1er Jour de la Convention Nationale Démocrate: Les Unes d’aujourd’hui

Ce diaporama nécessite JavaScript.

The NY Daily News: « The Lady is with Her »

La star de cette première journée de la Convention démocrate a sans aucun doute été Michelle Obama qui délivré un discours sans faute, véritable « home run », sur les enjeux de ces prochaine élections pour ses enfants, et la nouvelle génération d’Américains qui doivent grandir avec des « modèles » et qui peuvent envisager de voir une femme être élue à la présidence des Etats-Unis.
Son soutien pour Hillary Clinton a lui aussi été sans faille, en insistant sur l’expérience, la consistence, et la persistance de la candidate démocrate.

Le Daily News en fait sa une aujourd’hui mardi 26 Juillet.

Ci dessus, le discours original de Michelle Obama via Vox.com:


Thank you all, thank you so much. It is hard to believe that it has been eight years since I first came to this convention to talk with you about why I thought my husband should be president. Remember how I told you about his character and his conviction? His decency and grace? The traits we have seen every day as he has served our country in the White House.

I also told you about our daughters, how they are the heart of our hearts, the center of our world, and during our time in the White House we have had the joy of watching them grow from bubbly little girls into poised young women.

A journey that started soon after we arrived in Washington when they set off for their first day at their new school. I will never forget that winter morning as I watched our girls, just 7 and 10 years old, pile into those black SUVs with all those men with guns. And that’s all their little faces pressed up against the window, and the only thing I could think was, What have we done? At that moment, I realized that our time in the White House would form the foundation of who they would become. And how well we manage this experience could truly make or break them.

That is what Barack and I think about every day as he tried to guide and protect our girls from the challenges of this unusual life in the spotlight. How we urged them to ignore those who question their father’s citizenship or faith. How we insist that the hateful language they hear from public figures on TV does not represent the true spirit of this country. How we explain that when someone is cruel or acts like a bully, you don’t stoop to their level. Our motto is, when they go low, we go high.

With every word we utter, with every action we take, we know our kids are watching us. We as parents are the most important role model.

Let me tell you, Barack and I take that same approach to our jobs as president and first lady because we know that our words and actions matter, not just to our girls but the children across this country. Kids who say, « I saw you on TV, » « I wrote the report on you for school. » Kids like the little black boy who looked up at my husband, his eyes wide with hope, and he wondered, Is my hair like yours?

 

Make no mistake about it, this November, when we get to the polls, that is what we are deciding. Not Democrat or Republican, not left or right. In this election, and every election, it is about who will have the power to shape our children for the next four or eight years of their lives. I am you tonight because in this election, there is only one person who I trust with that responsibility, only one person who I believe is truly qualified to be president of the United States, and that is our friend Hillary Clinton.

I trust Hillary to lead this country because I have seen her lifelong devotion to our nation’s children. Not just her own daughter, who she has raised to perfection, but every child who needs a champion: kids who take the long way to school to avoid the gangs. Kids who wonder how they will ever afford college. Kids whose parents don’t speak a word of English, but dream of a better life; who look to us to dream of what they can be.

Hillary has spent decades doing the relentless work to actually make a difference in their lives. Advocating for kids with disabilities as a young lawyer, fighting for children’s health care as first lady, and for quality child care in the senate.

And when she did not win the nomination eight years ago, she did not get angry or disillusioned. Hillary did not pack up and go home because … Hillary knows that this is so much bigger than her own disappointment. She proudly stepped up to serve our country once again as secretary of state, traveling the globe to keep our kids safe. There were moments when Hillary could have decided that this work was too hard, that the price of public service was too high, that she was tired of being [torn] apart for how she looked, or how she talked, or even how she laughed.

But here’s the thing: What I admire most about Hillary is that she never buckles under pressure.

She never takes the easy way out. And Hillary Clinton has never quit on anything in her life. And when I think about the kind of president that I want for my girls and all our children, that is what I want. I want someone with the proven strength to persevere.

