Le Kiosque du 05.07.17

 

1. Pensée de la semaine

 

  • La réponse déconcertée et déconcertante de Donald J. Trump lundi soir en apprenant la dernière provocation de la Corée du Nord: le tir réussi d’un missile intercontinental capable de toucher l’Alaska.
    La Corée du Nord, qui dispose de l’arme nucléaire, est devenue la menace #1 des Etats-Unis.

 

 

 


2. Trump très crédible chez les Républicains

 

  • Axios révèle ce matin une enquête assez inquiétante de Survey Monkey sur la confiance qu’ont les électeurs américains envers leur président face à …CNN
    Résultat: Une division très nette entre 89% de Républicains qui font plus confiance au président Trump qu’à CNN, contre 91% de Démocrates qui font plus confiance à la chaîne d’info qu’au Commander-In-Chief.
  •  

  • Jon Cohen de Survey Monkey en déduit justement que « la lutte … entre la Maison Blanche et les principaux médias a transformé la question de la véracité des informations en un enjeu aussi politique que l’assurance-santé. »
  •  

  • Autre point important: Contrairement à ce que pourraient penser les Démocrates. Les tweets de Trump lui permettent de consolider sa base électorale républicaine qui les trouvent « honnêtes » et « amusants ».

 

 

  • D’où l’éditorial du New York Times qui affirme ce matin que seule Fox News est capable de débarrasser le pays de Donald Trump:
     

    Beaucoup de Conservateurs soutiennent Mr Trump parce qu’il incarne leur « guerre culturelle ». Les progressistes se moquent de la Chrétienté et dénigrent la morale chrétienne. Les Conservateurs respectent la police et les militaires alors que les progressistes fantasment sur les délinquants.
    Les impôts des Conservateurs servent à payer des établissements qui enseignent des valeurs progressistes. Ici [dans l’Iowa], certains conservateurs ont rebaptisé les écoles « publiques » des écoles « du gouvernement » (…) et on peur d’y envoyer leurs enfants.

    Ils s’accrochent à tout ce qui peut justifier les actions de Trump, principalement parce qu’ils ne croient pas ce que disent les médias d’information, sauf peut-être pour Fox News

     

  • 33% des Républicains affirment ne s’informer qu’à travers Fox News

 

 


3. « Bronzé, reposé et fini » 

 

  • Le gouverneur du New Jersey, Chris Christie, 15% d’opinions favorables, qui finira son second mandat en janvier 2018, s’est fait prendre en photo dimanche avec famille et amis sur l’une des plages publiques fermées aux vacanciers à la suite d’un désaccord sur le budget qui entraîné l’arrêt de toutes les activités gouvernementales.
The Star Ledger, lundi 3 juillet 2017

 

  • Le photographe, Andre Mills, 23 ans de métier raconte dans le Star Ledger qu’il avait prévu de louer un petit avion le 4 juillet pour photographier les plages publiques désertes. Dimanche, sachant que le gouverneur n’avait prévu qu’une conférence de presse dans la journée à ce propos, il a tenté sa chance et bingo!:
     

    Je n’ai pas eu de mal à le trouver [depuis un petit avion à 300 mètres d’altitude]. Le voilà, Christie, avec sa famille et ses amis, sur une longue plage vide avec personne autour (…) Sur une photo, Christie me regarde droit dans les yeux. Il devait savoir ce qu’il se passait. Pourquoi est-ce qu’un avion ferait deux passages au dessus d’une petite réunion familiale sur une plage déserte? 
    Est-ce qu’on pensait qu’il prendrait le soleil sur une plage fermée? Non, mais on a pris des photos, et ça a payé.

  •  

  • La photo a fait le tour d’internet mardi, provoqué la fureur des habitants du New Jersey, a été moquée sur les réseaux sociaux, pour qu’au final, un budget soit conclu par les parlementaires et que les plages puissent réouvrir pour la fête nationale.

