20.01.18

 

Bon week-end à tous!

C’est une version mise-à-jour de la lettre d’hier.

Aujourd’hui ont lieu à New York et dans toutes les grandes villes des Etats-Unis, la seconde édition de la marche des femmes. J’espère que vous serez nombreux et nombreuses à y participer.

Si vous souhaitez inscrire vos amis, vos adversaires, votre famille, votre coinjoint.e à cette newsletter, c’est ICI

 

 

1. Les Quotidiens

A. « Shutdown Showdown » a bien eu lieu

Les sénateurs démocrates ont refusé la proposition des Représentants républicains de financer pour quatre semaines le gouvernement fédéral sans résoudre le problème des Dreamers: Les activités du gouvernement fédéral sont officiellement suspendues … un an jour pour jour après l’investiture de Trump, au cours duquel il a offert offrait à l’Amérique l’un des discours les plus apocalyptiques jamais entendus.

Un bel anniversaire pour le président obligé d’annuler son séjour de festivités à Mar-a-Lago.

La porte parole de la Maison Blanche, Sarah Sanders, a rejeté la faute sur les Démocrates (« Schumer Shutdown »), ces « obstructionist losers » dans un communiqué diffusé hier soir.

Lors du dernier shutdown en 2013, 850 000 employés fédéraux – 40% de la main d’oeuvre fédérale – se sont retrouvés [pendant seize jours] sans travail, ni salaire. Le chômage a augmenté, la confiance des consommateurs a chuté, et l’arrêt de travail fait baissé la croissance économique de 0,3 points (…)
Seulement 15% des fonctionnaires sont basés à Washington, donc les conséquences du shutdown vont se sentir à travers tout le pays. Six millions de commerces pourraient perdre leur aide financière and les demandes d’aides sociales pourraient être retardées.

* « Shutdown threatens a ‘gut punch’ as agencies brace for closure » – Politico

 

B. HQ2, les 20 finalistes de Amazon

C’est le projet dont rêve toutes les moyennes et grandes villes des Etats-Unis: L’implantation dans leur région du second siège social de Amazon, après Seattle, baptisé HQ2, qui prévoit d’y investir cinq milliards de dollars et d’y créer 50 000 emplois.

La compagnie a dévoilé hier les vingt villes finalistes parmi les 238 dossiers reçus: Atlanta (voir The Atlanta Journal-Constitution), Austin (Texas), Boston, Chicago (voir le Chicago Tribune), Columbus (Ohio), Dallas, Denver, Indianapolis (The Indianapolis Star), Los Angeles, Miami, Montgomery County (Maryland), Nashville, Newark (New Jersey avec The Star Ledger), New York City, le nord de la Virginie, Philadelphie, Pittsburgh, Raleigh, N.C., Toronto, Washington, D.C.

 

 

C. Nassar, un monstre au sein de la fédération américaine de gymnastique

Pendant quatre jours cette semaine, des dizaines de gymnastes, dont certaines médaillées olympiques de Londres en 2012, ont décrit les attouchements et agressions sexuelles subis pendant des années aux mains de Larry Nassar, un préparateur physique qui se faisait passer pour un médecin, et ce sur plusieurs décennies.

« Je pensais que s’entraîner pour les Jeux Olympiques était la chose la plus dûre que j’aurai à faire mais la pire chose en fait, c’est d’être la victime de Larry Nassar » a déclaré en pleurs, Aly Raisman, médaillée de Londres et de Rio.

La fédération américaine de gymnastique a également été critiquée pour son manque de réaction, et son incapacité à protéger des générations de jeunes gymnastes. CNN

 

 

2.Trumplandia: Le porngate.

 

  • Le PorngateLe dernier scandale qui touche Donald Trump, sans vraiment l’affecter, est parti du témoignage d’une actrice de films X avec qui le président à eu une affaire en 2006, peu après la naissance de son dernier enfant, Barron, qu’elle a raconté au magazine InStyle en 2011 qui n’a décidé de le publier que cette semaine.
    Stormy Daniels a reçu 130 000 dollars de l’avocat de Trump un mois avant le scrutin pour garder le silence sur cette affaire, ce que l’intéressé et le président démentent bien entendu.Pourquoi ne l’apprend-on que maintenant?

    Les Journalistes ne l’ont pas publié [pendant la campagne] car ils étaient incapables de corroborer des éléments clés du témoignage de Daniels. L’histoire ne s’appliquait aux règles journalistiques, même si elle impliquait un homme qui s’attaque régulièrement aux médias pour leur manque d’éthique. 

     

    Les chrétiens conservateurs sont d’ailleurs restés muets sur le « porngate » car le président et ses supporters considèrent toute critique comme une trahison, et préfèrent ne rien plutôt que de voir leurs priorités (nomination de juges conservateurs, protection du droit religieux, lutte contre l’avortement) ignorées par le président.
    Heureusement, certains journalistes conservateurs sont là pour dénoncer ce silence. National Review

 

  • Steve Bannon
    L’ancien conseiller en stratégie du président a été interrogé mercredi par la House Committee on Intelligence et a avoué avoir discuté avec Reince Priebus, ancien directeur de cabinet de la Maison Blanche et Sean Spicer, du fameux meeting organisé en juin 2016 par Donald Jr, Kushner et Manafort pour obtenir des informations compromettantes sur Clinton de la part d’une avocate russe, révélé par le New York Times en juillet dernier.
    Steve Bannon n’était pas censé dévoiler le contenu de discussions lorsqu’il était à la Maison Blanche. Axios
    C’est important car c’est la preuve la plus tangible d’une collusion entre la campagne du candidat républicain et les Russes pour influencer le résultat des élections. Le président a affirmé quelques jours tard ne jamais avoir été mis au courant de cette rencontre, c’est ce que la House Committee et l’enquête du procureur indépendant Mueller tentent de vérifier. CNN

 

  • Trump a annulé son voyage à Mar-a-Lago où il devait participer à un gala de charité en l’honneur de sa première année de présidence avec des places à 100 000 dollars par couple pour un repas et une photo avec le président.
    Les bénéfices seront reversés à la Trump Victory Fund

 

 

3. Le Pittsburgh Post-Gazette, en roue libre

  • Le quotidien du Maryland a publié lundi dernier un éditorial, « Reason as Racism », imposé par le directeur de la publication – et membre de la famille propriétaire de la Gazette – qui affirme que les accusations de racisme sont devenues aujourd’hui une sorte de « nouveau maccarthisme »Ce n’est plus un terme qui définit une personne qui croit en la supériorité d’une race sur une autre mais un terme malveillant et diffamatoire – comme l’étaient ceux de « communistes » ou de sympathisants communistes » dans les années 50. 
  • Dans le climat politique ambiant, la position est déjà limite, mais ce n’est que le début:

    Si Donald Trump est traité de raciste pour avoir qualifié certaines nations de « pays de merde », est-ce que ça va aider à faire passer une loi sur les Dreamers pour garder ces jeunes gens qualifiés aux Etats-Unis? (…)Ce n’est pas raciste de dire que ce pays ne peut accepter les pires populations des pires endroits et que nous préférons accueillir les meilleurs individus provenant des meilleurs endroits, dont certains sont habités par des gens de couleur. Ce n’est pas du racisme, c’est du bon sens.Si nous pouvons réformer la politique d’immigration et sauver les Dreamers, et trouver un terrain d’entente, ne nous laissons pas distraire par un autre bâton tendu pour attaquer le président. Qualifier le président de raciste n’aide personne – c’est juste un autre moyen de délégitimiser un président élu de manière légitime.

     

  • La plupart des journalistes de la rédaction ont fait circuler une lettre ouverte condamnant un éditorial « raciste » et « intolérant » que le président et rédacteur en chef du quotidien, John R. Block, n’a pas cru bon le publier.

     
    La famille Block s’est désengagée jeudi des propos d’un des leurs:L’éditorial « Reason as Racism », publié le jour de Martin Luther King Jr, sans l’approbation du comité éditorial, qui est une tentative de justification du racisme, est une violation de l’héritage de William Block Sr. qui a dirigé ce quotidien pendant près de soixante ans.

 

 

4. « Affirmative Consent »

  • Comme on s’y attendait la décision du site Babe.net de publier le témoignage d’une date ratée entre Aziz Ansari et une jeune femme de 23 ans, restée anonyme dans le cade du mouvement de dénonciation du harcèlement et des agressions sexuelles, a provoqué un flot de critiques.D’abord cet article de Bari Weiss dans le New York Times et ensuite cette lettre ouverte lundi soir de Ashleigh Banfield dans son émission HLN adressée à la jeune fille:Quel est exactement ton problème? Tu as eu une mauvaise expérience avec Aziz Ansari? Cela t’a rendu à ce point vulnérable que tu as recherche une condamnation publique? Une condamnation susceptible de mettre fin à sa carrière?
  •  

  • Après avoir refusé l’invitation d’un producteur de l’émission, la journaliste de babe.net s’en est pris dans un email à Ashleigh Banfield, « dont personne en dessous de 45 ans n’a jamais entendu parler », qui aurait dû s’adresser à elle ou à la rédaction de babe.net, plutôt qu’à « cette fille de 23 ans à l’un des moments les plus vulnérables de sa vie » avant de l’attaquer sur son apparence physique.Un email assez violent publié par Business Insider et lu par  pour « donner une idée de la personne qui tient le bouton nucléaire sur la carrière de Aziz Ansari.Le seul mérite de l’article de babe.net c’est qu’on aborde désormais le problème du « consentement » (« Affirmative Consent ») entre deux adultes.

     
    * « The Aziz Ansari Allegations Has People Talking About Affirmative Consent. What’s That? » – Time
    * « The Journalist who broke the Aziz Ansari Story and TV Host Ashleigh Banfield are in a very public fight » – Cosmopolitan

 

 

5. Il y a 20 ans, l’Affaire Lewinsky éclatait

 

 

6. On vit une époque formidable

  • le livre de Michael Wolff, « Fire and Fury » pourrait être adapté en une série télévisée. La société Endeavor Content a acheté les droits du petit et du grand écran. The Hollywood Reporter
  •  

  • Rupert Murdoch, 86 ans, a été hospitalisé au début du mois pour un « sérieux problème de dos » après une chute sur le yacht de son fils, Lachlan. Vanity Fair
  •  

  • Jeudi, le comité éditorial du New York Times n’a pas publié de tribune mais les lettres des supporters de Trump. New York Times
  •  

  • CNN a recensé les six vêtements et accessoires qui ont marqué l’année:
    * The Pussyhat, ces bonnets roses portés par les femmes lors de la marche sur Washington et dans les autres des Etats-Unis en janvier 2017
    * La marque Ivanka Trump, boycotté puis défendue à la télé par Kellyanne Conway
    * Les T-Shirts a message politique
    * Les casquettes MAGA avec les logos « USA », spécial Halloween ou « Merry Christmas »
    * Les chaussures « Equality » de Lebron James
    * Les « Fred Perry », les préférés des « Déplorables »

8. Couverture du Jour

 

  • La belle couverture de Time magazine sur les « Avengers
     

    « Zwiener fait partie de ce mouvement citoyen qui peut changer l’Amérique. Appelle cela un retour de bâton, une révolution, une vague rose, inspirée par les marcheuses et leur bonnets magenta, et le militantisme qui s’en est suivi. On n’a jamais vu autant de femmes, la plupart démocrates, être candidates à des postes locaux et nationaux, du Sénat américain aux législatures d’Etats, aux conseils d’administration des écoles.Au moins 79 femmes vont se présenter à un poste de gouverneur en 2018, deux fois plus que le précédent record de 1994. Les nombre de Démocrates se présentant contre leurs collègues sortants à la Chambre des Représentants a augmenté de 350%, avec seulement 41 femmes en 2016.Près de 900 femmes avait contacté Emily’s List qui recrute et forme des Démocrates pro-choice en 2015-16; depuis l’élection de Trump, elles sont 26 000 à s’être inscrites pour lancer une campagne. Le groupe a dû casser un mur dans ses locaux de Washington pour faire place à davantage de staff.

     

    * « A year Ago, They Marched. Now A Record Number of Women Are Running for Office » – Time

 

15.01.18

 

 

1. Les Quotidiens

A. Martin Luther King Jr Day

Belle une du quotidien de l’Alabama, The Montgomery Advertiser, qui célèbre le Martin Luther King Jr Day, un jour férié ce lundi dans les établissements publics, administrations du pays et certaines entreprises.

 

 

B. OOPS!

C’est la une, dimanche, du premier quotidien de Hawaï, The Star Advertiser, après qu’un employé de l’agence locale de gestion des urgences ait sélectionné « la mauvaise option du menu » et annoncé au million d’habitants de l’île qu’un missile allait les frapper.

