Le Kiosque du lundi 31 Octobre 2016

 

ELECTIONS PRESIDENTIELLES AMERICAINES

Les prévisions de FiveThirtyEight lundi 31 octobre 2016
Les prévisions de FiveThirtyEight lundi 31 octobre 2016

Un FBI extrêmement imprudent accusé d’abus de pouvoir

Les règles en politique n’ont pas vraiment changé ces dernières années. C’est l’adhésion à ses normes qui a changé, et d’une manière de plus en plus destructive

Selon les résultats de mardi prochain, on saura si oui ou non l’annonce faite à 11 jours des élections de la découverte de nouveaux emails « pertinents » qui ont conduit à la réouverte d’une enquête sur la messagerie privée de la Secrétaire d’Etat, Hillary Clinton, lui a fait perdre les élections au profit de Donald Trump.

The Daily News - Edition du 31 octobre 2016
The Daily News – Edition du 31 octobre 2016

La position du directeur du FBI est aujourd’hui sur la sellette à la suite de cette décision très controversée qui a provoqué la furie non seulement des démocrates, mais des médias, et même de certains républicains qui défendent avant tout le bon fonctionnement d’une démocratie.

Mr Comey aurait clairement abusé de ses pouvoirs et tenter d’influencer le cours des élections, selon Richard Painter qui a décidé de réagir:

Le rôle du FBI est d’enquêter, pas d’influencer les résultats des élections. De tels actes sont interdits sous le Hatch Act, qui empêche l’utilisation d’une position officielle pour influencer les élections.  C’est pourquoi le FBI aurait du garder sous silence ces informations jusqu’à ce que les élections soient terminées (…) C’est pourquoi samedi, j’ai enregistré une plainte contre le FBI avec le Bureau of Special Counsel, qui enquête sur les violations du Hatch Act, et avec le bureau du Governement Ethics

Mr Comey n’en est pas à sa première attaque contre Hillary Clinton, qu’il a disculpé en juillet dernier tout en offrant à Donald Trump l’un de ses slogans de campagne, lorsqu’il a jugé la gestion de sa messagerie privée « extrêmement imprudente »
Mme Clinton pourrait lui renvoyer le compliment aujourd’hui

Selon le Wall Street Journal, cette initiative aurait été prise dans un climat délétère au sein du Federal Bureau of Investigation, notamment après que le Justice Department ait refusé qu’il enquête sur la fondation Clinton accusée d’avoir « donner accès et faveurs politiques aux donateurs » lorsque la candidate était Secrétaire d’Etat.

En prévenant directement les parlementaires et sénateurs vendredi de la découverte de nouveaux emails, il a outrepassé les recommendations de l’autorité en place, le département de Justice, pour faire cavalier seul contre la candidate démocrate.

Dimanche, Harry Reid, le leader démocrate du Sénat a envoyé une lettre au directeur du FBI en l’accusant de s’assoir sur « des informations explosives » qui pourraient prouver la connexion entre Donald Trump et la Russie et demande que ces informations soient révélées.

39e5b55500000578-3888654-_in_my_communication_with_you_and_other_top_officials_in_the_nat-m-18_1477921264777

Une Amérique en auto-destruction

L’annonce faite vendredi a semble-t-il eu peu de conséquences sur les sondages, « dans une course entre deux candidats tellement différents que les opinions ont été forgées il y a des semaines voire des mois » explique le New York Times  ce matin

Après une campagne moribonde, où une partie de la classe politique américaine s’est couchée devant un milliardaire injurieux, misogyne et raciste, marquée par les accusations de corruption, d’attouchements et d’agressions sexuelles, les piratage d’emails et fuites de Wikileaks, et au cours de laquelle, une agence fédérale decide de s’inviter dans la campagne et au mépris de toute jurisprudence, beaucoup d’électeurs ont déjà fait leur choix, sont fatigués de devoir en changer, mais une chose est sûre: Le pays en est ressorti encore plus divisé et fait aujourd’hui pâle figure sur la scène internationale.

Le seul bienfait de cette « surprise d’octobre » a été de calmer la paranoïa du candidat républicain et de sa horde de white angry males qui répétaient jusqu’à vendredi midi que les « élections truquées » et qui aujourd’hui se félicitent du soutien inattendu du FBI dans leur campagne.

Votes anticipés et Clinton garde un léger avantage

Les votes anticipés ont débuté ces dernières semaines et 21 millions d’Américains se sont déjà prononcés dans des dizaines d’états et presque un quart des bulletins ont été enregistrés dans certains swing states comme la Floride, le Colorado ou le Nevada, et les démocrates se seraient davantage motivés que les républicains.

Les démocrates s’inquiètent pourtant d’un déficit du vote afro-américain par rapport aux élections de 2012, alors que les soutiens des Millenials se sont dissipés ces deux dernières semaines.