Somebody who knows this job and takes it seriously. Somebody who understands that the issues of our nation are not black or white. It cannot be boiled down to 140 characters. Because when you have the nuclear codes at your fingertips and the military in your command, you can’t make snap decisions. You can’t have thin skin or a tendency to lash out. You need to be steady and measured and well-informed.

The DNC crowd watches as Michelle Obama speaksGetty Images from Vox.com

I want a president with a record of public service. Someone whose life’s work shows our children that we don’t chase fame and fortune for ourselves; we fight to give everyone a chance to succeed. And we give back even when we are struggling ourselves because we know that there there is someone worse off. There but for the grace of God, go I. I want a president who will teach our children that everyone in this country matters.

A president that truly believes in the [precedent] that our founders put forth all those years ago — that we are all created equal, each a beloved part of the great American story. When crisis hits, we don’t turn against each other, we listen to each other. We lean on each other. We are always stronger together. I am here tonight because I know that that is the kind of president Hillary Clinton will be and that is why in this election, I’m with her.

You see, Hillary understands that the presidency is about one thing and one thing only. It is about leaving something better for our kids. That is how we have always moved this country forward — by all of us coming together on behalf of our children. Volunteering to coach the team, teach the Sunday school class, because they know it takes a village.

Heroes of every color and creed who wear the uniform and risk their lives to pass on those blessings of liberty; police officers and protesters in Dallas who all that really want to keep our children safe; people who lined up in Orlando to donate blood because it could have been their son, or their daughter in the club.

Leaders like Tim Kaine, who show our kids what decency and devotion look like. Leaders like Hillary Clinton, who have the guts and the grace to keep coming back and putting those cracks in the highest and hardest glass ceiling until they finally break through, lifting all of us along with her.

That is the story of this country. The story that has brought me to the stage tonight. The story of generations of people who felt the lash of bondage, the shame of servitude, the sting of segregation, who kept on striving, and hoping, and doing what needed to be done. So that today, I wake up every morning in a house that was built by slaves. And I watch my daughters — two beautiful intelligent black young women — play with the dog on the White House lawn

And because of Hillary Clinton, my daughters and all of our sons and daughters now take for granted that a woman can be president of the United States.

Don’t let anyone ever tell you that this country is not great. That somehow we need to make it great again. Because this right now is the greatest country on Earth.

And as my daughters set out on the world, I want a leader who is worthy of that truth, a leader worthy of my girls’ promise and all of our kids’ promise. A leader who will be guided every day by the love and hope and impossibly big dreams that we all have for our children.

In this election, we cannot sit back and hope that everything works out for the best, we cannot afford to be tired or frustrated or cynical. Hear me: Between now and November, we need to do what we did eight years ago and four years ago. We need to knock on every door, we need to get out every vote, we need to pour every last ounce of passion into electing Hillary Clinton as president of the United States of America. Let’s get to work. Thank you all and God bless.

Convention démocrate: Michelle Obama, Elizabeth Warren, et Bernie Sanders derrière Clinton

Bernie Sanders l’avait promis durant les Primaires démocrates, la Convention du parti fera beaucoup de bruit au mois de Juillet.

Une journée chaotique
Ca n’a pas raté, mais pas forcément comme l’avait envisagé le sénateur de Vermont.

Les supporteurs de Sanders s’étaient réunis à Philadelphie dès dimanche pour protester contre la nomination d’Hillary Clinton, aux clameurs de « Tout sauf elle!« , remontés après les révélations des fuites de Wikileaks qui ont confirmé que le Comité National Démocrate avait essayé d’influencer la Secrétaire d’Etat à ses dépens.
La démission de la présidente de la commission démocrate, Debbie Wasserman Schultz, détestée des « Bernie Bros », qui n’a pas participé à l’ouverture de la Convention, n’a pas réussi à calmer leurs critiques aujourd’hui autour et à l’intérieur du Wells Fargo Center où se déroule la Convention.


Une situation embarrassante pour Bernie Sanders qui s’est officiellement rangé derrière Hillary Clinton au début du mois de Juillet après avoir réussi à faire passer un certain de points de son programme dans l’agenda démocrate.