 

 

C. Les playoffs

  • Minnesota Vilkings: 29 – New Orleans Saints: 24 

« Ca a bien lieu » fanfare ce matin, Pionner Press, le quotidien des Twin Cities (Minnéapolis et Saint Paul) sur la victoire incroyable des Vikings du Minnesota sur les Saints de la Nouvelle Orleans (« F**ck. F**ck. F**ck. » du Times-Picayune de Louisiane) lors du second tour des playoffs, la phase finale du championnat de football américain, et à la dernière seconde de la rencontre et à domicile s’il vous plait!
La vidéo est ici

 

  • Jacksonville Jaguar: 45 – Pittsburgh Steelers: 42

Dimanche prochain, Les Vikings rencontreront les Philadelphia Eagles pour le titre de champion de la Conference Nationale (NFC) et les Patriots de New England (Boston) rencontreront les Jaguars de Jacksonville, qui ont eu aussi gagné à la dernière minute contre les favoris, les Steelers de Pittsburgh) pour le titre de la Conférence Américaine (AFC).

Les vainqueurs joueront le 52ème Super Bowl le dimanche 4 février à Minneapolis dans le Minnesota. On espère que les Vikings y participeront mais les favoris restent les Patriots de Tom Brady.

 

 

2. »Non je ne suis pas raciste »

 

Non, non je suis pas raciste. Je suis la personne la moins raciste que vous ayez jamais interviewé, je vous assure.

 

C’est la réponse de Trump à un journaliste qui lui posait la question que tout le monde se pose après les propos outranciers de la semaine dernière. The Hill

Pour essayer de minimiser l’incident, deux sénateurs républicains, David Perdue de Géorgie et Tom Cotton d’Arkansas, présents lors du fameux meeting, affirment désormais que le président n’aurait jamais prononcé « shitholes countries » (« pays de merde »), eput-être « shithouse » et que leur collègue démocrate, Dick Durbin, avait menti. CNN

Les autres parlementaires (républicains) et membres de l’administration également présent dans le bureau ovale jeudi après midi ont aujourd’hui tous du mal à se rappeler de la discussion.

Imaginez le degré d’intégrité de certains élus qui aujourd’hui préfèrent mentir et discréditer leur adversaire plutôt que de reconnaître que les faits, les propos outranciers de Donald Trump. Le problème de ce pays aujourd’hui, ce n’est pas seulement le président mais ceux qui le laissent faire, le défendent: la majorité du Parti Républicain. The Daily Beast

* Donald Trump a passé aujourd’hui son 95ème jour, depuis son arrivée à la Maison Blanche, dans l’un des clubs de golfs qui porte son nom.

* Pour un recap des membres de la famille Trump, un an après, cet article intéressant de CNN

 

 

3. Les Mormons aiment Trump

 

C’est un sondage de Gallup publié la semaine dernière sur le taux de satisfaction de Trump auprès d’un millier d’Américains et selon l’appartenance religieuse: Une bonne majorité de Mormons approuvent la première année du président contrairement aux juifs, aux athées et aux musulmans.
Mitt Romney, potentiel candidat au poste de sénateur de l’Utah cette année, qui pourrait se présenter aux élections présidentielles de 2020 et l’un des derniers à critiquer Donald Trump au sein de son parti, est l’une des plus figures les influentes de la communauté mormone.

 

 

4. L’humiliation de Aziz Ansari

 

Ci-dessus la capture d’écran du site Babe, qui a publié ce week-end le récit d’une photographe new yorkaise qui raconte sa [très mauvaise] date avec l’acteur Aziz Ansari, le récit de « la pire nuit de [sa] vie ».

Et la victime nous raconte dans les détails comment Aziz Ansari a essayé de coucher avec elle, ses refus, son insistance, ses refus répétés, les textos du lendemain, bref une expérience malheureuse mais comme il en arrive à des millions d’hommes et de femmes chaque jour.

Sauf qu’aujourd’hui, il n’y a aucun problème à dévoiler les détails scabreux d’une « one night stand » raté entre deux personnes consentantes sous prétexte qu’elle dénonce la domination sexuelle de l’homme et libère la parole des victimes; une dérive « revenge porn » qui dessert l’ensemble du mouvement #MeToo comme le constatent Caitlin Flanagan dans The Atlantic ou encore de Bari Weiss dans le New York Times:

L’exposé sur Aziz Ansari publié ce week-end par le site féministe Babe est la pire chose qui soit arrivé au mouvement #MeToo depuis ses débuts en octobre dernier. Il transforme que ce qui devrait être un mouvement d’émancipation des femmes à un emblème du désarroi féminin.

Le site Deadline [essaye] expliquer que ce témoignage reflète une évolution du mouvement #MeToo, qui a commencé par dénoncer les problèmes de harcèlement sexuel au travail, se tournerait désormais vers le problème du consentement dans les relations « en dehors du travail ».

Lily Lines, le site féministe du Washington Post a relayé l’information sans aucun commentaire comme sans doute la plupart des sites internet qui ciblent les Millenials et ont compris qu’il valait mieux ne pas fâcher la nouvelle génération.

* « The Humiliation of Aziz Ansari » – The Atlantic

 

 

 

5. MeToo au masculin

Le New York Times, qui a révélé début octobre le scandale Weinstein et contribué à l’émergence mondiale d’une campagne de dénonciation des agressions et harcèlement sexuels sur le lieu de travail, a publié dimanche, les témoignages de plusieurs mannequins hommes contre le photographe des stars et de la famille royale d’Angleterre, Mario Testino, et son confrère aussi réputé, Bruce Weber.

Face à ces comportements déplacés, le choix de ces hommes était simple: se laisser faire et remporter des campagnes de pub lucratives ou refuser les approches et risquer de compromettre, voire de ruiner sa carrière. La plupart refusent toujours de parler publiquement.

Les agents des deux photographes démentent les accusations.

* « Male Models say Mario Testino and Bruce Weber sexually exploited them » – The New York Times

 

 

 

6. Chelsea Manning

J’en viens à me demander si la décision de Chelsea Manning de se présenter aux élections sénatoriales du Maryland n’est qu’une provocation pour enrager les Conservateurs: En 2010, l’analyste militaire, Bradley Manning, a transmis à Wikileaks des centaines de milliers de documents classifiés de l’armée américaine sur les guerres d’Afghanistan et d’Irak avant d’être condamné pour espionnage à 35 ans de prison puis d’être pardonnée par Obama.
En prison, il a a subi un changement de sexe, fait plusieurs tentatives de suicide, a été placée à l’isolement, et en est sortie après sept ans, en mai 2017.

La semaine dernière, elle s’est inscrite contre le sénateur démocrate du Maryland, Ben Cardin, qui joue sa réélection en novembre prochain. Ce dernier n’a pas réagit à la nouvelle.
Les primaires républicains et démocrates auront lieu le 26 juin prochain.

Les médias conservateurs se régalent de l’amateurisme assumé de la « traitresse » Chelsea Manning dans son premier spot de campagne « désastreux », diffusé ce week-end – disponible dans la newsletter d’hier.
Ils ont aussi du mal à se remettre du commentaire de Manning posté sur Twitter lors du « Law Enforcement Appreciation Day », la semaine dernière, censé célébrer le travail des forces de l’ordre: « Fuck The Police ».

La chaîne câblée Showtime a prévu la diffusion d’un documentaire sur la vie de Chelsea Manning depuis sa sortie de prison, intitulée « XY Chelsea » et réalisé par Tim Travers Hawkins.  Deadline

 

 

7. Must Reads

  • Super portrait de Tonya Harding, ancienne patineuse artistique, dont le mari avait fomenté une attaque contre sa rivale, Nancy Kerrigan, peu avant les jeux olympiques de Lillehammer en 1994.
    Après la sortie du biopic « I, TONYA​ » avec Margot Robbie, on lui offre enfin la possibilité de donner sa version des faits, et de sa vie, complexes.* « Tonya Harding would like her apology now » –The New York Times 

 

  • L’obsession des suprémacistes blancs de l’alt-right pour les Asiatiques s’explique par la rencontre de deux mythes populaires sur la race:D’abord, l’idée d’une « minorité modèle » qui veut que les Américains d’origine asiatique sont des travailleurs, ont de l’ambition et sont assez bien élevés pour s’assimiler.
    Si les Asiatiques sont la minorité modèle – c’est-à-dire la seule façon de se faire accepter aux Etats-Unis pour les non-blancs – alors les suprémacites blancs pourront commencer à les accepter.

    * « The Alt-right Asian Fetish » – The New York Times

 

 

8. On vit une époque formidable

  • Quatre parlementaires démocrates, Waters (Californie), Rep. John Lewis (Géorgie), Rep. Frederica Wilson (Floride) and Rep. Earl Blumenauer (Oregon) vont boycotter le discours de l’Union du président qui aura lieu au Congrès américain le 30 janvier prochain. Fox NewsToutes les femmes démocrates qui y assisteront ont décidé de porter du noir à l’initiative de la Représentante californienne, Jackie Speier.
  • Un jeune floridien de 20 ans, originaire de Tallahasse a remporté ce week-end la cagnotte de 451 millions de dollars. Il est allé réclamer son dû entouré de son père et d’un avocat.
  • « Le succès mondial mondial de « Fire and Fury » prouve que Trump est humilié sur la scène internationale et pourrait bien annoncer sa chute ».Ce sont les commentaires enjoués du journal nord-coréen concernant le dernier livre de Michael Wolff sur la première année du président américain. ABC News

 

 

9. Couverture du Jour

« In the Hole » by Anthony Russo dans le New Yorker

Le kiosque du 8 janvier 2018

 

Bon lundi à tous!

Une actualité chargé aujourd’hui avec les Golden Globes, les ambitions présidentielles de Oprah, sa référence à Recy Taylor,
Les mesures contre l’immigration légale et illégale de Trump, les « Fake News Awards » et la finale du championnat universitaire de football américain.

Si vous voulez inscrire votre conjoint.e, des membre e votre famille ou amis, c’est ICI

 

 

1. Les Quotidiens

A. Juste pour le plaisir

Le tabloïd new yorkais, contrairement à son rival du New York Post, n’a jamais caché son inimitié pour Donald Trump et la nouvelle Maison Blanche, rebaptisée au lendemain du 8 novembre 2016, « The House of Horrors ».
Alors quand Steve Bannon décide, dans un acte de désespoir à peine caché, de présenter des excuses au fils du président pour l’avoir traité de traitre parce qu’il a essayé d’obtenir des informations incriminantes sur Hillary Clinton pendant la campagne présidentielle, en expliquant que l’accusation était en réalité destinée à Manafort – lui aussi présent lors de ce meeting – naturellement le Daily News s’amuse à remuer le couteau dans la plaie.

Comme l’explique Streiff dans RedState,

« [Steve bannon] n’avait qu’une seule chose à faire à la sortie du livre [‘Fire & Fury’]: Réaffirmer ses propos et devenir la voix de l’insurrection populiste. Au lieu de cela, il s’est répudié. Ca ne fonctionnera avec personne. »

 

 

B. La finale du championnat universitaire de Football américain

C’est l’un des évènements sportifs de l’année, la finale du championnat universitaire de football américain qui oppose ce soir les « Crimson Tide » de l’université d’Alabama aux « Bulldogs » de l’université de Géorgie, dans le stade Mercedes Benz d’Atlanta.
Les 75 000 tickets ont été vendus 2000 dollars en moyenne, un record pour une finale de championnat universitaire.

L’équipe d’Alabama entraînée par Nick Saban sont les favoris pour remporter leur quatrième championnat en huit ans. AL.com

Dommage pour le président qui a décidé d’assister au match à la dernière minute, il n’y aura aucune polémique possible ce soir autour du « Take a Knee » car les deux équipes resteront dans les vestiaires pendant l’hymne national.

 

 

2. Oprah 2020!

J’aime cette analyse du New Yorker sur les 75ème Golden Globes qui ont eu lieu hier soir à Los Angeles; une cérémonie au cours de laquelle tous les invités étaient vêtus de noir à l’initiative de « Time’s Up », cette organisation créée par plusieurs centaines de femmes pour lutter contre les discriminations sexuelles.

« La nuit dernière a été l’occasion d’une prise de pouvoir féministe décisive qui a duré jusqu’à la dernière enveloppe. Les femmes ont collectivement et avec défiance, dominé cette soirée.
Il faut remonter aux rubans rouges de AIDS au milieu des années 90 pour trouver une déclaration politique et vestimentaire presque aussi efficace que les robes et smokings noirs qui ont inondé l’entrée du Beverly Hilton, dont la plupart arboraient un pin’s ‘Time’sUp' ».