 

The Star Ledger, mardi 4 juillet
  • Les plages ont réouvert mais les New Jerseyans ne sont pas prêts de pardonner à leur gouverneur: L’avenir politique de l’ancienne star du parti républicain est décidément compromise.
    L’ancien président du Comité National Républicain, Michael Steele dit de lui qu’il était une sorte de « Trump avant Trump », « toujours été très à l’aise avec lui-même », à faire « ce qu’il veut, et c’est qui a fait son succès, mais il y a aussi un revers de la médaille … »
The Star Ledger, mercredi 5 juillet

 


4. Sinclair, le « Fox News » des infos locales, bientôt inévitable?

 

Sinclair

 

  • La dernière émission de John Oliver sur HBO s’intéressait à Sinclair Broadcast Group (SBG), groupe de télévision américain créé en 1986 et deuxième propriétaire de chaînes locales des Etats-Unis (173 à son actif qui couvrent 40 de la population) pourrait élargir son influence avec le rachat de Tribune Media, propriétaire de 42 stations de télé, pour quatre milliards de dollars.
  •  

  • Sorte de « Fox News local », Sinclair ne cache ni ses positions conservatrices, ni son mépris pour les progressistes et libéraux, les médias mainstream et son soutien envers l’actuel administration dans ses programmes.
  •  

  • Certains programmes, appelés de « must-runs » sont imposés aux chaînes locales avec des consignes stricts de lancement, répétées en boucle par tous les journalistes – dont « Bottom Line with Boris » Epshteyn, ancien porte parole de Trump, très actif durant la campagne, les commentaires tranchés du conservateur Mark Hyman.
    Ils ont également un « must-run » quotidien appelé « Terrorism Alert Desk ».
  •  

  • Lors de la campagne présidentielle de 2016, les télévisions locales opérées par Sinclair ont offert une couverture plus importante et conciliante au candidat républicain qu’à Clinton, critiquée sur sa santé, sa messagerie privée.

 

 

 

 


5. #WTF, le nouveau lobby du peuple

 

 

 

  • #WTF, pour « Win The Future » est un groupe fondé par Mark Pincus, co-fondateur de Zynga et Reid Hoffman, co-fondateur de LinkedIn, pour « réinventer le parti démocrate »: « construire le premier lobby du peuple où les gens définissent leur propre agenda » basé sur un « ethos pro-social, pro-planète et pro-business » qui puisse « se transformer en victoires électorales » à travers le pays lors des élections de mi-mandat.
  •  

  • En utilisant les médias sociaux, #WTF propose et accepte différents sujets, des « campaign », débattus et votés entre abonnés qui peuvent également faire des dons et les plus populaires serviront de base à l’organisation:
     

    Rassembler nos voix et de l’argent dans un puissant réseau qui ne peut être ignoré.
    Imagine que lors des prochaines élections présidentielles, nous ayons cinq millions de membres capables de payer 100 dollars chacun pour définir le priorités du pays.
    La force de nos membres et des cotisations pourrait influencer le Congrès et le pays.
    Imagine voter pour un président pour lequel tu es vraiment intéressé. Imagine un gouvernement qui promeut le capitalisme et les droits civils.

     

  • Deux propositions ont déjà été lancées par les fondateurs: « Offrir des diplômes d’ingénieurs à tous les Américains » et « Destituer Trump » suivies par celles d’internautes comme le « système de santé à payeur unique » ou « la fin du Gerrymandering » (le découpage électoral à des fins partisanes)

 

 

 


6. Le reste de l’actualité

 

  • Pour célébrer le 4 juillet, NPR, la radio publique nationale a tweeté la Déclaration d’Indépendance à travers une centaine de tweets consécutifs, dénoncés par les supporters de Trump comme « la propagande » et des « appels à la révolution » – Buzzfeed

 

  • L’épidémie d’opïodes et d’héroïne qui ravage le pays (plus de 50 000 morts en 2016) et toutes les populations, a obligé 340 lycées de l’Etat de New York à s’équiper de kits de Narcan, le médicament miracle contre les overdoses. – Newsday

 

  • Le « redditor » HanAssholeSolo, auteur de la vidéo postée par Trump dimanche – où il fait semblant de tabasser un homme affublé du logo CNN, et à l’origine d’autres memes antisémites, s’est excusé auprès de la chaîne d’info après que celle-ci ait découverte son identité:

    C’est parce que tu es derrière ton écran que tu ne peux pas blesser avec des mots ou provoquer une situation comme celle-ci où un simple meme est mal interprété comme un appel à la violence

     

  • Cet après midi, Robert Kardashian, le seul garçon et plus jeune membre de la fratrie, s’est essayé au revenge porn contre la mère de son enfant sur Instagram cet après-mi – jusqu’à ce que son compte soit suspendu – puis a continué sur Twitter. C’est pas joli, joli.