Cet après midi il est allé s’addresser à un millier de ses supporteurs, dans les rue de Philadelphie, en essayant de les convaincre de rester unis derrière le parti démocrate et Hillary Clinton. Ces derniers l’ont accueilli avec des huées et sifflets, une situation impensable il y a quelques semaines pour un candidat qui a construit son succès grâce à un soutien populaire sans précédent tout au long de ces primaires.

Une soirée illuminée par Michelle…
Le chaos matinal a laissé place à une soirée plus solide pour le parti démocrate qui a offert à Sanders la tribune qu’il méritait, sans encore une fois parvenir à faire taire les sifflets de plusieurs centaines de militants.

Il a été soutenu par Elizabeth Warren et Sarah Silverman, ferventes partisanes de l’unité derrière Clinton quant Michelle Obama a électrisé le public avec un discours digne d’une candidate à la présidence.

Ce soir, Marcia Fudge, la suppléante de Debbie Wasserman, a prononcé le discours d’ouverture de la Convention, sous les huées de plusieurs centaines de militants présents dans la salle, a appelé au à l’unité et s’est engagé à respecté leur positions en  mais a fermement demandé davantage de respect provoquant les applaudissements d’une majorité des spectateurs.


 


Michelle Obama
, très attendue ce soir, a été la plus convaincante dans son soutien à Hillary Clinton, rappelant le parcours, l’expérience et la détermination de la candidate démocrate. En évoquant l’avenir ses deux filles, et ceux de millions de jeunes Américains, elle a rappelé l’enjeux des élections de novembre dans ces termes:

Quand je me réveille chaque matin dans une maison (La Maison Blanche) construite par des esclaves, et je regarde mes filles – deux jeunes femmes belles, intelligentes et afro-américaines – jouer avec leurs chiens dans les jardins de la Maison Blanche. Et grâce à Hillary Clinton, mes enfants, et tous les autres garçons et les filles sont convaincus qu’une femme peut devenir président des Etats-Unis.
Ne vous laissez jamais dire que ce pays n’est pas formidable que nous devons le rendre formidable à nouveau … C’est le meilleur pays du monde

 

… Et dédiée à Bernie Sanders

Sarah Silverman, comédienne et fervente supportrice de Bernie Sanders, parfois très critique envers Hillary Clinton durant les Primaires, a donné l’un des discours les plus forts, drôles et provocateurs de la soirée. Tout en restant fidèle et confiante en l’avenir du mouvement initié par Sanders, elle n’a émis aucun doute sur le fait qu’elle voterait Clinton en Novembre provoquant le tollé de certains militants à qui elle a répondu: « Et pour ceux qui pensent « Bernie or Rien » (Bernie-or-Burst), vous êtes ridicules! »


Elizabeth Warren
, que beaucoup de démocrates progressistes auraient voulu voir se présenter face àClinton, a commencé son discours en saluant la campagne de son ami Bernie Sanders avant de confirmer son vote pour Clinton en Novembre: I‘m with Her, I’m with Her, I’m with Her

Elle a ensuite excellé dans son activité favorite depuis le début des Primaires: Attaquer, discréditer et ridiculiser Donald Trump.

L’Amérique de Donald Trump (…) Une Amérique de la peur et de la haine (…) Une Amérique divisée, les blancs contre les noirs et latinos, les chrétiens contre les musulmans, les homosexuels contre les hétérosexuels, Tous contre les immigrants. La Race, la religion, l’héritage, le genre, à la recherche de toujours plus de divisons (…)
Nous ne deviendrons jamais cette Amérique pleine de haine vantée par Trump. 