 

Parmi les phrases les plus acclamées du discours « présidentiel » de Oprah Winfrey:

Je veux que toutes les filles qui regardent ce soir, sachent qu’un nouveau jour est à l’horizon, et quand ce jour arrivera finalement, ce sera grâce à toutes les femmes merveilleuses, dont beaucoup sont ici ce soir, et aux hommes exceptionnels, qui se seront battus corps et âmes pour devenir les leaders d’une époque où plus personne n’aura à prononcer « Me Too ». 

 

Selon Brian Stelter qui cite deux sources proches de Oprah Winfrey, elle penserait effectivement à se présenter aux élections de 2020 et les médias sociaux semblaient ravie d’une telle initiative.

C’est là qu’il est tout de même important de garder la tête froide, à l’instar Glenn Greenwald qui nous rappelle que certes, Oprah est une grande dame du divertissement, une self-made milliardaire, une libérale amie des puissants dont Barack Obama, mais qui n’a AUCUNE expérience en politique.

Finalement, l’une des grandes réussites de la soirée d’hier? Pour une fois, on n’a quasiment pas entendu parler du président, et ça fait du bien!

* « The 2018 Golden Globes: Oprah Leads a Decisive takeover » – The New Yorker
* « Sources: Oprah Winfrey ‘actively thinking about running for president » – CNN* « Oprah Winfrey for president: Have all gone bonkers? » – The Intercept

 

 

3. Le viol de Recy Taylor

Dans son discours des Golden Globes hier, Oprah Winfrey a cité l’histoire de Recy Taylor, une Afro-Américaine, originaire d’Alabama, violée en 1944, à l’âge de 24 ans, par un groupe de jeunes blancs, en revenant de l’église; des agresseurs qu’elle a dénoncé malgré les menaces, qui ont fini par avouer leur crime sans jamais être inculpés, provoquant à l’époque la colère de la communauté noire …

Et l’intérêt d’une certaine Rosa Park, qui travaillait à l’époque pour la NAACP, l’Association Nationale pour la Promotion des Gens de Couleur, et donné un écho national à ce scandale, obligeant le gouverneur de l’Alabama à relancer l’enquête et convoqué un jury qui a refusé, une nouvelle fois, d’inculper les agresseurs.

Rosa Park rentrera dans l’histoire en 1955 en refusant d’obéir à un chauffeur de bus de Montgomery en Alabama, qui lui demandait de laisser sa place, pourtant réservée aux gens de couleurs, à un blanc car la section des « blancs » était pleine.

Un documentaire sur Recy Taylor, de Nancy Buirsky, encensé par la critique, est sorti à l’automne dernier.
La bande annonce est ici.

* « The Real Story of Recy Taylor who Oprah paid tribute to in Golden Globes Speech a week after her death » – The Daily Mail

 

 

4. Les démocrates seront-ils là pour les « Dreamers »?

Le Congrès américain a deux semaines pour trouver un accord sur le budget pour éviter la suspension des activités gouvernementales fédérales, et les discussions devraient tourner autour du sort des « Dreamers », ces centaines de milliers jeunes immigrés arrivés illégalement aux Etats-Unis lorsqu’ils étaient enfants, et qui bénéficient depuis Obama, d’une autorisation de résidence et de travail temporaire dans le pays.

En septembre dernier, Trump a mis fin au programme des Dreamers et demandé au Congrès de régler légalement leur statut avant début mars, date à laquelle leur visa vont commencer à expirer.

La semaine dernière, le président a demandé au Congrès 18 milliards de dollars sur dix ans pour financer son mur, le projet politique et symbolique le plus significatif de son programme présidentiel, et la condition sine qua non pour un éventuel accord sur les « Dreamers »: C’est le moyen de pression utilisé contre les Démocrates pour les obliger à accepter le financement du mur, qu’ils ont toujours refusé.

* « In next round of budget talks, ‘dreamers’ are set to dominate » – The Washington Post

 

 

5. Quand l’expulsion est une condamnation à mort

Un reportage glaçant du New Yorker cette semaine sur les dangers, parfois mortels, encourus par certains immigrés en situation irrégulière lorsqu’ils sont ramenés dans leur pays d’origine.

Ces dix dernières années, un nombre croissant d’immigrés inquiets pour leur sécurité sont partis vivre aux Etats-Unis puis ont été renvoyés dans leurs pays d’origine – avec l’aide des agents frontaliers, des juges d’immigration, politiciens et électeurs américains – où ils ont trouvé la mort.

Même si les arrestations à la frontière ont chuté, le nombre d’immigrés débarqués aux Etats-Unis parce que leur vie est en danger a augmenté. Selon les Nations Unis, depuis 2008, les demandes d’asile venant d’Amérique Centrale, notamment du Honduras, Guatemala et du Salvador, dominés par les gangs, ont quintuplé. En 2014, selon l’ONU, le Honduras avait le plus important le nombre de meurtres, suivi de près par le Salvador et le Guatemala.

L’administration Trump a annoncé aujourd’hui que 260 000 réfugiés du Salvador, accueillis aux Etats-Unis après les deux tremblements de terre qui ont ravagé leur pays en 2001, devront partir ou légaliser leur statut avant septembre 2009.

Une mesure de plus contre l’immigration après l’annonce en novembre dernier de la suppression du statut de protection temporaire offert aux 50 000 Haïtiens après le tremblement de terre de 2010.

La justification est la même dans les deux cas: Le statut offert aux réfugiés n’a jamais été celui d’une résidence à long terme, et les conditions de vie se sont améliorées dans les deux pays. Axios

* « When Deportation is a Death Sentence » – The New Yorker

 

 

6. Bientôt les « Fake News Awards »

Le « Daily Show » de Comedy Central a pris Trump à la lettre vendredi dernier en publiant une pleine page dans le New York Times faisant référence à l’annonce du président qu’il désignerait ce lundi « LES MEDIAS LES PLUS MALHONNETES ET CORROMPUS ».
Il a finalement décidé de repousser les « Fake News Awards » au mercredi 17 janvier prochain.
On attend avec impatience.

 

7. On vit une époque formidable

  • Viré par Google pour avoir fait circuler un mémo critiquant de la politique de diversité de l’entreprise, James Demore a décidé de contre-attaquer en portant plainte pour « discrimination à l’encontre des employés blancs ». Sérieusement. Buzzfeed

 

  • Le groupe anglais Radiohead a porté plainte pour plagiat contre Lana Del Rey, dont une chanson du dernier opus, « Get Free », serait une copie de leur hit, « Creep ». Les fans de la chanteuse s’en sont pris au groupe de Tom Yorke sur les réseaux sociaux avec le hashtag #RadioheadIsOverPartyBuzzfeed

 

  • Le New Jersey vient de lever l’interdiction de l’ouvrage de Michelle Alexander intitulée « The New Jim Crow. Mass Incarceration in the Age of Colorblindness » dans les deux prisons de l’Etat après que l’ACLU ait dénoncé cette censure auprès du Department of Corrections. The New York Times

 

  • Le président commencerait sa journée bien plus tard qu’auparavant – de onze heures du matin à dix-huit heures le soir – pour pouvoir se consacrer davantage a son « Executive Time », celui passé devant la télé ou au téléphone, entre quatre et huit heures chaque jour. – Axios

 

  • CNN a retrouvé une interview de 1999 entre Larry King et Donald Trump dans laquelle il affirme que son choix de vice président, s’il venait à se présenter, serait … Oprah! CNN

 

 

8. La Couverture du Jour

Dans un climat politique aussi intense et délétère que celui des Etats-Unis depuis la campagne présidentielle américaine, les médias sont plus que jamais les garants de la liberté d’expression, dangereusement remis en question par le président.

Ce sont des couvertures comme celles de Mark Ulriksen dans le New Yorker à l’occasion du Martin Luther King Day, célébré lundi prochain, qui participent et invitent au débat.

Intitulée « In Creative Battle » en référence à la première phrase de King lors de l’acceptation du prix Nobel de la paix en 1964 – « J’accepte le prix Nobel de la paix à un moment ou vingt-deux millions de Noirs, aux États-Unis d’Amérique, sont engagés dans une bataille créatrice pour mettre fin à la longue nuit d’injustice raciale » – l’auteur s’est demandé ce que ferait aujourd’hui le militant des droits civiques: Il se battrait aux côtés des joueurs de la NFL, Colin Kaepernick, ancien quarterback des 49Ers et Michael Bennett, des Seattle Seahwaks.

* « Mark Ulriksen’s ‘In Creative Battle' » – The New Yorker

20.12.17

 

 

Bonne semaine à tous depuis Paris, où j’ai atterri lundi pour passer les vacances de Noël en famille. Repos oblige, il n’y aura que deux lettres cette semaine, celle-ci et l’autre samedi.

L’actualité de ces derniers jours a été chargée avec le « coup » de Fox News, les attaques répétées contre Mueller, l’accident de train spectaculaire à côté de Seattle, … et le vote de la réforme fiscale.

Si vous souhaitez inscrire vos amis, collègues et famille à la newsletter du Kiosque, c’est ici!

 

 

1. Les Quotidiens

L’accident spectaculaire de Seattle

L’accident spectaculaire d’un train de l’Amtrak, la compagnie ferroviaire américaine, lors de l’inauguration du nouvel itinéraire qui relie Seattle à Portland, lundi matin, a fait trois morts et une trentaine de blessés – le nombre de victimes pourrait augmenter ces prochaines heures.

Le train a traversé un pont à près de 130 km/h, au lieu des 50 autorisés et déraillé sur l’autoroute juste en dessous – blessant une dizaine d’automobilistes.

Il y avait 78 passagers et six membres d’équipage au moment de l’accident, 77 personnes sont actuellement hospitalisés. The Seattle Times

Les photos de l’accident sont impressionnantes.

 

 

Un Département tout sauf exemplaire

C’est une enquête de plus de deux ans de The Oregonian, le premier quotidien de l’Oregon, sur le laxisme des autorités face aux violences policières.

Les sanctions systématiques imposées par le Department of Public Safety Standard and Training de l’Oregon aux policiers coupables de bavures en ont fait l’un des modèles du pays, salué les chercheurs, journalistes et responsables politiques d’autres Etats. Mais l’enquête de The Oregonian révèle que les responsables n’ont pris aucune mesure pour se séparer des dizaines d’officiers virés. Ou pire.
Le Département en a laissé certains travailler malgré des antécédents de brutalité, d’imprudence, d’enquêtes bâclées ou d’excès de colère. 

Les autorités ont discrètement clos le dossier d’un officier renvoyé pour des violences volontaires sur deux suspects menottés et des excès de vitesse. Ils ont clos le dossier d’un autre policier viré pour avoir bâclé une enquête, refusé d’en faire le rapport, pour ne pas s’être présenté devant les tribunaux, abusé des congés maladies et qui avait une réputation d’homme violent et grossier.

 

* « Fired but fit for duty: Impunity for bad policing in Oregon » – The Oregonian

 

 

La Californie, le paradis des désintox’

L’épidémie d’opiacés – héroïne, fentanyl et anti-douleurs – qui ravage le pays depuis plusieurs années et provoqué le décès par overdoses de 62 000 Américains en 2016, a entraîné le développement d’une industrie des centres de soins et de désintoxication, comme le décrit cette longue enquête sur plusieurs mois des journalistes du Southern California News Corp, dans le sud de la Californie, « Rehab Riviera ».

Les résultats montrent comment et pourquoi le sud de la Californie attire autant de centres de désintoxication, avec plus d’un millier d’entre eux dans la région de Los Angeles.
Si certains centres fonctionnement correctement et réussissent à aider les toxicomanes, d’autres exploitent les régulations de l’Etat, et son manque de contrôle, pour tirer profit de cette industrie très lucrative, avec tous les dangers que cela représente pour ceux censés être aidés.

 

* « Rehab Riviera. An investigation into the Southern California Rehab Industry ». The Orange County Register
Part One: « Some rehabs use loopholes, Obamacare to exploit Addicts »

Part Two: Many Recover Centers fail to Deliver

Part three: Recovery Homes can make tough neighbors

 

 

 

2. « Merry Christmas Mr. Trump »

Le Sénat américain a adopté cette nuit la réforme fiscale de Donald Trump, l’un des grands projets de son programme présidentiel qui lui permet de terminer cette première année en fanfare, malgré l’échec de l’abrogation d’Obamacare cet été.