Le kiosque du 03.07.17

 

1. « Des coups, aucune politique »

 

  • L’information de ce week-end, c’était bien entendu la vidéo postée par le président américain sur son compte Twitter où il fait semblant de tabasser un homme, dont le visage est caché par le logo CNN: Une énième façon de prouver son amour pour la chaîne d’info rebaptisée à l’occasion #FNN, pour « Fake News Network ».
  •  

  • C’est Dan Scavino, responsable des médias sociaux de la Maison Blanche, ancien caddy du président, et Trump qui auraient eu l’idée de cette  « blague ».
    A comprendre maintenant comment est-ce que ce meme, postée par un troll d’extrême droite sur Reddit, leur site préféré, a-t-il pu atterrir sur le compte personnel de l’homme le plus puissant du monde.
  •  

  • Comme l’indique USA Today en couverture ce matin, la présidence de Trump est à l’image de ses tweets, « des coups » contre les médias (63 références aux fake news), contre les Démocrates et Obama (46 références à « Obamacare ») mais « aucune politique ».
     
  • Le président est bien plus intéressé à discréditer les médias qu’à essayer de faire passer son programme … comme la réforme de la santé qui en est au point mort.

 

 


2. La fraude électorale ne convainc pas

 

  • Si le président américain a largement perdu le vote populaire face à Hillary Clinton aux dernières élections avec 2,8 millions de voix en moins, c’est à cause de la fraude électorale répandue dans la plupart des Etats démocrates qui a permis à des millions d’immigrés de voter illégalement contre sa rivale.
  •  

  • Aucune preuve de ces accusations n’a jamais été avancée mais Donald Trump est bien décidé à les trouver et mis en place la « Presidential Advisory Commission on Election Integrity » dirigée par le vice président Mike Pence et le Secrétaire d’Etat du Kansas, Kris Kobach, pour soi-disant « renforcer l’intégrité du système électoral » et « protéger et préserver les principes d’une personne, une voix ».
     

    La Maison Blanche a affirmé que la Commission va opérer un « examen complet des problèmes d’inscription et de vote pour les élections fédérales » mais les experts et défenseurs du droit de vote ridiculisent les allégations de Trump concernant la fraude électorale, que ni les Etats, ni aucune étude n’a pu mettre en évidence.
    Ils craignent que cette Commission soit utilisée pour limiter le droit de vote.

     

  • Mercredi dernier, la Commission a demandé aux cinquante Etats et à D.C. de leur fournir toutes les informations disponibles sur leurs électeurs, « y compris les noms, dates de naissance, l’historique de leurs choix électoraux et leur appartenance ou non à un parti » – ce que la moitié d’entre eux a fermement refusé au nom de la protection de la privée et de la méfiance que suscite cette commission.
     
  • D’où la réaction agacée du président ce week-end:

 

 

 
 


3. Les Etats républicains contre leurs villes démocrates

 
 

  • Le territoire américain est divisé politiquement entre les côtes démocrates, de part et d’autre du pays, et l’intérieur républicain, entre les grandes villes pro-Hillary et les zones rurales pro-Trump … et désormais à l’intérieur des Etats, entre les gouvernements conservateurs et leurs villes, dites « sanctuaires ».
  •  

  • Au Texas, par exemple, le parlement et le gouverneur républicains s’inquiètent du « comportement socialiste » des villes libérales et veulent les forcer à se soumettre à législation de l’Etat sous peine d’être privées de subventions fédérales.
     

    Le « Lone Star » State représente l’exemple le plus dramatique de ces relations de plus en plus conflictuelles entre les représentants des « Red States » [républicains] et les centres urbains démocrates, qui ont imposé des régulations environnementales et des programmes sociaux souvent à leur encontre.

     

  • La « Bathroom Bill » votée en 2016 par le parlement républicain de Caroline du Nord – qui oblige tout individu à utiliser les toilettes et vestiaires publics conformément à son sexe de naissance – et partiellement annulée cette année, visait à saper les efforts de Charlotte, la plus grande ville démocrate de l’Etat, pour élargir les droits civils des homosexuels.
  •  

  • L’un des principaux sujets de discorde tourne aujourd’hui autour de la politique anti-immigration de l’administration Trump qui veut obliger les forces de l’ordre locales à coopérer avec les agents fédéraux de l’immigration, notamment à travers l’arrestation et la détention des immigrés en situation irrégulière. Ce que les villes sanctuaires ont toujours refusé de faire.
  •  

  • Le gouverneur du Texas, Greg Abbott vient de passer l’une des lois les plus stricts contre les villes sanctuaires »refuges » qui condamne les forces de l’ordre à des contraventions, voire des peines de prison en cas de désobéissance.