Bernie Sanders était le dernier à intervenir sur la scène du Wells Fargo Center et a reçu la standing ovation de la soirée devant des militants devant ce qui ressemblait au discours d’adieu de sa campagne. Il a remercié ses militants, leurs donations, leur soutien, rappelé les points importants de son programme, dont la plupart avait été accepté par le parti démocrate. Il a enfin apporté un soutien sans équivoque à sa rivale et tenté une nouvelle fois de convaincre ses supporteurs de le suivre:

Hillary Clinton et moi-même sommes en désaccord sur de nombreux sujets, qui ont été au coeur de cette campagne et qui sont la nature même de la démocratie (…) Notre objectif est désormais que ce programme soit appliqué par un Sénat et une Chambre des Représentants démocrates sous la présidence d’Hillary Clinton

Interrogée hier soir sur PBS, Marcia Fudge expliquait que sur les 1900 délégués élus de Bernie Sanders durant les Primaires démocrates, la majorité était acquise à l’idée de voter pour Hillary et que seulement 400 d’entre eux ne voteraient jamais pour Hillary.
Ce sont eux qui sifflaient hier soir Elizabeth Warren, Sarah Silverman et même Bernie Sanders pour soutenir Hillary Clinton, Pour cela, disait-elle, ni Bernie, ni Hillary ne pourront les convaincre.

Trump, « Le candidate moscovite »?

Depuis la fuite vendredi dernier d’une vingtaine de milliers d’emails impliquant les membres du DNC, le Democratic National Committee, en charge de l’organisation de la Convention démocrate qui s’ouvre aujourd’hui à philadelphie, de nombreuses figures du parti et certains experts informatiques dénoncent une manipulation du gouvernement russe pour tenter d’influencer les élections américaines en faveur de Donald Trump.

Depuis l’été dernier, Le comité a été victime du piratage de son système informatique mais l’information n’a été révélée qu’au mois de juin dernier par Le Washington Post qui affirmait que ces « hackers du gouvernement russe » auraient ciblé également les messageries de Hillary Clinton et Donald Trump – le porte parole du Kremlin, Dmitry Peskov, avait alors nié toute implicaiton du Kremlin dans cette affaires.

La seule diffusion des emails du Comité National Démocrate, vendredi 22 Juillet, jour de l’annonce du Vice-Président potientiel d’Hillary Clinton, qui révèlent les dissensions au sein de parti démocrate quelques jours avant l’ouverture de sa Convention, a été prise très au sérieux par l’Administration Obama qui y voit une tentative directe du gouvernement russe pour favoriser Donald Trump.

Le FBI a annoncé mardi matin l’ouverture d’une enquête pour tenter d’identifier les auteurs de ce piratage que Wikileaks a bien entendu gardé secret et aurait déjà confirmé l’implication d’agences russes d’espionnage.
La question est maintenant de savoir si ces entités ont agi sur ordre du Kremlin ou non.

L’idée que Vladimir Poutine veuille influencer les élections présidentielles pourrait sembler rocambolesque si le président russe et le candidat républicain ne s’étaient encensés l’un et l’autre ces derniers mois sur leur personnalité, leur idées politiques souvent anti-démocratiques, ou encore leur dédain pour l’OTAN. La fresque d’un artiste lithuanien de Vilnius a même caricaturé au mois de mai cette relation toute sauf froide entre les deux hommes qui s’embrassent comme l’avaient à l’époque le leader soviétique Brejnev et son homologue est-allemand Honecker.

La « Bromance » entre le milliardaire américain et l’ancien officier du KGB s’est construite depuis l’entrée en lice de Trump qui n’a jamais caché son admiration pour les dictateurs: Il lui a donné « A » pour « leadership », ne comprend pas le dédain que lui voue l’actuel président, et agirait en fonction d’un rapprochement que Poutine à lui aussi considéré si Trump était élu en novembre.
Le président russe a qualifié Trump « d’incontestablement talentueux » et de « brillant », un compliment qui semble, une fois n’est pas coutume, avoir profondément touché le candidat républicain.
La relation sans équivoque a poussé The Atlantic a se demander si Donald Trump n’était pas devenu « le candidat moscovite »?