 

Les réductions d’impôts qui vont coûter 1 500 milliards de dollars sur les dix prochaines années, vont profiter « aux entreprises, aux riches, aux amis [de Trump] et à lui-même » – Ezra Klein

Il y a quelque chose qui cloche dans un système politique quand la démagogie permet à un président d’être élu et qu’il impose une politique favorable aux riches, où on l’on promet de « vider le marécage » (#DrainTheSwamp ») en offrant des exemptions fiscales aux fonds d’investissements, aux élites et à la famille.

 

A lire, l’excellent article de Ezra Klein dans Vox, « The Republican Tax Bill is an American Betrayal »

 

 

 

3. Le « coup » de Mueller

Malgré les attaques répétées des médias conservateurs censées saper « la crédibilité » du procureur Mueller et du FBI dans leur enquête sur d’éventuelles collusions entre l’équipe du candidat républicain et les Russes pendant les dernières élections présidentielles, Trump a affirmé dimanche qu’il n’avait aucune intention de le renvoyer.  The Los Angeles Times

Plusieurs facteurs expliquent cette déclaration:

  • Les médias conservateurs, qui pensent que l’enquête va trop loin, commencent à convaincre de plus en plus de parlementaires républicains qui demandent à ce que l’enquête du FBI soit bouclée le plus rapidement possible.

 

  • La révélation par le Département de Justice américain, ce mois-ci, de SMS anti-Trump échangés entre agents du FBI, au cours de l’été 2016, qui ont ensuite participé à l’enquête de Mueller, remettent en question sa crédibilité et sa partialité aux yeux des conservateurs et de l’opinion publique.

 

  • Ce week-end, la chaîne pro-Trump de Rupert Murdoch est allée jusqu’à parler de « coup » fomenté par l’agence de renseignement pour essayer de destituer le président provoquant les critiques de nombreux médias et journalistes.

 

  • Conclusion: Trump n’a pas besoin d’attaquer Mueller, ce sont sa majorité et les médias conservateurs qui s’en chargent.

La position de Brian Stelter et de la plupart des Démocrates sur cette stratégie de la droite:

Les Américains ont le droit de savoir ce qu’il s’est passé lors des dernières élections. Ils ont le droit de savoir si les Russes ont reçu de l’aide. Ils ont le droit de savoir si la campagne de Trump était au courant des agissements russes. Ils ont le droit de savoir si le président a des attaches avec un gouvernement étranger.  Ils ont le droit de savoir s’il a fait obstruction à la justice.
C’est ce sur quoi enquête Mueller. On a besoin de réponses.
Et tout le vacarme des pro-Trump nous empêche d’en avoir.

Selon le Washington Post, l’enquête pourrait durer encore un an et envenimer les tensions politiques déjà existantes autour de cette enquête

* « Fox News’s Coup Conspiracy Theory Explained – Vox

 

 

 

4. Les analyses du jour … sur Trump

 

La première de l’excellent Mike Allen, journaliste et co-fondateur de Axios

L’année dernière, un homme avisé nous a dit: « Vous savez qui ne changera jamais? Un milliardaire de soixante-dix ans avec son nom accroché en haut d’un gratte-ciel. »
C’est incroyable de réaliser que le président Trump – et l’impression que les gens ont de lui – n’a pas évolué au cours de l’année.

Les sondages sont toujours aussi mauvais, les Démocrates le détestent toujours autant, les Républicains sont toujours résignés à travailler avec lui; ses relations antagonistes avec les médias toujours aussi vives et divertissantes; et Twitter reste son moyen de communication préféré

Pourquoi c’est important:

L’année 2018 devrait être la même que 2017

 

 

La seconde de David Frum dans The Atlantic

Au printemps 2016, National Review a publié son numéro « Contre Trump » dans lequel vingt-et-un conservateurs influents ont expliqué, individuellement, leur opposition à Trump. Sur ces vingt-et-un, seulement six continuent aujourd’hui à critiquer ses actions et six sont devenus des défenseurs passionnés de la présidence de Trump, notamment Brent Bozell du Meida Research Center et Dana Loesch de la NRA.

* « Conservatism Can’t Survive Donald Trump intact » –The Atlantic

 

 

 

5. The Truth is Out There

Le New York Times a révélé ce week-end que le Département de la Défense américain aurait dépensé 22 millions de dollars, sur les 600 milliards alloués chaque année, à un « Advanced Aerospace Threat Identification Program », censé enquêter sur les objets volants non-identifiés

Le Département de la Défense n’a jamais reconnu l’existence du programme, [commencé en 2007] qui aurait été abandonné en 2012. Mais ses défenseurs affirme que si le Pentagone a supprimé son financement, le programme reste en place. Ces cinq dernières années, ses représentants ont continué à enquêté sur des épisodes rapportés par des membres du service, qui travaillaient sur d’autres dossiers du Département de la Défense.

Luis Elizondo, qui a dirigé cette unité, a affirmé lundi soir à la télévision américaine, qu’il « existait des preuves irréfutables que nous ne sommes pas seuls »

« Glowing Auras and Black Money: The Pentagon Mysterious UFO program » – The New York Times

 

 

6. MUST READS

Les enfants psychopathes

Les experts seraient aujourd’hui capables de détecter des enfants psychopathes dès l’âge de trois ou quatre ans, et surtout auraient mis au point des traitements cliniques capables d’améliorer certaines conditions

* « When Your Child is a Psychopath » – The Atlantic

 

 

 

« Deliverance »

MAGNIFIQUE reportage sur l’épopée entreprise pour ramener les corps de deux alpinistes indiens, abandonnés au sommet du Mont Everest en 2016, par John Branch l’auteur de l’excellent « Snow Fall »

* « Deliverance From 27,000 Feet » – The New York Times

 

 

7. On vit une époque formidable

 

  • Selon le Los Angeles Times, le gouvernement américain va payer une entreprise privée 298 millions de dollars pour qu’elle recrute cinq mille agents des services frontaliers.

 

  • Le président de la chaîne de sport américaine, ESPN, John Skipper, qui cachait depuis des années sa toxicomanie, a annoncé sa démission immédiate lundi, pour pouvoir prendre soin de sa santé. C’était l’un des hommes les plus influents des médias et du sport, qui dirigeait le réseau câblé, propriété de Disney, depuis 2012 et y travaillait depuis presque vingt ans. CNN

 

  • « The Last Jedi », dernier opus de la saga Star Wars, est la deuxième plus importante sortie du Box Office américain, apprécié par les critiques mais critiqué par de nombreux fans. The Washington Post

 

  • Le Daily Show de Trevor Noah a rendu hommage à tous ceux qui ont perdu leur carrière à Hollywood et dans la politique cette année avec un montage hilarant. A voir ici

 

  • Catt Sadler, présentatrice de l’émission « Daily Pop » a appris qu’elle gagnait beaucoup moins que son co-présentateur et a décidé de démissionner sur le champ après dix ans sur la chaîne. Daily Mail

 

  • Le cardinal Barnard Law, ancien archevêque de Boston qui a couvert les abus sexuels des prêtes de sa province pendant des années – le sujet de l’excellent film Spotlight – est mort à l’âge de 86 ans. Boston Globe

 

 

8. La Couverture du Jour

 

Superbe couverture du Time cette semaine sur le dernier film de Ava DuVernay, « A Wrinkle in Time », basé sur le livre de science fiction éponyme de Madeleine L’Engle publié en 1962 avec les acteurs Reese Witherspoon, Oprah Winfrey, Mindy Kaling et Storm Reid.

* « Hollywood once and future classic » – Time

 

 

05.12.17

 

Bon début de semaine à tous.

Si vous souhaitez inscrire vos amis, collègues et famille à vous inscrire à la newsletter du Kiosque, c’est ici!

Il reste dix jours pour vous inscrire à Obamacare!

 

 

1. Les Quotidiens

Les Parcs nationaux

Le président était dans l’Utah hier pour signer la plus importante réduction d’espaces naturels protégés par le gouvernement fédéral: En tout plus de 800 000 hectares de terres, 85%  du Bears Ears, établi par Obama l’année dernière et 45% du Grand Staircase-Escalante, établi par Clinton en 1996, vont être replacées sous l’autorité du gouvernement de l’Utah qui pourra rentabiliser les terres comme il l’entend.

C’est, pour Trump, le moyen de « redonner les terres aux Américains » et de « limiter les prérogatives fédérales ».
Une décision soutenue par la plupart des Républicains du pays et de nombreux locaux mais dénoncée par la plupart des associations de protection de l’environnement, qui ont déjà porté plainte pour annuler la décision. Desert News 

Pour ses adversaires, Trump a utilisé l’Antiquities Act pour réduire la taille d’espaces protégées, sans l’accord du Congrès, alors que la loi ne donne que la possibilité que de créer ou détendre ces espaces. Vox

 

 

C’était la page d’accueil de Patagonia, la marque de vêtements outdoor, qui lutte activement pour la protection de l’environnement, à l’annonce de la décision de Trump.

 

* « Patagonia: le business de la résistance » – Le Kiosque de NY

 

 

 

Le calvaire des fêtes

Les syndicats de la compagnie de transport UPS de Boston, dans le Massachusetts, refusent la demande de la direction de travailler 70 heures par semaine pendant la saison des fêtes. 
Ils travaillent actuellement 60 heures par semaine.

Ces dix heures supplémentaires représentent un danger public pour les employés qui craignent que le fatigue et la cadence ne provoquent des accidents.
La direction qui a déjà engagé 95 000 personnes supplémentaires pour la saison, ne souhaite pas recruter davantage et compte sur la main d’oeuvre actuelle pour faire le travail.
Elle doit annoncer d’ici la semaine si les 70 heures par semaine seront forcées ou volontaires.

UPS livre 750 millions de colis entre Thanksgiving et le nouvel an.  Metro

 

 

 

La Réforme fiscale, une catastrophe pour l’enseignement public

On est en passe perdre une génération entière de scientifiques. La proposition [de réforme fiscale] du parti républicain est potentiellement dramatique pour les études supérieures et aura des longs effets à long terme sur l’effort scientifique dans son ensemble au sein des universités américaines.

La législation prévoit de taxer les revenus touchés par étudiants-chercheurs au cours de leurs études supérieures, ce qui pourrait pousser de nombreux jeunes diplômés à les abandonner, faute de revenus suffisants. USA Today

 

 

2.  La faillite morale du parti Républicain

 

Vivement la semaine prochaine quand auront lieu les élections pour le second siège de sénateur en Alabama, qui opposent Roy Moore, le conservateur accusé d’agressions sexuelles sur mineurs et soutenu par le président au démocrate Doug Jones.

Depuis les révélations du Washington Post sur le passé problématique de Moore, les chefs du parti républicain, Paul Ryan, Mitch McConnell et le Comité national, avaient pris leur distance avec le candidat qu’ils n’avaient pas soutenu lors des primaires républicaines qui ont lieu au mois d’octobre.
Le National Review, d’autres revues conservatrices et les quotidiens d’Alabama l’avaient appelé à retirer sa candidature, en vain.

L’intéressé a toujours démenti les accusations malgré l’accumulation des preuves et du nombre de victimes.

Une personne le croit innocent depuis le début, c’est Donald Trump, qui a réitéré a plusieurs reprises ces derniers jours son soutien à Moore, et poussé le RNC à revenir sur sa décision et à de nouveau financer la campagne du candidat républicain.

Une victoire de plus pour la frange populiste et nationaliste des Républicains, mené par Steve Bannon, Breitbart et le président.

La ruine morale de ce pays, enclenchée depuis l’élection de Donald Trump, continue, malgré quelques sursauts de décence comme le tweet de Mitt Romney.

L’édito au vitriol du WaPo ce matin

* « Just Kidding: RNC Jumps Back Into Alabama Senate Race » – RedState

* « Woman Shares new evidence of relationship with Roy Moore when she was 17 » – The Washington Post

 

 

3. « To Bake or Not to Bake »

La Cour Suprême des Etats-Unis s’attaque à une affaire typique de la guerre culturelle qui divise le pays, cette fois-ci sur le thème de la liberté religieuse et la communauté LGBT.

Un pâtissier du Colorado a refusé de réaliser la pièce montée d’un couple d’homosexuels parce que ça allait contre sa croyance religieuse, à savoir le mariage traditionnel entre un homme et une femme.
Le couple a porté plainte contre discrimination, et a été soutenu par l’association des droits civiques du Colorado.