 
 


4. Scandales sexuels chez les Protestants évangéliques

 

  • Longue enquête de The New Republic sur l’Association of Baptists for World Evangelism, une organisation chrétienne évangélique comme il en existe des milliers aux Etats-Unis, qui a couvert pendant plusieurs décennies les agressions sexuelles d’un de leur missionnaires, en poste au Bangladesh, et réduit au silence ses victimes.
  •  

  • Comme chez les Catholiques, l’obéissance à l’autorité religieuse, le tabou autour du sexe, exposent ces fidèles à des risques d’abus sexuels au sein de leur communauté.
     

    Ces cinq dernières années, il est devenu évident – même pour les Chrétiens conservateurs – que les églises « fondamentalistes » font face à une recrudescence d’abus sexuels et de déni institutionnel qui pourraient impliquer davantage de victimes que les scandales de pédophilie qui ont touché l’église catholique (…)
    L’échelle du scandale pourrait être immense. Les Protestants évangéliques sont bien plus nombreux que les Catholiques avec plus de 280 000 églises, écoles religieuses et organisations affiliées.
    En 2007, les trois principales compagnies d’assurance qui couvrent les institutions protestantes affirmaient recevoir chaque année 260 cas d’abus sexuels d’enfants commis par leurs responsables et membres. En comparaison, l’Eglise catholique rapportait 228 « accusations crédibles »..

  • « The Silence of the Lambs »The New Republic

 


5. Une agoraphobe globe trotter

 
 

 

  • Jacqui Kenny, originaire de Nouvelle Zélande, vit à Londres, et souffre de crises d’angoisse qui l’empêchent souvent de sortir de chez elle et encore moins de voyager à travers le monde. Partant de ce constat, elle a commencé à explorer le monde sur Google Street View.
     

    Au départ, elle choisissait des endroits au hasard, les rues de villes très lointaines et faisaient des captures d’écrans des plus beaux paysages. Ensuite elle a commencé à rechercher des endroits précis: régions arides avec des horizons dégagées; des latitudes où elle remarquait que le soleil se couchait penché. Très vite, elle a passé des heures sur le projet, qui est devenu une sorte de retraite  (…) Un an après, elle a accumulé près de 26 000 photos

     

  • Ces photos sont disponibles sur un superbe compte Instagram appelé « Agoraphobic Traveller »
  • « An Agoraphobic photographer’s virtual travels, on Google Street View »The New Yorker

 


6. A voir: Les hommes de Fire Island Pines

 

 

  • Tom Bianchi a photographié la communauté gay de Fire Island Pines de 1975 à 1983, un petit hameau de Long Island, à deux heures de New York, qui a accueilli jusqu’à dix mille homosexuels tous les week-ends pendant plusieurs années, avant que l’épidémie de Sida ne décime la communauté homosexuelle.
  • A voir dans le Washington Post

 


7. Le reste de l’actualité

 

  • Le gouverneur républicain du New Jersey, Chris Christie, l’un des plus mal-aimé du pays, aime utiliser les lieux publics pour faire pression contre ses adversaires politiques – il est impliqué dans le « BridgetGate » de 2013 qui a envoyé deux de ses conseillers en prison.
    Après un désaccord sur le budget qui a entraîné l’arrêt de toutes les activités gouvernementales, les plages publiques du New Jersey sont fermées pour la fête nationale – il fait 30 degrés … mais pas pour son gouverneur, qui profitait hier d’un littoral désert avec famille et amis. 
    D’où ce titre inspiré du Daily Mail

 

  • Steve Bannon, l’un des plus proches conseillers de Trump, auto-proclamé « nationaliste économique », voudrait augmenter les impôts des plus riches – dépasser la barre des 40% d’imposition pour ceux qui gagnent $418 000 ou plus – un anathème pour le parti républicain – mais qui vise à baisser les impôts des classes moyennes et défavorisées. Pour une fois! – Axios

 

  • Planned Parenthood a fermé quatre de ses cliniques dans l’Iowa après la décision du gouverneur de supprimer les subventions envers l’association, soutenue par près de 77% de la population: Les menaces des Républicains d’éliminer Planned Parenthood sont mises à exécution. Washington Post

30.03.17: A la une des quotidiens américains

 

  • Indiana: Ces contribuables qui payent pour l’éducation religieuse

    L’Etat d’Indiana « s’est engagé à apporter à tous les enfants l’accès à un enseignement de qualité » et leur offre des bourses à traver l’Indiana’s Choice Scholarship Program – plus connu sous le nom de Voucher Program – selon des critères précis (niveau scolaire, revenus faibles ou modérés des parents) afin qu’ils intègrent l’école de leur choix, si tant est qu’elle appartient à ce programme.
     