En effet, les emails piratés du Comité National Démocrate n’ont fait que confirmer ce que tous les médias et partisans de Bernie soupçonnaient depuis longtemps, à savoir que le parti démocrate préférait voir leur représentante officielle, Hillary Clinton s’imposer dans les Primaires, plutôt que Bernie Sanders, qui a pris sa carte du parti l’année dernière après avoir été indépendant pendant 36 ans.
L’intérêt de cette fuite est de comprendre pourquoi elle arrive à la veille de la Convention démocrate alors qu’elle eu aurait davantage de répercussions au lendemain des primaires californiennes, qui ont consacré la victoire de Clinton, ou même le jour où Sanders a reconnu la victoire de sa rivale, deux semaines plus tard.

Il y a peu de doutes que Wikileaks ait voulu affaiblir le parti démocrate et Clinton avant son couronnement, et lorsque l’on connait l’inimitié entre Julian Assange et Clinton, on pourrait penser Wikileaks sert les intérêts de Poutine  en faveur de Trump autant qu’il assouvit les désirs de Vengeance du lanceur d’alerte.

 

 

 

 

 

The New York Times Magazine: « Occupy Hillary »

Une coalition de progressistes tentent de promouvoir les idées inspirées du mouvement « Occupy Wall Street » au sein de l’establishment politique.
Le candidat démocrate sera-t-il prêt à les recevoir?

A lire ICI

La Convention Nationale du parti démocrate piratée par Poutine?

Après une convention chaotique du parti Républicain la semaine dernière, les Démocrates n’auront pas l’occasion de montrer d’avantage d’unité pour leur convention qui s’ouvre aujourd’hui pour quatre jours à Philadelphie.

La diffusion par Wikileaks, vendredi 22 Juillet, d’une correspondance piratée de 20 000 emails entre les cadres de la Convention Nationale du parti démocrate a prouvé que l’organisation, en charge de la nomination du candidat à la présidence des Etats-Unis, aurait avantagé Hillary Clinton aux dépens de Bernie Sanders – suspicions que ce dernier avait déjà émis lors des Primaires démocrates.

La première victime de ce scandale est la présidente de la Convention, Debbie Wasserman Schultz, ennemie jurée des partisans de Sanders, qui été forcée d’annoncer sa démission hier après midi – elle devrait tout de même prononcer les discours d’ouverture et de cloture  de l’évènement et ce qui ne devrait pas apaiser l’atmosphère à l’intérieur et à l’extérieur du Wells Fargo Center.
En effet, des manifestations des partisans de Sanders, prévues de longue date, malgré la ralliement du sénateur vermontois à Clinton, étaient déjà importantes ce dimanche à Philadelphie et devraient se dérouler non-stop jusqu’à Jeudi.

Bernie Sanders s’est félicité du départ de Wasserman mais a critiqué l’attitude du parti qu’il a rejoint l’année dernière, après plusieurs décennies passées sous les couleurs indépendantes. Il se retrouve également dans une situation délicate vis-à-vis de son électorat, dont une partie s’est sentie trahie après s’être rangé derrière Clinton et sachant qu’il va devoir parler devant ceux qui ont tout fait pour empêcher sa nomination.

On ne pouvait pas imaginer une ouverture plus dramatique pour la DNC, Democratic National Convention, dont les dissensions internes et l’absence de neutralité dont elle était censée faire preuve vis-à-vis de ses candidats ont été exposés au grand jour.

Wikileaks avait pourtant annoncé depuis plusieurs semaines la diffusion de ces emails piratés, qui auraient été fourni, selon le camp Clinton et certains experts informatiques, par des hackers russes liées au gouvernement Poutine.
La rumeur a été reprise par le New York Times sans la confirmer, et affirme que le président russe essaierait d’influencer les résultats des élections présidentielles en faveur de Trump – les deux hommes se sont flattés à plusieurs reprises notamment concernant leur idées politiques qui présentent de nombreuses similitudes.

Julian Assange, qui n’a jamais caché son inimité pour Hillary Clinton, a annoncé sur la chaîne de télé anglaise ITV au mois de Juin qu’il avait assez de documents pour  pouvoir l’inculper dans le « emailgate », la gestion de sa messagerie privée lorsqu’elle était Secrétaire d’Etat – et pour laquelle elle a été disculpée il y a quelques semaines.