En gros une victoire du plaignant signifierait que le gouvernement a un contrôle sur ce que vous avez le droit de produire ou non, s’il décidait d’agir (…)

En 2014, la Cour Suprême avait donné raison à une entreprise, Hobby Lobby, qui refusait de couvrir les frais liés aux contraceptions d’urgence – Plan B ou stérilet – prévus par Obamacare car « leurs croyances religieuses leur interdisaient de subventionner des soins qui éliminent  la vie humaine après conception ».

Pour les conservateurs, il s’agit de respecter la liberté d’expression des individus et éviter que le gouvernement s’ingère dans la vie privée des individus.
Pour les libéraux, cette liberté religieuse est au contraire l’un des moyens les plus efficaces pour discriminer tous ceux qui ne partagent pas leur croyances ou style de vie.

* « To Bake or Not to Bake: The SCOTUS Takes on the Cake Case » – RedState

 

 

 

4. La grosse bourde d’ABC News

La chasse aux scoops contre Trump et son administration, toujours plus compétitive entre chaînes et quotidiens nationaux, peut provoquer de « sérieuses erreurs » aux conséquences dramatiques pour l’ensemble de la profession.

C’est le cas de ABC News, dont l’un des journalistes phares, Brian Ross, a annoncé vendredi dernier en direct, que Michael Flynn, ancien conseiller à la Sécurité Nationale du président, était prêt à avouer que ce dernier lui avait demandé personnellement de contacter les Russes pendant la campagne.

Une information qui s’est révélée inexacte et que la chaîne a rectifié quelqeues heures trop tard.

Le président de la chaîne a réagi lundi devant la rédaction de la chaîne:

Je ne sais pas combien de fois on a parlé de cela, combien de fois on a insisté sur la nécessité d’avoir les faits justes. C’est plus important d’avoir raison que d’être les premiers surtout en ce moment, avec des enjeux importants qu’aujourd’hui [face aux attaques répétées de Trump], on n’a pas le droit d’avoir tort.

Vendredi dernier, ABC News a donné de l’eau au moulin du président et de ses alliés qui ne cessent de discréditer les médias traditionnels
Le journaliste a été mis a pied pendant un mois, et sa carrière au sein de la chaîne est tout sauf assuré.

* « ABC News president excoriates staff over Brian Moss’ Michael Flynn Error » – CNN

 

 

 

5. Must Reads

« Leurs blessures »

Six lycéennes et amies de Las Vegas High School on assisté au concert de Jason Aldean lors du festival Route 91 au cours duquel un forcené à tiré 1 100 coups de feu en moins de dix minutes, blessé cinq cent personnes et tué 59 autres.
C’est le récit détaillé de cette soirée et des jours qui ont suivi le plus grand massacre que le pays ait connu, à travers le témoignage des adolescentes ainsi que ceux de la famille, médecins, infirmières et autre témoins.

* « The Wounds they Carry » – The Washington Post magazine

 

6. On vit une époque formidable

 

  • Bryan Singer, le réalisateur de quatre « X-Men », accusé dans le passé d’agressions sexuelles sur de jeunes hommes, a été viré de son dernier projet cinématographique, « Bohemian Rhapsody » après avoir disparu du tournage la semaine dernière. The Daily Wire
  • Pour la première fois depuis 1985, aucun meurtrier du comté de Harris sera exécuté par l’Etat du Texas, un changement important pour un comté connu comme étant « la capitale de la peine capitale » – Karla Faye Tucker, coupable d’un double homicide en 1984, y a été exécutée en 1998, c’était la première femme a recevoir la sanction suprême depuis la guerre de sécession au Texas. Houston Chronicle

 

  • Netflix a annoncé le tournage d’une sixième et dernière saison de « House of Cards » sans Kevin Spacey mais avec Robin Wright qui débutera en janvier prochain. Une bonne nouvelle pour les deux milles personnes de Baltimore qui vivent directement du Show – Deadline

 

  • Le Center for American Entrepreneurship affirme que 43% des 500 plus grandes entreprises américaines de Fortune ont été fondées par un immigré ou fils d’immigrés. Axios

 

  • New York magazine a été récompensé magazine de l’année par le site AgAge et son rédacteur en chef Adam Moss, rédac chef de l’année.
    Je ne saurai vous tout le bien que je pense de ce magazine, qui n’a « jamais été aussi vital qu’aujourd’hui ». AdAge

 

  • 120 battements par minute est le film préféré de l’année 2017 pour le critique ciné de Vanity Fair 

 

 

7. La phrase du Jour

 

Pour Trump, « You’re Fake News » est le nouveau « You’re fired » 

Jim Acosta, correspondant de CNN à la Maison Blanche, à la conférence de Poynter à D.C.

 

 

 

8. La Couverture du Jour

« A Teenager Life », c’est la couverture du dernier The California Sunday Magazine, le trimestriel toujours très esthétique de la côte Ouest

22.11.17

 

Happy Wednesday et bon week-end à ceux qui profitent de Thanksgiving pour quitter la ville. 

 

 

1. Les Quotidiens

 

« I’m with Perv »

Donald Trump a décidé de croire Roy Moore, le candidat républicain au siège de sénateur de l’Alabama, accusé d’être sorti avec des mineurs de 14 et 16 ans dans les années 70 et 80 alors qu’il était bien plus âgé, des faits que ce dernier continue de démentir même si les preuves et témoignages prouvent le contraire.  

C’est sans grande surprise puisque Donald Trump utilise la même défense contre les femmes qui l’ont également accusé de harcèlement sexuel.

 

 

« Disabled America »

Depuis plusieurs mois, le Washington Post enquête sur l’Amérique malade: « Disabled America »

Stewart a fait une demande de pension d’invalidité au gouvernement fédéral le 21 mai 2015. La demande a été rejetée ainsi que son appel. Quand il a fait appel après le second refus, son nom a été ajouté a l’une des plus importantes listes d’attente du gouvernement fédéral, où 1,1 millions de personnes attendent que 1 600 juges administratifs décident si oui ou non ils ont droit à une pension mensuelle, Medicare ou Medicaid.
« Une peine de mort », voilà comment Stewart, qui n’a pas d’assurance maladie, envisage un nouveau refus.

* « 597 days. And still waiting. » The Washington Post

 

 

La fin de la neutralité d’internet

La Commission Fédérale des communications, une agence indépendante du gouvernement américain, en charge de réguler les télécommunications ainsi que les contenus des émissions de radio, télévision et Internet, devrait annuler la loi sur la neutralité du Net mise en place par Barack Obama, qui « garantit un traitement technique identique à tous les fournisseurs de contenus, petits ou grands, consensuels ou dérangeants. »

Une victoire pour les géants de la télécommunication aux dépens des consommateurs. The OC Register

C’est aussi un énième tentative de saper l’héritage du président Obama, le passe temps favori de Trump.

 

 

 

2. Trumplandia

Le DoJ bloque la mégafusion

Comme Trump l’avait annoncé pendant la campagne électorale, il s’oppose, via son ministère de la Justice, à la mégafusion de 85 milliards de dollars entre géant des télécommunications AT&T et le géant du divertissement et des médias, Time Warner.

La raison officielle: « La fusion est illégale et irait à l’encontre de l’intérêt des consommateurs. »
L’affaire devrait être réglée auprès des tribunaux, et les deux partis affirment être dans leur bon droit.

La raison officieuse: Il n’y a rien d’illégal à cette fusion étant donné que AT&T et Time Warner ne sont pas les concurrents directs d’une même industrie et c’est la première fois depuis des décennies que le ministère de la justice prend une telle mesure.

Beaucoup pensent que Trump essaye de punir sa némésis, la chaîne CNN, propriété de Time Warner. – Axios

Les Haïtiens dehors

L’administration Trump vient de donner aux 60 000 Haïtiens réfugiéslégalement aux Etats-Unis après le tremblement de terre de 2010 un délai de 18 mois pour quitter le territoire car « les conditions extraordinaires qui ont justifié leur présence sur le sol américain ne le sont plus » – The Washington Post

Les registres d’accueil de la Maison Blanche

La Maison Blanche de Trump a essayé de bloquer l’accès du public aux registres d’accueil de cinq agences fédérales qui travaillent directement avec le président même si ces documents sont accessibles grâce au Freedom of Information Act.
Property of the People, une association basée à Washington, a porté plainte et obtenu les données transmis à Propublica.

 

 

 

3. « La désillusion nationaliste »

Analyse intéressante de The Atlantic sur « la tradition politique américaine ancestrale » représentée par Trump, qui consiste à désavouer le racisme tout en promettant d’ériger une ensemble de lois discriminatoires.

Trump incarne les croyances les plus profondes de ses supporters – affirmer que les politiques discriminatoires sont nécessaires tout en expliquant qu’elles n’ont rien de discriminatoire et crier au scandale si on ose poser la question (…)
Ces supporters continueront à le soutenir parce que c’est ce qu’ils attendaient depuis toujours: Un président qui incarne la rage qu’il ressentent contre tous ceux qu’ils haïssent, tout en les rassurant qu’il n’y a aucune honte à être en colère
.

* « Nationalist Delusion » – The Atlantic

 

 

4. Centene surfe sur Obamacare

Le retrait des grandes compagnies d’assurance maladie américaines comme UnitedHealth, Aetna, Humana de Obamacare par manque de profits, a laissé à Centene Corp., le quasi monopole de l’assurance santé offerte par l’Affordable Care Act dans certains Etats, et de faire fortune. 

La compagnie réussit là où d’autres échouent car servir les pauvres et les personnes en mauvaise santé – ceux qui touchent Medicaid – est ce que Centene a toujours fait, et cela l’a obligée à développer une expertise dans le contrôle des coûts (…) Centene emploie des réseaux restreints de docteurs et hôpitaux qui acceptent les remboursements inférieurs à ceux du marché.
La compagnie utilise analyses et statistiques pour prédire quels clients sont susceptibles de tomber malade et quels en seront les coûts puis contacte ces patients pour les pousser à aller consulter un médecin ou prendre leurs médicaments.

La compagnie continue de se développer même devant les tentatives désespérées de Trump et des Républicains pour se débarrasser d’Obamacare.

 

* « How to Make a Fortune on Obamacare » – Bloomberg Businessweek

 

 

 

5. La nouvelle religion de la Silicon Valley

Anthony Levandowski, ingénieur de 37 ans diplomé de Berkeley, est poursuivi par Google, avec qui il a travaillé pendant neuf ans (2007-2016) sur Google View puis sur la technologie des voitures, Waymo, pour vol de secret industriel et violation de brevet qu’il aurait utilisé pour créer sa propre compagnie camions autonomesOtto, rachetée près de 700 millions de dollars quelques mois après sa création par le concurrent direct de Google … Uber.
Le procès s’ouvre le mois prochain.

Viré de Uber et interdit de retravailler pour Otto en attendant la fin du procès contre Google qui s’ouvre le mois prochain, Levandowski a fondé une organisation religieuse, « Way of the Future » qui se concentre sur la « réalisation, l’acceptation et l’adoration d’une divinité basée sur de l’Intelligence Artificielle, développée par du matériel informatique et des logiciels »

« On veut juste éduquer les gens pour qu’ils n’aient pas peur des machines » affirme l’intéressé.

* « Silicon Valley’s New Religion Is About As Serious As You’s Think » – Businessweek
* « Inside the First Church of Artificial Intelligence » – Wired

 

 

 

6. Must Reads

 

– La naissance d’un nazi

Comment un paumé de 33 ans est passé d’antiraciste végétalien a l’un des trolls les plus vicieux de l’alt right, qui utilise internet et son site néo-nazi, The Daily Stormer, pour encourager ses supporters à exprimer leur haine « offline » dans le vrai monde.

Il s’est rendu célèbre en terrorisant pendant des semaines une petite ville du Montana où il avait prévu un rassemblement de skinheads et néo-nazis le jour de Martin Luther King, en l’honneur de l’assassin du militant des droits civiques, James Earl Ray.