    L’Indiana possède le plus important du pays avec presque trois cent établissements d’enseignement, pour la plupart religieux, qui sont sous contrat avec l’Etat.
    Les milliers de familles touchent des allocations (plusieurs milliers de dollars par an) pour envoyer leurs enfants dans des écoles privés – aux frais du contribuable.
     
    Ils étaient 32,686 (soit 3% des étudiants scolarisés) à bénéficier de cette bourse en 2016.

     

     
    Indianapolis Star rapporte qu’une de ces écoles, Colonial Christian, qui a reçu 340 000 dollars du Voucher program l’année dernière, a interdit à ses élèves, sous peine de renvoi, de « promouvoir le style de vie homosexuel ou les identités de genre alternatives« . D’autres établissements « obligent les familles à signer des déclarations de foi préalables à tout recrutement » de leurs enfants qui « doivent observer les mêmes croyances et valeurs que l’école. »
     
    C’est le programme soutenu par les Républicains qui permet aux établissements religieux de bénéficier du Voucher Program, et certains refusent d’accueillir des étudiants qui ne partageraient leurs convictions religieuses et imposent les leurs à ceux qui sont acceptés. Les familles éligibles connaissent les règles, et selon une étude de 2016, la religion serait la première raison pour laquelle elles utilisent cette bourse d’éducation.
     
    « Les écoles qui acceptent les vouchers ont dit à IndiStar que le programme les a aidés à diversifier leurs écoles sans pour autant assouplir leurs critères d’acceptation » – qui ne doivent, selon l’Etat, ne reposer ni sur la race, la couleur, l’origine ou quelconque invalidité. « Elles n’ont pas à reporter à l’Etat combien d’étudiants boursiers elles auraient pu refuser ou les raisons de leur refus ».
     
    Pour les critiques, « les écoles qui sont autorisées à choisir leurs étudiants contribuent à renforcer la discrimination ».
    Donc dans l’Indiana, l’argent du contribuable sert à financer l’éducation religieuse de certains étudiants aux dépens des établissements laïcs et publics

     
    * « How Taxpayers pay for religious education » – Indianapolis Star

***

  • Prison ferme dans le BridgeGate

    C’est l’un des scandales politiques les plus médiatisés de ces dernières années qui a coûté son ticket présidentiel au gouverneur de New Jersey Chris Christie, et dont les deux conseillers et auteurs viennent d’être condamnés à des peines de prison fermes: 18 mois pour Bridget Anne Kelly et 24 mois pour Bill Baroni.
     
    Ils ont été reconnus coupables l’année dernière d’un « acte sordide de vengeance politique » contre le maire démocrate de la ville de Fort Lee, Mark Sokolich, qui avait refusé de soutenir la candidature de Chris Christie comme gouverneur du New Jersey en 2013.
     
    La Ville de Fort Lee est située sur la rive de l’Hudson River, reliée à Manhattan par le George Washington Bridge, est l’un des axes routiers les plus fréquentés de la région, et utilisé quotidiennement par tous les habitants du New Jersey qui travaillent à New York City, et vice-versa.
     
    Pendant quatre jours, en septembre 2013, deux des trois accès locaux depuis Fort Lee vers le GWB ont été fermées par le Port Authority, l’autorité en charge de la gestion du pont de part de d’autres de l’Hudson River, créant des embouteillages monstres dans la petit ville du New Jersey.

     
    Un enquête a révélé l’implication des deux conseillers de Christie sans pouvoir déterminer l’implication de ce dernier, qui selon des témoins, était au courant de la manoeuvre.
     
    Donald Trump s’est dit dégouté cet été de voir Chris Christie laisser l’une de ses conseillères être condamnée à sa place et l’aurait convaincu de ne pas le choisir comme vice-président.
    Cette affaire est le « parfait exemple d’un abus de pouvoir » a déclaré la juge hier après midi.
     