Hillary Clinton, qui n’est pas directement impliquée dans cette première diffusion de emails, n’a pas officiellement réagi.

 

 

Semaine du 25 au 31 Juillet 2016

Ce diaporama nécessite JavaScript.

The New Yorker: A la rencontre de Leslie Jones

C’est l’une des actrices principales du dernier Ghosbusters Answer the Call de Paul Feig sorti cet été et sans doute déjà croisé dans Saturday Night Live, l’émission satirique de NBC, qui l’a engagée en 2014, à l’âge de 46ans, comme auteure puis comédienne, pour renforcer la présence d’afro-américains dans le show.
La récompense d’années de travail et de galère dans un milieu majoritairement masculin et blanc où « les femmes afro-américaines ont le plus difficultés » lui a confié un jour Chris Rock, rencontré au hasard d’une de ses représentations à la fin des annés 80. Les deux comédiens sont depuis devenus amis.

Aujourd’hui elle cartonne, et le New Yorker lui rend hommage cette semaine dans un long portrait de Andrew Marantz A lire ICI

Ce mois-ci, Leslie Jones, très active et appréciée sur Twitter, a été la victime d’une avalanche de messages racistes et misogynes  en référence à son rôle dans Ghosbusters et son casting 100% féminin, qui l’ont obligé à suspendre son compte pendant quelques jours.
Jack Dorsey, le P.-D.G et fondateur de Twitter a pris l’affaire au sérieux et annoncé la mise en place des mesures de contrôles plus actives – en excluant notamment l’un de ses utilisateurs les plus zélés, Milo Yiannopoulos.

Leslie Jones est retourné sur Twitter et pour notre plus grand plaisir, nous diffusons quelques uns de ses meilleurs passages sur NBC

Leslie Jones et Peter Dinklage (Game of Thrones) rejouent l’émission américaine de Discovery Channel « Naked and Afraid »


Leslie Jones et Seth Meyers regardent « Battle of Bastards », avant dernier épisode de la sixième saison de la série Game of Thrones

Bloomberg BusinessWeek: Le fabuleux destin d’Under Armour

A LIRE ICI

Autrefois petit poucet de l’équipementier sportif, la marque Under Armour, créée il y a tout juste vingt ans dans la banlieue de Washington D.C est passée cette année devant Adidas, avec des ventes qui devraient atteindre 5 milliards de dollars en 2016.
Son président et fondateur, Kevin Plank, 45 ans, ne cache pas son ambition de devenir le leader sur le marché américain. Il doit pour cela battre le géant Nike, dont le chiffre d’affaires est encore six fois plus important que sa compagnie.

Son crédo: aggressive, young and fearless
Sa stratégie: Créé une chaîne de production locale, qui produise en plus petite quantités à la demande (local for local manufacturing) plutôt que d’importer en grandes quantités d’Asie.
Sa location: Baltimore. Depuis 1998, Plank a installé ses bureaux dans la ville de la côte est américaine, et voudrait y construire un complexe de production/vente de 400 000 m2, qui représente cinquante patés de maison, à Port Covington, un ancien terminal ferroviaire reconverti en centre commercial.
La construction d’un pan entier de la ville prendrait vingt ans.

« Port Covington est un example de l’influence croissante des entreprises sur la planification des villes » nous explique Bloomberg BusinessWeek. Un projet qui pourrait rebooster une ville marquée par une criminalité rampante, pauvreté et violences policières.

Le projet, qui couterait des milliards de dollas à Under Armour, devrait également être financé par des réductions d’impôts de la ville, estimées à 500 millions, qui empêcherait la subvention de tout autre développement urbain dans le reste de la ville. Les critiques parlent du projet de Port Covington comme d’un « Disneyland » à Baltimore plus que d’un projet de réhabilitation urbaine qui manque dramatiquement à la ville.

Nomination de Trump: Les couvertures du 22 Juillet 2016

Ce diaporama nécessite JavaScript.