Le cheminement de Anglin vers le « nationalisme blanc » est troublant et plus compliqué que j’aurais pu l’imaginer. Mais il correspond à un modèle identifié par des chercheurs, selon lequel il aurait été poussé, du moins au début, par un désir de statut et d’appartenance plus par des croyances profondément ancrées.
Anglin voulait devenir quelqu’un, et Internet lui en a donné les moyens

* « The Making of An American Nazi » – The Atlantic

 

 

 

7. On vit une époque formidable

 

  • Paris Hilton affirme sur Twitter avoir inventé le selfie en 2006 en prenant soi-même une série de clichés avec la mégastar de l’époque, Britney [Spears]. Twitter

 

  • Le conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, H.R. McMaster aurait lors d’un dîner en présence du CEO de Oracle, traité Trump d’idiot, de crétin avec l’intelligence d’un élève de maternelle – Buzzfeed
    Cet été, c’est Rex Tillerson qui aurait traité le président de « moron »

 

  • Un employé a été inculpé de vandalisme pour avoir laissé sa semence dans les bouteilles d’eau, la nourriture ou encore l’ordinateur de ses collègues. OC Register

 

  • 36 femmes qui travaillaient pour Al Franken sur le plateau de Saturday Night Live pendant des années – il est depuis devenu sénateur du Minnesota – ont publié une lettre de soutien à l’acteur

 

 

 

8. La Couverture du Jour

 

Donald Trump a rencontré Paula White, une télévangéliste pentecôtiste, présentatrice télé et businesswoman, dans les années 2000 en Floride. Cette dernière l’a soutenu lors de sa candidature en 2016, et comme tous ceux qui lui ont été fidèles, a été récompensée par une prière lors de l’investiture et une position à la Maison Blanche: Conseillère évangéliste de l’administration, elle assiste désormais Trump sur les questions religieuses.

C’est aussi une « charlatan » qui a promis à ses fidèles, la plupart afro-américains, que Dieu les rendrait riches s’ils lui faisaient des dons.
Elle s’est tellement enrichie qu’elle a fait l’objet d’une enquête du Sénat sur la gestion des revenus de son Eglise, pour laquelle elle a refusé de coopérer et close en 2010.

* « She led Trump to Christ » – Washington Post magazine

21.11.17

 

Bon mardi!
Le kiosque sera désormais publié le matin, heure locale de New York avec les unes du jour. L’édition d’aujourd’hui rassemble les couvertures du week-end, hier et ce matin.

C’est la semaine de Thanksgiving, qui aura lieu jeudi, l’occasion des pour des millions d’Américains de prendre un break avant les fêtes de noël et pour beaucoup d’entre eux retourner le temps d’un long week-end dans leur famille. C’est généralement une semaine calme du côté de Washington.

 

 

 

1. Les Quotidiens

 

Un peu de décence tout de même!

« Soutenez le parti de la décence et rejetez Moore » affirme en une dans son édition dominicale le principal quotidien d’Alabama, « Doug Jones est le seul candidat qui peut représenter l’Alabama »

Le message est franc et honnête car Roy Moore, candidat républicain aux élections sénatoriales du 12 décembre prochain, n’a aucune intention de démissionner malgré les accusations de harcèlement et agressions sexuels sur mineurs dont il est l’objet, et qu’il continue de nier en bloc.

 

 

2. Un Manson en enfer

C’est l’un des personnages les plus monstrueux de la pop culture américaine, un paumé devenu un chef de culte qui a convaincu des jeunes hippies de commettre des meurtres abominables, dont celui de Sharon Tate, la femme de Polanski, alors enceinte de leur enfant, avant de passer le reste de sa vie en prison à cultiver une cette image de « démon ».
Maintenant, il peut « pourrir en enfer ».

 

 

3. L’injustice Meek Mill

Ce week-end, dans le New York Times, le rappeur américain a pris la défense du chanteur Meek Mill, 30 ans, originaire de Philadelphie, condamné à passer quelques mois en prison il y a dix ans pour port d’arme illégal, avant de réussir dans la musique et de devoir à nouveau retourner derrière les barreaux pour avoir violé à plusieurs reprises un sursis vieux de dix ans.

Il a été en sursis toute sa vie d’adulte. Pendant une décennie, il a été poursuivi par un système qui sautera sur la moindre infraction pour le remettre en prison.
Ce qui arrive à Meek Mill est un exemple de la façon dont notre système judiciaire piège et harcèle chaque jour des centaines de milliers de noirs.

 

 

4. Charlie Rose

C’est l’un des journalistes américains les plus expérimentés, respectés et populaires du métier, présentateur du « Charlie Rose » sur la chaîne publique PBS depuis 1991, co-présentateur de « CBS Morning » sur CBS, âgé de 75 ans: Charlie Rose est aujourd’hui accusé par plusieurs femmes de comportements inappropriés ces trois dernières décennies.
Il a été suspendu à la suite des révélations du Washington Post.

 

 

2. Au tour de Glenn Thrush

Glenn Thrush, correspondant à la Maison Blanche du New York Times, a été suspendu par le quotidien, après les accusations de harcèlement sexuel lancées par quatre femmes, dont une rédactrice de Vox, Laura McGann, qui raconte en détails comment le journaliste star a essayé d’embrasser une jeune journaliste de 23 ans en juin dernier – et textos à l’appui.

Toutes ces femmes ont la vingtaine, commencent leur carrière contrairement à Thrush, le journaliste expérimenté qu’il est bon de connaître. Lors de réunions alcoolisées, il fait des avances. Ensuite, elles essayent des rester en bons termes avec lui quelles que soient leurs [mauvaises] impressions (…) Thrusch, rien que par sa stature, a obligé ces femmes à ne rien dire …

Glenn Thrush ne sait pas se contrôler quand il boit beaucoup surtout auprès de jeunes journalistes qu’il drague lourdement et de manière inappropriée: Après s’être excusé sur Facebook, il a décidé de se soigner. En espérant qu’il revienne rapidement au New York Times.

Vox a du renvoyer au mois d’octobre Lockhart Steele, directeur de la rédaction, à la suite d’accusations de harcèlement sexuel

L’effet domino: Tous ceux accusés de harcèlement et/ou agressions sexuelles depuis le scandale Weinstein – AP

 

 

 

3. Le sport n’est pas épargné non plus

Un nombre croissant d’abus sexuels secoue le monde du sport olympique américain rapporte le Washington Post hier:

Depuis 1982, plus de 290 entraineurs et représentants d’une dizaine de disciplines olympiques ont été publiquement accusés de comportements sexuels inappropriés.
Parmi eux, Larry Massar, un osthéopathe de l’équipe de gymnastique féminine, a été accusée par près 130 athlètes, dont des membres de l’équipe olympique qui a brillé aux derniers jeux de Rio.

C’est une culture dans laquelle limiter les risques légaux et préserver les chances de médaille ont prévalu sur la sécurité des enfants

* « Every six weeks for more than 36 years: When will sex abuse in Olympic sports end? » – The Washington Post

 

 

4. « Opioid Nation »

« La Maison Blanche affirme que la crise des opiacés à coûté en 2015, 504 milliards de dollars »; un chiffre qui comprend les dépenses de santé, celles du système judiciaire et carcéral ainsi que la perte de main d’oeuvre.

Une estimation six fois plus importante que la dernière étude publiée en 2013 qui avait chiffré la crise à 78,5 milliards de dollars car l’épidémie s’est aggravée, avec deux fois plus de morts par overdose que l’année dernière, et que les précédentes recherches ne prenaient pas en compte le nombre de décès par opiacés, des anti-douleurs extrêmement addictifs.

64 000 Américains sont morts d’une overdose de drogue en 2016.

* « White House: True Cost of opioid epidemic tops $500 billion » – AP

 

 

 

5. « Month To Master »

Max Deutsch, jeune entrepreneur américain de 24 ans,  qui aime « étudier de manière obsessionnelle » s’est lancé dans une mission originale l’année dernière, appelée « Month to Master », qui consiste à essayer de maîtriser un niveau de compétences élevé dans un domaine ou une activité spécifique, en un mois seulement, et sur douze mois d’affilée. Le tout filmé et raconté sur son blog.

Les défis vont de « faire du freestyle sans s’arrêter pendant trois minutes » à « construire une voiture qui roule toute seule », « résoudre un Rubik’s Cube en moins de 20 secondes », dessiner un autoportrait « réaliste » de lui et enfin, battre le master des échec, le norvégien Magnus Carlsen.

Il a raté de peu le dernier challenge, qui lui a valu tout de même valu un article dans le Wall Street Journal ce week-end.

 

 

 

6. Must Reads

* Métro new yorkais: La folie des grandeurs

Le métro new yorkais est un cauchemar pour les 5,7 millions de passagers qui l’empruntent chaque jour: Constamment en retard, rongé par les problèmes techniques et financiers, cher – trois dollars le ride – bruyant et sale.

Mais ces problèmes n’ont pas touché la ville du jour au lendemain. Ca fait des années que ça dure et ils auraient pu être évités si les responsables avaient mis les intérêts des voyageurs et le fonctionnement au quotidien avant des projets flashy et stratèges financiers.

Le budget consacré à la maintenance du métro n’a pas augmenté en 25 ans alors que le ticket à l’unité a plus que doublé sur la même période – de 1,25 dollars en 1992 à 3 dollars aujourd’hui.

Plutôt que d’être consacré à la réparation des lignes centenaires et désuètes, des budgets de plusieurs milliards de dollars ont été consacrés à des projets pharamineux, comme la station de Fulton Street dans le Financial District, dix ans de travaux et une facture de 1,4 milliards de dollars; « The Oculus » à l’entrée de la station du World Trade Center à 4 milliards de dollars tout comme la dernière ligne de métro, le « Second Avenue Subway ».

Toutes ces investissements ont été réalisés aux dépens des rails, des rames et du « système de signalisation, qui date des années trente, avec des câbles effilochés et recouverts de tissus »

La longue et excellente enquête du New York Times ce weekend fait grincer les dents.

 

 

 

7. On vit une époque formidable

 

  • Les gobelets de noël de Starbucks.
    Chaque année, les conservateurs américains se plaignent des gobelets en papier « Special Fêtes » de Starbucks. Cette année ils accusent la compagnie de promouvoir « un agenda gay » car le clip qui présente le gobelet 2017 contient un couple de lesbiennes.
  • Héroïne du jourUne conductrice texane qui a collé un immense sticker sur sa vitre arrière, « Fuck Trump and fuck you for voting for him », a été arrêtée par Troy Nehls, le sheriff local (et républicain) la semaine dernière avant d’être relâchée moyennant une caution de 1 500 dollars – ses stickers sont protégés par le Second Amendement.
    Lundi, elle a rajouté un autre autocollant qui dit « Fuck Troy Nehls and fuck you for voting for him ». Washington Post 

 

 

 

8. La Couverture du Jour

Barry Blitt, le dessinateur officiel de Donald Trump pour les couvertures du New Yorker, a l’honneur cette année de réaliser la spéciale de « Thanksgiving » intitulée « Nowhere to Hide » qui rend hommage à la parade annuelle de Macy’s et à tous les pervers de Hollywood, des médias et de la politique qui sont tombés ces dernières semaines. Brillant.

 

16.11.17

 

1. A la une des Quotidiens

 

« Flaw enforcement »

La police de Chicago, critiquée par Donald Trump pour son incapacité à lutter contre la violence et qui y a envoyé les fédéraux cet été – est une nouvelle fois au centre des toutes les attentions pour toutes les mauvaises raisons: José Maysonet, 49 ans, dont 27 passés dans la prison de Cook County pour un double meurtre qu’il a toujours nié, a été relâché mercredi, après que les cinq policiers, aujourd’hui à la retraite, responsables de son arrestation et de sa condamnation aient refusé de répondre aux questions du juge qui au détenu un nouveau procès.

Maysonet affirme avoir été forcé d’avouer les crimes pour lesquels il a été condamné à la peine maximale.

La veille, un autre détenu de 66 ans, dont 29 ans passés derrière les barreaux de la même prison, a été libéré par un le juge devant le manque de preuve évidentes de sa culpabilité. – Chicago Tribune

 

 

Moore and Moore

Des nouvelles accusations ont été lancées contre le candidat républicain au poste de sénateur de l’Alabama qui refuse de démissionner de la course malgré la pression du parti. Washington Post

Il a toujours des chances de gagner grâce notamment au soutien de Steve Bannon et de Breitbart qui croient aux démentis de l’intéressé. Une position une fois de plus en opposition avec l’establishment du GOP qui devrait renforcer les rivalités entre les deux clans – Axios

Sean Hannity a décidé de ne pas se mouiller et demande aux électeurs de choisir.

 

 

Au tour d’Al Franken

Le sénateur démocrate est accusé ce matin par Leeann Tweeden, une journaliste de la chaîne KABC, de l’avoir embrassé sans son consentement lorsqu’il était comédien en 2006 lors d’une répétition pour un sketch, où ils étaient censés s’embrasser. Une photo du comédien faisant semblant d’attraper ses seins fait la une du Drudge Report ce matin.

La « victime » se « violée, embarrassée, rabaissée et humiliée » mais « elle n’a plus peur de parler. » Al Franken s’est excusé aujourd’hui.