Quant à Donald Trump, il jubile depuis trois jours alors que les sondages révèlent une petite hausse en sa faveur et qu’un dernier sondage réalisé par le Washington Post donne à Clinton un avantage de seulement un petit point contre Donald Trump.

Le Kiosque du mercredi 12 octobre 2016

Donald Trump fait cavalier seul sur Twitter

Ce qui différencie Donald Trump de Hillary Clinton, c’est son caractère entier, à fleur de peau, qui ne mâche ni ses mots ni ses sentiments, comme un livre ouvert – ou un compte Twitter.

Donald Trump en avait gros sur le coeur hier et a tout déversé sur son social media préféré (en une du Boston Globe et du Wall Street Journal ce matin) pour exprimer sa frustration vis-à-vis des Républicains qui refusent de le soutenir – 26% des gouverneurs et membres du Congrès selon USA Today – et ceux qui ont pris leurs distances comme Paul Ryan, malgré « une immense victoire au second débat »

Parlons-en de Paul Ryan « notre porte parole si fragile et inefficace » qui a essayé lundi de lui retirer son soutien avant d’être remis dans le droit chemin par ses collègues lors d’une conference call semble-t-il très agitée

Mais il a rapidement repris espoir, comme il l’a fait durant toute sa campagne puisqu’il affirme une heure plus tard « être enfin débarrassé des menottes » du parti et être « à se battre pour l’Amérique à sa façon » – ce qui suggère encore plus de coups bas, d’insultes, de mensonges à l’encontre de la candidate démocrate dans les prochaines semaines

Mais la pilule n’est toujours pas passée, 48 minutes plus tard, et Trump revient sur le manque de loyauté des Républicains, plus difficile à gérer que la Crooked Hillary et qu’il décide donc d’humilier: « Ils viennent vers vous de partout, ne savent pas comment gagner – je leur apprendrai! »

Dernière attaque personnelle, deux heures plus tard contre « très grossier » John McCain, le candidat républicain malheureux de 2008, ancien prisonnier de guerre, sénateur de l’Arizona, qui a lui a retiré son soutien le weekend dernier « pour des discussions de vestiaires »

Récupérer les votes de Clinton

Trump a donc décidé de couper les ponts avec le GOP et la stratégie « classique » qui visait à aller chercher et séduire des électeurs au delà de sa base de fidèles (les femmes et les minorités) qui a été compromise à cause da la fameuse vidéo.
Il continuera la course à la présidence « à sa façon« , c’est-à-dire en « s’appuyant sur les thèmes nationalistes qui ont fait son succès, et continuer un combat contre Clinton où tous les coups sont permis pour essayer de décourager les démocrates à aller voter. »

Le camp adverse devrait se préparer à une campagne « encore plus sordide » dans les prochaines semaines selon le Wall Street Journal qui rapporte les propos du candidat républicain en déplacement à Wilkes-barre en Pennsylvanie lundi soir: « Je franchirai la ligne d’arrivée en boitant, mais au moins je le franchirai »

« L’ouragan Trump: Catégorie 1 ou 5? »

Le Washington Post rapporte les propos de Greg Walden qui compare la situation du Parti Républicain à « un avion qui tente d’atterrir au milieu d’un ouragan » à savoir maintenant quelle sera l’intensité de « l’ouragan Trump » dans les prochains jours vis-à-vis de son parti.

Les Républicains ont en tout cas bien compris que Trump n’abandonnera jamais la course et même s’ils condamnent ses propos et prennent leur distances, il reviennent aussitôt dans le rang dès qu’ils sentent les éventuelles répercussions électorales: 83% d’entres eux ont déclaré voter Trump après le deuxième débat présidentiel alors qu’ils n’étaient que 60% la veille.

Donald Trump pourra également compter sur une base électorale indéfectible qui continue d’y croire coûte que coûte, qui défend minimise la portée de ses « discussions de vestiaire », qui pense que « le système est pourri », que les médias ont tort et qui vouent une profonde haine contre Hillary Clinton.

 

Un vainqueur avant le 8 novembre?

Le New York Times rapportait hier que les votes anticipés pourraient déterminer les résultats des élections avant le mardi 8 novembre. Le vote anticipé par courrier est autorisé dans 27 états et en personne dans 33 états aux Etats-Unis, le reste des états requiert une excuse pour voter en avance.
« Tellement d’Américains auront voté avant le jour des élections – plus de 40% dans les swing states, selon la campagne d’Hillary – que le gagnant pourrait être déclaré avant novembre ». En 2012, 30% des électeurs avaient fait leur choix prématurément.

Le reste de l’actualité

Le géant du retail, Amazon compte ouvrir des supérettes de produits frais pour tenter de consolider sa domination sur le commerce mondial et devrait ouvrir sa première antenne, dans la ville natale de la compagnie à Seattle, qui devrait être disponible pour tous les abonnés au service de livraison de nourriture, type Fresh Direct, intitulée, Amazon Fresh