne semaine en perspective pour Trump

    Après un premier mois mouvementé, cette semaine devrait amener un peu plus de répit à la Maison Blanche: Le choix de H.R McMaster comme nouveau conseiller à la Sécurité Nationale a ravi les Républicains, y compris le plus fervent critique de Trump, John MCCain, vétéran du Vietnam, et les démocrates n’ont pas trop critiqué, et le Kremlin est resté silencieux sur la nomination.

  4. Un cimetière juif vandalisé dans le Missouri

    170 tombes juives ont été vandalisées dans un cimetière de University City, une banlieue de Saint Louis dans le Missouri ce weekend, pendant le Chabbat. Lundi, l’Anti-Defamation League (ADL), principale organisation de lutte contre l’antisémitisme aux Etats-Unis, a annoncé qu’une dizaine d’alertes à la bombe avait touché des centres communautaires juifs depuis le début de l’année dans l’ensemble du pays.
    Interrogé sur cette recrudescence d’actes antisémites par un reporter jeudi dernier en conférence de presse, Trump a défendu sa position personnelle sur la question (« j’ai plein d’amis et ma fille et mon gendre le sont aussi ») sans jamais condamner ces violences, avant demander au journaliste de se rassoir.
    Pressé de dénoncer ces exactions, le président s’est finalement exprimé ce matin
    lors d’une visite au National Museum of African American History and Culture:

    « Les menaces qui visent les communautés et centre communautaires juifs sont horribles et douloureuses, et nous rappellent tristement le travail à faire pour éradiquer la haine, les préjugés et le mal. » 

    Ivanka Trump avait défendu plut tôt lundi sur Twitter « le principe de la tolérance religieuse »

    Twitter / Ivanka Trump
  5. Mike Pence, grand défenseur de la liberté de la presse

    Un article publié en 2007 dans le Columbia Journalism Review s’intéresse au combat de Mike Pence, « leader conservateur charismatique et influent d’Indiana » pour la protection des journalistes contre d’éventuelles poursuites du gouvernement fédéral.
    Une entreprise qu’il a entrepris après la lecture d’un article du New York Times sur Judith Miller – grand reporter emprisonnée plusieurs semaines aux Etats-Unis pour avoir refusé de révéler ses sources dans l’affaire Valerie Plame, du nom d’une agent de la CIA dont l’identité avait été révélée dans la presse en 2003:

    Pence, un avocat de 47 ans et ancien présentateur de talk show, n’aime sans doute pas « le parti pris de l’information » dans les médias traditionnels mais il est encore plus choqué par « la vague d’affaires où des procureurs fédéraux menacent de prison ou enferment directement des journalistes pour les obliger à révéler leurs sources ».
    Ces deux dernières années, Pence a été la principale force législative derrière le soutien d’une loi de protection des journalistes, son cheval de bataille.
    « Nos fondateurs n’ont pas mis la liberté de la presse dans le Premier Amendement parce qu’ils avaient bonne presse – au contraire ».

    Interrogé sur le tweet du président contre la presse ce weekend, Mike Pence a réaffirmé en son nom et celui du président « la liberté et l’indépendance de la presse » mais a promis de continuer à critiquer et dénoncer les journalistes quand ils se précipitent ou manquent d’exigence envers les faits

     

  6. La Silicon Valley, encore accusé de sexisme

    Début d’année douloureux pour Uber.
    Boycottée par ses adhérents
    après que son P.D.-G. ait accepté de siéger au conseil économique du président avant de démission devant la pression de ses employés, la compagnie fait aujourd’hui face à des accusations de sexisme par l’une de ses anciennes salariées. Susan Fowler Rigetti, ingénieure, a posté samedi dernier sur son blog les raisons de son départ de Uber en décembre dernier: le harcèlement sexuel dont elle a été victime, minimisé par la direction qui a refusé de condamner l’agresseur et obligé l’intéressée à changer d’équipe de travail – une situation vécue, selon elle, par d’autres femmes dans l’entreprise; une compétition féroce et à peine cachée entre employés et le tout géré par une organisation chaotique.
    Le plan PR rêvé!

    Intitulé « Reflecting on One Very, Very Strange Year at Uber », le texte posté ce weekend a fait le tour de la Silicon Valley et est remonté jusqu’à Travis Kalanick, le P.D.-G., qui a affirmé mettre Eric Holder, ancien ministre de la justice de Barack Obama, employé de Uber depuis quelques mois, sur le coup
    Arianna Huffington qui siège au Comité de direction de Uber est intervenue personnellement sur Twitter.

  7. Les fans de Britney Spears furieux contre Lifetime

    lifetime

    La chaîne câblée américaine spécialisée dans les comédies romantiques et téléfilms à l’eau de rose, presque exclusivement destinée aux femmes, a provoqué la fureur des fans de Britney Spears après la diffusion d’un téléfilm biopic sur la chanteuse de 34 ans. Intitulé « Britney Ever After », le film façon documentaire revient sur les épisodes malheureux de la chanteuse: que ce soit un accident de style (le faux-pas denim sur denim sur denim en 2001 avec son boyfriend de l’époque, Justin Timberlake), de mariage (de 48 heures avec son ami d’enfance lors d’une beuverie à Las Vegas en 2004 et l’autre un plus long avec Kevin Federline, le père de ses deux enfants en 2008) ou de coupe de cheveux (le fameux rasage suivi du coup de parapluie filmé en direct en 2007).
    Mme Spears est décrite dans le film comme isolée, ignorante et incompétente malgré deux décennies de carrière dans le show business.
    L’intéressé n’a pas approuvé le film ni laissé les producteurs utiliser ses chansons, donc on vous laisse imaginer l’épreuve. Des fans ont réagi avec humour

    Twitter
  8. Collaboration MTA x Supreme

    MTA a annoncé une édition limitée de sa fameuse MetroCard avec la marque tendance new yorkaise Supreme, qui vient de collaborer avec Louis Vuitton pour une collection de vêtements et d’accessoires hors de prix présentée lors de la dernière fashion week à Paris en janvier dernier.
    Les MetroCards sont en vente ($5.50) dans certaines stations de métro qui ont été prises d’assaut depuis l’annonce de la Metropolitan Transport Authority hier soir.
    L’édition est limitée donc il ne devrait plus y en avoir beaucoup de disponible ce matin, mais vous pouvez toujours allez les acheter sur Ebay (à partir de $30.00)

  9. Couverture du jour:

    New York Magazine publie un portrait de John McCain, ancien candidat républicain aux présidentielles de 2008 qui mène la résistance dans la majorité contre les excès et dérives du président Trump: « How Many Chances do you get to be an American Hero » de Gabriel Sherman.

    New York magazine