Pour New York magazine, la carrière de Al Franken est terminée: Sa collègue sénatrice du Minnesota a demandé la mise en place d’une enquête, et les appels à sa démission devraient suivre. S’il devait laisser partir, il serait remplacé par le gouverneur actuel de l’Etat, le démocrate Mark Dayton, jusqu’aux élections de novembre 2018.

Le président, qui s’est lui-même vanté d’attraper les femmes par l’entrejambe, qui est resté silencieux sur les accusations qui accablent Roy Moore, ne s’est pas gêné ce soir pour attaquer Al Franken.

 

 

2. Trumplandia

« In ordre mondial différent »

David Ignatius résume ce matin « le concert de louanges » qu’a été la tournée de Donald Trump en Asie en ces termes

Alors que le président Trump conclut son séjour en Asie, il pourrait résumer ses douze jours de la même manière que Jules Cesar, à la différence près, Veni, vidi, blandivi: Je suis venu, j’ai vu, je me suis tu.
La tournée de Trump ressemblait davantage à un pèlerinage qu’à une démonstration de force. Le président a rarement expliqué les détails de la politique américaine. Au contraire, il a demandé de l’aide des autres leaders, loué leurs vertus et soutenu leur vision du monde

Il s’agit d’un séjour triomphal et historique mais pas de la façon dont Trump l’envisage: ce sont les prémices de l’acceptation par les Etats-Unis de la puissance chinoise dans le Pacifique, leur désir de détente avec la Russie, et peu de gains pour l’Amérique en matière de sécurité.

 

The Water bottle Gate

Le roi de la moquerie s’est fait prendre à son propre jeu hier en conférence de presse sur son séjour en Asie lorsqu’il a cherché une bouteille,  la bouche visiblement asséchée. Il s’était moqué pendant la campagne présidentielle de son adversaire Marco Rubio qui avait fait la même chose quelques années auparavant.

C’est tellement mesquin et risible que je poste la vidéo

 

 

3. L’actu des médias

 

Dirty Vice

On sait depuis longtemps que Vice utilise sa coolitude et quelques bons reportages de terrain pour appâter ses jeunes stagiaires et les rémunérer des clopinettes.
Aujourd’hui on apprend dans le Daily Beast, qui s’est entretenu avec des douzaines d’anciennes et actuelles employées, que ces jeunes journalistes travaillent en plus dans un environnement « dangereux et glauque »: « Elles ont parlé de harcèlement et de l’indifférence de la rédaction. »

Vice affirme enquêter sur les accusations.

Une clause de confidentialité doit être signée par tous les nouveaux venus ainsi qu’un « Accord sur un lieu de travail non traditionnel », un document interne qui oblige les nouvelles recrues si elles veulent être engagées à « ne pas être offensées par tout ce qui passe là bas ».

 

 

Time magazine, bientôt conservateur?

Les frères Koch, les deux milliardaires conservateurs et généreux donateurs du Parti Républicain, sont prêts à investir 500 millions de dollars dans Meredith Corp., propriétaire de Family Circle, Better Homes and Gardens,  pour l’aider à acheter Time Inc, qui publie les fameux Time magazine, People, Fortune, Sports Illustrated, …

C’est la troisième tentative de Meredith Corp. et peut être la bonne étant donné les ressources financières quasi-inépuisables des frères Koch – dont la fortune familiale est estimée à 80 milliards de dollars.
On ne sait pas trop l’influence qu’exerceraient les nouveaux partenaires si la transaction réussit. – New York Times

 

 

La guéguerre entre Buzzfeed et CNN a du bon

La compétition entre la chaîne d’info 24/7 qui investit massivement dans le numérique et le site de vidéos virales reconverti en enquêtes sérieuses, notamment auprès des jeunes, bat son plein et c’est tout bénef pour le journalisme, nous explique le Columbia Journalism Review:

Cette rivalité survient à un moment où l’industrie est attaquée par le président, les insurgés de droite veulent réduire toute l’institution en miettes et une large partie du public ne fait pas confiance aux médias. En réponse à ces attaques, la profession fait bloc et on assiste à une période de bonhomie professionnelle au cours de laquelle des journalistes de rédactions rivales célèbrent le travail de leurs concurrents.

 

 

 

4. Must Reads

 

#MeToo au Congrès Américain

Des accusations de harcèlement et agressions sexuelles ont été lancées cette semaine contre des parlementaires toujours en exercice à Washington, mais dont les identités n’ont pas été dévoilées.

« Non seulement le harcèlement est rampant mais les membres du Congrès n’ont aucune idée de l’ampleur du phénomène » rapporte CNN: 15 millions de dollars de dommages et intérêts ont été payés par l’Office of Compliance pour les 260 plaintes déposées entre 1997 et 2016, pour harcèlement et d’autres formes de discrimination

 

Le parcours d’une arme à feu

C’est l’histoire d’un Glock 17, l’une des armes à feu les plus populaires aux Etats-Unis, vendue le 4 août 2014 pour 325 dollars dans un mall de Virginie à un homme qui a juré par écrit sur un registre fédéral qu’il serait le seul à s’en servir. C’est faux.

En l’espace de trois mois, l’arme, cachée et à la portée de plusieurs individus, aura servi dans une fusillade qui a fait six blessés, a touché deux policiers en civil, et a été utilisée dans une douzaine d’actes criminels avant que la police ne mette la main sur l’arme.

« Suivre sa trajectoire c’est comprendre les dégâts et la souffrance qu’un seul révolver peut cause »

* « One illegal gun. 12 weeks. A dozen of criminal Acts. The rapid cycle of violence. » The Washington Post 

 

 

 

5. On vit une époque formidable

 

  • Oh boys … 
    L’administration Trump a annoncé hier qu’elle revenait sur l’interdiction d’importer des trophées d’éléphant, mise en place sous Obama parce que:
    1. L’administration Trump détruit tout ce qu’a fait Obama.
    2. Qui en 2017 s’amuse à se photographier avec un léopard mort ou une queue d’éléphant … on se demande …

 

  • Les cartes pour Trump
    Le site pro-Trump, World Net Daily, adepte des théories du complot et autres fake news offre à ses lecteurs la possibilité d’envoyer numériquement des cartes de remerciements au président un an après sa victoire. Je suis sûre qu’il appréciera celle qui reprend la couverture de l’ouvrage de Hillary Clinton, « What Happened »  – Cover/Line

 

 

6. La Couverture du Jour

« Ce n’était l’acte de Dieu, mais bien celui de l’homme »

Avec Time magazine, le New York Times magazine et New York magazine, Bloomberg Businessweek publie des couvertures chocs et engagées à l’instar de celle de cette semaine consacrée à la décision de l’Army Corps of Engineers d’inonder l’un des quartiers les plus riches de Houston pour sauver le reste de la ville, pendant l’ouragan Harvey.
Les plaintes lancées par des dizaines de résidents des quartiers ravagés pourraient aujourd’hui changer la façon dont le gouvernement gère les situations de catastrophes naturelles.

A la Nouvelle Orléans, les communautés économiquement défavorisées, certaines d’entre elles historiquement noires, ont été les plus touchées avec des centaines voire des milliers de morts. Certaines victimes de l’Ouest de Houston sont blanches, aisées, des cadres dynamiques républicains … Dans leurs débris, on trouve des refroidisseurs à vin, des livres d’art sur Renoir et commodes chinoises importées.

* « The US Flooded One of the Houston’s Richest Neighborhood to Save Everyone Else » – Businessweek

 

15.11.17

 

Bon mercredi à tous.
Donald Trump est rentré de son séjour de douze jours en Asie visiblement Jet Lag puisqu’il a envoyé ses condoléances à Sutherland Springs – où 26 personnes ont été tuées le 5 novembre dernier –  plutôt que Tehama County en Californie, où 4 personnes ont été tuées hier matin. Le tweet a été depuis retiré.

 

1. A la une des quotidiens

 

 

– Une autre tuerie en Californie

 

La tuerie a éclaté à 8 heures du matin près de la réserve de Rancho Tahoma à cent kilomètres au nord de Sacramento, un homme a ouvert le feu au hasard à bord de deux véhicules et finit sa course près d’une école élémentaire où deux enfants ont été blessés. La fusillade aurait pu faire un au carnage si la police n’était pas rapidement intervenu en abattant le meurtrier.
Ce genre d’incidents est devenu tellement ordinaire que seuls les quotidiens californiens en ont fait leur une.

 

– Le tueur de Seminole Heights a encore frappé

 

 

Le serial killer de Seminole Heights, un quartier résidentiel de Tampa Bay en Floride, a fait une nouvelle victime cette semaine, un volontaire de la banque alimentaire locale âgé de 60 ans, la quatrième en un mois et un demi.
C’est le même modus operandi: une personne choisie au hasard tuée d’une ou plusieurs balles à bout partout. Cette fois-ci pourtant, la police a obtenu la description d’un suspect après que des témoins aient vu un homme s’enfuir en courant

 

 

2. Alabama is no brainer

Voici le email reçu ce matin du DSCC, le Comité de Campagne des Sénateurs Démocrates qui résume simplement en quelques images l’élection du prochain sénateur de l’Alabama qui aura lieu le 12 décembre prochaine entre Roy Moore, le candidat républicain accusé d’agressions sexuelles sur mineurs, toujours favori dans les sondages, et qui refuse de démissionner malgré la pression du parti républicain et le démocrate Doug Jones.
Le démocrate n’avait aucune chance avant les révélations du Washington Post sur les agissements de Moore qui remonte à la fin des années 70 et début des années 80

 

 

 

 

 

3. Trumplandia: Quand les fake news deviennent des news

 

 

Vous vous souvenez du slogan « Lock Her Up » chanté par les supporters de Trump durant la campagne électorale?

Jeff Sessions, publiquement critiqué par le président pour ne pas enquêter sur la théorie du complot sur « l’Uranium de Clinton », lancée par l’extrême droite américaine selon laquelle l’administration Obama et la Secrétaire d’Etat de l’époque, Hillary Clinton, auraient laissé une compagnie russe racheter 20% des capacités d’exploitation de l’uranium américain en échange de centaines de millions de dollars de dons à la fondation Clinton en 2013 – Des faits qui n’ont jamais été vérifiés – a pris note et demandé à des procureurs d’évaluer si oui ou non une commission d’enquête devait être mise en place.

Mais ce dernier jure ne pas avoir été influencé par le tweet du président. The New York Times

Le lancement d’une nouvelle enquête pourrait remettre en cause la jurisprudence instaurée depuis le Watergate qui vise à éviter aux présidents en exercice d’utiliser la justice contre ses adversaires politiques et prédecesseurs.

 

Même Shepard Smith, l’un des rares « journalistes » de Fox News a dénoncé une théorie « grossière » car l’accord a été décidé à l’unanimité par un comité de responsables de neufs départements du gouvernement, dont celui de l’Etat, présidé par Clinton. – Daily News

 

 

 

 

4. L’homme le plus dangereux des médias américains

 

Ou comment une fake news devient une réalité sous la présidence de Trump, qui a mis en place une commission contre une fraude électorale qui n’a toujours pas été prouvée qui serait responsable de la défaite de Trump dans le vote populaire des élections présidentielles face à Clinton.

Ces fake news et autres théories du complot n’auraient pas autant d’influence dans le paysage médiatique et politique américain sans le zèle de l’un de ses principaux promoteurs, Sean Hannity, le présentateur star de Fox News, qui nourrit depuis des années ses téléspectateurs de théories du complot, très souvent liées aux Clintons, comme le PizzaGate, l’accord sur l’uranium, le Deep State, Wikileaks, … et qui a trouvé une plateforme et un allié sans précédent dans la présidence de son ami, Donald Trump,
qui préfère s’informer et tweeter en écoutant son show plutôt que les briefings quotidiens du conseil national de sécurité. – Vox

 

 

 

5. Generation out

 

Liz Smith, la chroniqueuse mondaine du New York Daily News, reine des gossips de NYC pendant des décennies – qui a notamment révélé le divorce entre Donald Trump et sa deuxième femme, Marla Maples – décédée dimanche soir à l’âge de 94 ans, appartient à cette génération d’homosexuels qui ont passé leur vie dans le placard par peur d’être rejeté socialement et professionnellement.

Mais Liz Smith, qui n’a admis qu’une relation homosexuelle dans sa biographie « Natural Blonde » sortie en 2000, a aussi soutenu dans ses tribunes, en pleine épidémie du SIDA au milieu des années, des personnalités très hostiles envers les séropositifs et malades du SIDA, qui lui a valu d’être « outé » à l’époque par le magazine gay, « OutWeek ».