    Les deux condamnés ont fait appel

    * « GWB Scandal – Abuse of power« The Star Ledger
    * « 2 get Jail for Bridgegate »The Philadelphia Inquirer

 

Revue de presse du mardi 20 septembre 2016

Ahmad Khan Rahami
Difficile de ne pas évoquer l’arrestation sanglante du suspect numéro un des attaques de Chelsea et du New Jersey, Ahmad Khan Rahami, en une de tous les quotidiens.
Alors que peu de détails sont connus sur les motivations et possibles complicités du jeune homme, les deux candidats s’opposaient hier sur la gestion de ce genre de crise, Hillary Clinton appelant au calme et Trump fustigeant une politique d’immigration trop laxiste: Ainsi, le New York Post, Breitbart News et Fox News reportaient à l’unisson que quelques 858 immigrés, en instance de déportation et provenant de pays dits « à risques » avaient acquis la nationalité par erreur, selon un rapport interne Department of Homeland Security.
Ahmad Khan Rahami a été naturalisé après son arrivée d’Afghanistan, en 1988.

Des soucis pour Trump
Donald Trump pourrait rencontrer des problèmes vis-à-vis de l’utilisation de l’argent d’oeuvres caritatives à des fins personnelles, quelques $258 000 rapportait aujourd’hui le Washington Post. On ne sait pas si ce sera La prochaine polémique de la campagne, en tout cas les médias s’y intéressent.

Le candidat républicain a décidé de soutenir l’un de ses plus fidèles alliés, Chris Christie, le gouverneur du New Jersey, et l’un des hommes politiques les plus détestés du pays, qui est impliqué dans le scandale du BridgeGate dont le procès s’est ouvert hier.
En 2013, l’une des voies du George Washington bridge qui relie Manhattan à l’état du New Jersey a été volontairement fermée pour créer des embouteillages monstres dans la ville de Fort Lee, tenu par un démocrate, qui refusait de soutenir la réélection de Christie. Un chantage au trafic automobile dans lequel le gouverneur du New Jersey a été mis en cause.

A voir cette vidéo amusante sur les « Trumpisms » du candidat républicain: Un schéma qu’il suit dans chacun de ses discours qui consiste « dire quelque chose, le répéter, et le dire encore une fois »

Tous à la rescousse d’Hillary
Du côté des démocrates et des médias « libéraux », l’inquiétude grandit devant la possible élection de Trump, et ce sont les journalistes et commentateurs qui ordonnent désormais aux électeurs de faire le bon choix: Paul Krugman hier dans le New York Times critiquait les 29% d’américains qui veulent voter pour Gary Johnson, le libertarien, sans vraiment savoir quel est son programme: « J’aimerai lancer un appel aux jeunes américains: Votre vote compte, donc prenez le sérieusement ».
« Est-ce que Bernie peut fixer les dommages commis sur Hillary Clinton » se demande le New York magazine, notamment vis-à-vis des Millenials, qui ont largement supporté le sénateur du Vermont, et qui sont très hostiles à Clinton.
Elle peut en tout compter sur le vote de George Bush senior, nous indique Politico.

Entre temps, l’équipe de la candidate nous a offert une nouvelle publicité contre Trump, cette fois-ci sur ses attaques à répétition contre les anciens soldats, et notamment l’ancien candidat républicain, John McCain.

JonBenet Ramsay
L’un des crimes non résolus qui hante toujours l’Amérique est celui du meurtre de JonBenet Ramsay, cette fillette de six ans, férue des concours de beauté, qui a été retrouvé morte le lendemain de noël 1996, dans le sous-sol de sa maison. Les parents ont longtemps été suspectés mais jamais inculpés et selon la chaîne CBS qui diffusait un documentaire the Case of: JonBenet Ramsay sur le fais divers hier, ce serait le frère aîné de JonBenet qui l’aurait tué pour une broutille entre frère et soeur. Les parents auraient tenté de maquillé le crime en tentative de kidnapping et rédigé la demande de rançon qui a été retrouvé dans la cuisine le matin du drame, et dont l’auteur n’a jamais été identifié.

Capture d'écran du documentaire de CBS sur JonBenet Ramsay
Capture d’écran du documentaire de CBS sur JonBenet Ramsay

Potins
Angeline Jolie et Brad Pitt divorcent. C’est le site TMZ qui le rapporte ce matin, et c’est Angelina qui aurait fait le premier pas, citant des différences irréconciliables et surtout demandant la garde seule des six enfants, laissant à son futur ex-époux des droits de visite.