Si ce outing n’a pas ruiné sa carrière, beaucoup d’autres lesbiennes et gays n’ont pas osé emprunter des carrières publiques par peur de subir le même sort: « Coming out reste très dur pour les anciennes générations » pour qui « rester dans le placard » était le « seul moyen de survivre » surtout lorsqu’on est né dans une famille religieuse du Fort Worth au Texas comme l’a été Liz Smith.
Dans une interview au Times à l’âge de 85, elle déclarait:

Je ne dois aucune explication à la communauté gay. Personne n’est gagnant lorsqu’on aborde la part la plus intime de sa vie.

Pourtant en juillet dernier, elle regrettait d’avoir attendu si longtemps pour faite son « coming out »

* « Liz Smith’s Complicated Relationship With the Closet » – The New York Times
Son portrait haut en couleur dans New York magazine (« Yep, I’m … Game »)

 

 

6. La guerre culturelle du « Sexiest Man Alive »


Blake Shelton, chanteur country, juge de l’émission The Voice depuis six ans, qui a acquis une certaine coolitude depuis qu’il sort avec Gwen Stefani vient d’être élu par le magazine People, le #SexiestManAlive, dans la lignée de Brad Pitt, George Clooney, Chris Hemworth, …


Le choix a suscité une vive émotion sur les réseaux sociaux car non seulement Blake Shelton n’arrive pas soi-disant pas à la cheville de ses prédécesseurs, lui-même d’ailleurs le reconnait mais Shelton, originaire d’Oklahoma est, comme l’extrême majorité des chanteurs country du pays, un républicain assumé, qui n’a jamais critiqué Donald Trump, qu’il soit candidat ou président.


Beaucoup d’internautes accusent le magazine de faire le jeu de la présidence Trump et un titre aussi stupide que « sexiest Man Alive » est devenu en quelques heures un nouvel enjeu de la guerre culturelle entre Démocrates et Républicains, entre les raffinées des villes et les beaufs des campagnes.

* « Blake Shelton? What? Twitter is unsure about ‘People’s Sexiest Man Alive' » – USA Today

 

Le tweet de Susie Meister qui fait référence à Snooky, la starlette du show le plus beauf de la télé américaine, « The Jersey Shore » est hilarant:

 

 

 

7. On vit une époque formidable

 

  • 15 minutes avant sa diffusion, le président a annoncé que #FoxAndFriends diffuserait un reportage sur son séjour triomphal en Asie. #FoxNews est devenu la chaîne de propagande officielle de l’administration.
    Ca ne choque plus personne. Hallucinant.

 

 

8. Couverture du Jour

 

Je ne la connaissais, c’est une rapeuse et star de télé-réalité, originaire du Bronx, qui fait la une de New York magazine, Canon!

 

14.11.17

Bon mardi après midi. Roy Moore est presque out, Donald Jr. a fait copain avec Julian Assange,

 

1. Les Quotidiens

 

– « Negative Partisanship »

Le quotidien de Gadsden, Alabama, mardi 14 novembre 2017

Roy Moore, candidat au siège de sénateur de l’Alabama, laissé vacant par le départ de Jeff Sessions au ministère de la Justice, qui vient de battre le candidat officiel des Républicains aux Primaires grâce à un programme ultra-conservateur, a été accusé par le Washington Post d’avoir couché avec une mineure de 14 ans lorsqu’il en avait 32.
Tout le week-end, l’actuel président de la Cour Suprême d’Alabama, a nié les faits, crié au complot, soutenu par le site alt-right Breitbart qui a essayé de discréditer le quotidien (« fake news » libérales) et ses victimes. –
Axios

 

 

La plupart des électeurs de l’Alabama et les journaux ont défendu bec et ongle Moore à l’exception de l’Anniston Star, qui a publié samedi une tribune soutenant le travail des journalistes contre le « tribalisme » de certains lecteurs. CNN

Le « negative partisanship » [l’esprit de parti] explique la réaction de certains Républicains face au scandale Moore. Les gens sont davantage motivés par la haine l’autre parti que le soutien du leur. « Il hait les mêmes gens que moi! »
C’est la glue qui relie cette coalition si fragile [des partisans de Moore] – Reliable Sources

 

Lundi, Mitch McConnell, chef de la majorité républicaine au Sénat de demandé la démission de Moore. Le témoignage d’une cinquième victime, agressée sexuellement par Moore à l’âge de 16 ans, a poussé les plus conservateurs comme Laura Ingraham de Fox News à faire de même.
Roy Moore refuse toujours de démissionner.

 

 

– Liberté de discriminer

 

 

La Cour Suprême des Etats-Unis doit décider aujourd’hui si la Californie peut imposer à des centaines de cliniques anti-avortement, appelées « Crisis Pregnacy Centers » d’informer leur patientes que l’Etat offre des avortements et autres soins de santé à très bas prix, voire gratuits.
Les cliniques affirment que cette loi enfreint leur liberté d’expression: « forcer quiconque à faire la publicité gratuite pour l’industrie de l’avortement est impensable – surtout quand il s’agit du gouvernement ». – San Francisco Chronicle

Sauf qu’il s’agit ici d’un problème de santé et de droit de la femme plutôt que de la liberté d’expression. Notons encore une fois comment est-ce que la sacro-sainte défense du « free speech »  est utilisée à des fins politiques, celle de la lutte contre l’avortement tout comme la liberté de religion est utilisée pour discriminer les homosexuels.

 

 

– Opioid Nation

 

 

Le NYPD a saisi en août dernier, dans l’appartement d’un couple de cinquantenaires mexicains dans le Queens à New York, 64 kilos de fentanyl, un opiacé de synthèse extrêmement dangereux, cinquante fois plus puissant que l’héroïne, la drogue la plus mortelle du pays – la plus importante saisie de fentanyl dans l’histoire des Etats-Unis susceptible de tuer 32 millions de personnes selon la DEA

Le couple travaillait pour un cartel de drogue mexicain, et était venu vendre la drogue estimée à plusieurs millions de dollars. Ils voyagent comme des VRP de luxe, séjournent dans des appartements et quartiers aisés pour ne pas éveiller les soupçons et vendent en gros à des détaillants triés sur le volet. – Washington Post

 

 

2. Trumplandia

 

Reproduit de Pew Research Political Polarization report; Graphique: Axios Visuals

 

– L’extrême polarisation de la vie politique américaine ces vingt dernières années entre les Démocrates et les Républicains est marquée selon Jim VandeHei de Axios par six évènements importants:

1. Newt Gringich au début des années 90 qui a commencé à utiliser langage très belliqueux et antagoniste dans la politique à travers notamment l’idée du bien et du mal entre Démocrates et Républicains.

2.Fox News à partir de 1996, qui joué sur cette politique de plus en plus en agressive et partisane, reprise à gauche par MSNBC, le tout arrosé d’infos en continu sur CNN qui a transformé la gouvernance en un reality show

3. Facebook puis Twitter qui ont « socialisé et démocratisé » les arguments mais aussi la rage des internautes.

4. John McCain, aujourd’hui un anti-Trump, qui choisit Sarah Palin comme VP – défendue à l’époque par Bannon – précurseur d’une rhétorique populiste reprise par le Tea Party.

5. Facebook a « algorithmé » cette rage auprès de ses utilisateurs en leur donnant exclusivement ce qu’il veulent pour engranger des clics, des commentaires, des partages et faire du profit à travers les fils d’information.

6. Trump qui utilise Twitter qui normalise et radicalise la rage, aussi bien que les réactions des politiciens, la joie de ses électeurs et la haine de ses adversaires.

La politique devient plus personnelle, polarisée et pugnace, surtout à droite. Ca va s’empirer avant de retomber car ces tendances gagnent encore du terrain.

 

 

3. Même le café est politique

Sean Hannity, présentateur de Fox News, et ami de Donald Trump, boycotté par des annonceurs dont les cafés Keurig, après avoir défendu Roy Moore, le pervers sexuel de l’Alabama, a appelé au boycott de la marque de café – enfin à la destruction violente de ses machines, si possible filmée et postée sur Twitter – et soutient officiellement la Black Rifle Coffee Company – avec pour slogan intelligent « les Hipsters n’ont pas inventé le café – également soutenue par Donald Trump Jr. Business insider
Aujourd’hui même boire du café est devenu politique.

 

 

 

 

 

 

4. Must Reads

 

La Correspondance secrète entre Donald Trump Jr et Wikileaks

The Atlantic a publié hier une enquête révélant la communication entre Wikileaks et Donald Trump Jr entre septembre 2016 et jusqu’en juillet 2017; une communication que les deux partis ont toujours rejeté, et qui renforce un peu plus les soupçons de collusion entre le candidat républicain et les Russes.

En effet, Wikileaks, certain de la victoire de Clinton, a souvent pris le parti de Donald Trump (« J’aime Wikileaks« ) contre la candidate démocrate durant les élections, en publiant à des moments clés de sa campagne – les emails du comité national démocrate peu avant la convention du parti en juillet 2016 puis ceux du directeur de campagne de Clinton tout au long du mois d’octobre jusqu’au jour du scrutin; des documents piratés par des hackers russes au service du Kremlin selon les agences de renseignement américaines.

C’est Wikileaks qui contacte presque à chaque fois le fils du candidat, pour que son père parle de l’organisation, qu’il lui fournisse ses fameuses déclarations d’impôts, qu’il conteste le résultat des élections en cas de défaite, ou encore que Julian Assange devienne ambassadeur d’Australie.
Les emails publiés par The Atlantic appartiennent à des milliers de documents fournis par l’avocat de Donald Jr aux commissions du Renseignement du Sénat et de l’a Chambre des Représentants dans le cadre de l’enquête sur d’éventuelles collusions entre les Russes et l’équipe de campagne de Trump.

Donald Jr affirme que les emails publiés ont été pris hors de leur contexte. Wikileaks n’a pas voulu commenter. L’organisation soit disant neutre et transparente prise en flagrant de soutien à un candidat raciste et misogyne parce que son fondateur hait Hillary Clinton.

 

– « L’Etat le plus secret des Etats-Unis »

 

 

L’enquête du Kansas City Star menée sur plusieurs mois par onze journalistes de la rédaction a été saluée par l’ensemble de la profession comme la preuve de la nécessité du journalisme local, s’intéresse à l’un « des gouvernements les plus secrets de la nation, où la confidentialité est de rigueur. »

Du bureau du gouverneur aux agences de l’Etat, des services de police aux relations d’affaires en passant par les soins de santé, aux étages de la Chambre et du Sénat, un voile est tombé ces dernières années sur l’administration quel que soit le parti politique.

Que ce soit l’agence de protection de l’enfance qui tente de dissimuler des erreurs professionnelles, l’anonymat entourant les auteurs des lois votées au parlement, où encore la police autorisée à ne rien divulguer dans des affaires de bavure policière, le gouvernement fonctionne sous une chape de plomb qui l’empêche d’être redevable aux près de ses concitoyens.

* « One of the most secretive, dark states: What is Kansas trying to hide? »Kansas City Star 

 

 

 

On vit une époque formidable

  • Les crimes racistes en hausse
    Les statistiques de FBI montrent une recrudescence des violences contre les Afro-Américains, les Juifs, les Musulmans, la communauté LGBT – AP

 

  • The Skimm, la newsletter matinale devenu une marque multi-produits pour six millions de lecteurs, surtout des lectrices, va introduire de l’audio et de la vidéo dans ses missives. Nieman Lab

 

  • Tinder et Grindr refusent d’évoquer le rôle de leur plateforme dans la prolifération récente des maladies sexuellement transmissibles – Vox

 

  • Amazon vient d’acheter les droits de diffusion télévisés mondiaux de « The Lord of The Rings », basé sur le roman de J.R.R.Tolkien pour 250 millions de dollars et réaliser la série télé, en plusieurs saisons, du blockbuster. Deadline

 

 

 

La Couverture du Jour

 

 

C’est la couverture dont tout le monde parle cette semaine, celle du mensuel masculin qui sacre Colin Kaepernick, ancien quarterback des 49ers, viré l’année et incapable de retrouver une équipe, “citoyen de l’année” avec pour intitulé “Colin Kaepernick ne sera pas réduit au silence”.

C’est un choix bien entendu symbolique étant donné la polémique suscité par le mouvement « Take A Knee » qu’il a débuté l’année dernière, repris en début de saison par d’autres joueurs de la NFL, que Trump a utilisé au nom d’une guerre culturelle pour satisfaire sa base.

Ce n’est pas un choix polémique puisque GQ est un magazine libéral qui s’adresse des lecteurs à tendance libérale qui n’a aucune espèce d’influence de l’autre côté de l’échiquier politique. En tout cas, tout le monde en parle. C’était le but.